RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le coût des remèdes est un cancer galopant.


Une hausse du bénéfice net de 115 % en neuf ans.


L’aut’journal , octobre 2006.


Selon une étude que je viens de publier avec le chercheur Marc Hasbani, de la Chaire d’études socio-économiques de l’UQAM, dix des plus grandes compagnies pharmaceutiques mondiales ont joué un rôle déterminant dans l’augmentation du prix des médicaments et du coût des soins de santé publique.

Le taux de rendement après impôts sur le capital investi réalisé au cours des dix dernières années (1996-2005) a été de 29 %, en moyenne, pour les dix sociétés étudiées. Ce taux de rendement est très élevé et se répercute sur le prix des médicaments tout en créant une pression énorme sur le coût des soins de santé, tant publics que privés.

En considérant les importantes fusions qui ont donné naissance à ces puissantes multinationales, conjuguées à la hausse de la durée de protection des brevets accordés par les gouvernements, on ne devrait plus parler de marché, mais plutôt d’oligopole dans ce secteur d’activités.

Cette croissance remarquable des taux de rendement a permis aux dix compagnies pharmaceutiques recensées (Pfizer, Johnson & Johnson, GlaxoSmithKline, Novartis, le Groupe Roche, Abbott Laboratories, Merck, Bristol-Myers Squibb, Wyeth et Eli Lilly) de dégager, en l’an 2005, un profit net de 58 milliards $ U.S. comparativement à un bénéfice net de 27 milliards $ en 1996, soit une hausse de 115 % en l’espace de neuf ans.

Cette hausse de profits de l’industrie pharmaceutique constitue la principale cause de l’augmentation des coûts de l’assurance-médicaments au Québec et du coût des soins de santé publique.

Si ces entreprises pharmaceutiques se contentaient d’un taux de rendement après impôt sur le capital investi de 12 %, on assisterait alors à une baisse significative d’au moins 14 % du prix des médicaments, ce qui aurait un effet immédiat à la baisse sur les coûts de l’assurance-médicaments et du système de santé publique en général.

Entre 1996 et 2005, ces dix compagnies pharmaceutiques ont versé 317 milliards $ U.S. à leurs actionnaires sous forme de dividendes (188 milliards $) et de rachats d’actions (129 milliards $), ce qui représente 77 % des profits réalisés par ces entreprises au cours de la période observée.

Cette proportion est très élevée et représente des milliards de dollars sortis de l’entreprise à des fins qualifiées par l’étude de stériles ou ne servant qu’à des stratégies de spéculation au seul profit des actionnaires et de leurs dirigeants bien servis par des options d’achats d’actions.

Toujours au cours de la période considérée, les compagnies étudiées ont dépensé 739 milliards $ U.S. en frais de marketing et d’administration contre 288 milliards $ en frais de recherche et de développement, soit 2,6 fois plus.

Les prétentions des entreprises pharmaceutiques quant à la nécessité de hausser leurs prix de vente pour faire face à leurs besoins d’investissement en recherche et développement ne tiennent pas. La vente des médicaments constitue donc, et de loin, la priorité des pharmaceutiques plutôt que le besoin d’en créer de nouveaux à des coûts moindres.

De 1996 à 2005, ces dix multinationales pharmaceutiques ont investi seulement 43 milliards $ U.S. en immobilisations nouvelles alors qu’au même moment elles ont versé 317 milliards $ U.S. à leur actionnaires en plus de dépenser 739 milliards $ U.S. en marketing et publicité.

Cela semble contradictoire avec les prétentions de l’économie capitaliste qui postule que plus les firmes réaliseront de gros profits, plus elles investissent en immobilisations et en recherche.

A peine 10 % des profits de 413 milliards $ U.S. ont été réinvestis en immobilisations au cours des dix dernières années et 77 % de ces mêmes profits ont été redistribués à leurs actionnaires (317 milliards $ U.S.).

Contrairement à leurs déclarations, ces entreprises augmentent le prix des médicaments pour satisfaire aux appétits gloutons de leurs actionnaires et de leurs dirigeants, au détriment de l’investissement en recherche et en immobilisations.

Entre 1996 et 2005, ces dix compagnies pharmaceutiques mondiales ont encaissé 27 milliards $ U.S. en revenus d’intérêts.

En plus de ces énormes revenus d’intérêts, ces sociétés pharmaceutiques jouissent d’importantes liquidités (encaisse) et d’un coefficient d’endettement extrêmement bas (12 %). Au 31 décembre 2005, ces liquidités astronomiques (totalisant 92 milliards $ U.S.) représentaient 19 % de leur actif total.

En conséquence, les compagnies pharmaceutiques n’ont pas besoin de recourir à du financement externe au moyen d’emprunts à long terme. Ce qui ferait d’elles des quasi-banques.

Ces dix compagnies pharmaceutiques ont donc alloué très peu de ressources à l’investissement en immobilisations et en recherche au cours des dix dernières années par rapport aux profits réalisés.

Comme ces entreprises formeraient un puissant oligopole mondial, qu’elles jouissent de lois avantageuses concernant la propriété intellectuelle de leurs brevets et qu’elles sont confortées par des traités commerciaux à portée mondiale, elles jouissent alors d’un immense pouvoir et adoptent des comportements qui vont à l’encontre de l’économie de marché, et des intérêts des États et des populations.

Devant une telle situation, nos gouvernements devraient avoir le courage politique d’intervenir afin de veiller aux intérêts de la collectivité. Il serait urgent et nécessaire d’exercer un contrôle sur le prix des médicaments et les recommandations proposées dans l’étude vont dans ce sens en remettant en question le comportement des grandes compagnies pharmaceutiques mondiales.

Léo-Paul Lauzon


- Source : L’aut’journal www.lautjournal.info



Glaxo-Wellcome et Bristol-Myers-Squibb empêchent l’accès aux génériques anti-VIH.


SIDA : Les patients des pays en développement n’ont pas accès aux traitements nécessaires à leur survie.




URL de cet article 4415
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Eric Hazan. Changement de propriétaire. La guerre civile continue. Le Seuil, 2007
Bernard GENSANE
Très incisif et très complet livre du directeur des éditions La Fabrique (qui publie Rancière, Depardon, Benjamin etc.), ce texte n’est pas près de perdre de son actualité. Tout y est sur les conséquences extrêmement néfastes de l’élection de Sarkozy. Je me contenterai d’en citer le sombrement lucide incipit, et l’excipit qui force l’espoir. « Dimanche 6 mai 2007. Au bureau de vote, la cabine dont on tire les rideaux derrière soi pour mettre son bulletin dans l’enveloppe s’appelle un isoloir. On voit (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Avec une bonne dose de peur et de violence, et beaucoup d’argent pour les projets, je pense que nous arriverons à convaincre ces gens que nous sommes là pour les aider."

Un commandant a expliqué la logique derrière les mesures extrêmement répressives
(prises par les forces d’occupation pour faire régner l’ordre en Irak)
[New York Times, Dec. 7, 2003]

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.