RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le journaliste de The Intercept qui a fait atterrir sa source en prison devient le nouvel attaché de presse de la police de New York (The Grayzone)

The Intercept a publié un article qui a fait atterrir Reality Winner en prison, révélant ainsi, et pour la troisième fois, sa source. L’article a été co-écrit par Richard Esposito, un journaliste intégrée à la police qui est maintenant le principal porte-parole de la police de New York.

Un co-auteur d’un rapport controversé de The Intercept, qui a fait atterrir sa source en prison, travaille désormais à la tête du bureau de presse du département de police de New York.

L’ancien journaliste, Richard Esposito, a longtemps fait partie de la police de New York, développant des liens étroits avec les agences de police américaines qui étaient clairs avant que The Intercept ne choisisse de travailler avec lui. Cependant, le site d’information n’a apparemment pas considéré le comportement amical d’Esposito envers les flics comme disqualifiant ou même suspect.

Esposito et son ami et collègue de longue date, Matthew Cole, journaliste à plein temps pour The Intercept, sont les co-auteurs d’un rapport de 2017 sur les allégations de la NSA concernant l’ingérence russe dans les élections présidentielles américaines de 2016. Les reporters ont divulgué des informations sensibles aux agences gouvernementales américaines, ce qui a conduit à la révélation de leur source confidentielle, l’ancienne sous-traitant de la NSA Reality Winner, et à son emprisonnement éventuel pendant cinq ans.

Bien que cette histoire scandaleuse ait été le seul article publié par Esposito sur The Intercept, il s’est vu attribuer une adresse électronique officielle de la société ainsi qu’une page d’auteur qui a depuis été retirée du site web sans explication.

Le même duo, Esposito et Cole, a joué un rôle essentiel dans l’arrestation et l’emprisonnement d’une autre source, le lanceur d’alerte de la CIA John Kiriakou, plusieurs années avant qu’ils ne travaillent pour The Intercept.

Le palmarès de The Intercept en matière de révélations de sources s’étend bien au-delà de Reality Winner. En 2018, l’ancien agent du FBI Terry Albury a été condamné à quatre ans de prison, après avoir divulgué des documents sur le site web d’information, révélant le racisme généralisé de l’agence de police et ses pratiques de surveillance anti-musulmanes. L’une des co-auteurs des articles dénonçant le FBI, Cora Currier, est toujours rédactrice en chef de The Intercept. L’autre co-auteur, Jenna McLaughlin, a ensuite travaillé avec CNN, Foreign Policy et Yahoo News.

Ensuite, en 2019, l’ancien fonctionnaire de la NSA Daniel Hale a été inculpé par un grand jury pour avoir prétendument divulgué des documents, apparemment aussi à The Intercept. Il risque jusqu’à 50 ans de prison.

Ce schéma troublant soulève de sérieuses questions sur les raisons pour lesquelles les sources de The Intercept, Richard Esposito et Matthew Cole continuent de se faire prendre. S’agit-il d’une simple négligence de la part des journalistes, ou des agences gouvernementales américaines ont-elles joué un rôle ?

The Intercept, qui appartient et est financé par le milliardaire Pierre Omidyar, fondateur d’eBay, a été fortement critiqué pour sa gestion des fuites d’Edward Snowden. Le site web a fermé l’accès à la mine de documents de la NSA dans des circonstances suspectes, après n’en avoir publié qu’une petite partie. Omidyar, un oligarque de Big Tech ayant des liens étroits avec les réseaux de changement de régime soutenus par le gouvernement américain, semble avoir effectivement privatisé les fuites de Snowden, dont la grande majorité ne verra jamais le jour.

Les propres opinions d’Omidyar ne correspondent pas exactement à celles d’un libertaire civil radical. En 2009, le milliardaire a tweeté que le site d’information technologique "TechCrunch et tous ceux qui diffusent des informations volées devraient aider à attraper le voleur. Ils n’auraient jamais du les publier pour commencer". WikiLeaks et d’autres organisations de transparence ont pris note de cette information.

Les agences de renseignement du gouvernement américain ont également trouvé une utilité dans les reportages de The Intercept. En 2017, nul autre que le directeur de la CIA Mike Pompeo a cité The Intercept, en citant un article de son reporter Sam Biddle, dans son attaque féroce contre WikiLeaks et son éditeur Julian Assange, aujourd’hui emprisonné.

Dans un discours prononcé au centre d’études stratégiques et internationales (CSIS), Pompeo a cité à deux reprises Biddle de The Intercept pour présenter WikiLeaks comme peu fiable et minimiser l’importance de ses publications.

Biddle est un autre co-auteur de l’article de The Intercept qui a conduit à l’emprisonnement de Reality Winner.

Le départ de son ancien collègue, qui est passé de journaliste à la tête des relations publiques du NYPD, soulève d’autres préoccupations concernant The Intercept, son jugement éditorial et les relations que certains de ses collaborateurs ont entretenues avec les services de police américains.

The Intercept révèle sa source qui finit en prison

Le 5 juin 2017, The Intercept a publié un document top secret de la NSA, qui affirmait que les services de renseignements militaires russes avaient tenté de s’immiscer dans les élections américaines de novembre 2016 par le biais de piratage et d’hameçonnage présumés.

L’article, qui, selon les critiques, a été exagérément saluée et manquait de preuves solides, a été co-rédigé par Richard Esposito et trois membres du personnel de The Intercept travaillant à plein temps : Matthew Cole, Sam Biddle et Ryan Grim.

Quelques minutes seulement après que le site d’information ait publié l’histoire, le ministère américain de la justice a annoncé qu’il avait arrêté le présumé lanceur d’alerte deux jours avant sa publication. Il l’a identifié comme étant une spécialiste du renseignement et une contractuelle de la NSA nommée Reality Leigh Winner.

En raison de la négligence de The Intercept, le FBI a pu facilement prouver que le document provenait de l’ordinateur de travail de Winner, qu’elle avait utilisé pour communiquer directement avec les journalistes. Winner a plaidé coupable ; en août 2018, elle a été condamnée à plus de cinq ans de prison.

Les experts en sécurité et les journalistes ont sévèrement critiqué The Intercept pour son manque de sérieux et son incapacité à prendre les mesures de base pour protéger sa source. Il s’est avéré qu’un journaliste travaillant avec le site web avait contacté à la fois un contractant de la NSA et la NSA elle-même dans l’espoir de confirmer l’authenticité du document ayant fait l’objet d’une fuite. La journaliste a imprudemment divulgué des informations essentielles que les forces de l’ordre fédérales ont immédiatement utilisées pour identifier Winner, notamment sa ville de résidence, le numéro du rapport de renseignement et une impression physique du document avec des informations de métadonnées incrustées par des micropoints qui en identifiaient l’origine.

En signe d’indignation face à la négligence de The Intercept, WikiLeaks a offert une récompense de 10 000 dollars "pour toute information menant à la révélation publique et au licenciement de cette "journaliste"".

En prison, Winner ne semble pas bien se porter. Sa mère, Billie Winner-Davis, a déclaré que le confinement de la prison en raison de la pandémie de coronavirus "a le pire impact possible sur elle et sur tous les détenus".

Winner-Davis a également déclaré que sa fille s’est vue refuser un traitement psychologique et qu’elle ne mangeait pas.

The Grayzone a contacté Winner-Davis pour lui faire savoir que l’un des journalistes de The Intercept qui a aidé à faire atterrir sa fille en prison est maintenant un haut fonctionnaire du département de police de New York. Elle a été stupéfaite d’apprendre la nouvelle, et a également été surprise d’apprendre que les co-auteurs Richard Esposito et Matthew Cole avaient également joué un rôle clé dans l’emprisonnement de John Kiriakou, un lanceur d’alerte de la CIA.

"C’est très choquant", a déclaré Winner-Davis au Grayzone. "Je savais que les mêmes journalistes impliqués dans l’affaire de Reality avaient également révélé une autre source. Je ne savais pas qu’il s’agissait de John Kiriakou."

"Entendre qu’Esposito est maintenant à la police de New York est très troublant et me fait me demander de quel côté il était pendant le traitement des informations qu’elle a envoyées anonymement", a ajouté Winner-Davis. "Je serais également curieux de savoir si l’Intercept sait et quelle est son impression, avec le recul".

The Grayzone a envoyé un courriel à The Intercept pour lui demander de commenter. Aucune réponse n’a été reçue au moment de la publication.

Le "journaliste" Richard Esposito est promu attaché de presse de la police de New York

Alors que Reality Winner languissait en prison, l’un des quatre co-auteurs de l’article de The Intercept qui l’a fait atterrir derrière les barreaux, l’ancien journaliste Richard Esposito, a été promu au plus haut poste de communication au sein du département de police de la ville de New York.

Esposito a eu une longue carrière dans les principaux médias commerciaux avant de rejoindre la plus grande force de police des États-Unis (dont l’ancien maire Michael Bloomberg se vantait autrefois d’être "la septième plus grande armée du monde"). Esposito s’est fait connaître comme un journaliste d’investigation qui se décrit lui-même comme un spécialiste de la criminalité et de la sécurité nationale, disposant d’un large éventail de sources au sein des services de police et de renseignement. Il a travaillé pendant plusieurs années à NBC News, ABC News, le New York Daily News et le New York Post.

Les reportages d’Esposito s’appuyaient fortement sur des sources au sein de l’État américain de sécurité nationale, et tendaient à servir leurs intérêts. Et il a été récompensé par cinq Emmy Awards et un prix Pulitzer partagé.

En janvier 2020, Esposito a annoncé qu’il avait changé de poste : il est devenu commissaire adjoint à l’information publique de la police de New York. Le site officiel du gouvernement de la ville de New York indique que le bureau d’Esposito "travaille avec les organisations médiatiques locales, nationales et internationales" et qu’il s’emploie à "établir des relations solides avec les médias, en informant les reporters".

Bill Bratton, ancien commissaire de la police de New York et adepte de la manière forte en matière de maintien de l’ordre, a célébré la nouvelle nomination d’Esposito, en félicitant son "ami de plus de 30 ans" - en précisant que sa relation intime avec l’ancien journaliste remonte à plusieurs décennies.

Esposito a marqué sa nouvelle position en tweetant une photo de lui à côté de John Miller, le chef du renseignement et de la lutte contre le terrorisme de la police de New York, qu’il a également qualifié d’"ami de plus de 30 ans".

Ce tweet est particulièrement emblématique, car les deux hommes sont des exemples classiques des passerelles entre les milieux des médias commerciaux américains et les services de police.

Comme Esposito, John Miller est un ancien journaliste qui a une longue histoire de relations intimes avec les services de police. Miller a été le principal porte-parole de la police de New York, puis a rejoint ABC News pour travailler comme reporter et présentateur (ce qui l’a amené en Afghanistan pour une interview avec Oussama Ben Laden). Miller a également travaillé au FBI, au bureau du directeur du renseignement national et au LAPD, avant de passer à CBS News, puis de revenir finalement au NYPD.

Cet historique soulève la question : Esposito, son ami de longue date Miller et d’autres habitués des passerelles sont-ils de véritables journalistes indépendants ou des spécialistes des relations publiques pour les flics ? Et pourquoi The Intercept, une publication qui se présente comme un "journalisme intrépide et contradictoire qui demande des comptes aux puissants", collaborerait-elle avec l’un des plus proches alliés des services de police américains dans les médias ?

La longue relation de Richard Esposito avec les journalistes actuels de The Intercept

La collaboration de Richard Esposito avec le personnel actuel de The Intercept remonte à plusieurs années.

Esposito est un collègue de longue date du journaliste de The Intercept, Matthew Cole. Les deux hommes ont travaillé ensemble à ABC News dès 2009, publiant des articles qui faisaient écho sans critique aux responsables de l’armée et des services de renseignement américains et justifiaient les opérations de la CIA à l’étranger.

Leurs reportages montraient clairement qu’Esposito et Cole avaient des sources de très haut niveau au sein de la CIA et d’autres agences de police et de renseignement. La quasi-totalité de leurs scoops provenaient de ces fonctionnaires anonymes, et les reporters avaient tendance à éviter de mordre la main qui les nourrissait.

Lorsque Esposito est passé à NBC News en 2013 pour diriger son unité d’enquête, il a amené Cole avec lui.

À NBC, le partenariat Esposito-Cole a produit une série d’articles qui ont fait écho aux responsables anonymes de l’armée et des services de renseignement américains, en évoquant de prétendues menaces terroristes et en blanchissant le programme d’assassinat de drones de l’administration Obama.

Comme cela avait été le cas à ABC, la grande majorité des articles publiés par Esposito et Cole sur NBC leur ont été fournis par des agents des services de renseignement américains.

C’est-à-dire, jusqu’à ce qu’un lanceur d’alerte de la NSA nommé Edward Snowden bouleverse le monde avec des fuites exposant un programme de surveillance de masse mondial.

Au départ, Esposito et Cole ont tenté de discréditer Snowden, en régurgitant des informations provenant de responsables des services de renseignement américains.

Mais en 2014, ils ont collaboré avec le journaliste Glenn Greenwald, qui avait accès aux fichiers de Snowden, pour publier sur NBC des documents qui révélaient comment les services de renseignement britanniques espionnaient les sites web des médias sociaux.

Greenwald, Esposito et Cole ont ensuite publié un rapport sur la façon dont les espions britanniques utilisaient des "sales tours" comme les virus, le piratage et les souricières à caractère sexuel pour atteindre leurs cibles.

À l’époque, Greenwald était en train de faire démarrer The Intercept. Cole a ensuite été engagé comme journaliste d’investigation, un poste qu’il occupe toujours aujourd’hui.

Lorsque Cole a quitté NBC News pour The Intercept en 2015, il a écrit un fil Twitter faisant l’éloge de son ancien patron Esposito, qu’il a appelé "le meilleur reporter que j’ai connu & un grand ami".

Esposito lui a rendu la pareille en écrivant : "Je vous souhaite le meilleur pour ce prochain chapitre !"

Bien qu’ils n’aient pas travaillé dans le même bureau pour la première fois depuis des années, ce n’était qu’une question de temps avant qu’Esposito et Cole ne collaborent à nouveau.

Richard Esposito et Matthew Cole révèlent leur source une deuxième fois

En octobre 2016, Esposito a quitté NBC News. Il crée sa propre société, Roundhouse Productions, et commence à travailler en free-lance. Matthew Cole, un ami proche et collègue d’Esposito, semble l’avoir fait venir à The Intercept en 2017 pour travailler sur l’histoire qui a mis Reality Winner en prison pendant cinq ans.

C’était en fait la deuxième fois qu’Esposito et Cole grillaient leurs sources et les mettaient derrière les barreaux. En 2012, le duo a participé à l’arrestation de John Kiriakou, un lanceur d’alerte qui a dénoncé les actes de torture de la CIA et qui a été le seul membre de l’agence d’espionnage à purger une peine dans le cadre du programme brutal d’"interrogatoire renforcé".

Selon un rapport de 2012 paru dans Politico, Esposito et Cole ont été identifiés par le gouvernement américain, à l’époque où ils travaillaient pour ABC News, comme étant les journalistes à qui Kiriakou avait divulgué des informations. En raison de leur négligence, Kiriakou s’est retrouvé en prison pour une peine de 30 mois (bien qu’il ait été libéré début 2015, après avoir purgé près de 24 mois).

Depuis, Kiriakou a clairement fait savoir qu’il tenait Cole pour responsable de son séjour en prison, en déclarant : "Je suis allé en prison grâce à Matthew Cole".

"Matthew Cole de The Intercept m’a grillé pour [sauver] sa propre peau", a tweeté Kiriakou. "Sinon, pourquoi m’aurait-il dénoncé au FBI et mis une cerise sur le gâteau en témoignant contre moi devant le grand jury ?"

Lorsque The Intercept a publié son article sur la NSA et que Reality Winner a été arrêté, Kiriakou a publiquement condamné le site d’information, disant qu’il "devrait avoir honte". Matthew Cole grille encore une autre source. Cela rend toute votre organisation indigne de confiance".

Il a dit à The Intercept, "Si vous êtes sérieux, vous allez virer Matthew Cole aujourd’hui même".

Le Grayzone a pris contact avec Kiriakou pour l’informer qu’Esposito travaille désormais avec la police de New York. "J’ai été stupéfait de lire ça. J’en étais littéralement bouche bée", a répondu Kiriakou.

Kiriakou a révélé qu’ABC News, où il avait auparavant travaillé comme analyste, avait en fait viré Matthew Cole lorsque le journaliste a dénoncé Kiriakou. ABC News ne savait pas que Cole travaillait secrètement avec les avocats des détenus de Guantanamo Bay, ce qui lui permettait de doubler ses informations. Politico l’a confirmé, en indiquant à l’époque que Cole avait été "à cheval entre le journalisme traditionnel et la collecte d’informations pour les avocats représentant les détenus de Guantánamo".

Après avoir perdu son emploi à ABC, c’est Esposito qui a fait passer Cole à NBC. (Esposito s’était apparemment vu offrir près d’un million de dollars par an pour y diriger l’unité d’enquête).

Kiriakou a ajouté qu’il avait en fait été un ami d’Esposito - avant que le journaliste ne le trahisse et l’envoie en prison.

Kiriakou a déclaré qu’il était de notoriété publique qu’Esposito était proche des forces de police américaines. "Son cœur a toujours été du côté des forces de l’ordre", a déclaré Kiriakou à propos d’Esposito. "Il se considérait comme étant aussi proche que possible d’être un flic sans l’être réellement."

Esposito a commencé sa carrière en faisant des reportages sur la police ; ses meilleurs amis étaient des flics ; et il sortait régulièrement boire avec de hauts responsables de la police. Kiriakou a rappelé que tous ceux qui connaissaient Esposito le savaient.

"Il a toujours été un aspirant flic", a déclaré Kiriakou.

Kiriakou a noté que tant Esposito que Cole étaient négligents en matière de sécurité, et ne protégeaient pas leurs sources. Mais il a ajouté que le comportement de Cole était particulièrement suspect.

Kiriakou a déclaré qu’il pense que Cole est trop proche des agences de renseignement américaines, et a réitéré son appel pour que The Intercept le renvoie.

The Intercept supprime la page biographique de Richard Esposito

On ne sait toujours pas à quel journaliste Reality Winner a divulgué le document de la NSA. Mais étant donné que Richard Esposito a été le seul à publier cette histoire, il semble être un bon candidat.

Ce reportage de Winner est toujours en ligne sur The Intercept. Curieusement, cependant, la biographie d’Esposito a été retirée du site.

Les trois autres co-auteurs de l’article ont des biographies sur The Intercept, mais pas Esposito.

Le Grayzone a fait une recherche dans la Wayback Machine et a trouvé qu’Esposito avait auparavant une page d’auteur sur The Intercept, mais elle a été retirée.

C’est étrange, car tous ceux qui contribuent à The Intercept, même les indépendants, reçoivent une page d’auteur avec une biographie et une liste d’articles, comme c’est la coutume pour pratiquement tous les grands sites d’information. (J’ai, par exemple, travaillé en freelance à quelques reprises pour The Intercept il y a plusieurs années, et j’ai toujours une bio, bien que je n’y aie jamais fait partie du personnel).

Le fait qu’Esposito n’avait pas seulement une page d’auteur, mais aussi un compte de courrier électronique officiel d’Intercept : richard.esposito@theintercept.com, ajoute encore au mystère. Ce compte était publiquement répertorié sur sa page d’auteur, maintenant supprimée. Les simples freelances n’ont pas de compte email à The Intercept ; Esposito avait clairement une relation plus étroite avec la publication.

The Grayzone a contacté The Intercept pour demander pourquoi la biographie d’Esposito avait été retirée, pourquoi il avait un courriel officiel et quelle était sa relation avec le site web. The Intercept n’a pas répondu.

De nombreux signes avant-coureurs

De nombreux signes avant-coureurs et questions sans réponse entourent les fuites de Reality Winner et le cafouillage de The Intercept dans cette histoire.

En 2017, immédiatement après l’arrestation de Winner, un ancien lanceur d’alerte du gouvernement américain a tiré la sonnette d’alarme. Peter van Buren, un ancien fonctionnaire du Département d’État qui a dénoncé la corruption pendant la guerre en Irak, et qui a ensuite subi une campagne d’intimidation vicieuse, a publié un billet de blog intitulé "Dis-donc Intercept, quelque chose ne va pas du tout avec Reality Winner et la fuite de la NSA".

Van Buren a noté que la communauté du renseignement américain allait bénéficier de pratiquement tout ce qui concerne le scandale. Il a noté qu’il était étrange que Winner, une jeune analyste ayant une expérience des affaires afghanes au sein de l’armée de l’air, ait accès à des informations top-secrètes sur le piratage informatique russe présumé.

M. Van Buren a également trouvé étrange que la NSA confirme avec enthousiasme l’authenticité du document à The Intercept. Les documents divulgués par Edward Snowden et Chelsea Manning n’ont pas été officiellement vérifiés. Mais la "NSA veut que vous sachiez qu’il est bien réel", a déclaré M. Van Buren en se référant au document de Winner. Sans fournir aucune preuve, le seul rapport de la NSA a contribué à alimenter l’hystérie que la Russie aurait provoquée lors des élections américaines de 2016.

Au moment de la publication de l’article, il y avait également eu de nombreux signes d’alerte concernant Richard Esposito lui-même.

Bien qu’Esposito n’ait pas officiellement rejoint la NYPD avant janvier 2020, il y avait une montagne de preuves bien avant cette date qu’il était inhabituellement proche de ses sources dans les forces de police américaines.

Esposito n’a rien fait pour dissimuler sa relation intime avec les flics. En fait, il l’a pratiquement étalée au grand jour.

Esposito a passé un an à travailler sous couverture en tant que reporter intégré à l’équipe de déminage la plus élite de la police de New York, et a ensuite écrit un livre à ce sujet : "Bomb Squad : A Year Inside the Nation’s Most Exclusive Police Unit". The Intercept le savait clairement ; son livre figure sur la biographie qu’Esposito avait sur le site web, avant qu’il ne soit retiré.

En 1992, Esposito a également co-écrit un livre avec l’ancien chef du bureau de la DEA [lutte anti-drogues - NDT] à New York, Robert M. Stutman, intitulé "Dead on Delivery : Inside the Drug Wars, Straight from the Street". Aujourd’hui, Stutman dirige un groupe de consultants et se vante sur son site web que le magazine new-yorkais l’a un jour décrit comme "le narcotrafiquant le plus célèbre d’Amérique".

Rien de tout cela n’était caché. Esposito s’est vanté de ces deux livres dans pratiquement toutes ses biographies journalistiques professionnelles.

Puis il y avait les articles qu’Esposito écrivait. Dans un article de 2014 ruminant sa relation avec Al Sharpton, un ancien informateur de la police devenu présentateur de la MSBNC, Esposito se décrivait comme un "reporter de police qui buvait à l’aube dans les bars du marché aux poissons avec des flics sous couverture".

Comme on pouvait s’y attendre, la grande majorité des reportages d’Esposito à NBC lui ont été fournis par les forces de police et les services de renseignement américains.

Beaucoup de ses scoops venaient directement de la bouche du FBI. Pour l’essentiel, toutes les grandes histoires qu’il a publiées ont été attribuées à des fonctionnaires anonymes de la police, de l’armée et des services de renseignements américains.

Esposito a également contribué à fabriquer le consentement pour les interventions militaires. Il a fait des interviews bienveillants à Bill Bratton, le commissaire de la police de New York (son ami de longue date), répandant la peur parmi les Américains en affirmant que Daech et le groupe dit Khorasan planifiaient des attaques terroristes contre des civils américains.

Il a ensuite été révélé que ce "groupe Khorasan" n’avait probablement jamais existé et qu’il était simplement utilisé par l’administration Obama pour justifier une intervention militaire américaine directe en Syrie. En effet, après avoir commencé à bombarder la Syrie, le gouvernement américain n’a plus jamais mentionné "Khorasan".

Mais Esposito a joué son rôle consciencieusement, en publiant histoire après histoire sur cette menace imaginaire, se faisant l’écho sans critique des affirmations sans fondement des responsables de la sécurité nationale américaine.

Les services de renseignement ont même utilisé Esposito pour se venger d’Obama, après que le président ait légèrement critiqué les agences pour avoir "sous-estimé" le pouvoir de Daech.

Toutes ces histoires douteuses aux sources indéterminées ont été publiées des années avant qu’Esposito ne collabore avec The Intercept pour diffuser la fuite de Reality Winner.

C’est particulièrement ironique si l’on considère que The Intercept a lui-même exposé le "groupe Khorasan" comme étant "la fausse menace terroriste utilisée pour justifier le bombardement de la Syrie", et a ensuite publié un autre article montrant que l’existence du groupe était une invention.

Les sympathies d’Esposito pour la police étaient claires pour quiconque jetait un coup d’œil à ses récits sur les médias sociaux, et étaient apparentes bien avant qu’il ne publie son histoire sur The Intercept. Il n’a fait aucun effort pour les dissimuler, en retweetant régulièrement NYPD News et l’ancien commissaire Bratton.


Le profil LinkedIn de M. Esposito a également permis d’obtenir des informations sur le travail bénévole du journaliste pour les organisations policières américaines.

De 2010 à 2019, il a été membre du conseil d’administration du National Consortium for Advanced Policing (NCAP). De 2012 à aujourd’hui, il a été membre du conseil consultatif de l’Association internationale des techniciens et des enquêteurs sur les bombes (IABTI), qu’Esposito décrit dans son profil LinkedIn comme une "association dédiée à faire respecter la loi".

De plus, Esposito a été membre du Center for Cyber and Homeland Security (CCHS) de l’Université George Washington de 2010 à 2019. Ce groupe de réflexion, qui se trouve aujourd’hui à l’université d’Auburn, a servi de foyer aux espions et aux partisans de la sécurité nationale qui ont contribué à semer la panique dans l’opinion publique à propos de l’ingérence russe. En 2018, il a accordé une bourse à la blogueuse Marcy Wheeler, qui se dédie à l’ingérence russe.

Esposito a également collaboré avec des journalistes qui, comme lui, étaient connus pour être beaucoup trop proches des agences gouvernementales américaines sur lesquelles ils faisaient des reportages.

En 2014, l’ancien reporter du Los Angeles Times, Ken Dilanian, a été licencié pour avoir passé des années à collaborer secrètement avec la CIA. Il envoyait à la fameuse agence d’espionnage des ébauches de ses articles, en élaborant soigneusement ses histoires avec le service de presse de la CIA.

En fait, c’est The Intercept lui-même qui avait révélé comment Dilanian modifiait ses articles expressément pour donner une meilleure image de la CIA.

Alors, où est allé Dilanian quand il a perdu son emploi ? Au début, il a rejoint l’Associated Press, où il "couvrait la communauté du renseignement au bureau de l’AP à Washington", selon son profil LinkedIn.

Puis, en 2016, Esposito a fait entrer Dilanian dans l’unité d’enquête de NBC, qu’il dirigeait.

Les profils LinkedIn des deux journalistes, accessibles au public, montrent que NBC News a engagé Dilanian en janvier 2016 pour "couvrir les questions de sécurité nationale et de renseignement", même après qu’il ait été exposé publiquement pour avoir travaillé main dans la main avec les services de renseignement américains.

Selon sa biographie sur le site de NBC, Esposito a été le producteur exécutif principal de l’unité d’enquête de NBC jusqu’en octobre 2016, et "supervise les journalistes, les producteurs et les correspondants d’enquête sur toutes les émissions et plateformes de NBCUniversal News Group".

Même après son départ, Esposito a continué à promouvoir le travail de Dilanian sur Twitter.

Les liens étroits qu’il entretenait avec la police et les services de renseignement du gouvernement américain ont toujours été visibles pour tous les éditeurs potentiels. Et maintenant, il l’a rendu officiel, en rejoignant le NYPD en tant que porte-parole principal.

The Grayzone a contacté The Intercept avec une série de questions et de demandes de commentaires, et n’a toujours pas reçu de réponse.

Ben Norton

Ben Norton est journaliste, écrivain et cinéaste. Il est rédacteur en chef adjoint de The Grayzone et producteur du podcast des Moderate Rebels, qu’il co-anime avec le rédacteur en chef Max Blumenthal. Son site web est https://bennorton.com/ et il tweete sur @BenjaminNorton.

Consulter l’article original pour les nombreux liens vers des sources

Traduction "Hé, les médias, et vous dites encore que c’est Wikileaks qui révèle ses sources ?" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» https://thegrayzone.com/2020/05/20/the-intercept-reality-winner-richar...
URL de cet article 36175
   

Eric Hazan. Changement de propriétaire. La guerre civile continue. Le Seuil, 2007
Bernard GENSANE
Très incisif et très complet livre du directeur des éditions La Fabrique (qui publie Rancière, Depardon, Benjamin etc.), ce texte n’est pas près de perdre de son actualité. Tout y est sur les conséquences extrêmement néfastes de l’élection de Sarkozy. Je me contenterai d’en citer le sombrement lucide incipit, et l’excipit qui force l’espoir. « Dimanche 6 mai 2007. Au bureau de vote, la cabine dont on tire les rideaux derrière soi pour mettre son bulletin dans l’enveloppe s’appelle un isoloir. On voit (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« (...) on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot. »

Karl Marx, Friedrich Engels
Manifeste du Parti Communiste (1848)

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.