RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Alors que le chef du gouvernement espagnol actuel, Mariano Rajoy, défilait à Paris, derrière une banderole "Je suis Charlie", Javier Salutregi dormait en prison.

Le seul directeur de journal incarcéré en Europe retrouve la liberté

Javier Salutregi retrouve la liberté, jeudi 29 octobre, après sept ans et demi de prison pour avoir dirigé le journal Egin. Il était jusque-là le seul directeur de journal a être incarcéré en Europe.

A l’heure où la revendication de la liberté d’expression et de la presse bat son plein à travers le monde, l’ancien directeur du journal basque Egin a passé sa dernière nuit en prison. Javier Salutregi, seul directeur de journal européen incarcéré, va être libéré, jeudi 29 octobre, d’une prison espagnole. Après avoir passé sept ans et demi derrière les barreaux, Javier Salutregi va retrouver la liberté et les siens.

Tout commence le matin du 15 juillet 1998, à 4h20, lorsque 200 policiers espagnols se lancent à l’assaut des locaux du quotidien Egin et de la radio Egin Irratia, à Bilbo, Hernani, Gasteiz et Iruñea. Décision unique en Europe occidentale, le juge Baltasar Garzon ordonne la fermeture de ces deux médias d’informations, créés vingt ans auparavant. Cet ordre entre dans le cadre du dossier 18/98 issu de la politique de matraquage : "tout est ETA". Des centaines de personnes issues du monde syndical, associatif et culturel basques seront arrêtées et condamnées dans le cadre de ce même dossier, à des périodes différentes.

Egin et Egin Irratia employaient à cette époque plus de 200 personnes ; des dizaines d’entre elles seront arrêtées, et certains journalistes et membres du Conseil d’administration emprisonnés. Difficile de croire en une décision de justice dépourvue de politique. Interrogé sur la fermeture d’Egin, le chef du gouvernement espagnol de l’époque, Jose Maria Aznar (PP) avait en effet répondu : "Vous pensiez que nous n’oserions pas. Et bien, nous l’avons fait !".

L’esprit Egin n’est pas mort

Ils l’ont fait, mais l’esprit Egin n’est pas mort avec sa fermeture. Dès le lendemain, journalistes et sympathisants diffusaient un nouveau journal : Euskadi Informacion. Le premier numéro de quatre pages "Egin, egingo dugu" (faire, nous le ferons, en basque) est la preuve que le groupe ne cèdera pas à la politique répressive du gouvernement espagnol. Distribué de main en main, certains l’imprimeront à domicile pour le placarder sur les murs de leur quartier. Pas un jour ne passera sans que le Pays Basque, Nord et Sud, ne soit informé par ce quotidien. La mobilisation populaire est à l’époque très forte.

L’équipe, amputée de plusieurs membres, se relève, et publie le 2 janvier 1999, le numéro zéro du quotidien Gara. "Un journal d’informations du et pour le Pays Basque", qui a vu le jour grâce à une forte volonté populaire et une campagne de financement : "Mila miloi Baietz" (mille millions bien-sûr, en basque). En treize mois, l’association de développement de médias basques EKHE récolte 1 200 millions de pesetas pour financer le projet. Cette association d’actionnaires est à l’origine, par la suite, de la création de nouveaux médias, entre autres la radio Info7 et le Journal du Pays Basque.

Alors que le chef du gouvernement espagnol actuel, Mariano Rajoy, défilait auprès d’autres chefs d’État en janvier dernier à Paris, derrière une banderole "Je suis Charlie", Javier Salutregi dormait en prison...

»» http://mediabask.naiz.eus/eu/info_mbsk/20151029/le-seul-directeur-de-j...
URL de cet article 29510
   

Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.