RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Alexis Zorba - Nikos Kazantzakis

Ouvrir ce livre, c’est prendre le risque de se faire un ami. Pourquoi le risque ? Parce que Zorba, ses pulsions, son esprit instinctif, vous poursuivront toujours pour vous rappeler à l’ordre et vous mettre en garde : si mourir est la seule certitude, vivre pleinement est alors la seule obligation.

RB

Extraits :

(p. 21)
« Le seul moyen de se sauver soi-même, c’est de lutter pour sauver autrui… »

(p. 155)
« Ça suffit Zorba. Chaque homme suit son chemin. C’est comme les arbres. T’en es-tu jamais pris à un figuier parce qu’il ne faisait pas de cerises ? Alors tais-toi ! »

(p. 160)
« Là est le vrai bonheur : n’avoir aucune ambition et travailler comme un damné, comme si on avait toutes les ambitions du monde. Vivre loin des hommes, les aimer et n’avoir pas besoin d’eux. Bien manger et bien boire à Noël, puis se retirer dans la solitude, loin de tous les appâts, avoir les étoiles au-dessus de soi, à gauche la terre, à droite la mer, et prendre conscience, tout à coup, que la vie a accompli son dernier exploit dans ton cœur : devenir un conte de fées. »

(p. 162) :
« Je me souvins d’un matin où j’avais trouvé un cocon dans un pin, au moment où son écorce se fendait et où le papillon s’apprêtait à sortir. J’attendais, j’attendais, mais il tardait, et j’étais pressé. Je me penchai alors sur lui et me mis à le réchauffer de mon haleine. Je le réchauffais avec impatience et le miracle commença à se produire sous mes yeux, à un rythme plus rapide que celui de la nature. L’écorce s’ouvrit entièrement, le papillon apparut. Mais je n’oublierai jamais l’effroi qui me saisit à cet instant : ses ailes fripées restaient collées, son petit corps tremblant luttait pour les déployer, mais n’y parvenait pas. Je m’efforçais de l’aider en lui soufflant dessus. En pure perte. Il avait besoin d’une maturation et d’une ouverture patientes au soleil, et il était trop tard. Mon souffle avait contraint le papillon à se montrer avant l’heure, ridé, prématuré. Sorti avant terme, il s’agita désespérément et mourut peu après au creux de ma main.

Je crois que le cadavre duveteux de ce papillon est le poids le plus lourd que j’ai sur la conscience. J’ai profondément compris cela aujourd’hui : c’est un péché mortel de forcer les lois éternelles ; on a le devoir de suivre avec confiance le rythme pérenne de la nature.

Je me juchai sur un rocher pour me pénétrer en toute tranquillité de cette pensée. Si je pouvais, me disais-je, gouverner ma vie sans ces impatiences hystériques ! Si ce petit papillon, que j’ai tué pour avoir été trop pressé de l’amener à la vie, pouvait voler toujours devant moi et me montrer le chemin ! Et qu’ainsi un papillon prématurément disparu aide une âme sœur, une âme humaine, à ne pas se hâter et à prendre tout son temps pour déployer ses ailes ! »

(p. 343) :
« Je peux me tromper, Zorba, mais je crois qu’il existe trois sortes d’hommes. Ceux qui ont pour but de vivre leur vie, comme on dit : manger, boire, aimer, s’enrichir, devenir célèbre… Et puis il y a ceux qui ne se donnent pas pour but leur propre vie, mais celle des autres : ils ont le sentiment que tous les hommes ne font qu’un et ils s’efforcent de les éclairer, de les aimer, de les aider autant qu’ils le peuvent. Et enfin, il y a ceux dont le but est de vivre la vie de l’univers : tous, hommes, animaux, plantes, astres, nous ne sommes qu’un, nous sommes une même substance qui mène le même terrible combat. Quel combat ? Transformer la matière en esprit.
Zorba se gratta la tête. »

(p. 366) :
« L’homme, ce malheureux, a élevé autour de lui une haute palissade infranchissable, s’est retranché dans une redoute fortifiée où il s’efforce de mettre un peu d’ordre et de sécurité dans sa petite vie quotidienne, dans son existence matérielle et spirituelle. Tout, dans cette enceinte, doit suivre les chemins tracés, la sainte routine, obéir à des lois simples, faciles à comprendre, pour nous permettre de prévoir avec quelque assurance ce qui va advenir et comment nous comporter. Dans cette place forte protégée contre les violentes incursions du mystère, règnent les petites certitudes rampantes, ces mille-pattes. Mais il n’y a qu’un seul ennemi mortel et honni, contre qui depuis des millénaires tous les hommes se sont ligués : la Grande Certitude. C’est cette Grande Certitude qui avait maintenant franchi le rempart et fondu sur moi. »

RB

URL de cet article 29436
  

Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Informer n’est pas une liberté pour la presse, mais un devoir. La liberté de la presse a bien une limite : elle s’arrête exactement là où commence mon droit à une véritable information.

Viktor Dedaj

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.