Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les origines de la crise intégrale du capitalisme

La crise intégrale qui frappe actuellement le capitalisme est le résultat de l’évolution de ce système qui, en défense de la propriété privée et du marché, a toujours proclamé comme objectif primordial l’obtention de bénéfices, même lorsqu’ils sont obtenus au détriment de
la valeur d’usage des produits ou des services proposés.

Ce système économique et social a causé depuis ses origines une déformation de la société universelle, en générant deux spirales opposées, celle des quelques riches qui deviennent de plus en plus riches, et celle d’une grande quantité de personnes soumises à un processus continu de dégradation.

Au cours des plus de cinq siècles de son existence, le capitalisme est parvenu à imposer une pseudo culture de consommation sans frein qui en arrive même à affecter l’équilibre de la nature, pour l’unique raison que sa loi fondamentale est celle de l"obtention de plus-
value par tous les moyens et le vol des fruits du travail.

On peut comprendre que le cycle de récession - prospérité - superproduction - crise qui se répétait tous les dix ans entre 1825 et 1867 se soit converti depuis lors en une dépression permanente et chronique.

C’est la contradiction existant entre le caractère social de la production et le caractère privé de l’appropriation, contradiction caractéristique du capitalisme, qui a entraîné que les périodes de croissance conduisent à un effondrement avant même de parvenir à un
niveau de véritable prospérité.

Afin d’affaiblir les mouvements contestataires du prolétariat, la bourgeoisie s’est trouvée dans l’obligation de céder une petite partie de ses gains aux masses populaires.

Par exemple, et principalement dans les pays développés du Nord, des services de santé et d’éducation gratuite ont été crées, les journées de travail de moins de huit heures garanties et des subsides instaurés pour les chômeurs.

C’est ainsi qu’à partir de 1945, après la seconde guerre mondiale, le niveau de vie de la majorité de la population des pays les plus développés s’est notablement amélioré.

Mais, comme l’a expliqué Karl Marx, la production capitaliste ne consent une prospérité relative aux travailleurs que de façon momentanée, et encore, cette prospérité n’est souvent qu’un oiseau de mauvais augure. C’est ce que nous confirme l’histoire.

On ne peut pas oublier qu’après la disparition du socialisme dans les pays de l’est de l’Europe et l’ex - Union Soviétique, l’Occident a pu accélérer son opération de démontage de l’ « Etat Providence » et d’application de politiques néolibérales.

On a vu l’apparition du culte démesuré de la propriété privée et de la non-intervention de l’État, sauf lorsqu’il faut réprimer les mouvements populaires, et la suppressions des avantages dont bénéficiaient les couches les plus pauvres, tout cela soi-disant au nom
de la liberté et de l’égalité face à la compétition.

La crise n’allait pas tarder à se déclarer.

Noel Manzanares Blanco

URL de cet article 9192
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Même Thème
Le Krach parfait
Ignacio RAMONET
Crise du siècle et refondation de l’avenir Le capitalisme connaît en moyenne une crise grave tous les dix ans. Mais un séisme économique d’une aussi forte intensité que celui de l’« automne noir » 2008, il ne s’en produit qu’un seul par siècle. Aucun autre cependant, avant celui-ci, n’avait conjugué une somme de menaces croisées aussi alarmantes. Tout le système financier - banques, bourses, caisses d’épargne, agences de notation, normes comptables - a craqué. Et une doctrine a fait faillite : celle du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.