RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Lettre de Julian Assange au roi Charles III

À Sa Majesté le Roi Charles III,

À l’occasion du couronnement de mon seigneur, j’ai pensé qu’il était tout à fait approprié de vous inviter à commémorer cette occasion capitale en visitant votre propre royaume au sein d’un royaume : la prison de Sa Majesté Belmarsh.

Vous vous souviendrez sans doute des sages paroles d’un célèbre dramaturge : "La qualité de la miséricorde n’est pas tendue. Elle tombe comme une douce pluie du ciel sur le lieu où elle s’exerce".

Ah, mais que saurait ce barde de la miséricorde face au bilan qui s’impose à l’aube de votre règne historique ? Après tout, c’est à la façon dont une société traite ses prisonniers que l’on peut véritablement mesurer sa valeur, et votre royaume a certainement excellé dans ce domaine.

La prison Belmarsh de Votre Majesté est située à l’adresse prestigieuse de One Western Way, à Londres, à quelques encablures du Old Royal Naval College de Greenwich. Quel plaisir de voir un établissement aussi prestigieux porter votre nom !

C’est ici que sont détenus 687 de vos loyaux sujets, ce qui conforte le Royaume-Uni dans son statut de nation ayant la plus grande population carcérale d’Europe occidentale. Comme l’a récemment déclaré votre noble gouvernement, votre royaume connaît actuellement "la plus grande expansion de places de prison depuis plus d’un siècle", avec des projections ambitieuses montrant une augmentation de la population carcérale de 82 000 à 106 000 personnes dans les quatre prochaines années. C’est tout un héritage, en effet.

En tant que prisonnier politique, détenu selon le bon vouloir de Votre Majesté au nom d’un souverain étranger embarrassé, j’ai l’honneur de résider entre les murs de cette institution de classe mondiale. Vraiment, votre royaume ne connaît pas de frontières.

Au cours de votre visite, vous aurez l’occasion de vous régaler des délices culinaires préparés pour vos loyaux sujets avec un budget généreux de deux livres par jour. Savourez les têtes de thon mixées et les omniprésentes formes reconstituées prétendument à base de poulet. Ne vous inquiétez pas, car contrairement à d’autres institutions de moindre importance comme Alcatraz ou San Quentin, il n’y a pas de repas en commun dans un réfectoire. À Belmarsh, les prisonniers dînent seuls dans leur cellule, ce qui leur assure une intimité maximale avec leur repas.

Au-delà des plaisirs gustatifs, je peux vous assurer que Belmarsh offre de nombreuses possibilités d’éducation à vos sujets. Comme le dit Proverbes 22:6 : "Instruis un enfant dans la voie qu’il doit suivre, et quand il sera grand, il ne s’en détournera pas". Observez les files d’attente au guichet des médicaments, où les détenus rassemblent leurs ordonnances, non pas pour un usage quotidien, mais pour vivre l’expérience d’une "grande journée" qui élargit l’horizon - en une seule fois.

Vous aurez également l’occasion de rendre hommage à mon défunt ami Manoel Santos, un homosexuel menacé d’expulsion vers le Brésil de Bolsonaro, qui s’est suicidé à huit mètres de ma cellule à l’aide d’une corde grossière fabriquée à partir de ses draps de lit. Sa voix de ténor exquise est maintenant réduite au silence pour toujours.

Si vous vous aventurez dans les profondeurs de Belmarsh, vous trouverez l’endroit le plus isolé à l’intérieur de ses murs : La Santé, ou "Hellcare" comme l’appellent affectueusement ses habitants. Ici, vous serez émerveillé par des règles sensées conçues pour la sécurité de tous, comme l’interdiction du jeu d’échecs, alors que le jeu de dames, bien moins dangereux, est autorisé.

Au cœur de Hellcare se trouve l’endroit le plus glorieux de tout Belmarsh, voire de tout le Royaume-Uni : le sublime Suite de fin de vie de Belmarsh. Si vous écoutez attentivement, vous entendrez peut-être les cris des prisonniers : "Frère, je vais mourir ici", ce qui témoigne de la qualité de la vie et de la mort dans votre prison.

Mais ne craignez rien, car il y a de la beauté à l’intérieur de ces murs. Régalez-vous des pittoresques corbeaux qui nichent dans les barbelés et des centaines de rats affamés qui ont élu domicile à Belmarsh. Et si vous venez au printemps, vous pourrez peut-être même apercevoir les canetons pondus par des colverts égarés dans l’enceinte de la prison. Mais ne tardez pas, car les rats voraces leur assurent une vie éphémère.

Je vous implore, Roi Charles, de visiter la prison de Sa Majesté Belmarsh, car c’est un honneur digne d’un roi. Alors que vous entamez votre règne, souvenez-vous toujours des mots de la Bible du roi Jacques : "Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde" (Matthieu 5:7). Et que la miséricorde soit la lumière qui guide votre royaume, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs de Belmarsh.

Votre sujet le plus dévoué,

Julian Assange
prisonnier #A9379AY

Traduction "le culot, c’est ça" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://declassifieduk.org/a-kingly-proposal-letter-from-julian-assang...
URL de cet article 38660
  

Même Auteur
Google contre Wikileaks
Julian ASSANGE
En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d’édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l’empereur d’Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.