RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Mexique : Ils n’ont pas été « affectés » (La Jornada)

43 étudiants de l'Ecole Normale Rurale d'Ayotzinapa, dans l'Etat de Guerrero, ont été enlevés par des policiers, après que ceux-ci aient tué 6 de leurs camarades, la journaliste Gloria Muñoz revient sur ce nouveau crime, sinistre épisode de la guerre menée contre les peuples du Mexique par un Etat soumis aux intérêts des compagnies minières, trusts de l' "Energie", fabricants d'armes aussi bien nord-américains que français, en étroite alliance avec les tueurs du narco-trafic.

Ce texte a été publié dans le quotidien La Jornada. Gloria Muñoz y tient une rubrique intitulée "Ceux et celles d’en bas". Le président de la république fédérale mexicaine, Enrique Peña Nieto, venait de faire savoir sa "sympathie" aux étudiants "affectés" (sic) par le massacre d’Ayotzinapa...

“ Ils n’ont pas été « affectés » ”

Gloria Muñoz Ramírez

Ils n’ont pas été « affectés », Monsieur le Président, ils ont été assassinés. Maintenant il se fait que tout le monde était au courant et que personne n’a rien dit. On dit en haut que l’affaire est liée au crime organisé allié avec quelques policiers, un maire peu recommandable, son épouse et son beau-frère. Et la version de la guérilla locale n’est pas très différente : des brigades justicières s’en sont prises au groupe délictueux « Guerreros unidos », comme si c’était un fait divers, comme s’il ne s’agissait pas d’un crime d’État.

Dans une atmosphère aussi lourde, que peut-on apporter ? Que Cuauthemoc Cardenas a été agressé par des gens qui le voient comme ce qu’il est : le fondateur et la figure morale du Parti de la révolution démocratique, celui-là même auquel appartiennent le gouverneur défendu jusqu’à l’ignominie par ses collègues, le maire en fuite et toute la bande des complices du massacre ? Inadmissible, l’agression. Oui. Mais pourquoi aucune analyse ne se focalise-t-elle sur l’indignation des jeunes et des proches qui rejettent totalement l’institution électorale et électrice peu précautionneuse de voir des délinquants potentiels rejoindre ses rangs ? Le dire n’est pas politiquement correct, on peut se retrouver accusée d’encourager la violence. Mais il n’en va pas ainsi. Le peuple a gardé la mémoire.

Les étudiants survivants racontent la persécution et le massacre. Des vidéos circulent où l’angoisse et la terreur vécues sont racontées en détails. Ils donnent des preuves graphiques qui accusent les patrouilles impliquées. Et ils refusent encore et encore la version officielle qui circule annonçant ce qui est à venir. Eux et les proches des 43 étudiants disparus nient que les cadavres trouvés à présent dans les neuf fosses communes soient ceux de leurs enfants et de leurs compagnons. « Ils ont été enlevés vivants, nous les voulons vivants » est plus qu’une consigne.

Que peut-on dire de plus après cela ?

La condamnation nationale et internationale est arrivée, bien qu’avec 14 jours de retard. Pendant que les étudiants de la polytechnique accaparaient les caméras et la parole, les indigènes d’Ayotzinapa étaient écartés. Il a fallu qu’apparaissent les fosses pour qu’on prenne toute la mesure de la tragédie et que la presse internationale se retourne. Et ensuite la « découverte » de ce que, à ce qu’on dit maintenant, tout le monde savait.

Que demander de plus ? La démission du gouverneur Angel Aguirre ? Ce n’est rien du tout et ils ne veulent même pas donner cela. Si Zedillo est passé à l’histoire comme le responsable du massacre d’Acteal, pourquoi à présent n’établit-on pas de responsabilités présidentielles ?

Qu’ils fichent tous le camp, comme disent les Argentins.

Gloria Muñoz Ramírez

http://www.jornada.unam.mx

»» http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-petit-gras/141014/sur-ayotz...
URL de cet article 27224
  

Même Thème
La Nuit de Tlatelolco, histoires orales d’un massacre d’Etat.
Elena Poniatowska
« Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska Alors que le monde pliait sous la fronde d’une jeunesse rebelle, le Mexique aussi connaissait un imposant mouvement étudiant. Dix jours avant le début des Jeux olympiques de Mexico, sous les yeux de la presse internationale, l’armée assassina plusieurs centaines de manifestants. Cette histoire sociale est racontée oralement par celles et ceux qui avaient l’espoir de changer le Mexique. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La vérité, c’est que le gouvernement ne peut construire une prison qui soit pire que celle qui consisterait à trahir ma conscience ou mes principes."

Chelsea Manning.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.