RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


NDDL comme un avion sans aile

l’Aéroport Jean-Jaures bat de l’aile
Faites-lui plaisir ; il souffre trop : achevez-le.

Fini la romance de l’aéropostale, le bombardier Concorde reconverti en long courrier sachant étouffer ces faiblesses jusqu’à la catastrophe pour la Grandeur de la France.

Plus dur est l’atterrissage sur l’Ayraulport de Nantes. Pour faire avaler une telle ineptie ( comme le grand stade de Lyon ou les TGV Lyon-Turin et autres, les autoroutes etc.) il faudra user de la classique recette : Le renommer aéroport Jean Jaurès car comme un aéroport Charles DeGaulle, ou Saint-Exupéry cela ne peut pas tomber en faillite. Car ainsi classé monument ou patrimoine, «  n’étant plus sur le même compte », ce seront les mêmes qui écoperont les Titanic du ciel.

Comme il a été déjà dit : Michelin ne fait pas des pneus, il fait du profit. Si l’industrie du pneumatique ne leur permet pas de profiter et que l’État toujours généreux avec l’industrie ne continu pas éternellement de les renflouer comme il a toujours fait pour ces industries (avions armes voiture train etc) et si Michelin constate que l’industrie pâtissière permet de dégager beaucoup plus de profit alors Michelin fera des gaufres.

Au diable le chantage à l’emploi en Chine.

L’homme est artefact, l’homme est factice tant qu’il se ment à lui-même. Tout autour de nous est factice, prétexte à consommation, civilisation du jetable même l’humain est jetable.

Le progrès est factice et qu’un prétexte au pillage. Les populations les plus pauvres sont empêchés de se nourrir. C’est bien une crapulerie doublée d’oeillère qui opère avec des prétextes humanitaires. Le brevetage du vivant et l’escroquerie nucléaire sont les symboles de cet empire qui s’effondre ; tout repose sur le mensonge et la cupidité ; la volonté de puissance.

Brave français dormez tranquille, vous ne voulez toujours pas voir que les nazi ne venaient pas de la planète Mars . Par contre les US sont allés sur la lune grâce à l’équipe de Wernher von Braun (https://fr.wikipedia.org/wiki/Wernher_von_Braun) «  l’équipe » avait changé d’employeur entre temps... et il y a de sa patte sur les appareils qui ont atterri sur mars récemment en grande pompe au dépend des mêmes populations terriennes et des générations qui suivent.

L’avion, bien et mal enchevêtrés, que l’on se souvienne des premiers avions de guerre du 1er Novembre 1911 en Libye déjà ...la tentation était trop grande pour ces avions de reconnaissance las de se faire canardé, et ils ont fini par balancer des bombes ou installer une bonne mitrailleuse sur leur carlingue pour arroser la population d’en bas ; difficile à cerner entre civile et militaire.

Puis vient ensuite ceux de Guernica, (la légion Condor) puis ceux de l’exode de 40, (les mêmes mieux équipés) affublés de machiavéliques sirènes acoustiques pour mieux épouvanter les fourmis civiles d’en bas toujours en toute loyauté et courage tant décriés chez ces héros de l’aviation. Et ce n’est pas mieux pour les représailles d’en face sur des villes comme Dresde un peu plus tard.

Ces légendes des pionniers de l’aéropostal aux héros de guerre ont permis d’occulter à profusion la réalité de cette arme de destruction massive qui n’a avec le temps que progressé dans la sophistication de la barbarie ; pensez-donc, un brave militaire en charentaise envois par son jeu vidéo un drone sur une chambre d’enfant en Libye directement de son bureau et rentre le soir embrasser tendrement ses enfants, avant de s’affaler devant son téléviseur-abrutissoir, goguenard.

L’honneur et la loyauté du combattant pour sa patrie etc.
Désolé pour le fiel mais on est loin, très loin des «  chevaliers du ciel ».

Pensez donc, ces nostalgiques du «  petit prince » balançant à qui mieux mieux du haut de leur «  pied d’escale » du napalm, agent orange, pesticides et autres médecine bactériologique puis du phosphore ou de l’uranium appauvri de l’Irak à la Libye. Ha c’est beau vu d’en haut, la vie...le courage de se sacrifier pour le pays. Mais «  moi mon colon celle que j’préfère » c’est celle d’Hiroshima et de Nagasaki. Ca c’était du spectacle. Et en prime cela a permis de démarrer le premier étouffement mondial des contaminations internes de la radioactivité, bien avant Tchernobyl et Fukushima.

«  Leur opposer une protestation morale, faire appel à leur sentiments, n’aurait guère de sens. Riches, instruits, intelligents (le plus souvent...), c’est en effet en connaissance de cause qu’ils défendent une philosophie sociale conçue à leur avantage. » Préface de Serge Halimi dans «  L’art d’ignorer les pauvres » de John Kenneth Galbraith

Artefact le prix du billet d’avion, pipé car c’est bien le contribuable qui a payé la recherche et développement, et tous les équipements hors de prix nécessaire au fantasme d’Icare, l’ultime orgueil de l’homme. Le prix du billet ne tient vraiment peu par rapport à la sécurité aérienne et sa maintenance exorbitante.

Vient se rajouter à cela les compagnies lowcost qui font du chantage aux aéroports comme le font les grandes surfaces auprès des producteurs de légumes.

Les gens qui prennent l’avion ne veulent pas voir toute l’infrastructure, le nombre considérable de personnels nécessaire pour voler en relative sécurité.
Relative sécurité, car lorsque l’oiseau de feu se crashe, on trouve encore le moyen d’étouffer la colère des familles des victimes lors des catastrophes toujours avec l’argent des contribuables, même les assurances ne sont souvent que des intermédiaires.

Artefact comme le nucléaire, l’artifice de l’aviation civile ne tient debout que grâce à l’aviation militaire, mieux nommée industrie de l’armement, dont la «  rentabilité » ne rentre vraiment pas en ligne de compte. Largement subventionnés par le contribuable ; EADS, Dassault, Airbus, Thalès, Lagardère, etc ne reposent sur rien : du vent.

Leur carburant issu du pillage et se faisant rare a été maintenu encore moins cher que pour les autres gas-pilleurs par le fait entre autre qu’il est dépourvu de taxe.

Les choses ont changé ; là où un Marcel Bloch était justifié, aujourd’hui un Serge Dassault est à mettre au panier.

Cette Malhonnêteté est incommensurable.

On pourrait s’étendre des heures durant sur cet enfumage énergétique et tarifaire ; il est temps de revenir à l’essentiel.

L’accès à la terre nourricière.

Alors tenez bon, allez-y.

Jean-Yves Peillard

https://zad.nadir.org/

On ne doit pas permettre cette dernière imposture d’aéroport de Notre de Dame des Landes, car ces personnes qui ne sont plus à une imposture près sont capables de le nommer aéroport Jean Jaurès.

Et ce dernier leur répondrait pourtant :
«  Si vous êtes socialistes moi je suis la reine d’Angleterre »

URL de cet article 18131
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

La gauche radicale et ses tabous
Aurélien BERNIER
Le constat est douloureux, mais irréfutable : malgré le succès de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2012, le Front national réussit bien mieux que le Front de gauche à capter le mécontentement populaire. Comme dans la plupart des pays d’Europe, la crise du capitalisme profite moins à la gauche « radicale » qu’à une mouvance nationaliste favorable au capitalisme ! Tel est le paradoxe analysé dans ce livre. Paralysé par la peur de dire « la même chose que Le Pen », le Front de gauche (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.