RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Opération Minerva » : les Etats-Unis avaient accès aux communications cryptées de l’Opération Condor

Le Washington Post, la télévision allemande ZDF, ont révélé le 11 février dernier que la CIA et le BND, les services allemands, ont discrètement acheté dans les années 70 une entreprise suisse, Crypto AG, qui a fourni près de 120 pays en matériel de chiffrement entre 1950 et les années 2000. L’ « Opération Minerva » -le « coup du siècle » selon les propres mots de la CIA- aura ainsi permis aux Etats-Unis d’accéder aux communications secrètes de responsables de pays du monde entier pendant près d’un demi-siècle. Cette révélation remet en cause le discours officiel des autorités américaines notamment vis-à-vis de leur supposée méconnaissance des nombreuses atrocités commises par les dictatures militaires du Cône Sud dans le cadre de l’Opération Condor.

Washington D.C., 11 février 2020 - La communauté étasunienne du renseignement a activement surveillé pendant des décennies les communications diplomatiques et militaires de nombreuses nations d’Amérique Latine par le biais de machines de cryptage fournies par une société suisse qui appartenait secrètement à la CIA et à l’agence [ouest-] allemande de renseignement, le BND, selon une enquête publiée aujourd’hui par la chaîne de télévision publique allemande, ZDF et le Washington Post.

Les documents déclassifiés publiés aujourd’hui par [-notre site-] le National Security Archive montrent que parmi les pays ainsi secrètement surveillés se trouvaient des régimes militaires faisant partie de l’Opération Condor - dirigée par le Chili, l’Argentine et l’Uruguay – lesquels ont conduit des actions de répression et de terrorisme au niveau régional et international contre des opposants politiques.

L’enquête révèle que le réseau mis en place au milieu et à la fin des années 1970 par des régimes militaires d’Amérique du Sud pour cibler et éliminer des opposants dans le monde entier a effectué ses communications codées au moyen de dispositifs de cryptage fabriqués par la société suisse Crypto AG, contrôlée par la CIA, c’est à dire sans se rendre compte que les États-Unis pouvaient les intercepter.

(...)

Au plus fort de son activité, Crypto AG a vendu des milliers de machines de cryptage très sophistiquées à plus de 100 pays. En Amérique Latine, des pays comme le Mexique, l’Argentine, le Brésil, le Chili, l’Uruguay, le Pérou, la Colombie, le Venezuela et le Nicaragua figuraient parmi ses clients. L’utilisation de ces dispositifs a permis à la CIA et à la NSA de décoder des milliers de messages, couvrant potentiellement une série d’épisodes historiques dramatiques, parmi lesquels : le coup d’État militaire de 1973 au Chili ; le coup d’État militaire de 1976 en Argentine ; l’assassinat à la voiture piégée d’Orlando Letelier et de Ronni Moffitt à Washington en septembre 1976 ; l’attentat terroriste à la bombe d’un avion de ligne cubain au large des côtes de la Barbade en octobre 1976 ; la révolution sandiniste et le conflit avec les Contras au Nicaragua (que les forces de sécurité argentines ont secrètement soutenues) ; et la guerre des Malouines de 1982 entre l’Argentine et la Grande-Bretagne, parmi beaucoup d’autres.

Comme les pays membres de l’Opération Condor ont bâti tout leur réseau de communication secret en utilisant les technologies de Crypto AG, les services de renseignement américains ont potentiellement pu surveiller les plans et les missions de l’Opération, y compris les multiples complots d’assassinat dans la région, en Europe et aux États-Unis.

Les communications brutes, et les rapports de renseignement qui en découlent, auxquels le Washington Post et la ZDF n’ont pas eu accès, représentent une mine d’archives encore secrètes qui pourraient éclairer de manière significative les ombres de l’histoire de la région ainsi que ce que les États-Unis savaient des opérations qui s’y déroulaient et, le cas échéant, ce que les responsables américains ont fait ou pas de ces informations. « Les révélations contenues dans ces documents peuvent fournir des éléments permettant de réévaluer si les États-Unis étaient en mesure d’intervenir face aux atrocités commises, ou au moins de les exposer », note le Washington Post, qui ne fait aucune référence directe à l’Opération Condor, « et s’ils ont choisi de ne pas le faire parfois pour préserver leur accès à de précieux renseignements ».

(...)

Par le biais de la Freedom of Information Act (loi sur la liberté d’information), le [centre de recherche] National Security Archive cherche à obtenir la déclassification complète du dossier secret de la CIA concernant le « projet Minerva » ainsi que les documents relatifs aux liens entre la CIA/NSA [Central Intelligence Agency – National Security Agency] et la société Hagelin - Crypto AG. Le [centre de recherche] National Security Archive a demandé au gouvernement allemand de rendre publiques ses propres archives sur sa collaboration avec les États-Unis dans le cadre des opérations Minerva.

« Ces renseignements peuvent aujourd’hui jouer un rôle important pour éclaircir certains aspects de notre histoire ainsi que pour écrire l’histoire de nos relations avec la région latino-américaine », a fait remarquer Peter Kornbluh, analyste principal du [centre de recherche] National Security Archive. « Il est temps que ces documents fassent partie de l’histoire officielle ».

Traduit par Luis Alberto Reygada (@la_reygada).

- Enquête du Washington Post : https://www.washingtonpost.com/graphics/2020/world/national-security/cia-crypto-encryption-machines-espionage/
- et de la chaîne de télévision publique allemande ZDF : https://www.zdf.de/nachrichten/heute-sendungen/videos/crypto-karte-100.html

Source : The CIA’s ‘Minerva’ Secret
https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/chile-cyber-vault-intelligence-southern-cone/2020-02-11/cias-minerva-secret

Article publié par le National Security Archive (https://nsarchive.gwu.edu/) le 11 février 2020. . Fondées en 1985 par des journalistes et des universitaires pour contrer la montée du secret gouvernemental, les National Security Archive combinent une gamme unique de fonctions : centre de journalisme d’investigation, institut de recherche sur les affaires internationales, bibliothèque et archives de documents américains déclassifiés ("la plus grande collection non gouvernementale au monde" selon le Los Angeles Times), principal utilisateur à but non lucratif de la loi américaine sur la liberté d’information (Freedom of Information Act), cabinet d’avocats d’intérêt public défendant et élargissant l’accès du public aux informations gouvernementales, défenseur mondial de la transparence gouvernementale, et indexeur et éditeur d’anciens secrets. (Source : A propos du National Security Archive ; https://nsarchive.gwu.edu/about). Le National Security Archive est un centre faisant partie de l’Université George Washington, située à Washington D.C.

»» http://www.elcorreo.eu.org/Operation-Minerva-Etats-Unis-avaient-acces-...
URL de cet article 35710
  

Même Thème
Code Chavez - CIA contre Venezuela
Eva GOLINGER
Code Chavez présente des documents secrets de la CIA et d’autres organismes des Etats-Unis, obtenus par l’avocate Eva Golinger. Son investigation passionnante révèle le mode opératoire de la CIA pour déstabiliser et renverser un pouvoir trop indépendant. Là où le Chili d’Allende avait été assassiné, le Venezuela de Chavez a réussi à résister. Pourtant, Bush, par l’odeur du pétrole alléché, met le paquet : coup d’Etat militaire en 2002, coup d’Etat économique et sabotage en 2003, campagne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le gant de velours du marché ne marchera jamais sans une main de fer derrière - McDonald ne peut prospérer sans McDonnell Douglas, le fabricant (de l’avion de guerre) F15.

Thomas L. Friedman "A Manifesto for a fast World"
New York Times Magazine, 28 Mars, 1999

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.