RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Où va-t-on ?

Où va-t-on ?

Préambule : Certains ont déclaré ou écrit que sarkozy impliquait l’armée dans des conflits (Libye, Côte d’Ivoire) pour échapper à la dure réalité (son sport favori : le déni de réalité) et faire oublier aux Français-ses le bordel qui règne dans le pays et tout particulièrement au sein de nos administrations (l’accumulation de pénalités et de blocages fautes de moyens) à l’Hôpital Public (graves disfonctionnements faute de moyens et de personnel), la Justice (graves disfonctionnements faute de moyens et de personnel, et c’est peu dire !), à l’Education nationale (graves disfonctionnements faute de moyens et de personnel, le bordel absolu), à l’Université ou dans les Facs (graves disfonctionnements faute de moyens, augmentation en tous genres, inscriptions, etc.) , à la Recherche (graves disfonctionnements faute de moyens et de postes) , etc., etc., l’explosion des violences physiques s’amplifie sur tout le territoire, le chômage reste le fléau numéro un, la (grande) précarité de plus en plus insupportable, la baisse drastique des revenus, et donc la bérézina économique dans tout le pays, que sarkozy a bien du mal a caché sous le tapis !

En lisant ces lignes vous constaterez que malgré les opérations de diversion, la dure réalité persiste et signe ses échecs successifs qui s’empilent dangereusement (l’aventure guerrière s’enlise en Libye ou en Côte d’Ivoire), y compris l’exportation de conflits armés, bien que les médias français appliquent à la lettre les consignes du chef de guerre pour l’autocensure, les faits se font de plus en plus insistants et s’infiltre ça et là , et apparaissent (malgré de sévères filtrages) sur les sites qui refusent de taire les faits et la Vérité.

*Longuet, l’ancien faf que l’on sait, - ancien ? c’est à voir ! - si on se réfère à l’activisme passé (et pas si lointain que ça d’ailleurs), en tant que membre actif et penseur influent du « Club de l’horloge », (1) quand il peaufinait le programme du FN (en vue de l’élection présidentielle à laquelle Le Pen (père) se présentait), on ne peut qu’être dubitatif sur le bonhomme… c’est aussi le cas en ce qui concerne le conseiller spécial "es-FN", Buisson, auprès du président des riches et des très riches, sarkozy, (voir à ce sujet la contre-réforme des impôts -l’ISF, etc.- , où, comme par hasard, les riches seront encore plus riche qu’avant) quand celui-ci compare la Lybie et la Côte d’Ivoire à la Syrie ???
On ne voit pas trop bien à quoi il fait allusion ni où mène ces points de comparaison, excepté que les dirigeants de ces trois pays souverains, membres de l’ONU, sont des dictateurs avérés, et qu’il y a peu encore, étaient admis - voire choyés, comme ce fut le cas par la France en Tunisie en Egypte ou en Syrie - par les membres de « la communauté internationale » (ces derniers ont rendus de nombreux et inestimables "services" à la « coalition occidentale-internationale », Etats-Unis en tête, ainsi qu’aux vassaux - l’Angleterre et la France dans les touts premiers rangs (le retournement du clan sarkozy est un modèle du genre, son « opportunisme intégral » sans foi ni loin sera une référence en la matière ! ), en plus de quelques autres pays (moins visibles ceux-là , mais tout aussi intéressés…) - ou les satellites et seconds couteaux -, avant que ceux-ci (c’est le leadership mondial - les Etats-Unis - qui a finalisé la mise au ban des nations des dictateurs désignés à la vindicte mondiale) ne décident - nous assistons à une récupération politicarde d’envergure du « Printemps arabe », qui a déclenché le lâchage généralisé d’anciens amis d’hier, Moubarak, Ben Ali, (la liste n’est pas encore close, loin de là  !) auquel nous assistons, sous-couvert de redistribution des cartes, mais ce lâchage reste tout de même très encadré et (pour l’instant) assez limité ; les dirigeants occidentaux ont décidé de larguer leurs anciens amis devenus trop encombrants… .
* longuet, (certainement à dessein), oublie les dictatures trop puissantes pour être attaquées frontalement par les membres de la coalition occidentale-internationale - téméraires mais pas fous - ceux-là mêmes qui massacrent leurs peuples ou leurs proches voisins frontaliers ; dans ce cas, il s’agit d’affaires intérieures et d’intégrité territoriale - ou de souveraineté, au choix… - (à ce propos, sarkozy n’est jamais tant à son aise que lorsque le pays attaqué par la coalition occidentale-internationale - lire : « voyoucratie internationale » -, est de préférence : un petit pays, isolé internationalement (sans accord d’assistance militaire avec une grande puissance) et un potentiel militaire quasi dérisoire (en général ils - les Etats-Unis, l’Angleterre et la France - consultent les listings d’armes et de munitions qu’ils leurs ont eux-même livrées et vendues), pour ne pas risquer de "débordements" intempestifs soit sur le Continent européen ou même sur la France. sarkozy aime fanfaronner quant-il s’attaque à plus faible que lui (quand il était jeune il aimait s’entourer de gros bras et fanfaronner en toute quiétude ; la sécurité - après le pognon bien entendu - c’est l’affaire de sa vie ! C’est sa nature profonde, sa "morale" en quelque sorte…)

Comme vous l’aurez peut-être lu sur certains sites (du moins ceux qui refusent - malgré de nombreuses menaces de mort et insultes divers - de divulguer la bouillie propagandiste des dominants), et comme malheureusement nous l’avions prévu,

a) la guerre civile libyenne s’enlise chaque jour d’avantage (au risque de déraper à tout moment),

b) le règlement de compte minable doublé d’une guerre néo-coloniale française (qui ne dit pas son nom) en *Côte d’Ivoire, (malgré une censure féroce des médias français aux ordres), les massacres se perpétuent de plus belle (y compris celui d’un ancien allié du clan Ouattara, Koulibaly, lynché à mort dans une arrière cours d’immeuble ) loin des caméras et des photographes, dans l’arrière cours d’immeubles et autres abattoirs improvisés,

c) quand à la Syrie, elle s’enfonce un peu plus dans la guerre civile (la pire guerre ? Non, l’interventionnisme armé des occidentaux est tout aussi meurtriers et destructeurs )
*La triste vérité politique, c’est que sarkozy, le candidat de la « rupture » qui se faisait fort d’être le héraut des droits de l’Homme et de diminuer la présence militaire française en Afrique, est devenu le locataire élyséen le plus interventionniste de la Vème République, dont l’armée combat (ou a combattu) en Libye, en Mauritanie, au Mali, au Niger, au Tchad, en Somalie, et donc, maintenant, en Côte d’Ivoire. C’est aussi ça le système sarkozyste, pas mal de baratin enveloppé dans le déni permanent de réalité !

NOTES

1) pour ceux qui auraient la mémoire courte, ce Club de théoriciens fachos (comparable à ceux de « l’Ecole de Chicago » et ses métastases « les Chicago’s boys », qui ont pondu les théories et répandus les bases idéologiques de l’ultralibéralisme - ou néolibéralisme, au choix -, ce fléau total qu’ils testèrent simultanément au Chili (le coup d’état sanglant, l’assassinat de Salvador Allende, des membres de son gouvernement et le massacre à grande échelle du peuple chilien qui s’ensuivit l’atteste ; et dans ce cas précis (de nombreux documents officiels et historiques le certifient indéniablement), ce sont les Etats-Unis, eux-mêmes, qui ont organisés et planifiés cette boucherie ! ) et lors de l’instauration de cette doctrine criminelle - ils préconisèrent l’emploi systématique de la violence et de la terreur pour imposer par la force une gouvernance politique néolibérale (au "programme" de ces fous furieux, la suppression de l’Etat providence, la soumission totale du peuple réduit à l’état d’esclave corvéable à merci, etc., … et ça continue (de manière beaucoup plus "soft" bien entendu) mais ça continue, ici et maintenant !) et en Indonésie sous le joug de la dictature indonésienne (ces exactions furent exécutées sous la botte de généralismes crapules, Pinochet et Suharto).
L’un des nombreux paradigmes était : « Il faut convaincre les pauvres qu’ils sont seuls responsables de leur situation, et que c’est la faute de personne d’autre ! » ou d’autres saloperies du même genre… ; et pour en revenir au « Club de l’horloge » (vous aurez compris que nos théoriciens franchouillards - anciens manieurs de barres de fer -, d’une soi-disant "nouvelle" pensée facho, font "joujoux" dans une cours et une catégorie bien inférieure à celle où sévirent les fachos de *l’« Ecole de Chicago »), ces théoriciens de la "nouvelle " pensée droitière proposaient de retourner l’argumentaire de leurs "adversaires" politiques afin de l’utiliser à leur détriment. Der Gross taktikeu-eu ! sarkozy fait pire encore, il se propose d’utiliser l’argumentaire du FN afin de siphonner l’électorat idoine, et ça ne marche pas. mais pourquoi ça ne marche pas !

* cette idéologie est très comparable à celle que diffuse les fachos du « tea party »

Quand je lis les déclarations de Michel Honfray ("libertaire" paraît-il ?) parues dans les colonnes d’un quotidien labellisé "bien-pensant" ,où, l’impétueuse pulsion solidarsnośćovienne de cet hâbleur médiatisé et adoubé par ses paires, préconise le dialogue plutôt que l’anathème et l’injure systématiques (on aurait bien de mal à conseiller le contraire, néanmoins, tout dépend de votre (vos) interlocuteur-s(rices)…si d’emblée comme ce fut le cas (et à maintes reprises) pour sarkozy, celui-ci vous injurie, il paraît difficile de répondre au crachat, non ?) et dans un langage alambiqué, qu’il maîtrise parfaitement du reste, (il est à la pensée philosophique ce que Stark est au Design, une sorte d’esthète…), s’ingénie à absoudre (stigmatisant au passage - il faut créer un ennemi, sinon la démonstration n’a pas de sens - des journalistes « si souvent coupables d’inceste intellectuel » s’acharnant sur de soi-disant victimes) les Zemmour, Ménard, Lévy et consorts dont on se contre-fout pas mal (ne sont-ils pas pléthores ces derniers temps ?), si ce n’est qu’on leur reproche une rien, une broutille sans importance, faire de la lèche au FN.

C’est **d’un banal !

Que de grossiers écrivaillons ordinaires, en mal d’affirmation égotique se surpassent les uns les autres dans la connerie sans limite ; vous avez raison, monsieur Honfray, mis à part de "petits" dérapages verbeux, R-A-S, m’sieur...

**Depuis que le grand leader charismatique, sarkozy, chef de guerre, va-t-en guerre opportuniste, soutien logistique et idéologique de la rébellion libyenne (pauvre rébellion !), a fait gober à ses alliés (en particulier aux Anglais et aux Etasuniens) ainsi qu’aux caciques de son propre camp que sa stratégie guerrière était et serait infaillible, (le fameux ticket « gagnant-gagnant ») et qu’elle serait (en cas de victoire bien entendu) LA solution la moins pire pour résoudre les problèmes majeurs que rencontrent le peuple libyen. Ceci est tout à fait étonnant (on subodore qu’il a fortement poussé ses alliés à entrer dans le conflit pour des raisons moins avouables qu’il n’y parait (d’aucuns lui prêtent de mesquins calculs électoralistes et politiciens ; la "libération" du peuple libyen paraît s’éloigner des enjeux invoqués - les enjeux réels seraient-ils moins présentables ? - , et au fur et à mesure que le temps passe, les résultats escomptés se font de plus en plus attendre et les objectifs proclamés paraissent inatteignables. Les rangs des morts et des blessés grossissent chaque jour d’avantage, et le conflit s’oriente vers une inévitable escalade - des troupes au sol et une chasse sans merci aux kadhafistes, va s’ouvrir - loin, bien loin des motifs invoqués (par la résolution onusienne "1973") par les membres de la coalition occidentale-internationale pour enclencher le conflit). La suite prouvera que sarkozy avait (comme c’est trop souvent le cas) tout à fait tort, le peuple libyen paiera le prix fort, mais qu’importe, tout cela ce fait avec la peau et le sang des autres, alors…
Les alliés (les Etats-Unis et la Grande Bretagne en tête) auront des comptes à rendre à leur représentation nationale (en France, le chef de guerre sarkozy se contre-fout de la représentation nationale ; il décide, un point c’est tout ! En ce qui concerne l’avenir politique du chef de guerre français, la suite parait assez compromise et ce problème sera apparemment vite réglé. Dans à peu près un an, selon toute vraisemblance, il sera remercié à la hauteur du mépris (dont il fit ostentation avec ses amis proches et des membres du Medef) envers le peuple français ; ceci paraît entendu car ce dernier (le peuple français) aura à coeur de le déloger des palais de la république qu’ils occupent - très momentanément - lui et son clan (malgré un rejet massif de sa personne par les Français-ses), lors des prochaines échéances électorales et en sera prestement chassé !

Et pendant ce temps là , que fait l’insouciant chef de guerre ? Il se prépare tout bonnement pour un second mandat… et proclame à qui veut l’entendre, qu’il la sent bien cette élection.

Nous aussi on la sent bien cette élection ! et on se prépare tranquillement pour une France sans le clan sarkozy…

Conclusion provisoire : les alliés de l’Otan ont massacré l’un des fils de Kadhafi (le plus jeune) et trois de ces petits enfants. Voici un extrait du communiqué de presse, AFP/Reuter : « … Samedi soir, trois explosions avaient été entendues à Tripoli en provenance du secteur de Bab Al-Aziziya, qui abrite le complexe du colonel Kadhafi, après un survol d’avions de l’OTAN. … », « … Le porte-parole du gouvernement libyen a annoncé que le plus jeune fils du leader libyen Mouammar Kadhafi, Saif Al-Arab Kadhafi, ainsi que trois de ses petits-enfants, avaient été tués dans la nuit de samedi à dimanche au cours d’une frappe aérienne, à laquelle le leader libyen aurait échappé. … », « …Saïf Al-Arab, civil et étudiant, avait 29 ans, a déclaré Moussa Ibrahim. Il n’avait qu’un rôle limité dans le cercle du pouvoir à Tripoli. … »

Suite à ce communiqué de presse, le général français, Bouchard, (certainement impliqué dans le commandement des opérations de bombardements ?), poursuivait ces déclarations : « ... L’OTAN a poursuivi ses frappes de précision contre les installations militaires du régime Kadhafi à Tripoli cette nuit, y compris des frappes sur un bâtiment de commandement et de contrôle connu dans le secteur de Bab al-Aziziya, peu après 18 heures GMT [ 20 heures à Paris ] samedi soir ", a indiqué l’Alliance atlantique dans un communiqué. " Je suis au courant d’informations non confirmées des médias selon lesquelles certains membres de la famille Kadhafi pourraient avoir été tués ", a déclaré le général Charles Bouchard, commandant en chef de l’opération " Protecteur unifié ", dans ce communiqué. " Nous regrettons toute perte de vie, particulièrement celle de civils innocents ", a-t-il ajouté. Cependant, " toutes les cibles de l’OTAN sont de nature militaire et ont été clairement liées aux attaques systématiques du régime Kadhafi sur la population libyenne et les zones peuplées. Nous ne visons pas les individus ", a souligné le général Bouchard.

Merci de préciser qu’il s’agit de frappes aériennes de "précision" ne visant pas les civils, les nombreux morts et les blessés civils - et de surcroît innocents - seront heureux de l’apprendre. Merci pour eux !

Et le communiqué continue avec le même baratin :

« Les frappes menées samedi soir dans le secteur de Bab Al-Aziziya " faisaient partie d’une stratégie cohérente de l’OTAN pour perturber et détruire le commandement et le contrôle de ces forces qui ont attaqué des civils ", a souligné l’OTAN dans son communiqué. " L’OTAN poursuivra ses opérations jusqu’à ce que toutes les attaques et les menaces contre les civils aient cessé, jusqu’à ce que toutes les forces pro-Kadhafi, y compris les tireurs embusqués, mercenaires et forces paramilitaires, soient rentrées dans leurs bases, et jusqu’il n’y ait plus aucun obstacle à l’accès à l’aide humanitaire pour toutes les personnes nécessitant une assistance ", a réaffirmé l’Alliance atlantique dans son communiqué. L’OTAN " remplit son mandat de l’ONU pour arrêter et empêcher les attaques contre les civils avec précision et attention, contrairement aux forces de Kadhafi, qui causent tellement de souffrances ", a souligné le général Bouchard.

Alors, si j’ai bien compris le communiqué de presse, les bombardements de l’OTAN tuent des civils innocents pour sauver d’autres civils tout aussi innocents… et si on arrêtait les conneries, qu’on stoppe les tueries d’innocents !

Mais où va-t-on ?

Lorsque je lis ceci : « Scènes de liesse à Benghazi, après l’annonce de la mort d’un des fils de M. Kadhafi. », où l’on voit (c’est beaucoup dire, car la photo est flouttée ; est-ce par décence ?) un adolescent brandir le drapeau de l’ancien régime libyen (alors que les royautés - pétrolières et autres - sont vilipendées dans presque tout le Proche orient), apparemment heureux et entouré d’adultes faisant le V de la victoire (avec l’index et le majeur), on n’est saisit par l’obscénité de cette "liesse" populaire.

Doit-on parler d’indécence populaire ?

Le monde basculerait-il dans la barbarie ?

La mort d’un être humain (quel qu’il soit) doit-elle provoquée une liesse (populaire ou pas) ? La méchanceté et la cruauté domine le monde…nous tuons et nous nous en réjouissons.

Nous semons la terreur, la mort et le chaos, l’humanité entre dans une période sombre de son histoire.

NON A LA GUERRE !

URL de cet article 13571
  

Même Thème
Roms de France, Roms en France - Jean-Pierre Dacheux, Bernard Delemotte
Population méconnue, la plus nombreuse des minorités culturelles, présente en Europe depuis des siècles, les Roms comptent plus de dix millions de personnes. Ils ont subi partout l’exclusion et les persécutions : l’esclavage en Roumanie du XIVe au XIXe siècle, l’extermination dans les camps nazis… Peuple à l’identité multiple, son unité se trouve dans son histoire, sa langue et son appartenance à une "nation sans territoire" . La loi Besson de juillet 2000 a reconnu les responsabilités de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Une baïonnette est une arme avec un travailleur à chaque extrémité. »

Eugene V. Debs

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.