Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


PARIS - Démocratie, mondialisation, peuple : vers quelles dynamique et expériences des acteurs dans les sociétés du Sud ? (XXème-XXIème siècles) - Jean-Jacques Cadet et Jacques Nési

Appel à contributions

Colloque

(Université Paris 8, Université D’Etat d’Haïti, FOKAL, Université des Antilles, IHEAL)

« Démocratie, mondialisation, peuple : vers quelles dynamiques et expériences des acteurs dans les sociétés du Sud ? (XXème-XXIème siècles »
(En hommage à l’action de Daniel Fignolé, homme politique haïtien : 11 nov.1913-27 Août 1986)

La rhétorique sur les modalités d’application de la démocratie dès la fin des années 1970, dans les sociétés du Sud, s’est accompagnée de la diffusion et de l’imposition d’une doxa économique qui combine le dosage du libéralisme et l’inscription de ces sociétés dans la mondialisation. Dans ce contexte, la libéralisation politique associée à la libéralisation économique s’est traduite, certes par l’émergence des régimes démocratiques, mais également par l’apparition des forces d’apprentissage de la politique, de nouvelles sociabilités qui témoignent de l’appropriation du concept « peuple ».
Ainsi, en Amérique latine, par exemple, des innovations politiques sont observées en faveur du renforcement de la démocratie participative, de la citoyenneté et d’enrichissement du modèle démocratique. En Afrique, les élections concourent à la participation politique, s’adaptant à des mécanismes transparents, selon des tempéraments spécifiques, des contextes, des modalités différentes ; néanmoins, elles n’aboutissent pas dans tous les cas, à l’alternance et aux limites des mandats ; elles se traduisent par l’appropriation des formes d’invention de la tradition démocratique. Puis, des mouvements de jeunesse (Sénégal, République Démocratique du Congo, Burkina Faso…) tendent à revitaliser la participation citoyenne. Tandis qu’en Libye, en Egypte, en Tunisie, derrière l’effervescence populaire apparaissent des pratiques, des représentations politiques de « restaurations autoritaires ».
Au-delà des dynamiques observées et des expérimentations démocratiques, les contributions des citoyens ne peuvent être comprises sans une interrelation avec la mondialisation qui, assortie d’un programme de nivellement et d’uniformisation , suscite des peurs, angoisses ; la déstabilisation des régimes et des défis insurmontables auxquels la démocratie semble impuissante : la migration, l’islamisme radical, la crise des réfugiés associée à celle des frontières et des identités, l’apatridie, le racisme, le terrorisme, la pauvreté, le crime organisé, le chômage…Cet état des lieux sur la démocratie, le libéralisme et la mondialisation, dans les sociétés du Sud a déjà mobilisé la « communauté scientifique ». Néanmoins, il est nécessaire de poursuivre les travaux interrogeant le lien entre la mondialisation, la démocratie et les phénomènes liés à la migration et à la fuite, aux peurs, aux désenchantements de la démocratie au Nord –Etats-Unis d’Amérique et en Europe-dont les effets se font sentir au Sud.
Par son emprise sur les spécificités locales, la mondialisation confrontée à la démocratie peut- elle favoriser l’émergence de nouvelles cultures spécifiques, à l’initiative des acteurs infra- populaires (les masses, les analphabètes, la sans-terre, les exclus) et ceux de la société civile ? La mobilisation des acteurs infra-populaires se propose-telle de renouveler le contenu vertueux de la démocratie ?

Quelles sont les métamorphoses de la démocratie ? Quel « modèle de gouvernance traditionnel » ? D’où vient le renouveau démocratique ? La démocratie peut-elle prétendre à l’universalité ? La pauvreté, l’analphabétisme rendent-elles fragile, non viable la démocratie ?
La mondialisation qui n’ignore pas les identités et le maintien des frontières nationales génère-t-elle une démocratie intégrant des droits spécifiques pour les divers groupes de la société ?
Ce colloque vise à rendre compte des changements, des résistances, des déviations créatrices, des expérimentations dans les démocraties des pays du Sud cinquante ans après la vague de démocratisation qui les a marqués, par une compréhension des différents types d’acteurs, leurs logiques d’engagement, les illusions et les acquis.
L’ambition de ce colloque est aussi de penser, de comprendre l’évolution de la démocratie dans une interaction constante avec la mondialisation, d’identifier et de décrypter les pratiques politiques réelles se gardant de toute démarche stigmatisante, d’interroger les soupçons et les incertitudes que font peser les effets de la mondialisation sur la démocratie, de comprendre l’émergence dans les sociétés du Sud, des figures éminentes, pourvues de charisme pour les uns, jugées dangereuses par les autres , s’appuyant sur les couches sociales « subordonnées » mises hors-jeu, ont tenté de construire des dynamiques majoritaires de nature à rompre avec les rigidités imposées, de construire des paradigmes, des théories, des hypothèses qui tentent de rendre compte des expériences extérieures au « monde développé ».
Le colloque vise également à faire un point par des approches croisées sur les différentes évolutions politiques, économiques, perspectives et paradigmes, problématiques de nature à cerner les innovations, les recompositions et les analyses qu’elles soulèvent.
Les contributions touchant au droit, à l’histoire, à la science politique, à la géographie, la philosophie, l’anthropologie du droit, de l’économie, des relations internationales, de l’économie de la santé, des sciences de l’éducation…présentant un caractère empirique pertinent sont attendues.

Ce colloque s’articule autour de cinq axes principaux :

• Les stratégies de prise du pouvoir et de mobilisation collective : des acteurs politiques situés au Sud tentent d’inscrire les masses populaires au cœur d’un projet de transformations de la société. Néanmoins, l’émergence d’une nouvelle communauté politique par une relation affirmée avec les forces dominantes bute sur les peurs que suscite la rhétorique portée par les acteurs. Se gardant d’attribuer des étiquettes à l’engagement par le bas, nous privilégions les analyses qui tentent de le situer dans son historicité, de comprendre ses fonctions protestataire et plébiscitaire, cerner une gémellité, un rapprochement entre les figures des Caraïbes, de l’Amérique latine, de l’Afrique (Thomas Sankara, Daniel Fignolé, Hugo Chavez, Gandhi…) qui malgré les différences de trajectoires ont en commun le projet de recomposition du système politique par la neutralisation de la composition élitiste.

• La mondialisation et ses métamorphoses : La mondialisation ouvre-t-elle la voie à une rupture, une césure entre démocratie et peuple qui produirait une forme de dégénérescence, une perversion démocratique par le triomphe du libéralisme qui semble renforcer davantage l’extraversion des économies locales, leurs vulnérabilités et différer les nouvelles dynamiques favorables à leur développement économique ? Comment résoudre les écueils d’une téléologie démocratique, soulevés par une tension entre l’application des grands principes imposés par le caractère homogénéisant de la mondialisation face aux attentes matérielles du plus grand nombre et aux tensions politiques de divers ordres, aux bouleversements climatiques et géopolitiques des sociétés du Sud ?
• Les mouvements sociaux et la démocratie : Comment la dynamique des mouvements sociaux peut-elle contribuer à la construction de la démocratie dans les pays non occidentaux ? Ne reviennent-ils aux syndicats et aux organisations estudiantines de proposer le modèle démocratique convenable à ces singuliers pays ? Quelle articulation entre ces structures militantes de la « société civile » et les régimes politiques ?
• · La question de couleur et la politique : La question de couleur est-elle soluble dans la démocratie dont le peuple est le vecteur principal ? Dans quelle mesure l’idéologie de couleur serait beaucoup plus compatible avec la dictature qu’avec la démocratie ? Peut-on inscrire l’idée de « pouvoir noir » dans un projet démocratique ? Comment articuler race et classe en politique ?
• Les évolutions politiques au Sud : elles suscitent des interrogations et des doutes, tant elles sont menacées non seulement par les mutations de ces sociétés, par la transformation des religions en acteurs politiques, mais par les déviations de plus en plus affirmées des normes de la démocratie. En effet, des acteurs politiques adhèrent aux institutions démocratiques comme moyen de conquérir le pouvoir mais s’éloignent des normes dès lors qu’ils exercent la charge de titulaires : violations de la liberté d’expression, intolérance de l’opposition et persécution des médias,, explosion de la violence, faible application des normes démocratiques dans l’exercice du pouvoir, occupation autoritaire du pouvoir, malgré la présence, dans certains cas des Casques bleus de l’ONU.

Informations pratiques

Le colloque se déroulera les jeudi 5 juillet et 6 juillet 2018 à l’Université de Paris.

Les propositions de communication sont attendues pour le 15 avril 2018. Elles devront comporter 300-350 mots maximum. Elles sont à envoyer, en format pdf à : cadet.jeanjacques@yahoo.fr et jacques_nesi@hotmail.com
Les réponses seront indiquées en mai 2018.

Les communications complètes seront attendues pour le mois de juin 2018.

Comité d’organisation

Jacques NESI, Docteur en science politique. Université des Antilles. (Laboratoire caraibéen de sciences sociales (LC2S,ex-CRPLC)
Jean-Jacques CADET, Doctorant en philosophie. Université Paris 8. Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie, (LLCP).

Comité scientifique

M. Christian GIRAULT, Professeur, Directeur de recherche au CNRS CREDA-IHEAL. Spécialiste de l’Amérique latine et des Caraïbes, Université Sorbonne Nouvelle.
Monsieur Jean-Paul DURAND, Professeur honoraire et Doyen honoraire op. Institut Catholique de Paris.
Madame Michèle DUVIVIER PIERRE-LOUIS, Economiste, spécialiste de l’éducation.
M. Justin DANIEL, Professeur de science politique, à l’Université des Antilles (UA), Faculté de droit et d’économie de la Martinique et Directeur du Laboratoire Caraibéen de Sciences Sociales (LC2S, ex-CRPLC). Université des Antilles
M. Stéphane DOUAILLER, Professeur des universités en Philosophie et Chercheur au Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie.
M. Odile Jean ETIENNE, Docteur en géographie. Professeur Université d’Etat d’Haïti.
M. Patrice VERMEREN, Professeur des universités en Philosophie et Chercheur au Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie.
M .Georges Eddy LUCIEN, Professeur et directeur du Centre de recherche et d’appui aux politiques urbaines (Crapu) à l’Université Quisqueya (Uniq (Université d’Etat d’Haïti
M. Edlyn DORISMOND, Docteur en philosophie et professeur à l’Université Limonade M.Adler CAMILUS, Docteur en philosophie. Université Paris 8.
M. Fréderic THOMAS, Docteur en Science Politique, chercheur rattaché au Centre Tri Continental (CETRI) Bruxelles
Mme Anne PENE- ANNETTE, Maître de conférences en géographie .Université des Antilles

URL de cette brève 5723
https://www.legrandsoir.info/paris-democratie-mondialisation-peuple-vers-quelles-dynamique-et-experiences-des-acteurs-dans-les-societes-du-sud-xxeme-xxieme.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
RSS RSS Commentaires
   
Autopsie des terrorismes - Les attentats du 11-septembre & l’ordre mondial
Noam CHOMSKY
Les États-Unis mènent ce qu’on appelle une « guerre de faible intensité ». C’est la doctrine officielle. Mais les définitions du conflit de faible intensité et celles du terrorisme sont presque semblables. Le terrorisme est l’utilisation de moyens coercitifs dirigés contre des populations civiles dans l’intention d’atteindre des visées politiques, religieuses ou autres. Le terrorisme n’est donc qu’une composante de l’action des États, c’est la doctrine officielle, et pas seulement celle des États-Unis. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement.

H. Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.