Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


PARIS - La Révolution de 1848 ou la nécessité d’avoir un parti d’avant-garde ! Conférence de Gilda Landini - Café d’histoire critique et d’études marxistes

La Révolution de 1848 n’est pas, comme on l’apprend dans nos collèges et lycées une étape dans la construction progressive de la République ! L’histoire officielle est, ne l’oublions pas, celle des vainqueurs qui font tout pour gommer celle des conflits porteurs d’esprit révolutionnaire ! Il y a pourtant tant à apprendre des géants de 1848. Ces prolétaires, qui avaient rêvé en février d’un monde fraternel, ont découvert dans les ruisseaux de leur sang versé en juin qu’ils ne pourraient établir une République réellement démocratique et sociale qu’en brisant le règne de la bourgeoisie : Pas de « partenaires sociaux », mais « guerre de classes » ! L’échec de la Révolution de 1848 prouve que Karl Marx avait raison dans son Manifeste du Parti communiste (paru juste avant qu’elle n’éclate) : Si l’on veut une république démocratique et sociale, il faut un vrai parti d’avant-garde : un parti Communiste seul capable d’organiser et de mener la lutte. La Révolution est morte ! Vive la Révolution !
Une conférence de Gilda Landini, professeure agrégée d’histoire et ayant écrit Le fil rouge, roman retraçant l’histoire de sa famille, en particulier de son père le résistant Léon Landini.

Rendez-vous au Café Falstaff (Bastille) le 23 juin à 17 h.

URL de cette brève 5819
https://www.legrandsoir.info/paris-la-revolution-de-1848-ou-la-necessite-d-avoir-un-parti-d-avant-garde-conference-de-gilda-landini-cafe-d-histoire-critique.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
RSS RSS Commentaires
   
Sélection naturelle. Un roman capitaliste.
Alexandre Grondeau
John, Yan et Jean ont des quotidiens et des parcours professionnels très différents, mais ils arrivent tous les trois à un moment clef de leur vie. John est un avocat d’affaires sur le point de devenir associé monde dans un grand cabinet. Yan, un petit dealer toujours dans les embrouilles et les galères. Jean, enfin, est un retraité qui vient d’apprendre que ses jours sont comptés. Malgré leurs différences, ces trois antihéros se débattent dans les contradictions de la société de consommation, seuls (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait est que les slogans du type "soutenons nos soldats" n’ont aucun sens... Et c’est tout l’objectif d’une bonne propagande. Il vous faut créer un slogan auquel personne ne s’oppose, et tout le monde y adhérera. Personne ne sait ce qu’il veut dire parce qu’il ne veut rien dire. Son importance réside dans le fait qu’il détourne l’attention d’une question qu’il aurait fallu poser : soutenez-vous notre politique ? Mais ça c’est une question qu’on n’a pas le droit de poser.

Noam Chomsky


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.