RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

"Racisme" anti-entreprise, Willard Mitt Romney et la pensée unique.

Glissement sémantique :

* Maâme Parisot,(idéologue en chef au sein du Medef, mais pas que… puisqu’elle participerait régulièrement à des réunions organisées sous la houlette du groupe Bilderberg, l’une des pièces maitresses de la gouvernance mondiale), pense qu’en France il existerait un "racisme" anti-entreprise ; cette déclaration n’est évidemment pas anodine et encore moins due au hasard, car elle corrobore et renforce celle faite par le candidat républicain, Mitt Romney, qui comparait l’entreprise à une personne !… A l’inverse, la classe dominante (dont la chère organisation de Maâme Parisot) assimile les salariés des entreprises à une variable d’ajustement !…

D’un côté ils assimilent intentionnellement les entreprises à une personne, de l’autre ils s’échinent à dévaloriser le personnel desdites entreprises, en le réduisant à de simples opérations comptables (une variable d’ajustement) ; dans le contexte actuelle, on sait que les richesses produites par le personnel des entreprises (plus-value - au profit de l’employeur - la valeur créée par la force de travail et la valeur de la marchandise, Karl Marx) sont-elles mêmes dévalorisées au profit de l’usure (voir à ce sujet l’article de Gilles Ardinat, intitulé « Quand l’Europe impose son credo, La compétivité, un mythe en vogue », paru dans la dernière mouture du « Monde-Diplo », et où la territorialité - donc les délocalisations - joue un rôle important).

Commentaire : maâme Parisot ne rate jamais l’occasion de faire parler d’elle..., de telles déclarations sont l’un des éléments audible/visible (rendu intentionnellement clair) d’une vaste opération de propagande, opération structurée en réseaux (aux ramifications complexes et volontairement opaques). Les déclarations de maâme Parisot ne sont pas (que) les fruits de cogitations personnelles, mais plus sûrement ceux issues de groupes de recherches (des groupes d’universitaires - il faut généralement ajouter "brillants" - particulièrement choyés et dotés d’apports financiers considérables - l’argent coule à flot ! - Les "bonnes idées" ne courant pas les rues…, (comme tout ce qui est rare) elles sont chères !), des groupes d’universitaires "brillants" besognant au sein d’organismes spécialisés donc, tels que les « think tanks » (** boite à idées), à qui on a dévolu la (très lourde !) tâche de formaliser et d’élaborer les campagnes d’intoxication ; le résultat de ces cogitations sera répercuté à grande échelle par des d’agences d’opinion (généralement des agences de publicité - ou d’opinion, comme OpinionWay - ou par des officines médiatiques - comme Atlantico, « Le Figaro » ou « L’express » - ainsi que par des instances dirigeantes - tel l’organisme patronal, le Medef, où maâme Parisot officie -), et contrairement à certaines déclarations, la doctrine (le fond de commerce ou substrat de cogitations issu du cerveau de "brillants" universitaires) sera quant à elle, répandue dans les consciences de manière insidieuse, presqu’à l’insu des masses (mieux vaut une diffusion mezza voice - sournoise -, mais combien plus efficace qu’une diffusion intempestive qui en gâterait les effets ; (voir à ce sujet l’article de François Flahault, paru dans le bimensuel « Manière de Voir », et intitulé « La Philosophe du Tea Party »), d’autre-part, contrairement à ce qu’affirme l’article qui lui est consacré sur le site, * « Wikipédia L’encyclopédie libre », loin d’être iconoclastes ses déclarations sont parfaitement conventionnelles !

Et pour vérifier que les déclarations tirées de l’article que lui consacre le site, * « Wikipédia L’encyclopédie libre », sont parfaitement conventionnelles et qu’elles sont en rapport avec ce qui vient d’être analysé, (un peu aussi pour éviter de mauvais procès d’intention du genre, « oui mais, elles sont sortis de leur contexte ! »), je les ai très précisément ciblé sur la terminologie de maâme Parisot :

« …Après quelques déclarations iconoclastes (« La liberté d’entreprendre s’arrête là où commence le code du travail » ou « La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? »), elle a voulu apaiser le débat en déclarant vouloir prouver que « libéral ne veut pas dire antisocial ». Elle a également déclaré qu’elle voulait que sa présidence soit sous le signe de la lutte contre le chômage et placer « l’entreprise au coeur de la société française » pour en faire « le moteur de l’ascension sociale ».

Depuis son accession à la tête du mouvement patronal, Laurence Parisot s’est ainsi prononcée pour une « modernisation » du code du travail et l’abandon de la durée légale du temps de travail. Elle est également régulièrement intervenue sur la question de la fiscalité des entreprises et sur la réforme du système de retraites, soutenant la mise en place de la retraite par capitalisation. Aspirant à moderniser l’image du Medef, elle mène la campagne affirmant une volonté de favoriser la diversité en entreprise et de renforcer les liens entre patronat et société civile. … »

Il est vrai que « la mort, la maladie, et la haine », seraient beaucoup moins parlants, et qu’un libre-entrepreneur n’a plus à se soucier de code du travail, de protection sociale (couverture sociale et retraite seront hors de portée, puisque trop onéreuses pour ces modestes moyens), et encore moins de durée du travail (condamné à trimer comme un forçat pour se loger et se nourrir…), et selon un récent rapport de l’INSEE, 55% d’entre eux atteignent à peine le niveau du SMIC, alors que le pourcentage restant, - composé en majeure partie de retraités et de travailleurs pauvres -, complète leurs revenus par un gain complémentaire équivalant à 30% de leurs ressources. En gros ces travailleurs soi-disant libres n’ont même pas de quoi couvrir leurs besoins vitaux ! Quant au chômage et à l’ascension sociale, au vue des plans sociaux touts azimuts et le mirage de l’ascension sociale, vous êtes affligeante maâme Parisot, affligeante et grotesque…

Seul « L’homme qui s’affirme » les intéressent, les autres ne sont que des parasites assistés ! (Romney : « Je ne m’intéresse pas aux 47%"d’assistés qui voteront pour Obama... »)
Qu’on ne s’y trompe pas, c’est l’officine umpiste, OpinionWay, qui a été chargé de créé *** l’événement dans le cadre du 7ème Observatoire de l’auto-entrepreneur (information réalisée pour l’UAE, la Fondation Le Roch, Les Mousquetaires). C’est le propagandiste en chef, fondateur d’un groupuscule de fachos honteux, la Droite populaire, et ancien secrétaire d’état aux Tpe/Pme, Novelli, maâme Parisot et l’officine OpinionWay qui seront chargés d’assurer le service après-vente de l’auto-entreprise… leur mission (s’ils l’acceptaient) seraient de faire savoir aux foules ébahies et incrédules que nous sommes, que de survivre hors toutes protections sociales, - comme les cerfs au moyen-âge - n’est pas antisocial ! Non…, C’est Moderne ! (c’est même sarkoziste en diable !..., remember, quand celui-ci cherchait à nous refourguer ses contre-réformes, tellement si modernes… c’est très certainement Le Normal s’y collera à présent ?!) Pour ces grands philanthropes que sont maâme Parisot et ses complices du Medef, pourtant si prompte à supprimer les acquis sociaux des salariés, n’imagineraient pas un instant perdre, ne serait-ce qu’une miette de, leurs privilèges !...

« L’Homme qui s’affirme » à l’assaut des parasites assistés (ou le Libéralisme contre l’Humain)
Il y a des tas d’exégèses sur le libéralisme, et la sémantique qui a le vent en poupe souhaiterait n’en formuler qu’une, comme la pensée unique. « Le libéralisme politique » et la "philosophie" du Tea Part y sont aux antipodes l’une de l’autre, par contre, « l’ultralibéralisme économique » (aussi appelé « Libéralisme économique »), dont les fervents chantres connus et reconnus sont le duo infernal, Hayek et Friedman, sont liés comme les doigts de la main à l’idéologie extrémiste du Tea Party (si le sujet vous intéresse, vous trouver matière à … en lisant l’article de François Flahault, directeur de recherche au CNRS, paru dans l’édition papier de « Manière de Voir- Le Monde Diplomatique », intitulé : « La philosophie du Tea party » ).

* se reporter aux liens : « Président du Medef », « Portail des entreprises », « Portail du syndicalisme »

** ses affirmations (apparemment) intempestives font partie d’une ** boite à idées misent à la disposition de la gouvernance mondiale, qui y puise volontiers sa stratégie guerrière.

*** que vous pouvez consulter en ligne sur le site de l’INSEE, dont le titre est : « Rapport INSEE sur les auto-entrepreneurs : Rapportons leur rémunération au temps passé » (comme au XIXème siècle par exemple ?)

J’ose penser (iconoclaste en diable que je suis !...) qu’il ne s’agit pas d’un "syndicat" au sens ordinaire que l’on donne au mot syndicat, mais d’un engin de guerre patronal en service commandé (guerre de classe évidemment), et la proximité de sa cheftaine et de ses complices avec la doctrine du Tea party ne sont hélas plus à démontrés. Sa dernière sortie sur le soi-disant "racisme" anti-entreprise (*le provocateur de service, Clopé, parle même « de haine des entreprises ») confirme son attachement à la pensée unique, et l’incontestable ascendant de l’organisation qu’elle dirige sur le pouvoir en place (voir à ce sujet l’article de Gilles Ardinat, intitulé « Quand l’Europe impose son credo, La compétivité, un mythe en vogue », paru dans la dernière mouture du « Monde-Diplo » ; tout cela se tient, car il s’agit d’une contre-offensive généralisée, s’étant fixé pour objectif (soigneusement dissimulé évidemment) d’aboutir à la destruction de nos sociétés…, du moins le mode de fonctionnement actuel, en visant tout particulièrement les liens de solidarité !…

* le gouvernement actuel, selon cet agité notoire, « vouerait une véritable haine de celui qui veut entreprendre, qui veut créer de l’emploi et investir en France »…, alors qu’il fricotait volontiers avec les extrémistes du Medef… dont les membres ne cachent pas un gros penchant pour l’optimisation fiscale (via les paradis fiscaux, ou comme le milliardaire Pinault en Belgique…), qu’ils délocalisent à outrance, certainement par amour de la France, sans doute ? Au fou !

La proximité patronale avec la doctrine extrémiste du Tea Party est-elle ancienne ?
Faut-il rappeler les scandales qui défrayèrent la chronique (bien vite étouffé) des caisses noires de l’UNIMM ? (* voir l’article, le très, très, long article que j’ai écrit sur le parcours du pape de la publicité, Bleinstein-Blanchet). Le premier scandale des caisses noires de l’UNIMM qui éclaboussa le personnel politique concernait, Georges Mendel, dont sarkozy déclare s’être grandement inspiré - bien que le parcours de ce monsieur semble assez controversé ! (voir à ce sujet l’article consacré à Georges Mandel par « Wikipédia », à la rubrique « Divers », Jaques Gagliardi, ancien dirigeant de l’UIMM, ex-comité des forges, déclare dans un entretien avec le quotidien du soir « Le Monde » du 24 juillet 2008 : « Tout le monde sait bien qu’avant 1914 des campagnes électorales sont financées par le Comité des forges. Monsieur Georges Mandel, qui était d’origine très modeste, menait grand train, et tout le monde se demandait d’où il tirait son train de vie. Eh bien s’était le Comité des forges qui subvenait à ses besoins, comme pour bien d’autres. » Ca ne vous rappelle rien ?, sarkozy ce serait même fendu d’un livre sur le sujet, faux auteur mais vrai plagiaire (voir les articles traitant du sujet…), intitulé « Georges Mandel, moine de la politique », un téléfilm a même été adapté « Le dernier été », dont Jacques Villeret interprétait le rôle principal).

Aujourd’hui c’est encore le cas, et les convergences de vues entre l’umps et le syndicat patronal ne sont hélas plus à démontrer (quand ce n’est pas tout simplement des ordres provenant de ce "syndicat" à l’exécutif). L’arrosage systématique de partis politique n’est pas nouveau non plus, et la dernière affaire en date concernant l’UIMM en est la confirmation !..., d’ailleurs lors de la campagne à sa propre réélection à (pour conserver) la tête du syndicat patronal, maâme Parisot porta plainte contre les dirigeants de l’UIMM.

* intitulé : « La "Société du Spectacle" (intégré et diffus) où la consommation de masse et des loisirs ne fabriquent que des déçus ! » Second titre : « Comment faire du fric en ne vendant que du vent ? » Troisième et dernier titre : « La propagande est la mère de la publicité » (Tomi Ugerer) (ou la pub c’est con et ça rend con !). Si le Webmaster le souhaite, je peux lui faire parvenir une copie au format PDF (en m’indiquant précisément les démarches à suivre, car je ne suis absolument pas féru en informatique…) ?

** Il s’agissait apparemment de lutte d’influence à la tête de ce syndicat et de manoeuvres pour brouiller les pistes, lire l’extrait que je vous propose ci-dessous (extrait tiré de l’article paru sur le site « Wikipédia L’encyclopédie libre ») : « Plainte contre les dirigeants de l’UIMM. Dans le cadre de l’affaire de l’UIMM fin 2007, Laurence Parisot porte plainte le 17 mars 2008 pour diffamation contre Daniel Dewavrin et Denis Gautier-Sauvagnac, dirigeants de l’UIMM. Cette plainte s’inscrit dans le cadre d’une lutte d’influence pour la direction du syndicalisme patronal, entre les leaders historiques que sont les représentants des entreprises industrielles et ceux issus d’entreprises du secteur tertiaire. En mars 2010, la Cour d’Appel de Paris a débouté Laurence Parisot de sa plainte retenant la « bonne foi » de Daniel Dewavrin et jugeant les faits insuffisants à prouver le grief. »

« L’Homme qui s’affirme » a-t-il, comme l’affirme Warren Buffet, gagné sa guerre de classe ?
La philosophie du Tea party a fini par gangréner toutes les instances décisionnelles de l’appareil d’Etat, ainsi que tous les territoires sous influence occidentale. Au point que des continents entiers paraissent avoir basculé, prêt à propager la philosophie extrémiste du Tea Party (même si celle-ci semble parfois édulcorée, ce n’est que pour en améliorer l’efficience).

Du jamais vu dans l’histoire politique mondiale.
Toutes ces déclarations, se trouvent consignées dans * le programme du Tea party, peut-être formulées différemment (en adéquation avec l’environnement géopolitique et des intérêts géostratégiques par exemple), mais exprimant la même conception de la société étasunienne et aujourd’hui occidentale, d’où les accointances avec la sémantique du Storytelling, (voir à ce sujet les ouvrages de Christian Salmon, intitulé « Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits. », ainsi que l’ouvrage et le DVD de Noami Klein, intitulé « La stratégie du choc »), eux-mêmes largement inspirés des textes écrits par la romancière ("excentrique", selon l’expression usité par *l’auteur de l’article précité, François Flahault), **Ayn Rand, romancière qui renoua avec l’idéologie ultra-individualiste et créa le Tea Party.

* à lire de, François Flahaut, « la philosophe du Tea Party », Manière de voir, « Où va l’Amérique ? ».
** ses deux best-sellers intitulés sont : « The Fountainhead » et « Atlas Shrugged »

Allez, portez-vous bien… à bientôt sans doute ? sergio

PS : Amalgames et raccourcis honteux : Au sujet des interventions, dont certaines se sont malheureusement achevées dans un bain de sang !… Si j’ai bien tout compris, il s’agit pour la société de juguler (voire d’éliminer radicalement..., « Vive la peine de mort ! ») une délinquance qui basculerait dans le radicalisme religieux (ils y en même qui osent demander : « Combien y-a-t-il de Merah en France ? », avec tous les relents pestilentiels que cela suppose). On entend proférer des saloperies, comme celles du clone multirécidiviste de sarkozy, Clopé… qui lui fera fermer son claque merde ? Et les autres, de Bruguière à HorteValls, s’abritant derrière la "bonne conscience", jouant les faux-ingénus quand ils font semblant de découvrir la société inégalitaire ; société qu’ils se sont évertués à créer, jour après jour, à coup d’ostracisme, de racisme et de violence "ordinaires", de mépris mêlé de dédain envers les classes laborieuses et les exclus - le populo quoi ! - (qu’ils font semblant de redécouvrir à chaque course électorale) ; tous ces gens qui versent des larmes de crocodile sur une situation qu’ils ont eux-mêmes généré… ou quand ils déplorent le soi-disant manque de civisme des populations (volontairement) défavorisés : « C’est pas pour dire, mais ils ne votent pas ! », et l’autre abruti qui attise les haines, « … il parait même que dans certains quartiers, « les enfants ne peuvent pas manger leur pain au chocolat c’est le ramadan », etc., etc.,

Honte à vous…, bandes d’hypocrites ! Vos consciences (si toutefois vous en avez une !) sont plus noires que du charbon. Allez dégagez !, et laissez nous vivre en paix ! De l’air, vite !

URL de cet article 17928
  

Même Thème
Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est amusant comme le commun des mortels s’imagine que nous sommes sans cesse affairés à leur mettre des idées dans la tête, alors que c’est en empêchant certaines pensées d’y pénétrer que nous faisons le mieux notre travail.

C.S. Lewis, 1942

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.