RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
16 

Rafale d’attaques contre la presse

Antiterrorisme contre une reporter, journalistes convoqués, loi européenne pour surveiller la presse. La liberté de la presse est attaquée de toutes parts ces derniers jours par le gouvernement et ses forces de répression. Un recul massif et rapide, dans une indifférence quasiment générale. On fait le point.

L’antiterrorisme enquête contre une journaliste d’investigation

6h du matin, ce mardi 19 septembre. [Le domicile de la journaliste Ariane Lavrilleux est perquisitionné de fond en comble avec du matériel ultra sophistiqué par la Direction générale de la sécurité intérieure – DGSI –, la police politique du gouvernement, et emmenée en garde à vue dans leurs locaux. Cette interpellation a lieu sur fond d’enquête pour « compromission du secret de la défense nationale et révélation d’information pouvant conduire à identifier un agent protégé ». Les services veulent trouver les sources de la journaliste qui a enquêté pour le média Disclose et France 2 sur une opération militaire française en Égypte, baptisée Sirli. Elle révélait que le renseignement français avait été utilisé par le dictateur militaire égyptien pour traquer et assassiner des civils.

Les 9 agents chargés de l’antiterrorisme l’enferment pendant deux jours pour lui faire subir des interrogatoires. L’affaire fait scandale : c’est une atteinte inédite contre la liberté de la presse et le secret des sources.

On pouvait imaginer que tout s’arrêterait là, mais les autorités s’acharnent. Ariane Lavrilleux est présentée devant un juge des libertés et de la détention. Notes manuscrites, mails, documents de travail. La quasi-totalité des documents saisis au domicile de la journaliste sont versés à la procédure. Après la police, la justice autorise une atteinte sans précédent à la protection des sources.

Un militaire soupçonné d’avoir renseigné la journaliste est également arrêté et placé sous contrôle judiciaire. Il risque jusqu’à sept ans d’emprisonnement et un million d’euros d’amende. C’est une étape franchie : à présent, les révélations concernant l’armée française pourront conduire à ce genre de répression contre la presse. En 2019, Disclose avait déjà été inquiété pour avoir démontré que les ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et au Yémen étaient utilisées pour massacrer la population civile.

Convoqués pour des articles sur un crime policier

Dès le 21 septembre, juste après la perquisition d’Ariane Lavrilleux, trois journalistes de Libération, Ismaël Halissat, Fabien Leboucq et Antoine Schirer, sont « convoqués pour être entendus en tant que suspects » par la brigade criminelle de la police judiciaire de Lille.

Cette fois-ci, il ne s’agit même pas de protéger un prétendu « secret défense ». Ils ont publié une série d’articles sur la mort d’Amine Leknoun, tué par un policier de la BAC dans le Nord. Enquêter sur un crime policier expose désormais à la répression !

La police évoque comme motif une « violation du secret de l’instruction », « recel de violation du secret de l’instruction » et « diffamation publique à raison de la fonction ou de la qualité de dépositaire de l’autorité publique ». Les journalistes de Libération avaient souligné les failles de l’enquête de l’IGPN et de la justice dans leurs investigations concernant la mort du jeune homme.

S’il ne s’agit pas de garde à vue ni de l’usage de moyens antiterroristes, l’évènement est gravissime. Des journalistes de la presse grand public sont menacés par les autorités pour avoir travaillé sur une affaire de violences policières. Alors même que ces violences font l’objet d’une impunité systématique, les rares journalistes qui mettent simplement en lumière ce phénomène sont inquiétés. Ce sont des méthodes de dictature, il n’y a pas d’autre mot.

La police ferroviaire s’y met

Trois jours plus tard, le 24 septembre. Une panne électrique géante paralyse la gare Montparnasse à Paris. Des trains sont annulés, le service public du rail montre une nouvelle fois sa défaillance. Des journalistes sont envoyés dans la gare pour couvrir l’événement. Mais les autorités ont déployé des agents de la police ferroviaire pour « empêcher [les journalistes] de filmer ». De quel droit ? La gare est un lieu public. Le journaliste de France 2 Julien Cholin explique que deux amendes de 200 euros leur ont été infligées « pour prise de vue non autorisée ». La SNCF prétend qu’« une gare est un lieu public soumis à un règlement » et que la prise de vue ne doit « entraîner aucune gêne pour les voyageurs ou pour le bon fonctionnement du service ».

Une justification très étonnante, puisqu’à chaque grève, une nuée de journalistes se précipite sur chaque passager en retard pour lui faire dire du mal des mouvements sociaux. Encore une fois, c’est une entrave à la liberté de la presse. Même si l’enjeu est moindre, cette affaire révèle le recul généralisé du droit à l’information. La volonté de contrôle des médias s’immisce partout.

La France organise le recul à l’échelle européenne

Pour couronner le tout, le Parlement européen étudie actuellement une mesure baptisée « Media Freedom Act ». À la base, il s’agit d’un règlement qui vise à lutter contre la concentration des médias dans l’espace communautaire et protéger leur indépendance. Une intention louable. Mais dans une époque de règne de la perversité généralisée, c’est l’inverse qui risque de se produire : le « Media Freedom Act » pourrait permettre de surveiller les journalistes. En effet, le texte a été largement réécrit par la France, qui s’est montrée très insistante auprès du Conseil de l’Union Européenne pour ajouter des exceptions : la possibilité pour les États, au nom de la sécurité nationale, de surveiller les journalistes afin d’identifier leurs sources.

Tout cela fait suite à des années de répression, souvent brutale, des petits médias indépendants. Tout est fait pour mettre au pas la presse, surtout si elle ne sert pas la soupe du pouvoir. S’il reste un peu de sentiment de fierté au sein de la profession journalistique, il est plus que temps que les salarié-es des médias dénoncent ces attaques et le régime autoritaire qui s’installe inexorablement en France.

Lafarge : un photo-journaliste poursuivi pour “association de malfaiteurs”

Lors de la vague de perquisitions antiterroristes menées contre le mouvement écologiste au mois de juin dernier, un journaliste a été arrêté, accusé d’avoir couvert l’action contre l’usine Lafarge. Il est désormais poursuivi. Cette situation scandaleuse illustre le recul de la liberté de la presse en France : plusieurs dizaines de reporters de terrains blessés par la police en manifestation, pressions contre des reporters, médias indépendants menacés. Un journaliste avait aussi été interpellé lors d’un contrôle à Sainte-Soline au mois de mars. Un communiqué des syndicats de journalistes proteste contre la mise en examen du reporter sur le site du cimentier Lafarge :

« C’est une nouvelle étape dans l’escalade contre la liberté de la presse et le droit à l’information en France : le 11 juillet 2023, un photojournaliste a été mis en examen pour “dégradation en bande organisée” et “association de malfaiteurs”.

En décembre 2022, le photographe Yoan Sthul-Jäger, dont les images sont diffusées par la plate-forme Divergence-Images, couvre une action dans la cimenterie Lafarge, à Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône), menée par des militants écologistes. Les photos qu’il réalise au cours de cette action seront publiées par différents médias : Libération, Le Monde, Le Parisien, Le Midi Libre, La Provence, Politis, entre autres.

Le 20 juin 2023, à 6 heures du matin, il est arrêté à son domicile, à Tours, par des policiers de la sous-direction antiterroriste (SDAT). Son matériel (appareils photos, ordinateurs et disques durs) est saisi. Sa garde-à-vue à Orléans durera 80 heures, et notre confrère ne sortira libre que le 23 juin à midi, avec une convocation judiciaire à Aix-en-Provence, le 11 juillet.

C’est à l’issue de cette audition que Yoan Sthul-Jäger a été mis en examen. Son matériel professionnel ne lui a toujours pas été restitué, ce qui l’empêche d’exercer son métier.

Les organisations signataires s’associent pour dénoncer le sort fait à ce photojournaliste qui travaille depuis plusieurs années sur des sujets liés à l’environnement et documente de nombreuses actions sur ces terrains.

Nous soutenons pleinement Yoan Sthul-Jäger qui est poursuivi aujourd’hui pour avoir exercé son métier. Photographier, filmer, enregistrer ou raconter par écrit un acte militant ne peut pas être un délit ; c’est du journalisme ! Nul ne devrait être traqué et puni pour avoir mis en lumière et porté à la connaissance des citoyens un fait de société. C’est une contribution précieuse à un débat d’intérêt général.

La mise en examen de notre confrère photographe constitue un signal extrêmement inquiétant pour tous les journalistes, en particulier, et pour la démocratie, en général, dont la liberté d’informer est un pilier essentiel.

Compte tenu de ce qui précède, nous ne doutons pas que les poursuites contre notre confrère seront abandonnées et que le matériel nécessaire à l’exercice de son activité professionnelle lui sera restitué dans les meilleurs délais.

Paris, 13 septembre 2023. »

Source

»» https://contre-attaque.net/2023/09/29/rafale-dattaques-contre-la-presse/
URL de cet article 38936
  

Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La démocratie et les droits de l’homme ne nous intéressent que très peu. Nous utilisons simplement ces mots pour cacher nos véritables motifs. Si la démocratie et les droits de l’homme nous importaient, nos ennemis seraient l’Indonésie, la Turquie, le Pérou ou la Colombie, par exemple. Parce que la situation à Cuba, comparée à celle de ces pays-là et de la plupart des pays du monde, est paradisiaque »

Wayne Smith, ancien chef de la Section des Intérêts Américains à La Havane (SINA) sous l’administration Reagan

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.