RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Rennes : La politique du pire en marche....

Le Mardi 17 août 2010 à 9H30, la Ville De Rennes, représentée par son
Maire, Monsieur Daniel DELAVEAU, assigne en référé expulsion, au
tribunal d’instance de Rennes, 25 demandeurs d’asile !

Petit rappel des faits :

- La Ville de Rennes est propriétaire d’un immeuble à usage
d’habitation, situé 28, boulevard de Guines à Rennes, cadastré section
DH sous le numéro 115 mais vide de toute occupation depuis longtemps.

- Le 11 juin 2010 des demandeurs d’asiles à la rue accompagnés par des
militants du Dal35 officialisent la réquisition du bâtiment, ouvert
depuis le 7 juin.

- Le 14 juin 2010, la Police Municipale de Rennes fait les constatations
d’usage et note l’absence d’effraction.

Depuis l’ouverture du lieu, les élus et la municipalité Rennaise ont
régulièrement été sollicités pour obtenir conformément à la loi le
relogement de toutes les personnes concernées ou en attendant pour une
amélioration des conditions de vie telle que l’ouverture d’un compteur
électrique mais en vain.

Aucun élu n’a répondu ou ne s’est rendu sur place. Néanmoins après
divers échanges de mails le Dal35 a obtenu la mise à disposition de
poubelles, puis l’inscription des enfants au centre aéré durant les mois
d’été.

Le Dal35 s’étonne donc de cette soudaine accélération dans un processus
qui aurait pour effet immédiat de remettre à la rue une vingtaine de
personnes, dont des mineurs, des femmes enceintes ou isolées et des
familles, dans le seul but de murer une maison, qui plus est par une
municipalité qui ne cesse de se faire valoir sur les fronts de la
solidarité, du logement social, du respect des lois et de la dignité des
personnes.

Le Dal35 note par ailleurs que cette assignation communiquée le 6 août
pour une convocation le 17 août laisse peu de temps aux occupants pour
trouver un avocat et préparer leur défense. De plus, mais nous nous y
attendions, ce n’est sûrement pas un hasard si celle-ci survient durant
le début août, période estivale où les avocats et les militants se font
rares, et où la pression médiatique est la plus faible.

Une précipitation et une mauvaise foi confirmées dans la rédaction de
l’assignation qui stipule qu’aucun des occupants n’a effectué de demande
auprès du Service Habitat Social de la Ville de Rennes, alors qu’il est
notoire que ce service n’a aucune compétence pour l’hébergement des
demandeurs d’asile, pas plus qu’ils ne peuvent constituer des dossiers DALO.

De même si le nom des personnes à comparaître est cité, aucune précision
n’est apportée s’il s’agit d’une femme ou d’un homme, si bien que des
enfants, contrairement à la loi, ont eux aussi une convocation au tribunal !
Mais encore.... la Ville de Rennes demande une astreinte de 75 EUR par
personne et par jour de retard quand ces personnes vivent déjà avec
seulement 10 EUR par jour.....

Conclusion : La Ville de RENNES, représentée par son Maire, Daniel
Delaveau, décide de poursuivre en justice des personnes déracinées et
fragilisées spoliées de leurs droits fondamentaux, au mépris des lois
nationales et internationales, au lieu d’exiger clairement de la
préfecture d’Ille-et-Vilaine de respecter celles-ci.

Certes cela est plus facile que de réclamer officiellement et
publiquement une demande de réquisition au préfet ou de prendre fait et
cause en faveur des plus défavorisés !

Pour mémoire plus de 100 personnes ont trouvé un refuge sur les
réquisitions orchestrées par le Dal35, autant sont toujours à la rue..

http://dal35.blogspot.com/2010/08/rennes-la-politique-du-pire-en-marche.html

URL de cet article 11250
   

RÉVOLUTIONNAIRES, RÉFUGIÉS & RÉSISTANTS - Témoignages des républicains espagnols en France (1939-1945)
Federica Montseny
Il y a près de 80 ans, ce sont des centaines de milliers d’Espagnols qui durent fuir à l’hiver 1939 l’avancée des troupes franquistes à travers les Pyrénées pour se réfugier en France. Cet événement, connu sous le nom de La Retirada, marquera la fin de la révolution sociale qui agita l’Espagne durant trois ans. Dans ce livre, on lit avec émotion et colère la brutalité et l’inhumanité avec lesquelles ils ont été accueillis et l’histoire de leur survie dans les camps d’internement. Issu d’un travail de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.