RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Parfois, un slogan vaut mieux qu’un long discours

Reportages : Le Mouvement contre la loi Travail par lui-même

Photo © : Brice LE GALL

En février 2016 débute en France une longue et intense mobilisation en réaction à un projet de loi qui vise à réformer en profondeur le code du travail. Pendant près de quatre mois, les manifestations se succèdent et prennent une ampleur particulière lorsque le gouvernement socialiste au pouvoir décide d’adopter son texte sans le soumettre au vote des députés (article « 49-3 »).

Ce mouvement social est remarquable à plusieurs titres : D’abord, parce qu’il émerge dans une conjoncture assez improbable. La France est en effet en « état d’urgence » suite aux attentats du 13 Novembre 2015 et les formes traditionnelles de mobilisation collective semblent en déclin depuis 2011, date du dernier mouvement de grande ampleur contre la réforme des retraites. Ensuite, parce que la contestation des manifestants va rapidement s’élargir et agréger des revendications beaucoup plus larges que celle relatives à la précarisation du travail. Si le cœur du mouvement est constitué des syndicats, il attire aussi de jeunes lycéens ou étudiants, des retraités, des cadres, des professions intermédiaires, des artisans, et même quelques SDF… Les messages portés par ces différents groupes sont ainsi très variés. Ils prennent parfois une tonalité écologiste, féministe, anti raciste, mais c’est la tonalité anticapitaliste qui semble l’emporter dans les cortèges parisiens sous l’effet notamment de l’arrivée d’éléments « autonomes » français et étrangers dont la culture politique sert parfois de lien entre les classes populaires et les classes moyennes du secteur public traditionnellement mobilisées sur ces questions sociales. Par-delà les différences et éventuelles contradictions entre ces groupes et ces messages, tous témoignent d’une défiance vis-à-vis de la classe politique et d’une volonté commune de construire un monde plus égalitaire, plus juste et plus démocratique. Chose remarquable, les cortèges des manifestants forment un véritable continuum (d’un point de vue physique, social et symbolique) que le gouvernement semble décidé à détruire en déployant d’impressionnants dispositifs policiers et en instrumentalisant les violences qui émaillent les défilés.

Il est vrai que ce mouvement témoigne aussi de la résurgence de modes de contestations radicales ayant donné lieu à une profusion d’images. La plupart des manifestations parisiennes compte des blessés, le matériel urbain, les devantures des banques et de certains commerces sont souvent cassés et tagués par des groupes d’inspiration anarchistes qui entendent créer un climat « insurrectionnel » et faire entendre un message indissociablement anti-capitaliste et anti-étatiste largement ignoré par les politiques et les grands médias. Côté policier, l’usage des gaz lacrymogènes et des grenades de désencerclement est récurrente ainsi que les interpellations et les charges à l’encontre des manifestants, même lorsque ces derniers présentent les signes extérieurs de l’action pacifiste. La violence exprimée au cours de cette mobilisation n’est pas qu’un simple exutoire. Elle est le reflet de deux stratégies politiques qui s’affrontent et qui ont donné à cette mobilisation une intensité si particulière.

Les photographies présentées ici sont tirées d’une longue série d’images prises à Paris entre les mois de février et juillet. Elles ne prétendent évidemment pas rendre compte de toutes les dimensions de cette mobilisation. Le parti pris ici a consisté à sélectionner les photos qui me semblaient les plus intéressantes d’un point de vue documentaire et esthétique afin de renseigner un mouvement beaucoup plus large et riche que la représentation caricaturale qu’on en a parfois donné. Ce court reportage s’efforce ainsi d’alterner et de diversifier les points de vue en se focalisant certes principalement sur les policiers et les manifestants des premières lignes du cortège mais en invitant surtout à plonger dans la profondeur de leurs regards et expressions afin de saisir ce qui les animent. Si certaines de ces images rappellent la violence de la mobilisation, elles entendent aussi faire une place à l’humour, aux références culturelles, à la réflexivité, à l’auto-défense, et finalement à « l’intelligence collective » d’un mouvement qui sera parvenu à contrôler ses tensions internes et qui aura affiché une rare détermination. Une façon pour moi de témoigner que derrière des formes de contestation parfois extrêmes se jouait surtout secrètement le rêve d’une profonde transformation du monde social. Bien qu’il n’ait peut-être pas été à la hauteur de toutes les espérances, on peut dire que ce mouvement a représenté un réveil : celui d’un esprit de révolte et de résistance porté par des idéaux indispensables à la construction d’un autre monde.

L’excellent travail photographique de Serge d’Ignazio en fait aussi la démonstration, d’une très belle manière : https://www.flickr.com/photos/119524765@N06/

Brice LE GALL

Voir aussi : http://www.bricelegall.com/Reportages/Mobilisation-Loi-travail/

* * *

Le Mouvement par lui-même

Parfois, un slogan vaut mieux qu’un long discours - Merci à tous les auteurs

(à chaque slogan / tag correspond une photographie)

Photos © : Brice LE GALL / Serge D’IGNAZIO

Brice LE GALL http://www.bricelegall.com/Reportages

Serge D’IGNAZIO https://www.flickr.com/photos/119524765@N06/

« Les capitalistes nous coûtent cher » « L’oie travaille ! »
« Avec les travailleurs, écrasons les bouffons du capital »
« Nous sommes le peuple qui manque »
« On est là ! » « Te crever plutôt que me crever. Incitation à l’amour du Patronat »
« J’ai plus grand-chose, vous prendrez peut-être un organe ? »
« Bonheur inconditionnel tous ensemble »
« Vive la commune »
« Ensemble »
« Ce monde-là, on n’en veut pas »
« Plus de salariés-SDF et moins de gens dans la rue ?! »
« Le poing et le doigt levé »
« Au voleur ! Le droit du travail nous appartient »
« Continuons le début… Déjà 48 ans nous revoilà ! »
« Artisan solidaire ! »
« Tout le monde déteste la Loi Travail »
« Travail social debout ! Grève générale »
« Rouge sera le cul des Bourges »
« A bat la République »
« Gouvernement PS et Gattaz à la poubelle ! »
« Soyons ingouvernable »
« Trop de banques pour avoir le temps de les péter »
« Non ! »
« La Police mutile, la Justice acquitte »
« Ça va mieux »
« Ministère des casseurs »
« Dernière sommation avant l’insurrection »
« No Bosses, no babies, no boyfriend »
« La mondialisation libérale, ennemi numéro 1 des Peuples »
« Le mur des nuls » « Passe à l’Attac »
« Mettons KO la loi travail et son monde »
« Anti raciste, anti sexiste et féministe ! »
« Moi Président, je renierai tous mes engagements »
« Pour assouplir vraiment le travail, il faut généraliser l’esclavage et les usines chinoises vont se délocaliser en France ! »
« 50 nuances de bris »
« Nos casseurs ont du talent »
« Les flics sont les pions de l’Etat, c’est le Roi qu’il faut mater »
« Non à Gattaz, oui au revenu de base »
« Lycéen, passe pas ton Bac ! »
« Pour 10 contrôles de Police 1 garde à vue offerte. C’est les soldes ! »
« Lassant d’être nassé-e, tentant d’être casseur-e »
« Etudiant, passe pas tes exams ! »
« Tenez bon ! »
« Je lutte des classes »
« Les banks pillent les Etats »
« L’Etat ruine le Peuple »
« Non, pour la 11ème fois ! »
« Bloquons tout »
« Faut pas nous faire chier ! » (CGT info com)
« Mai 68 puissance 2016 »
« PS : on s’attendait à rien, on est quand même déçu »
« Facilitons le licenciement du gouvernement »
« Améliorons la loi : abolition de la sous traitance ! »
« Interdiction de manifester ? ce n’est pas assez, il faut interdire de penser ! »
« Carlos Ghosn, mi-temps à Renault : 7.2Millions d’euros. Ghosn Carlos, mi-temps à Nissan : 8 Millions d’euros. Total 15 millions et des poussières. On va augmenter le SMIC ? »
« On à la pêche, la patate, la banane ! Non c’est non ! et on tiendra bon ! »
« Je demande pardon à tous car j’ai voté pour ce scélérat de Hollande et j’en ai honte »
« Les casseurs…. du code du travail »
« Holland.Exit.fr »
« Marcher doit avec mes travers. Marcher de travers mais dans nos droits »
« Hollande-Gattaz, vos lois on n’en veut pas »
« Pas de discussion, pas de compromission : Retrait de la loi El Khomri »
« On ne peut pas à la fois se serrer la ceinture et baisser son froc !! »
« Le Peuple… Vous vous souvenez ? (pour les gens des cabinets et des rédactions, sortez de Paris !)
« Loi, Travail dégage ! »
« Kill capitalism »
« Carton rouge pour la Loi travail »
« Loi El khomri Non merci »
« Loi, Travail, aucun des deux ! Insousmis-es et fier-es de l’être »
« Pas de gauche molle, pas de droit camisole. Pour vivre mieux : Union populaire »
« Oui au BergExit ! Sauvez la CFDT ! »
« Loi travail et son monde : indignez-vous ! »
« 49.3 : indignez-vous ! »
« J’exige la Démocratie » « Fraternité »
« Maman, on a pissé sur la Démocratie ! »
« Hollande, Sale fumier, va crever, fumier ! Langue de vipère ! »
« Demain s’ouvre au pied de biche »
« Hollande m’a TUER »
« Grand carton, Grosse colère »
« CRS, Trop de privilèges pour quitter la laisse ? »
« Résistance à dure indéterminée »
« 1936 : congés payés+ dissolution des ligues fascistes / 2016 : Pour nos droits sociaux + pour la démocratie »
« Rien »
« Rouge 2 Rage ! »
« On ne lâche rien ! »
« Berger, on n’est pas tes moutons ! cette loi on n’en veut pas. Et Non au carotte neuf trois »
« Rêve générale » « non à la loi d’austérité forcé »
« Toujours là pour défendre nos droits »
« Murder Croquettes Industry »
« Indignez-vous ! »
« Nous ne sommes ni chair à patron, ni chair à matraques : 49-3 ou pas, de cette loi on n’en veut pas ! »
« Notre arme, c’est la solidarité et l’entraide ! »
« Valls démission »
« Virons la droite »
« Néolibéralisme, Mange tes morts ! »
« Pour un monde sans Loi ni travail »
« Démocratie en soldes : -49.3% »
« Tremblez Bourgeois »
« Error 49-3, Democracy not found »
« Poulet rôti ?? ou Poulet coco ?? »
« Les néo capitalistes me veulent du bien. Que je suis ingrate avec eux »
« Stop à la répression et aux violences d’Etat »
« La dictature, c’est « ferme ta gueule ». la démocratie, c’est « cause toujours » Coluche… »
« Adolf Hollande, Kim Jong Valls, Fdel’ Komri et Joseph Cazeneuv…. Dehors »
« Cacapipitalisme. Aux chiottes l’Etat (et les vacances) »
« On annule les vacances et on continue ! »
« Tout le monde déteste le PS »
« Hollande fait pire que Sarkozy. Nous le ferons reculer »
« Sans liberté d’expression, pas de démocratie »
« Comme en 36 et 45, je reprendrais bien un petit coup de réunification syndicale »
« Non ! Loi El khomri vie pourrie ! »
« Non au retour des négriers »
« Rendez-moi mon Houloulou »
« Manu, mange tes morts » « Le peuple est ZAHAF » « Le travail c’est pas un boulot »
« L’entreprise néo con tue »
« Le code du travail protège les salariés. Le gouvernement protège les patrons »
« Hollande-Gattaz, vos lois on n’en veut pas »
« La « gauche de droite » ça suffit ! »
« Une retraite à 60 ans taux plein, c’est possible » (CGT)
« Solidarité Oaxaca »
« Non à la répression du mouvement social »
« Les capitalistes vivent au-dessus de nos moyens »
« Contre le chômage : partage et baisse du temps de travail »
« On veut aimer et pas passer notre vie à gratter »
« Les patrons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait »
« Pour la 12ème fois, parle-t-on français ? »
« Hollande en coma démocratique »
« La Milice nous nargue, L’Etat tue »
« On manifeste où on veut et quand on veut ! Enfoirés ! »
« L’Etat nous pisse dessus, les médias nous disent qu’il pleut ! »
« La Valls du mépris : « trop longtemps, on a fermé les yeux sur les doutes exprimés par les peuples européens » Tu nous voies là ?! »
« le Mépris, ça suffit »
« Ni chair à canon, ni chair à patron ! »
« Riz-Volution » « Manifique : Aux chiottes les politiciens et leurs flics » (sur des toilettes publiques)
« Merde, en fait, on est en 2018 »
« A l’assemblée, c’est 49-3. Et au sénat, c’est négrier ! »
« Hollande, Hijo de puta »
« Crève PS »
« Nous chions sur vos lois » (sur des toilettes publiques)
« Vichy, le retour »
« Flic, pose ton casque et rejoins la lutte »
« Inversion des normes, Régression énormes »
« Non au plan Hirsch »
« De l’argent il y en a ! Dans les caisses de Panama ! »
« Qu’on leur coupe la tête ! à bas les privilèges ! »
« La religion capitaliste nous emmerde »
« Pour une république sociale et décoloniale »
« on en a gros »
« même ma grande mère a compris que cette loi est pourrie. On lâche rien ! Bisous mamou »
« Mon travail, je l’aime, c’est pour ça que je suis dans la rue… On lâche rien »
« Contre la tyrannie, portons les couleurs de la sédition »
« Travailler moins, c’est vivre mieux »
« Et quand vient le soir, pour qu’un ciel flamboie, le rouge et le noir ne s’épousent ils pas ? » J. brel
« NDDL 1963, TAFTA 2006, loi travail 2016 Gros caca !! La lutte m’émeute !!! »
« Frondeurs Aubristes, Stop à l’hypocrisie. Votez la censure, bloquez la loi ! »
« Marre des lendemains qui chantent. C’est aujourd’hui que nous vivons ! »
« UBER+El Khomri= salariat, c’est fini »
« ZAD partout »
« Le peuple est-il pestiféré ? »
« L’Etat est ses dérives autoritaires. Bienvenue au XXème siècle »
« Mauvais sondages, Mauvais temps… A qui pensez-vous ? »
« PS : je te quitte définitivement !! »
« PS : Liberté de répression »
« Protection sociale : une idée moderne à reconquérir »
« Le dimanche, la nuit, c’est non ! »
« Manifestez (mais pas trop fort) »
« Malgré la vaseline rien ne passe »
« Nos forces ont besoin d’amour »
« Flics, hors de nos vies »
« Non à ce gouvernement de droite »
« vive le foot. Nique l’UEFA »
« Bienvenue au zoo »
« Berger, arrête de faire le mouton »
« Hollande destitution immédiate ! »
« Etat policier, syndicats frileux (martinez, etc.) Manif de la Honte ! »
« Un actionnaire, c’est à dire une homme bénéficiant de l’action des autres »
« Vous ne pourrez nous empêcher de manifester »
« Je suis manifestante et contre les violences de l’Etat »
« Le goudron se soulève »
« Le parti socialiste ne gouvernera plus jamais ce pays. Profitez bien de vos derniers mois. A fond ! »
« Pratiquer le retrait de la loi… ou enfanter une révolution »
« les salauds c’est pas nous »
« No loi = no manif= no casseur »
« violences policières, nous aussi on peut s’armer d’objets phalliques »
« Just do it »
« Statiques, interdits, confinés… et puis quoi encore ? La prochaine fois on manifestera dans un bocal stérile ? »
« Enfermés dehors »
« Tout le monde déteste la répression »
« tout le monde déteste : la loi travail, le capitalisme, le MEDEF, l’Etat policier, le gouvernement »
« Aux chiottes les Keufs. L’Etat pue la merde » (toilettes publiques )
« Agir en primitif, prévoir en stratège »
« Nique l’empire logique »
« Tourists go home, refugees welcome »
« Ce que le pouvoir fait, la rue peut le défaire »
« Camarade, au lieu d’une vitre photographiée, la grève ! »
« Travailleurs de tous pays qui repasse vos chemises ? »
« L’émeute réforme la meute »
« Je pense donc je ne suis pas CRS »
« la manif qui déborde »
« Qu’est ce qu’on se marre »
« Arrache la joie aux jours qui filent »
« Zuckerberg m’a radicalisé »
« Je lutte donc je suis… +1 »
« Ne travaillez jamais »
« A louer, intérimaire pas cher »
« Qui sème la trahison, récolte l’insurrection »
« halte au foot business. Aidons les pauvres »
« Mange ta BAC »
« Ni Loi, ni travail »
« La révolution sera un fête ou ne sera pas »
« Visons l’impossible »
« On bloque tout »
« Brulons les Palais »
« Guérilla, insurrection féminisme »
« Il est fascisme… Moins le quart »
« vivre sans temps morts »
« On raffine »
« Pouvoir au peuple »
« Détruisons tous les pouvoirs »
« Pouvoir au peuple »
« Mort au pouvoir »
« Derrière l’uniforme, il y a un coeur. C’est là qu’il faut frapper ! »
« Fachos et socio traitres, dehors »
« Société écran. Police de caractères »
« Grève généreuse, illimitée, expropriatrice »
« Pas de pub, pas de regret »
« Rétablissement des élections prud’homales. Bande de putes »
« Jeunes dans la galère, vieux dans la misère : Le peuple en colère »
« Bibliothèque nationale en grève »
« Nous sommes légions, vous êtes des pions, faîtes attention ! »
« Le travail c’est la santé. Encore faut-il en avoir un et bien payé. Les stages et petits boulots ce n’est pas la panacée »
« En mai, bloque ce qu’il te plait »
« CRS belles fesses »
« Loi travail, on lui nuit debout »
« Hollande, le Peuple te déchoit » « mort au capital »
« La vie ou rien »
« Nous sommes tou-te-s des casseurs »
« Les sans-dent ont la rage »
« Flics sautez ici » (sur le pont d’Austerlitz face à la seine)
« L’être et le néon »
« La retraite à 13 ans ! »
« Des barricades entre les flics et nous. Des ponts entre nous tou-te-s »
« Qui sème le gaz récolte le pavé »
« Et 1, et 2, et 3 bagnoles cramées » « ni cra ni cravate ! »
« Loi Travail scélérate » « Etat policier, démocratie morte »
« Ni esclaves, ni zombies. Non à la loi El connerie »
« Relaxe pour les huit goodyear »
« Y a comme une rage, non ? »
« Loi Travail ! 49-3 J’aimerais vous entendre hurler de colère aussi fort que pour 2-0 »

»» http://www.bricelegall.com/Reportages
URL de cet article 30675
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
« Les déchirures » de Maxime Vivas
Maxime VIVAS
Sous ce titre, Maxime Vivas nous propose un texte ramassé (72 pages) augmenté par une préface de Paul Ariès et une postface de Viktor Dedaj (site Le Grand Soir).. Pour nous parler des affaires publiques, de répression et d’impunité, de management, de violences et de suicides, l’auteur (éclectique) convoque Jean-Michel Aphatie, Patrick Balkany, Jean-Michel Baylet, Maïté Biraben, les Bonnets rouges, Xavier Broseta (DRH d’air France), Warren Buffet, Jérôme Cahuzac, Charlie Hebdo, Jean-François Copé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si Eve avait écrit la Genèse, que serait la première nuit d’amour du genre humain ? Eve aurait tout clarifié et dit qu’elle n’était pas née d’une côte, qu’elle ne connaissait aucun serpent, qu’elle n’a offert des pommes à personne et que Dieu ne lui a jamais dit qu’elle accoucherait dans la douleur et que son mari la dominerait. Que tout ça ce sont de purs mensonges qu’Adam a raconté à la Presse.

Eduardo Galeano

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.