RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
2004-03-13.14

Résistances : Il y a 60 ans, le programme du Conseil national de la Résistance

Mars 1944 - Mars 2004

15 mars 1944

Programme du Conseil national de la Résistance

. Retour à la nation des grands moyens de production, des sources d’énergie,
des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurance, des grandes banques.

. Droit au travail et au repos, notamment par le rétablissement et l’
amélioration du régime contractuel du travail.

. Sécurité de l’emploi, réglementation des conditions d’embauchage et de
licenciement.

. Rajustement important des salaires et garantie d’un niveau de salaire et
de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité,
la dignité et la possibilité d’une vie humaine.

. Reconstitution dans ses libertés traditionnelles d’un syndicalisme
indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie
économique et sociale.

. Un plan complet de sécurité sociale visant à assurer à tous les citoyens
des moyens d’existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les
procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des
intéressés et de l’Etat.

. Une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs
jours.

. La possibilité effective pour tous les enfants de bénéficier de l’
instruction et d’accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la
situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus
hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités
requises pour les exercer et que soit ainsi promue une véritable élite non
de naissance mais de mérite.

Extraits du programme du CNR qui, à la Libération, servit de base pour l’
élaboration de la Constitution et de la législation sociale française.

Il est bon de savoir d’où l’on vient

15 mars 2004

Programme du Medef et du gouvernement Raffarin

...Aujourd’hui, il en est d’autres qui le mettent peu à peu à la casse...

. Organisation volontaire du chômage et démantèlement progressif de l’
assurance-chômage.

. Politique systématique de privatisation, démantèlement des services
publics, ouverture à la concurrence.

. Destruction programmée du statut de la fonction publique.

. Détricotage de la législation du travail, annualisation du temps de
travail, « flexibilité », remise en cause des 35h, recours aux CDD,
promotion du temps partiel et de la précarité, limitation des missions des
inspecteurs du travail.

. Réduction du coût du travail et des cotisations sociales « qui empêchent
le développement des entreprises » (Ernest-Antoine Seillière), recours
massifs aux délocalisations, « création de valeur » confisquée par les
actionnaires et les dirigeants des entreprises au détriment des salariés.

. Organisation de l’autonomie des différents niveaux de négociation afin de
« faciliter le dialogue social entravé par un excès de législation »,
limitation du droit de grève.

. Remise en question des dispositifs d’aide sociale, « coûteux et inutiles »
(!)

. Affaiblissement du système de retraite par répartition, création de
formules individuelles et privées d’épargne salariale, fonds de pension,
développement des stocks-options.

. Suppressions de postes d’enseignants, l’école au service des entreprises.

. Baisse des crédits de la recherche publique et alignement sur la recherche
privée.

« Réformes » engagées par le gouvernement, inspirées ou dictées par le
Medef.

Il est important de savoir où l’on nous mène

*** *** ***

- Rassemblement de la Résistance et des alternatives au néoliberalisme

13 et 14 mars 2004

Nanterre, palais des congrès RER, Nanterre-Ville (mairie de Nanterre)

ATTAC

Programme
(chacun des intitulés est repris du programme du CNR.)

- Samedi 13 mars 2004

9 h 00 - 10 h 30
Grande salle

Séance d’ouverture

- La création du Conseil national de la Résistance (CNR) ; la construction de
son programme ; sa mise en ouvre après la Libération.

Introduction : Michèle Dessenne, secrétaire générale d’Attac France.

Animateur : Jacques Nikonoff, président d’Attac France.

Participants :

Raymond Aubrac, ancien résistant, ancien commissaire de la République.

Jean-Pierre Azema, historien, professeur à l’Institut d’études politiques de
Paris.

Alya Aglan, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université
Paris 10.

Henri Bartoli, ancien résistant.

Philippe Dechartre, ancien résistant, ancien ministre.

Stéphane Hessel, ancien résistant, ambassadeur de France.

Maurice Kriegel-Valrimont, ancien résistant.

Lise London, ancienne résistante.

Maurice Voutey, ancien résistant.

Serge Wolikow, professeur d’histoire contemporaine, vice-président de l’
université de Bourgogne.

10 h 30 - 12 h 30
Grande salle

- " L’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale,
impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de l
’économie "
Les raisons des nationalisations et leur mise en place. Quel chemin parcouru
depuis 1945 ?

Animateur : Jacques Cossart, secrétaire général du Conseil scientifique d’
Attac.

Participants :

Raymond Aubrac, ancien résistant, ancien commissaire de la République.

Henri Bartoli, ancien résistant.

Pierre Khalfa, membre du Bureau de l’Union syndicale G-10 solidaires.

Lucette Le Van-Lemesle, historienne, professeur des universités.

Michel Margairaz, professeur d’histoire contemporaine, université Paris 8.

Robert Mencherini, historien, professeur des universités.

Yves Salesse, membre du Conseil d’Etat, président de la Fondation Copernic.

10 h 30 - 12 h 30
Salle A et B

- " Le retour à la nation des [.] sources d’énergie. "
Pourquoi le programme du CNR prône la nationalisation de l’énergie ? Comment
la met-il en ouvre ; pourquoi veut-on aujourd’hui la privatiser ?

Animateur : Dominique Plihon, président du Conseil scientifique d’Attac.

Participants :

Denis Cohen, fédération CGT de l’énergie

Gabriel Gaudy, secrétaire général de la fédération FO d’EDF.

Michèle Rivasi, directrice générale de Greenpeace France.

Jean Thomas, membre du Front national des étudiants pendant la Résistance,
ancien administrateur d’EDF.

Un représentant de la fédération CFDT de l’énergie (sous réserve)

Un représentant de la fédération SUD-Energie (sous réserve)

14 h 00 - 16 h 30
Grande Salle

- " La possibilité effective pour tous les enfants de bénéficier de l’
instruction et d’accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la
situation de fortune de leurs parents "
La mise en place de la réforme de l’enseignement, notamment par le plan
Langevin-Wallon ; le renouveau de la création et de la culture. L’égoïsme du
profit menacerait-il aujourd’hui la démocratisation de l’école et de la
culture ? Les intermittents du spectacle.

Animateur : Marc Le Glatin, directeur de théâtre.

Participants :

Gérard Aschiéri, secrétaire général de la FSU.

Michel Dehu, délégué général de la Fédération française des maisons de
jeunes et de la culture.

Denis Foucray, Syndicat français des artistes. (intermittent du spectacle)

Jean-Paul Jouary, philosophe.

Etya Sorel, professeur d’histoire.

Louis Weber, président de l’Institut de recherches de la FSU.

14 h 00 - 16 h 30
Salle A

- " L’établissement de la démocratie la plus large. "
Droits de l’homme, démocratie, citoyenneté, droits des femmes, une exigence
constante et sans cesse renforcée.

Animatrice : Michèle Dessenne, secrétaire générale d’Attac.
Participants :

Nuri Albala, avocat, membre du Conseil scientifique d’Attac.

Jacques Capdevielle, sociologue, directeur de recherche au CNRS, membre du
Conseil scientifique d’Attac.

Stéphane Hessel, ancien résistant, ambassadeur de France.

Jean-Pierre Rioux, inspecteur général honoraire de l’éducation nationale.

Frédéric Viale, coordinateur de la Commission OMC/AGCS d’Attac.

Maurice Voutey, ancien résistant.

14 h 00 - 16 h 30
Salle B

- " Le droit au travail et le droit au repos, la sécurité de l’emploi, l’
amélioration des conditions de travail. "
La création des comités d’entreprise ; soixante années de luttes sociales
depuis la Libération. Pourquoi sommes-nous passés de l’offensive à la
défensive ?

Animateur : Claude Debons, syndicaliste.

Participants :

Raymond Aubrac, ancien résistant, ancien commissaire de la République.

Gérard Filoche, inspecteur du travail.

Jean-Pierre Le Crom, historien, directeur de recherche au CNRS.

Robert Mencherini, historien, professeur des universités.

Henri Rollin, ancien ouvrier de l’industrie automobile et syndicaliste.

17 h 00 - 19 h 30
Grande salle

- " Un plan complet de Sécurité sociale visant à assurer tous les citoyens
contre tous les risques sociaux. "
Les raisons de la création de la Sécurité sociale ; sa mise en place. Le
socle aujourd’hui menacé de l’Etat-providence.

Animateur : Guy Bernière, directeur du service social de l’Agence
France-Presse (AFP).

Participants :

Michel Dreyfus, historien, directeur de recherche au CNRS.

Jacques Girault, professeur d’histoire à l’université Paris 13.

Liem Hoang Ngoc, économiste, maître de conférence à l’université Paris 1,
membre du Conseil scientifique d’Attac.

Maurice Kriegel-Valrimont, ancien résistant.

Christophe Ramaux, économiste, maître de conférence à l’université Paris 1,
membre du Conseil scientifique d’Attac.

Bernard Teper, Union des familles laïques (UFAL), coordinateur de la
commission santé d’Attac.

17 h 00 - 19 h 30
Salle A et B

- " Une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des
intérêts particuliers à l’intérêt général "
Pourquoi la planification ; et pourquoi aujourd’hui la renonciation à la
planification ; qu’est-ce qu’une politique industrielle ?

Animateur : Philippe Frémeaux, rédacteur en chef d’Alternatives
économiques.

Participants :

Raymond Aubrac, ancien résistant, ancien commissaire de la République.

Henri Guaino, ancien Commissaire du Plan.

Lucette Le Van-Lemesle, professeur des universités.

Jean-Louis Levet, professeur associé à l’université Paris 13.

Robert Lion, ancien directeur général de la Caisse des dépôts et
consignations.

Dominique Plihon, économiste, professeur à l’université Paris 13, président
du Conseil scientifique d’Attac.

- Dimanche 14 mars

10 h 00 - 12 h 30
Grande salle

- " La liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’
Etat et des puissances d’argent "
Pourquoi les ordonnances sur la presse en 1994 ; comment elles se mettent en
place. Le rôle de l’argent dans la régression démocratique de la liberté d’
expression.

Animateur : Philippe Monti, professeur de philosophie.

Participants :

Christian Delporte, professeur d’histoire contemporaine à l’université de
Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Gérard Gatigot, Syndicat national des journalistes.

Serge Halimi, journaliste.

Armand Mattelart, professeur à l’université Paris 8, président de l’
Observatoire français des médias.

Michel Muller, secrétaire général de la Fédération des industries du livre,
du papier et de la communication (FILPAC).

Ignacio Ramonet, président du directoire et directeur de la rédaction du
Monde diplomatique.

Jacques Vistel, conseiller d’Etat honoraire, ancien chef du Service
juridique et technique de l’information.

10 h 00 - 12 h 30
Salle A

- " L’élévation et la sécurité du niveau de vie des travailleurs de la terre
[.] l’établissement d’un juste statut du fermage et du métayage, des
facilités d’accession à la propriété pour les jeunes familles paysannes et
par la réalisation d’un plan d’équipement rural "

Animateur : Jean-Pierre Beauvais, président du directoire de Politis.

Participants :

Joseph Bourgeais, Confédération paysanne.

René Bourrigaud, maître de conférence à la faculté de droit de l’université
de Nantes.

Joseph Chevalier, ancien syndicaliste agricole (Loire-Atlantique).

Jean Vigreux, historien, maître de conférences à l’université de Dijon.

10 h 00 - 12 h 30
Salle B

- " Ainsi sera fondée une République nouvelle. "

Les Constitutions ; le statut des fonctionnaires ; création de l’Ecole
nationale d’administration (ENA), du Commissariat à l’énergie atomique
(CEA), de l’Agence France-Presse (AFP) ; les démantèlements contemporains.

Animateur : Jacques Cotta, journaliste.

Participants :
Claude Alphandéry, ancien président du Comité de libération de la Drôme,
président du Conseil national de l’insertion par l’activité économique.

Henri Bartoli, ancien résistant.

René Bidouze, ancien secrétaire général de l’Union générale des fédérations
de fonctionnaires CGT, Conseiller d’Etat honoraire.

Edouard Brezin, président de la Société française de physique,
vice-président de l’Académie des sciences.

Anicet Le Pors, ancien ministre, conseiller d’Etat honoraire.

Bertrand Renouvin, ancien membre du Conseil économique et social.

Un représentant du collectif Sauvons la recherche !

14 h 00 - 16 h 30
Grande Salle

Séance de clôture

- La Destruction méthodique des avancées sociales, économiques, culturelles,
démocratiques de la résistance. Aujourd’hui, quelles résistances et
alternatives au néolibéralisme ?

Animation, Jacques Cotta, journaliste.

Participants :

Bernard Cassen, président d’honneur d’Attac.

Philippe Dechartre, ancien résistant, ancien ministre.

Denis Péchanski, historien, directeur de recherche au CNRS.

16 h 30 - 17 h 00
Grande salle

Conclusions : Jacques Nikonoff, président d’Attac France.

Il y a 60 ans des hommes dessinaient notre paysage social...

Il est bon de savoir d’où l’on vient

Il est important de savoir où l’on nous mène

ATTAC http://attac.org

URL de cet article 1384
  

« Cuba mi amor », un roman sur le Che de Kristian Marciniak (Rebelion)
Leyde E. Rodri­guez HERNANDEZ
Publié chez Publibook, une maison d’édition française, le roman de Kristian Marciniak : « Cuba mi amor » circule dans Paris ces jours-ci. Dans un message personnel adressé au chroniqueur de ce papier, l’auteur avoue que Cuba a été le pays qui lui a apporté, de toute sa vie, le plus de bonheur, les plus grandes joies et les plus belles émotions, et entre autres l’orgueil d’avoir connu et travaillé aux côtés du Che, au Ministère de l’Industrie. Le roman « Cuba mi amor » est un livre impressionnant de plus de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’un des plus gros mensonges officiels de notre temps est que les États-Unis et le Royaume-Uni sont en guerre contre l’islam radical. De l’Afghanistan à l’Arabie Saoudite en passant par la Syrie et la Libye, les extrémistes islamiques ont été pendant des décennies un allié vital dans leur véritable guerre : contre l’indépendance, l’unité panarabe et la souveraineté économique au Moyen-Orient.

Matt Kennard

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.