Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

42 
L’insulte publique comme seul argument

Rue89 découvre l’existence de Oulala.net, présent sur la toile depuis 2001... et de René BALME (suivi du droit de réponse)

Le 24 janvier 2012, Rue89 tendait son micro et ses claviers à Marine Le Pen pour répondre aux questions de ses lecteurs. Cette intrusion du FN dans les pages de Rue89 n’a pas choqué outre mesure Madame Guyet plus prompte à s’offusquer de quelques articles publiés sur Oulala.net, site collaboratif et participatif présent sur la toile depuis 2001.

La campagne des législatives touche à sa fin, Rue89 sort l’artillerie lourde et se met au service... de qui au fait ? On peut se poser la question, tant il semblerait que le site internet Rouge et Blanc devient le porte-flingue de celles et ceux qui ne veulent pas voir un député du Front de Gauche élu à l’Assemblée.

Et tout est bon pour discréditer celui qui a toutes ses chances sur la 11ème circonscription du Rhône, René Balme. Voilà qu’aux yeux et sous le clavier d’Ornella Guyet, René Balme devient une tache rouge-brune ! Il est clair que celui qui est visé, aussi, à travers cet article au titre injurieux, est Jean-Luc Mélenchon qui porte le fer contre Marine Le Pen à Hennin Beaumont.

La journaliste de Rue89 n’est pas à son coup d’essai pour ce qui concerne la théorie du : « je vois du brun-rouge partout ! ». Elle s’est illustrée, aussi en direction de nos camarades du journal en ligne Le Grand Soir, animé, notamment, par Maxime Vivas. Ce même Maxime Vivas qui, devant participer au Salon du livre "L’autre Salon" de Grigny 69 avait eu les horreurs d’un site internet Lyonnais proche des milieux anar qui, dans un article enflammé le traitaient, lui aussi, de conspirationniste et d’autres jolis noms d’oiseaux exotiques. Le courage ayant manqué à l’auteur du site en question, puisqu’il ne s’était pas déplacé le jour du vernissage pour affronter Maxime Vivas et le maire de Grigny... qui l’attendaient. Viktor Dedaj, animateur du grand Soir, lui aussi, a eu droit au qualificatif d’antisémite. Ceux qui connaissent Maxime et Viktor apprécieront et savent la crédibilité que l’on peut, désormais, apporter aux propos de Madame Guyet.

Streetpress. Com est aussi de la partie ce 30 mai puisqu’il publie, également, un article incendiaire et pas plus documenté que celui de Rue89, concernant René Balme et le traitant de conspirationniste. Ca ressemble à un tir groupé !

Chacun notera que le vocabulaire de ces Zorro de la bien-pensance n’est guère riche et évolué. Ils connaissent trois mots : conspirationnistes, négationnistes et accessoirement, rouges-bruns.

La perle de la violence revient donc à Ornella Guyet qui titre : « Une tache rouge-brun dans la campagne du Front de gauche ». Affirmation péremptoire qui ne souffre, à ses yeux, aucune contestation bien qu’elle s’appuie sur une démonstration hasardeuse qui consiste à extraire quelques articles (une dizaine, tout au plus) d’un site qui en compte 5 655 à ce jour et 1 928 brèves. Faites le ratio et vous comprendrez l’objectivité dont fait preuve cette chasseresse du négationnisme et du conspirationniste.

Le travail de 30 années de mandat au service de la population et un militantisme à gauche depuis une quarantaine d’années, ne sauraientt être salis par l’analyse bâclée et à charge de Madame Guyet. René Balme a toujours combattu les idées Front National et ne cessera de le faire. C’est la raison pour laquelle, René Balme a saisi son avocat dès ce matin, bien décidé à déposer plainte pour injure publique et à demander à Rue89 un droit de réponse.

Ceux qui connaissent René Balme, son engagement pour la cause palestinienne, pour la démocratie participative, pour la décroissance, contre le sionisme (qui n’a rien à voir avec l’antisémitisme) contre les expulsions locatives, pour toutes les causes humanitaires etc. savent que la description qui en est faite par Ornella Guyet est outrageusement mensongère et diffamante.

Comme à son habitude, madame Guyet use de méthodes « journalistiques » douteuses, à savoir : erreurs factuelles, amalgames confusionnistes, extrapolations et généralisations abusives.

La journaliste de Rue89 dans un délire surréaliste, et sans rien prouver, extrait un lien qui pointe vers un article publié par Untel dont elle affirme que le site est un ramassis d’extrémistes de droite. Un autre lien qui pointe vers un écrit ou qui fait référence à Unautre qui serait conspirationniste, etc. A ce petit jeu là , il est aisé de faire passer le plus modéré des rédacteurs pour un dangereux terroriste puisant ses sources dans la fange des réseaux de la droite extrême.

Madame Guyet s’est fixé, par ailleurs, des noms propres tabous dont il ne faut jamais parler et encore moins faire référence sous peine, là encore de tomber sous ses foudres. Et peu importe si les références ou les citations datent de 2002 ou 2003..., période au cours de laquelle les bannis du jour étaient encore en odeur de sainteté.

J’oubliais une précision, et de taille : le site Oulala.net, créé en 2001 a conservé tous les articles publiés depuis, de telle sorte que certains font effectivement référence à des personnages qui étaient respectables à l’époque, mais qui, depuis ont emprunté une voie plus que condamnable et desquels Oulala s’est détaché depuis longtemps.

Ce que n’a pas compris, ou ne veut pas comprendre Madame Guyet - parce qu’elle n’écrit qu’à charge ! - c’est que le parti pris d’Oulala de vouloir conserver et rendre disponibles toutes ses archives mérite de la part du lecteur l’effort, insupportable pour plumitive, de se mettre dans le contexte de l’époque.

Notons aussi, que si l’on en croit l’attaque en règle menée contre René Balme - et qui n’est pas la première - il est inconcevable pour un certain nombre de journalistes qu’un élu du peuple puisse, en dehors de son mandat se comporter comme un citoyen engagé dans le journalisme indépendant, dans l’analyse critique de la marche du monde, dans le développement des usages de l’Internet, donner son point de vue, le publier et participer à donner la parole à des auteurs, dont certains, mis en cause par la journaliste de Rue89, publient dans des sites tels que Le nouvel Obs’, Agoravox, Mediapart, etc. - sans être nullement inquiétés sur ces médias-là  !

Cette courte analyse, à chaud, qui sera complétée plus tard, en fonction de la tournure que vont prendre les choses, permet au lecteur d’Oulala, de comprendre la manipulation et la machination portée à l’encontre d’un des animateurs de ce site historique, au prétexte qu’il est candidat front de Gauche aux élections législatives dans le Rhône, et qu’il a de sérieuses chances d’être au deuxième tour.
Ce qui ressemble singulièrement à une tentative d’assassinat politique qui ne dit pas son nom.

Ce comportement donne raison à la presse alternative qui ne se laisse pas et ne se laissera pas intimider par les Ornella Guyet et autres purificateurs de la toile.

Nous sommes dans une République où le mot liberté, surtout quand il est suivi de celui d’expression reste encore a défendre au risque de se mettre a dos, tout ce que la presse bienpensante compte de journalistes ou de supposés tels.
Une carte de presse ne rend pas intelligent, c’est confirmé.

René Balme a tout notre soutien.

La rédaction

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5656

EN COMPLEMENT

DROIT DE REPONSE A « RUE89 »

J’ai milité à la CGT, au PCF puis au Parti de gauche, dans des associations de défense des locataires, fidèle à mes engagements de toujours, depuis 44 ans. J’honore des mandats électifs locaux, fidèle à mes orientations politiques, depuis 29 ans. Le site Oulala.net existe, dans la même ligne éditoriale, depuis 11 ans. Je suis co-fondateur du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS depuis 8 ans, co-fondateur du Réseau national de la Démocratie participative depuis 2011. J’ai toujours affirmé mon combat pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et mon combat contre la désinformation. Pourquoi « Rue89 » me découvre aujourd’hui, à dix jours du premier tour des Législatives ? Pourquoi « Rue89 » prend le risque d’aussi peu de professionnalisme, de piétiner la liberté d’expression si chère à la presse, de venir sur le terrain de la diffamation, de l’injure et du mensonge ?

Plutôt que de me juger sur des actes, sur ma gestion municipale et politique, sur les valeurs qui fondent mon action politique vous avez choisi un terrain mouvant, subjectif et particulièrement nauséabond.

Vous utilisez une quinzaine d’articles sortis de leur contexte et sans préciser l’année de leur publication pour en conclure que le site Oulala.net serait antisioniste, homophobe, ferait l’éloge des dictatures, ferait l’ode à l’Iran et aurai publié un entretien avec Thierry Meyssan.

Qu’il me soit permis de préciser que l’antisionisme n’est pas un délit mais une opinion fort répandue et défendue, y compris par la communauté juive de France.

L’article de Camille Loty Malebranche, intellectuel résident aux caraïbes, à qui vous attribuez une connotation homophobe est loin de refléter cette opinion et je vous invite à le relire avec attention.

Pour ce qui est de l’éloge des dictatures, permettez moi de préciser qu’informer à travers la publication d’écrits qui ne reflètent pas la pensée dominante sur tel pays ou tel dirigeant constitue un moyen critique d’informer le lecteur et pas une éloge ou sens où vous l’entendez. Pour ce qui est de l’article concernant le film de Dieudonné, que nous désapprouvons, vous avez pu remarquer qu’il avait été retiré par le comité de lecture, qui est intervenu à postériori comme c’est souvent le cas (nous ne sommes que des bénévoles). Il est bien évident que l’on peut retrouver en mémoire sur un moteur de recherche les articles qui ont été publiés ne serait-ce que quelques heures.

La publication de la traduction, en 2006, d’un discours de Nasrallah a été décidé collectivement, à cette époque, dans le seul but d’informer le lecteur et ne se veut pas être une éloge, ni une adhésion aux thèse développées par le Hezbollah.

Pour ce qui est des textes de Chems Eddine Chitour, il n’y a pas, non plus, dans leur contenu quelque éloge que ce soit mais des données informatives permettant de mieux comprendre les enjeux du moyen Orient et ils sont complexes.

Vous me refusez le droit de publier un entretien avec Thierry Meyssan, qui a l’époque vivait en France et avait des responsabilités politiques, alors que vous recevez en grande pompe marine Le Pen le 23 janvier 2012 pour échanger avec vos lecteurs. Vous remarquerez que nous n’avons jamais donné la parole au Front National sur note site. Et nous ne le ferons jamais, soyez rassurés.

J’oubliais une précision, et de taille : le site Oulala.net, créé en 2001 a conservé tous les articles publiés depuis, de telle sorte que certains font effectivement référence à des personnages qui étaient respectables à l’époque, mais qui, depuis ont emprunté une voie plus que condamnable et desquels Oulala s’est détaché depuis longtemps.

La syndication de sites est un exercice difficile car il est fastidieux de contrôler tout ce qui est publié et relayé, et, certains articles peuvent échapper à notre vigilance. Ils sont retirés dès que le lecteur nous interpelle à ce propos.

Vous le constatez, les accusations à charge contre Oulala.net et l’un des animateurs que je suis sont particulièrement infondées et la minceur des arguments que vous développez n’aurait pas du suffire à afficher un titre particulièrement insultant : « Législatives, une tâche rouge-brune dans la campagne du Front de gauche », pour lequel j’envisage de saisir la justice.

Enfin et pour finir avec l’origine de cet article, notons que la journaliste qui l’a rédigée est connue pour ses méthodes. Elle emploie un pseudonyme pour faire amie-ami et contribuer sur des sites internet indépendants ; elle emploie son nom réel pour les détracter. Ainsi, ces derniers mois, plusieurs personnalités et médias -sa cible se limitant aux plus fervents critiques de la politique impérialiste des puissances alliées à l’OTAN ou de l’Etat israélien- ont reçu « ce baiser de Judas », avant de s’apercevoir que l’une et l’autre ne faisait qu’une. Une infiltrée, dont on peut se demander valablement pour le compte de qui elle oeuvre.

Ceci étant dit, oui, je suis antisioniste : je combats celles et ceux qui militent et oeuvrent pour l’occupation de la Palestine et l’asservissement des Palestiniens. Je combats celles et ceux des israéliens qui s’y prêtent, comme je désapprouve fermement la communauté internationale qui a oeuvré pour cela, entre autres le gouvernement britannique, la Société des nations puis l’ONU.

Non, je ne suis pas homophobe : avant-même les attaques de « Rue89 », je me suis déclaré à Lyon-Capitale, favorable au mariage des homosexuels et à leur accès à l’adoption. Je considère, en effet, que les préférences sexuelles relèvent des libertés individuelles. Et n’allez pas faire encore des amalgames malheureux avec les dérives sexuelles.

Non, je ne fais pas l’éloge des dictatures : j’alerte l’opinion sur les grands démocrates et les grandes démocraties de ce monde qui fabriquent et alimentent des dictatures et des pseudo-démocraties. Les plus grandes dictatures, à mon sens, aujourd’hui sont les États-Unis, via le Bureau du représentant au commerce des États-Unis (USTR), lequel supplante même aujourd’hui une autre grande dictature, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ; le Fonds monétaire internationale (FMI), l’Union européenne, via son Conseil et sa Commission. A son niveau, le gouvernement français s’est aussi comporté pendant toute les années où la droite était au pouvoir de manière particulièrement antidémocratique, puisque composé de ministres et autres secrétaire d’État dont l’autorité et le champ d’intervention dépassent largement celle des parlementaires, députés et sénateurs.

L’expérience de démocratie participative que j’ai initiée à Grigny, ville que j’ai l’honneur de diriger depuis 20 ans prouve si besoin était que ma personnalité et ma façon d’appréhender la démocratie se situe à des lieues de l’image que vous vous efforcez de donner de moi.

Les messages de sympathie, tant sur votre site, que par mail ou téléphoniques reçus depuis ce matin démontrent que personne n’est dupe sur l’enjeu électoral dans lequel s’inscrit la publication de cet article particulièrement malhonnête.

L’objectif est bien évidemment de me nuire au moment ou il n’est pas impossible que je sois au deuxième tour sur la 11ème circonscription du Rhône. Mais au delà , c’est le Parti de Gauche, le Front de Gauche et Jean-Luc Mélenchon qui porte le fer contre Marine Le Pen qui est également visé par l’analyse partisane que vous faites de mes activités et les conclusions hâtives et pour le moins diffamatoire à mon égard que vous en tirez.

Le journalisme n’en sort pas grandi car la méthode s’apparente fort à une sorte d’assassinat politique qui ne veut pas dire son nom.

Ce comportement donne raison à la presse alternative qui ne se laisse pas et ne se laissera pas intimider par les purificateurs de la toile. Nous sommes dans une République où le mot liberté, surtout quand il est suivi de celui d’expression reste encore a défendre au risque de se mettre a dos, tout ce que la presse bienpensante compte de journalistes ou de supposés tels.

A Grigny,
René BALME,
le 31 mai 2012.

http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5658


L’article de Rue89 : Législatives : une tache rouge-brune dans la campagne du Front de Gauche

http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/05/30/une-tache-rouge-brune-...

A l’attention des nombreux nouveaux lecteurs qui nous ont rejoint ces derniers mois, rappelons en complément un article (oui, très long, mais indispensable) sur les méthodes de ces faux-nez : Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.

http://www.legrandsoir.info/analyse-de-la-culture-du-mensonge-et-de-la...

URL de cet article 16839
   


Vous avez une minute ?

Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Je ne sais pas."

Secrétaire d’Etat des Etats-Unis Colin Powell.
Interrogé pour savoir s’il aurait été favorable à une invasion de l’Irak
en sachant de ce dernier ne possédait pas d’armes de destruction massive.


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.