RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

10 

C’est maintenant au tour de l’Irlande de rejeter le fantasme de l’austérité - (The Guardian)

La France et la Grèce ont montré qu’il était possible de résister à cette idéologie. Ce mois-ci les Irlandais aussi pourraient voter pour arrêter "cette bonne conduite".

Afin d’affirmer sa loyauté envers l’Europe, l’élite politique irlandaise a décidé qu’il était préférable de ne pas accorder trop d’attention à la réalité européenne. "L’Austérité" peut être, comme Joseph Stiglitz l’a décrite récemment, "l’Europe est une catastrophe d’origine humaine", cependant le gouvernement de coalition du Fine Gael et du Labour a misé sur un positionnement de l’Irlande en tant qu’enfant modèle de l’expérience étendue de Francfort et de Berlin du déni des catastrophes. Que ce repli néolibéral par des coupes sombres et axé sur des "réformes" favorables au marché pousserait la récession vers la dépression a depuis longtemps été évident, mais la stratégie officielle a été de placer l’austérité dans des politiques d’un royaume de l’au-delà la comme un sacrifice partagé nécessaire pour rétablir la "confiance" des investisseurs.

La confiance est une propriété insaisissable, alors que les coûts d’emprunt irlandais restent beaucoup plus élevés que ceux de l’Italie et l’Espagne, et les politiques de "rigueur budgétaire" n’ont pas produit un changement dans les aspects fondamentaux de l’économie irlandaise, après quatre ans de purgatoire budgétaire et de misère sociale. Le fantasme implacable a, bien sûr, résisté aux évidences, mais le rejet politique décisif du fétichisme de l’austérité par les électeurs français et grecs a ouvert un espace démocratique de résistance à un moment où l’opposition populaire se dessine en Irlande, et ceci à quelques semaines du référendum du 31 mai sur le traité budgétaire de l’UE. La plate-forme "voter oui pour la stabilité" est maintenant confrontée à la difficile tâche d’identification de la "stabilité" qu’il s’attend à ce que l’électorat approuve.

Quoiqu’il en soit, il semble que le ballast pour la stabilité sera assuré par la fabrication de la peur, alors que la campagne du "oui" a encadré le vote comme un choix existentiel pour l’Irlande. Le traité budgétaire qui constituent le fondement de la récupération et la stabilité future, tandis qu’un vote "non" pourrait se révéler catastrophique, plaçant le pays en dehors du mécanisme de stabilité européen - la ligne de vie de l’UE à endetté les Etats - et donc les a rendus incapables de financer les services publics. Un vote négatif pourrait également nuire à la réputation de l’Irlande à Bruxelles et nuire à son attractivité en tant que destination pour les investissements américains directs à l’étranger.

Le problème pour le camp du "oui", est qu’il doit amadouer un électorat fatigué d’adhérer au "blocage" constitutionnel de l’austérité, au moment même où son caractère idéologique est pleinement exposé. La charge d’ajustements budgétaires a accéléré le rythme de contraction de l’Irlande, la hausse des impôts et une réduction des dépenses ont réduit le revenu disponible et la demande globale. Loin d’encourager un retour à la croissance, l’Irlande est maintenant dans sa cinquième année de coupes sombres budgétaires.

Il n’y aura pratiquement pas de croissance en 2012, et les propres chiffres du Fonds monétaire international montrent que le ratio de la dette au PIB a augmenté, pas diminué, chaque année de 2008 à 2012 au Portugal, en Italie, en Irlande, en Grèce et en Espagne. Les statistiques alarmantes pour le chômage des jeunes en Grèce et en Espagne sont maintenant bien connues - en Irlande, le chiffre de plus de 30% est maintenu artificiellement bas en raison du niveau élevé de l’émigration.

Le Fonds monétaire international prévoit que l’économie se contractera cette année, en termes réels, en Grèce, en Italie, au Portugal et en Espagne, tandis que l’Irlande aura du mal à atteindre une croissance de 0,5%. Les architectes du traité budgétaire construit à la hâte espèrent soumettre ces pays - et l’Irlande, une fois que son attachement pittoresque au rituel démocratique aura été surmonté - à des restrictions législatives en matière de contrôle politique déjà négligeable de l’économie. Le traité va diminuer la surveillance interne sur la politique budgétaire et inscrire des mesures abstraites et hautement politisées telles que le "déficit structurel" dans la constitution irlandaise.

Pour tous les engagements publics sans doute cosmétiques à des mesures de croissance annoncées dans la foulée de l’élection de François Hollande, cet ensemble de règles conduira presque certainement à un chômage encore plus élevé, à accélérer la déflation plus encore et augmenter le fardeau substantiel de la dette. Comme Terrence McDonough, professeur d’économie à l’Université nationale d’Irlande, Galway, résume : "Prendre un pays au fond d’une dépression le forcer à exécuter des augmentations de compressions budgétaires et fiscales, années après année, années après années. Forcer la même politique sur ses voisins et ses partenaires commerciaux. Exécuter cela dans un avenir prévisible et espérer qu’il en résulte de la stabilité, de la confiance et une récupération. Il s’agit d’une expérience dangereuse, complètement sans précédent historique." C’est également une expérience destinée à normaliser davantage la socialisation des dettes spéculatives massives du secteur bancaire.

Alors que les développements européens mettent davantage l’accent sur ce référendum, il a également lieu à un moment où la résistance intérieure à l’austérité a commencé à émerger, même si elle n’est pas encore cohérente. Cela a été un cliché de la couverture de la crise que la société en Irlande aurait absorbé passivement les restrictions, avec le refrain des élites entonnant "nous ne sommes pas la Grèce, nous allons bien nous comporter", en écho aux chants des manifestants grecs "nous ne sommes pas irlandais, nous allons résister". Toutefois, le boycott des ménages du dernier avis d’imposition, qui a vu la moitié de tous les propriétaires enregistrés refuser de payer un impôt foncier sur les appartements, a suggéré que le rejet de la politique d’austérité s’étend désormais au-delà de la résistance organisée de groupes communautaires et des partis de gauche.

L’opposition à une taxe foncière peut apparaître comme une conduite inhabituelle pour une politique progressiste, mais elle a été prélevée de façon égale sur les demeures et le boulet d’une équité négative qui est l’héritage tangible du boom pour des dizaines de milliers personnes. Les gens qui luttent pour faire face à l’impact combiné des réductions de services, des pertes de salaire et du chômage ont été régulièrement informés que "100 euros ne représente pas beaucoup d’argent" (et dans un sens, c’est vrai, une fois jetés à la dette bancaire socialisée qu’elle était finalement conçue pour servir). Comment ce refus collectif jouera dans le référendum est difficile à prédire, mais le mantra "il n’y a pas d’alternative" ne sera pas facilement restauré.

Gavan Titley & John O’Brennan, le jeudi 10 mai 2012.

Source : Now it is Ireland’s turn to reject the austerity fantasy

URL de cet article 16829
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Sélection naturelle. Un roman capitaliste.
Alexandre Grondeau
John, Yan et Jean ont des quotidiens et des parcours professionnels très différents, mais ils arrivent tous les trois à un moment clef de leur vie. John est un avocat d’affaires sur le point de devenir associé monde dans un grand cabinet. Yan, un petit dealer toujours dans les embrouilles et les galères. Jean, enfin, est un retraité qui vient d’apprendre que ses jours sont comptés. Malgré leurs différences, ces trois antihéros se débattent dans les contradictions de la société de consommation, seuls (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

Karl Marx

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.