RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Selon un juge espagnol, les États-Unis font de l’obstruction dans l’enquête sur la société de sécurité qui aurait espionné Assange pour le compte de la CIA. (Yahoo News)

MADRID - Le ministère de la Justice des États-Unis n’a pas répondu aux multiples demandes d’aide des autorités espagnoles dans le cadre d’une enquête sur une entreprise de sécurité locale soupçonnée d’avoir été utilisée par la CIA pour mener une surveillance agressive - et potentiellement illégale - du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

"Je n’en suis pas très heureux", a déclaré Santiago Pedraz, le juge d’instruction en charge de l’affaire, dans une interview exclusive accordée à Yahoo News, lorsqu’il a été interrogé sur l’absence de coopération des responsables de Washington jusqu’à présent dans le cadre de son enquête. "Ils n’ont absolument rien répondu".

Depuis le mois de juin de l’année dernière, les juges espagnols ont envoyé trois demandes d’information au ministère de la justice, principalement pour obtenir des renseignements sur la propriété d’adresses IP censées se trouver aux États-Unis et qui ont eu accès à des fichiers documentant les activités d’Assange lorsqu’il se terrait à l’ambassade d’Équateur à Londres, selon des copies des demandes examinées par Yahoo News.

Malgré l’existence d’un traité d’assistance juridique mutuelle (MLAT) entre les États-Unis et l’Espagne, en vertu duquel les deux pays s’engagent à s’entraider dans le cadre d’enquêtes criminelles, aucune des demandes espagnoles n’a encore suscité de réponses substantielles de la part des États-Unis, a déclaré le juge. Au lieu de cela, les avocats du ministère de la Justice ont demandé aux autorités espagnoles davantage d’informations sur le fondement de l’enquête avant de prendre toute mesure.

La question principale est de savoir si les agents de renseignement américains - comme l’ont prétendu les avocats d’Assange - ont fait en sorte que la société de sécurité espagnole UC Global viole les lois espagnoles sur la protection de la vie privée et la corruption en installant des caméras et des micros cachés à l’intérieur de l’ambassade d’Équateur, y compris dans les toilettes pour femmes où Assange se rendait parfois en réunion. Cela a permis à l’entreprise d’enregistrer secrètement ou d’écouter les conversations qu’Assange avait avec ses avocats, ses médecins, ses conseillers, des journalistes et d’autres personnes, y compris, dans un cas, un membre du Congrès américain, selon des documents internes de l’affaire espagnole.

"Nous voulons savoir ce qui a été fait avec ce matériel", a déclaré M. Pedraz. Il a évoqué le rôle potentiel de la CIA comme une "théorie" principale sur laquelle "nous essayons d’enquêter". Il n’a toutefois pas exclu qu’il puisse y avoir d’autres explications au transfert présumé de données.

Une porte-parole du DOJ a écrit dans un courriel que "par principe", le département ne fait pas de commentaires sur sa correspondance avec des gouvernements étrangers concernant les demandes de MLAT. Les experts juridiques affirment que la procédure MLAT peut souvent être d’une lenteur frustrante, en particulier lorsqu’elle exige, comme dans ce cas, que les procureurs fédéraux demandent des ordonnances judiciaires pour obtenir les informations recherchées par le gouvernement étranger. Néanmoins, T. Markus Funk, ancien procureur fédéral qui a rédigé un guide sur la procédure MLAT à l’intention du système judiciaire américain, a déclaré que le fait que le ministère de la Justice n’ait pas répondu aux demandes espagnoles sur une période de 17 mois semble "anormalement lent". Il a ajouté : "Cela semble être en dehors de ce qui serait normal".

L’enquête de la police espagnole, dont la presse espagnole s’est largement fait l’écho, a pris une nouvelle importance ces dernières semaines à la suite d’un rapport de Yahoo News documentant la manière dont la CIA, sous la direction de Mike Pompeo à l’époque, a lancé en 2017 une opération secrète visant à paralyser WikiLeaks, qui comprenait des plans finalement avortés d’enlèvement d’Assange dans une opération dite " de rapt ". Les responsables de la CIA, courroucés par la publication par WikiLeaks de documents sensibles de piratage de l’agence, ont même discuté - mais n’ont jamais mis en œuvre - un complot visant à assassiner Assange, selon d’anciens responsables du renseignement américain bien informés de l’opération de la CIA.

Si les avocats de la Maison-Blanche ont freiné les mesures les plus extrêmes préconisées par M. Pompeo, la CIA a néanmoins entrepris d’autres actions agressives, notamment en s’arrangeant pour obtenir des enregistrements audio et visuels d’Assange à l’intérieur de l’ambassade et en espionnant certains de ses associés, selon le rapport de Yahoo News. Dans ses seuls commentaires publics sur l’article, M. Pompeo a reconnu que "certains éléments sont vrais" et a demandé au ministère de la justice de poursuivre pénalement les sources qui ont parlé à Yahoo News pour avoir divulgué des informations classifiées. (La CIA a toujours refusé de commenter tout aspect de son ciblage d’Assange et de WikiLeaks et l’a fait à nouveau en réponse à une demande de renseignements pour cet article).

Le fait que la CIA ait ciblé le fondateur de WikiLeaks - et se soit arrangée pour écouter ses réunions et ses conversations à l’ambassade d’Équateur - n’est peut-être pas surprenant, étant donné que M. Pompeo, dans son premier discours en tant que directeur de la CIA, avait publiquement déclaré que WikiLeaks était un "service de renseignement hostile non étatique".

Mais les actions de l’agence sont apparues comme un obstacle potentiel aux efforts du ministère de la Justice pour extrader Assange vers les États-Unis afin de répondre aux accusations criminelles selon lesquelles il a publié des documents classifiés - y compris les identités de sources sensibles pour le gouvernement américain à l’étranger - en violation de l’Espionage Act datant de la Première Guerre mondiale.

Les avocats d’Assange se sont emparés de l’article de Yahoo News, le soulevant à plusieurs reprises devant une cour d’appel britannique en octobre, comme une nouvelle raison de refuser la demande du ministère de la Justice. "Il s’agit d’un cas de preuve crédible de plans du gouvernement américain élaborés en détail pour causer un préjudice grave à M. Assange", a déclaré Mark Summers, l’un des avocats d’Assange, lors d’une audience sur le cas d’extradition.

Bien qu’une grande partie des événements qui se sont déroulés à l’ambassade d’Équateur restent obscurs, la clé pour démêler ces preuves pourrait maintenant reposer sur le résultat de l’enquête espagnole. L’enquête a débuté en avril 2019 lorsque Assange, après s’être réfugié à l’ambassade d’Équateur pendant sept ans, a été expulsé par les nouveaux dirigeants de ce pays. Il a immédiatement été arrêté par les Britanniques, puis inculpé par les procureurs fédéraux d’Alexandria, en Virginie, dans un acte d’accusation de 18 chefs d’accusation pour ce que les responsables du ministère de la Justice ont décrit comme "l’une des plus grandes fuites d’informations classifiées de l’histoire des États-Unis."

À ce moment-là, trois employés d’UC Global se sont présentés à la police espagnole pour raconter une histoire étrange mais intrigante : Ils avaient reçu l’ordre du propriétaire de la société, David Morales, un ancien officier des forces spéciales espagnoles, d’enregistrer secrètement les conversations d’Assange en installant des microphones cachés dans des extincteurs de l’ambassade. Ils ont également affirmé avoir téléchargé secrètement des données à partir des téléphones portables de ses visiteurs et avoir glissé des copies des notes écrites d’Assange. À un moment donné, ils ont affirmé avoir reçu l’ordre de voler la couche d’un bébé supposé être le fils d’Assange afin d’effectuer un test ADN sur les excréments du bébé pour établir sa paternité. (Informé qu’un tel test n’était pas réalisable, le plan a été abandonné).

L’un des témoins a affirmé dans une déclaration écrite à la police que Morales avait également discuté avec des employés d’un plan visant à déverrouiller les portes de l’ambassade pour faciliter un "enlèvement" d’Assange ou "même la possibilité d’empoisonner M. Assange", selon une copie de la déclaration examinée par Yahoo News. Toutes ces propositions, "Morales prétendait les évaluer avec ses contacts aux États-Unis", précise la déclaration.

Après avoir interrogé les témoins et examiné les données informatiques qu’ils ont fournies, la police espagnole a arrêté Morales en septembre 2019 et a fouillé son domicile et ses bureaux, saisissant des ordinateurs, des serveurs, des téléphones portables et d’autres matériels. Il a ensuite été libéré sous caution et attend la fin de l’enquête pénale pour savoir s’il sera formellement inculpé.

L’un des anciens employés a déclaré dans une interview accordée à Yahoo News ici que l’objectif de la surveillance a été clairement établi lorsque Morales a rassemblé sa petite équipe après un voyage aux États-Unis, où il a assisté à une exposition d’armes à feu à Las Vegas. UC Global avait été engagée pour assurer la sécurité de l’ambassade par le SENAIN, le service de renseignement équatorien. Mais, selon Morales, "toutes les informations n’étaient pas destinées à l’ambassade d’Équateur, mais aux États-Unis", a déclaré l’ancien employé, qui s’est exprimé à condition de ne pas être identifié publiquement. (Les trois employés ont reçu le statut de "témoins protégés" dans l’affaire, ce qui protège leur identité de la vue du public).

Selon l’employé, Morales a également dit au groupe que "nous sommes passés du côté obscur" et "il a mentionné la CIA". (Dans une déclaration déposée au tribunal, le témoin a déclaré que Morales avait dit aux employés qu’en échange de leur surveillance d’Assange, les "services secrets américains" feraient en sorte que l’entreprise obtienne des "contrats lucratifs dans le monde entier"). Cette révélation a troublé l’employé et ses collègues. "J’ai réalisé que c’était comme une bombe sur le point d’exploser", a-t-il déclaré.

Parmi les réunions que les employés d’UC Global ont reçu l’ordre d’écouter, il y avait une visite qu’Assange a eue en août 2017 avec Dana Rohrabacher, alors député républicain du sud de la Californie, selon l’employé. Rohrabacher, un fervent partisan de Trump qui a exprimé à plusieurs reprises sa sympathie pour le président russe Vladimir Poutine, a suggéré à Assange qu’il pourrait être en mesure de lui obtenir une grâce présidentielle s’il identifiait publiquement un initié interne du Parti démocrate comme sa source pour les courriels du parti que WikiLeaks a publiés pendant l’élection de 2016 - plutôt que des agents russes comme la communauté du renseignement américain l’avait conclu.

Les employés d’UC Global ont secrètement copié les messages WhatsApp du téléphone portable de Rohrabacher, qu’il a dû laisser à la porte, ont écouté la réunion par une fente dans la porte (les microphones n’étaient pas encore fonctionnels) et ont rédigé un rapport détaillé dont ils ont compris qu’il devait être partagé avec la CIA, a déclaré l’ancien employé. Rohrabacher n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Dans un échange de courriels avec Yahoo News, M. Morales a catégoriquement nié les allégations des dénonciateurs, affirmant que les affirmations selon lesquelles il aurait discuté de l’enlèvement ou de l’empoisonnement d’Assange sont des "mensonges" et qu’il n’a jamais dit à ses employés que la surveillance du fondateur de WikiLeaks se faisait au nom des services de renseignement américains. "Je n’ai jamais dit cela", a-t-il déclaré, ajoutant que les allégations de trois de ses employés étaient des théories du complot "sensationnalistes", "comme le scénario d’un film d’espionnage".

La surveillance qu’UC Global a exercée à l’ambassade d’Équateur s’est faite dans le cadre du contrat de la société avec les services de renseignement équatoriens et a été effectuée parce que les Équatoriens s’inquiétaient de certaines activités d’Assange, a insisté M. Morales. "Le gouvernement équatorien a parfaitement le droit de prendre les mesures qu’il juge nécessaires pour empêcher la protection de ses intérêts, en particulier avec une personne qui s’immisçait continuellement dans ses affaires étrangères", a-t-il écrit. Il a ensuite ajouté : "Ce que le SENAIN ou le gouvernement équatorien a fait de l’information ... s’ils la partagent ou non avec d’autres entités ... ce n’est pas ma responsabilité."

Mais Fidel Narváez, qui a occupé le poste de premier secrétaire de l’ambassade d’Équateur à Londres en 2017 et 2018, a contesté certaines parties de ce récit, affirmant que lui et ses collègues équatoriens n’étaient absolument pas au courant que les conversations au sein de l’ambassade étaient secrètement enregistrées. "Il était évident qu’ils essayaient de collecter des informations" sur Assange et ses visiteurs, a-t-il déclaré. M. Morales a pointé du doigt l’Équateur parce que "c’est la seule issue" pour l’entreprise : "dire que c’est l’Équateur qui leur a donné l’ordre d’espionner", a-t-il ajouté.

Les anciens employés n’ont eu aucune communication avec qui que ce soit à la CIA et n’ont aucune preuve directe pour étayer les déclarations qu’ils ont attribuées à Morales. Au lieu de cela, ils ont ajouté une nouvelle couche d’intrigue : Un autre client de Morales à l’époque était l’une des plus grandes sociétés de casino du monde, Las Vegas Sands, alors détenue par Sheldon Adelson, le défunt milliardaire qui a été pendant des années l’un des plus grands donateurs du Parti républicain.

Selon les employés, Morales a reçu des instructions de l’un des principaux responsables de la sécurité de Las Vegas Sands, Zohar Lahav, un Israélo-Américain qui avait auparavant travaillé comme agent de sécurité au consulat d’Israël à Miami. L’objectif, selon les autorités espagnoles, était d’acheminer les vidéos de surveillance - et d’autres informations que UC Global avait recueillies sur Assange - à la CIA par l’intermédiaire du Las Vegas Sands. (Parmi les demandes que les autorités espagnoles ont adressées au ministère de la Justice figure la possibilité d’interroger le responsable de la sécurité).

Un porte-parole de Las Vegas Sands s’est refusé à tout commentaire. Mais une source familière des relations de la société avec UC Global a confirmé que Las Vegas Sands avait un contrat avec la société espagnole pour assurer la sécurité personnelle d’Adelson lorsqu’il voyageait sur son yacht en Méditerranée. (Cette sécurité était couverte dans le cadre du régime de rémunération d’Adelson, a précisé la source). Mais la source a rejeté l’idée que les relations de l’entreprise avec UC Global aient quelque chose à voir avec la CIA, affirmant que de telles connexions - qui ont déjà été alléguées - sortaient "d’un film de James Bond".

La source a également refusé de dire si Lahav travaille toujours pour Las Vegas Sands. Les messages envoyés au téléphone portable de Lahav par Yahoo News sont restés sans réponse.

Le 19 juin 2020, José de la Mata Amaya, le juge initial en charge de l’affaire, a envoyé la première demande d’assistance espagnole au Bureau des affaires internationales du ministère de la Justice, affirmant que les enquêtes de la police espagnole ont montré "qu’il existe une sérieuse probabilité de l’existence de délits qui pourraient constituer une infraction contre la vie privée et contre la confidentialité client/avocat", a-t-il écrit, citant les dispositions du code pénal espagnol, selon une copie de la demande examinée par Yahoo News.

En particulier, le juge a demandé aux procureurs du ministère de la Justice de fournir des informations sur la propriété et les données de géolocalisation de cinq adresses IP qui, écrit-il, ont accédé au serveur d’UC Global pendant trois jours en janvier 2018. Il a demandé au DOJ de répondre "dès que possible".

"Nous avons eu l’occasion d’examiner et de comprendre la gravité des allégations dans cette enquête très intéressante sur l’espionnage et la corruption", a répondu une avocate du ministère de la Justice, Sandra Barbulescu, le 16 juillet 2020. Elle a ensuite souligné que pour fournir les informations demandées par les Espagnols, le ministère de la Justice devrait déposer des demandes auprès des tribunaux américains qui exigeraient des autorités espagnoles qu’elles répondent à une série de questions, notamment : le fondement de l’affirmation des Espagnols selon laquelle les adresses IP ont eu accès aux enregistrements d’UC Global ; les raisons de leurs soupçons sur Morales, à qui il aurait transféré des données ; s’il était un agent d’une puissance étrangère ; et peut-être le plus important, "Quel était le but de l’espionnage ?".

Au cours de l’année et demie suivante, les autorités espagnoles ont fourni deux réponses aux questions du ministère de la justice, exposant certaines des preuves obtenues par les dénonciateurs et envoyant une autre demande d’interrogatoire par vidéoconférence du responsable de la sécurité de Las Vegas Sands. Ces demandes étant restées sans réponse, les autorités espagnoles ont envoyé un "rappel" le 6 juillet, indiquant que les demandes précédentes n’avaient pas donné lieu à des réponses substantielles.

Les autorités espagnoles n’ont toujours pas reçu de réponse, a déclaré M. Pedraz, le juge qui supervise l’affaire, lors de la récente interview. (Les Espagnols ont également envoyé des demandes au gouvernement britannique - qui a emprisonné Assange en attendant une décision sur la demande d’extradition des États-Unis - pour obtenir une déclaration vidéo du fondateur de WikiLeaks. La déclaration a été prise par la police espagnole, mais les autorités britanniques ont jusqu’à présent bloqué les demandes de prise de déclarations des avocats d’Assange, dont les réunions avec leur client auraient été enregistrées).

Toutefois, selon les cyber experts, même si le ministère de la Justice finit par répondre, il n’est pas certain que les autorités espagnoles en apprennent beaucoup qui pourraient résoudre le mystère sous-jacent au cœur de l’affaire. Il n’est pas rare que les cyberacteurs - qu’il s’agisse de services de renseignement ou de pirates informatiques - masquent leurs adresses IP, ce qui entraîne souvent des "faux positifs".

Et au moins une des adresses IP demandées par les Espagnols appartient à la Shadowserver Foundation, une organisation à but non lucratif qui fait appel à d’anciens membres des services de renseignement et des forces de l’ordre pour identifier les bots, les logiciels malveillants et les vulnérabilités des réseaux informatiques. "Nous sommes une organisation qui scanne l’ensemble de l’Internet chaque jour", a déclaré l’un des agents de liaison de la fondation avec les forces de l’ordre, qui a demandé à ne pas être identifié par son nom. "Je ne serais pas surpris que nous apparaissions dans les journaux de bord de tous les ordinateurs de la planète".

Michael Isikoff

Traduction "il y a des fois où le conditionnel employé est déplacé" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

EN COMPLEMENT : Conférence de presse de Wikileaks annonçant avoir fait l’objet d’un chantage pour les images & sons de l’espionnage mené par UC Global dans l’ambassade d’Equateur (conférence donnée la veille de l’enlèvement de Julian Assange de l’ambassade) :

»» https://news.yahoo.com/us-stonewalls-probe-into-security-firm-that-all...
URL de cet article 37576
  

Même Thème
L’Affaire Assange, histoire d’une persécution politique
Nils MELZER
L’affaire Assange, c’est l’histoire d’un homme persécuté et maltraité pour avoir révélé les sordides secrets des puissants, notamment les crimes de guerre, la torture et la corruption. C’est l’histoire d’un arbitraire judiciaire délibéré dans des démocraties occidentales qui tiennent par ailleurs à se présenter comme exemplaires en matière de droits de l’homme. C’est l’histoire d’une collusion délibérée des services de renseignement dans le dos des parlements nationaux et du grand public. C’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.