Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le FBI révèle accidentellement le nom d’un fonctionnaire saoudien soupçonné de soutenir les pirates du 11 septembre (Yahoo News)

WASHINGTON - Le FBI a révélé par inadvertance l’un des secrets les plus sensibles du gouvernement américain concernant les attentats du 11 septembre [2001] : l’identité d’un mystérieux fonctionnaire de l’ambassade saoudienne à Washington que les agents soupçonnent d’avoir apporté un soutien crucial à deux des pirates de l’air d’Al-Qaida.

La divulgation a été faite dans une nouvelle déclaration déposée devant un tribunal fédéral par un haut responsable du FBI en réponse à un procès intenté par les familles des victimes du 11 septembre qui accusent le gouvernement saoudien de complicité dans les attentats terroristes.

La déclaration a été déposée le mois dernier mais a été rendue publique à la fin de la semaine dernière. Selon un porte-parole des familles des victimes du 11 septembre, elle représente une avancée majeure dans cette affaire de longue haleine, fournissant pour la première fois une confirmation apparente que les agents du FBI qui enquêtent sur les attentats pensent avoir découvert un lien entre les pirates de l’air et l’ambassade saoudienne à Washington.

On ne sait pas exactement quelle est la force des preuves contre l’ancien fonctionnaire de l’ambassade saoudienne - c’est un sujet de discorde au sein du FBI depuis des années. Mais la divulgation, dont un haut fonctionnaire du gouvernement américain a confirmé qu’elle avait été faite par erreur, semble susceptible de raviver les questions sur les liens potentiels entre l’Arabie saoudite et le complot du 11 septembre.

Elle met également en lumière les efforts extraordinaires déployés par les hauts fonctionnaires de l’administration Trump ces derniers mois pour empêcher que des documents internes sur la question ne soient jamais rendus publics.

"Cela montre qu’il y a une dissimulation complète de l’implication saoudienne par le gouvernement", a déclaré Brett Eagleson, un porte-parole des familles des victimes du 11 septembre dont le père a été tué dans les attentats. "Cela démontre qu’il y avait une hiérarchie de commandement entre l’ambassade saoudienne, le ministère des affaires islamiques [à Los Angeles] et les pirates de l’air".

Néanmoins, Eagleson a reconnu qu’il était sidéré par la bévue du FBI dans l’identification du fonctionnaire de l’ambassade saoudienne dans un dossier public. Bien que les avocats du ministère de la Justice aient notifié en septembre dernier les avocats des familles des victimes du 11 septembre de l’identité du fonctionnaire, ils l’avaient fait en vertu d’une ordonnance de protection qui interdisait aux membres de la famille de la divulguer publiquement.

Maintenant, le bureau lui-même a nommé le fonctionnaire saoudien. "C’est un énorme ratage", a déclaré Eagleson.

Après avoir été contactés par Yahoo News lundi, les fonctionnaires du ministère de la Justice ont informé le tribunal et ont retiré la déclaration du FBI du registre public. "Le document a été mal classé dans cette affaire", lit-on maintenant dans le registre.

Mais le FBI et les fonctionnaires du ministère de la Justice ont refusé de commenter la manière dont la divulgation erronée avait été faite. Un porte-parole du gouvernement saoudien, quant à lui, n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires.

Le gouvernement saoudien a toujours nié toute connexion avec les pirates de l’air du 11 septembre, comme il l’a déclaré au New York Times et à ProPublica en janvier : "L’Arabie Saoudite est et a toujours été un allié proche et critique des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme."

Ironiquement, la déclaration identifiant le fonctionnaire saoudien en question était destinée à soutenir les récents documents déposés par le Ministre de la Justice William Barr et le directeur intérimaire du renseignement national Richard Grenell, qui interdisaient la divulgation publique du nom du fonctionnaire saoudien et de tous les documents connexes, concluant qu’il s’agissait de "secrets d’État" qui, s’ils étaient divulgués, pourraient causer "un préjudice important à la sécurité nationale".

La déclaration a été déposée par Jill Sanborn, la directrice adjointe de la division antiterroriste du FBI. Sa déclaration étoffe certaines des affirmations que Barr et Grenell ont utilisées dans leurs dépositions, en faisant valoir que la divulgation publique des dossiers internes du FBI - y compris "les rapports d’entretiens, les relevés téléphoniques et bancaires, les documents de déclaration des sources et les informations des gouvernements étrangers" - révélerait les sources de renseignements et les méthodes de collecte et entraverait la volonté des gouvernements étrangers d’aider le FBI sur des affaires sensibles.

2020 5-8 ECF 6197 Declarati... by Kelli R. Grant on Scribd

Mais alors que la déclaration de 40 pages de M. Sanborn occulte le nom du fonctionnaire saoudien dans la plupart des cas, dans l’un d’entre eux, elle ne l’a pas fait - une anomalie relevée pour la première fois cette semaine par un journaliste de Yahoo News.

Dans une partie décrivant le matériel recherché par les avocats des familles du 11 septembre, Sanborn fait référence à un rapport du FBI de 2012 partiellement déclassifié concernant une enquête sur les liens possibles entre les terroristes d’Al-Qaïda et les responsables du gouvernement saoudien. Cette enquête, dont l’existence n’a été rendue publique que ces dernières années, portait initialement sur deux individus : Fahad al-Thumairy, un fonctionnaire saoudien des affaires islamiques et un religieux radical qui a servi d’imam à la mosquée du Roi Fahd à Los Angeles et Omar al-Bayoumi, un agent présumé du gouvernement saoudien qui a aidé deux terroristes, Khalid al-Mihdhar et Nawaf al-Hazmi, qui ont participé au détournement de l’avion d’American Airlines qui s’est écrasé sur le Pentagone, tuant 125 personnes.

Après que les deux pirates de l’air se sont envolés pour Los Angeles le 15 janvier 2000, Al-Bayoumi leur a trouvé un appartement, leur a prêté de l’argent et leur a ouvert des comptes bancaires.

Une copie expurgée d’une "mise à jour" du FBI d’octobre 2012 de trois pages et demie sur l’enquête a déclaré que les agents du FBI avaient découvert des "preuves" que Thumairy et Bayoumi avaient été "chargés" d’aider les pirates de l’air par un autre individu dont le nom avait été censuré, ce qui a incité les avocats des familles à appeler cette personne "le troisième homme" dans ce qu’ils soutiennent être une conspiration orchestrée par les Saoudiens.

2012 10-5 FBI Report by Kelli R. Grant on Scribd

Décrivant la demande des avocats des familles du 11 septembre de faire déposer cet individu sous serment, la déclaration de Sanborn dit dans un cas qu’elle implique "tous les documents se référant ou se rapportant à Jarrah".

Il s’agit de Mussaed Ahmed al-Jarrah, un fonctionnaire de niveau intermédiaire du ministère saoudien des affaires étrangères qui a été affecté à l’ambassade saoudienne à Washington, D.C., en 1999 et 2000. Ses fonctions consistaient apparemment à superviser les activités des employés du ministère des affaires islamiques dans les mosquées et les centres islamiques financés par l’Arabie saoudite aux États-Unis.

On sait relativement peu de choses sur Jarrah, mais selon d’anciens employés de l’ambassade, il relevait de l’ambassadeur saoudien aux États-Unis (à l’époque le prince Bandar), et qu’il a ensuite été réaffecté aux missions saoudiennes en Malaisie et au Maroc, où il aurait servi pas plus tard que l’année dernière.

Jarrah est sur l’écran radar des avocats des familles du 11 septembre depuis un certain temps et fait partie des neuf fonctionnaires saoudiens, actuels ou anciens, qu’ils soupçonnent d’avoir des informations importantes sur l’affaire et qui ont cherché à les interroger ou à avoir accès aux documents du FBI qui les mentionnent.

Les familles ont également mis sur écoute d’anciens agents pour les aider à enquêter sur les activités des témoins potentiels, dont Jarrah.

Jarrah "était responsable du placement d’employés du ministère des affaires islamiques connus comme guides et propagateurs en poste aux États-Unis, dont Fahad Al Thumairy", selon une déclaration séparée de Catherine Hunt, un ancien agent du FBI basé à Los Angeles qui a aidé les familles dans cette affaire.

Hunt a mené sa propre enquête sur le soutien apporté aux pirates de l’air en Californie du Sud. Le FBI pensait que al-Jarrah "soutenait" et "entretenait" al-Thumairy pendant l’enquête sur le 11 septembre", a-t-elle dit dans sa déclaration.

2018 9-26 Catherine Manherz... by Kelli R. Grant on Scribd

La déclaration de Sanborn représente la première confirmation publique que le soi-disant "troisième homme" mentionné dans le rapport de 2012 était en fait un diplomate saoudien accrédité. Mais toutes les preuves du FBI que les agents avaient rassemblées sur Jarrah et ses communications sur les pirates de l’air restent sous scellés.

Ailleurs dans sa déclaration, Sanborn affirme que l’affirmation selon laquelle Jarrah a "chargé" Thumairy et Bayoumi d’aider les pirates de l’air était plus une "théorie" des agents travaillant sur l’affaire qu’une conclusion basée sur des preuves solides.

Un ancien fonctionnaire du bureau, familier de l’enquête du FBI sur cette affaire et qui a demandé à s’exprimer confidentiellement, affirme que les agents avaient rassemblé des preuves solides de réunions et de communications entre Jarrah, Thumairy et Bayoumi dans lesquelles l’assistance à Mihdhar et Hazmi, les deux pirates de l’air, aurait été discutée.

Mais les agents n’ont pas pu prouver que Jarrah, que les agents ont trouvé s’être rendu à Los Angeles pour rencontrer Thumairy, savait que Mihdhar et Hazmi étaient membres d’Al-Qaida et qu’ils préparaient les attaques sur le sol américain, ce qui a entraîné des divisions amères au sein du bureau sur ce qu’il fallait faire des contacts que les agents avaient découverts.

"Nous n’avions tout simplement pas assez de preuves" pour faire avancer l’affaire, a déclaré l’ancien fonctionnaire.

Ce qui complique la question, c’est de savoir si les agents du FBI auront un jour l’occasion de questionner et éventuellement de confronter Jarrah. "Il n’y avait aucune raison de croire que les Saoudiens nous donneraient un jour accès à lui", a déclaré l’ancien fonctionnaire.

Au fil du temps, avec la montée de l’État islamique en 2014 et 2015, les hauts fonctionnaires du bureau se sont lassés de la question et ont réaffecté la plupart des principaux agents antiterroristes travaillant sur l’affaire à ce qui était considéré comme des priorités plus pressantes.

"Il y avait certainement des gens au siège du FBI qui voulaient que cette affaire soit classée", a déclaré l’ancien fonctionnaire.

Les soupçons sur un éventuel rôle des Saoudiens dans le 11 septembre sont aussi anciens que les attentats eux-mêmes. Dans la foulée immédiate des attentats, les enquêteurs ont rapidement conclu que 15 des 19 pirates de l’air étaient d’origine saoudienne.

La commission du 11 septembre, qui a enquêté de manière approfondie sur la question, a finalement conclu que, bien que l’Arabie saoudite ait longtemps été considérée comme la principale source de financement d’Al-Qaida [phrase lâchée au passant comme si de rien... - NdT], "nous n’avons trouvé aucune preuve que le gouvernement saoudien en tant qu’institution ou que des hauts fonctionnaires saoudiens aient individuellement financé l’organisation".

Mais la commission du 11 septembre a également reconnu qu’il y avait des lacunes importantes dans le dossier, notamment en ce qui concerne une période critique de deux semaines après que Mihdhar et Hazmi se soient envolés pour Los Angeles en janvier 2000 après avoir participé à un sommet de planification d’Al-Qaida à Kuala Lumpur que la CIA avait surveillé.

De plus, les enquêteurs avaient de profonds soupçons sur le rôle de Thumairy, un religieux radical connu pour ses sermons anti-occidentaux, qui, selon eux, leur avait menti sur le fait d’avoir rencontré les pirates de l’air ou même de connaître Bayoumi, qui a apporté un soutien important aux pirates de l’air. Thumairy a dit aux agents qu’il ne connaissait pas Bayoumi malgré les enregistrements téléphoniques montrant que les deux hommes avaient été fréquemment en contact.

Les questions persistantes sur le rôle des Saoudiens ont incité le FBI, au milieu des années 2000, à lancer discrètement une enquête sur un "sous-dossier" - dont le nom de code, Opération Encore, a été révélé pour la première fois par le New York Times et ProPublica en janvier - qui se concentrait sur les activités de Mihdhar et Hazmi en Californie du Sud et leurs interactions avec Thumairy, Bayoumi et d’autres.

Les agents travaillant sur l’affaire ont réinterrogé des témoins clés et ont découvert des relevés téléphoniques et d’autres documents que la commission du 11 septembre n’avait jamais vus. L’un des anciens agents qui assistent maintenant les familles du 11 septembre, Steven Moore, ancien agent spécial adjoint à Los Angeles, a écrit dans une déclaration de 2017 pour les familles que Thumairy "était le principal point de contact pour Hazmi et Mihdhar à Los Angeles", était au courant avant leur voyage aux États-Unis et a même invité Hazmi, le futur pirate de l’air, à diriger les prières à la mosquée du Roi Fahd.

2017 11-9 3780-4 Exhibit 1 ... by Kelli R. Grant on Scribd

La conclusion de Moore : "Sur la base des preuves que nous avons recueillies au cours de notre enquête, j’ai conclu que le personnel diplomatique et de renseignement du Royaume d’Arabie Saoudite a sciemment fourni un soutien matériel aux deux pirates de l’air du 11 septembre et a facilité le complot du 11 septembre. Mes collègues dans notre enquête ont partagé cette conclusion".

Mais même si les agents ont rencontré un obstacle lorsqu’ils n’ont pas réussi à convaincre le siège du FBI de la solidité de leurs preuves, les familles des victimes du 11 septembre qui voulaient demander des comptes au gouvernement saoudien ont fait une énorme percée en 2016, lorsque le Congrès a passé outre le veto du président Obama et a adopté la loi sur la justice contre les commanditaires du terrorisme, qui leur a permis d’intenter un procès au royaume devant un tribunal fédéral.

La lutte pour l’accès aux documents et preuves clés n’a cessé de s’éterniser depuis, avec des batailles répétées entre les avocats des familles d’un côté, et les avocats du FBI, du ministère de la justice et du gouvernement saoudien de l’autre.

Le 11 septembre dernier, un groupe de familles, leurs avocats et deux des anciens agents qui les aidaient ont rencontré le président Trump à la Maison Blanche et lui ont fait part de leurs inquiétudes quant à leur manque d’accès aux documents qu’ils cherchaient.

Nous lui avons dit : "S’il vous plaît, Monsieur le Président, aidez-nous, s’il vous plaît, déclassifiez les documents. Notre gouvernement a couvert le rôle des Saoudiens", a déclaré Eagleson.

Trump s’est montré réceptif et s’est même excité après avoir appris que parmi ceux qui avaient résisté à la divulgation dans le passé se trouvaient les anciens directeurs du FBI Robert Mueller et James Comey. A un moment donné, Trump a dit qu’ils étaient des "racailles" et a juré d’aider les familles.

"Hey Melania", a dit Trump à un moment donné, en se référant à la première dame, qui a assisté à la réunion et a posé pour des photos avec les membres de la famille en compagnie du président, selon l’un des anciens agents présents qui a demandé à ne pas être identifié. "Écoutez ces gars - la même racaille qui se bat contre moi se bat maintenant contre les familles du 11 septembre."

Trump a juré d’aider, selon les personnes présentes aux réunions. Il nous a serré la main et nous a dit "Ne vous inquiétez pas, je vais vous aider", a déclaré Eagleson.

"Nous avons quitté cette réunion avec un sentiment de joie", a-t-il dit. "Nous allions enfin voir les documents."

La Maison Blanche n’a pas répondu à la demande de commentaires de Yahoo News.

Le lendemain, le 12 septembre, les avocats du ministère de la Justice ont donné aux familles l’identité du troisième homme - mais à la condition qu’elles ne puissent pas la divulguer publiquement. Le même jour, Le Ministre de la Justice a déposé sa première requête auprès du tribunal, déclarant que tous les documents recherchés par les familles étaient des "secrets d’État" qui ne pouvaient pas être partagés.

"Nous avons eu l’impression d’avoir été poignardés dans le dos", a déclaré Eagleson.

Michael Isikoff

Traduction "aaah, toutes ces choses qu’on savait depuis 19 ans et qui commencent à émerger..." par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://news.yahoo.com/in-court-filing-fbi-accidentally-reveals-name-o...
URL de cet article 36129
   

Même Thème
Un autre regard sur le 11 septembre
David Ray GRIFFIN
« En s’appuyant sur des milliers de sources, cette critique détaillée, loin de partir d’idées préconçues ou d’exprimer une opinion réactionnaire, soulève assez de questions précises et dérangeantes pour étayer une demande de nouvelle enquête plus convaincante que jamais. » - Publishers Weekly Présentation de l’auteur David Ray Griffin est professeur émérite de philosophie des religions et de théologie à la Claremont School of Theology et à la Claremont Graduate University. Il est également, co-directeur du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La guerre préventive a été inventée par Hitler. Franchement, je ne pourrais jamais prendre au sérieux quelqu’un qui viendrait m’en parler.

Dwight D. Eisenhower

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.