RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Shalit est de retour dans une nation psychotique (Haaretz)

La société israélienne s’enveloppe maintenant dans un manteau bien-pensant d’éloge d’elle-même : Comment sommes-nous concernés par le sort d’un seul soldat, et non le destin de nombreux soldats, d’une armée entière, de tout un peuple ?

Ce week-end, même l’après-rasage de Gilad Shalit était un sujet de conversation. Un commentateur de haut vol a rapporté à la nation galvanisée, dans un sérieux infini, que les experts en psychologie des Forces de Défense d’Israël ont recommandé à sa famille de préparer une valise contenant ses après-rasages préférés pour faciliter son retour. Un affichage lumineux à l’entrée d’un bar de Tel-Aviv flashait un message qui n’était pas moins grotesque : « . Des prix spéciaux pour les coups d’Absolut et de Finlandia ... Bienvenue à la maison, Gilad Shalit ! »

Shalit sera de retour ce mardi à son domicile, comme cela a été souhaité. Il sera de retour non pas dans un pays, mais plutôt dans une telenovela dans laquelle les émotions sont encore et toujours le seul langage. Il faut espérer qu’il sera de retour en bonne santé mentale, mais il ne sera certainement pas de retour dans une société saine. Il sera de retour dans une société psychotique. La psychose nationale entourant son destin a commencé le jour où il a été capturé, et elle a maintenant atteint son paroxysme. Les Forces de Défense d’Israël ont préparé quelques jeux d’uniformes pour lui, nous a-t-on rapporté, au cas où le garçon national aurait perdu beaucoup de poids - la chose principale étant de le montrer en uniforme, comme il sied à un héros de guerre.

Le Yedioth Ahronoth a déjà lancé une campagne de promotion de vente déguisée sous la bannière du « Voulez-vous écrire à Gilad ? » et les centaines de milliers de rubans jaunes qui flottaient dans tous les arbres et sur les rétroviseurs extérieurs de toutes les voitures flotteront pour la dernière fois dans la brise d’automne. Israël va à nouveau se tapoter dans le dos dans une solidarité poisseuse, de fraternité et de responsabilité mutuelle - il n’y a personne d’autre comme nous.

Ce week-end un général de brigade à la retraite a déjà écrit, « C’est exactement la différence qu’il y a entre nous et eux ». (Quelle est exactement la différence ? Ce n’était pas clair…) Et un général réserviste a déclaré : « Le Hamas a un coeur de pierre » (comme si quelqu’un qui détient des dizaines de milliers de prisonniers palestiniens, certains d’entre eux politiques, quelques-uns d’entre eux sans procès, certains d’entre eux détenus pendant des années sans visites de leurs familles, avait un coeur d’or).

Au cours des cinq dernières années pas un seul Israélien n’est resté apathique quant au sort de Shalit. Voilà comment il doit être, et c’est une source de fierté. C’est l’humanisation d’un seul soldat, avec un visage (pâle), avec de (nobles) parents et un grand-père (inquiet), et même le fait qu’il ait été transformé en un « garçon », est un signe d’une société humanitaire. On peut même en quelque sorte accepter la nature frénétique de la société israélienne, qui va d’une situation extrême à l’autre en un éclair. Les deux soldats qui ont été tués pendant l’enlèvement de Shalit sont des soldats inconnus, Shalit est devenu un héros iconique ; Yitzhak Rabin s’est transformé en une nuit d’un premier ministre méprisé en un Saint. Les soldats portés disparus ont été oubliés, d’autres soldats captifs ne sont jamais devenus des symboles nationaux, et seul Shalit est devenu ce qu’il est devenu.

Cinq ans avec seulement de rares émissions de nouvelles ne mentionnant pas son existence. Apparemment, il y avait quelque chose pour Shalit et pour ses parents qui a capturé le coeur de la nation. Et cela aussi c’est tout simplement tant mieux.

Le problème commence avec les couronnes ridicules que nous nous sommes tressées et avec l’hypocrisie, la vacuité et la cécité qui les caractérisent. La campagne visant à libérer Shalit, qui n’était pas exempte de certains aspects répulsifs, comme les efforts visant à empêcher les visites aux prisonniers palestiniens, s’est transformée en une campagne de l’Etat, une soupape de décompression pour la démonstration de l’implication et la prise en charge humaine et civile - creuse et superficielle - tout comme « les bougies des jeunes » qui sanglotaient pour l’assassinat de Rabin et qui ont voté pour Nétanyahou à l’élection d’après.

Qui n’est pas contre le terrorisme et pour la libération de Shalit ? Mais cette même société sanglotante ne s’est pas demandée un seul instant, avec honnêteté et avec courage, pourquoi Shalit a été capturé. Elle ne s’est pas dit un seul instant, avec courage et avec honnêteté, que si elle continue sur le même chemin il y aura beaucoup plus de Gilad Shalit, morts ou capturés. Lors des élections successives où elle a voté, encore et encore, pour les gouvernements du centre et de droite, le genre de ceux qui garantissent que Shalit ne sera pas le dernier. Elle a attaché des rubans jaunes et soutenu tous les drapeaux noirs. Et personne ne l’a jamais dit, avec courage et avec honnêteté : Shalit est le prix inévitable d’un Etat qui choisit de vivre par le glaive pour toujours.

Personne ne s’est jamais demandé : Pourquoi est-il permis de négocier avec le Hamas sur le sort d’un seul soldat et est-il encore interdit de le faire sur le sort de deux peuples en sang ?

Au lieu de cela, la société israélienne s’enveloppe maintenant dans un manteau bien-pensant d’éloge d’elle-même : Comment sommes-nous concernés par le sort d’un seul soldat, et non le destin de nombreux soldats, d’une armée entière, de tout un peuple ?

Gideon Levy.

16/10/2011 (Haaretz).

Source : Shalit is returning to a state in psychosis - Gideon Levy (HAARETZ)

URL de cet article 14883
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie
Ben WHITE
La Guillotine est heureuse de vous proposer sa deuxième publication. Après Europe-Israël : Une alliance contre-nature de David Cronin, traitant des relations ambivalentes entre l’Europe et Israël, cette fois il s’agit d’une investigation abordant un autre sujet peu éclairé. Alors que les Palestiniens en Israël s’imposent comme une composante incontournable de la réflexion politique et de l’action pour libérer la Palestine de l’apartheid et de la domination militaire sionistes, aucun livre en français (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"le monde ne se meurt pas, il est en train d’être assassiné et les assassins ont un nom et une adresse"

Utah Philips

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.