RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

simulez, dissimulez…

simulez, dissimulez…

introduction :
la réclame d’un usurier (pas pire que les autres ?) qui nous, vous invites à simuler.
Simuler, dissimuler…
C’est justement l’un des moyen stratégique pour emballer l’affaire. Quelle affaire ? Vos vies, nos vies ; les envelopper d’illusions,… la grande illusion en somme.

Après le scandale des fraudes à l’épreuve de mathématiques du bac S - dû en grande partie au démantèlement de l’Education nationale, qui eut pour conséquence le manque criant de personnel de surveillance -, et à cause du foutoir occasionné par d’autres tricheries, on ne peut s’empêcher de faire un parallèle entre les examens (bac en tête, puisque le plus emblématique des examens, mais pas que…) et les élections (la présidentielle, puisque la plus controversée - la rubrique des derniers coup bats en fut l’irréfutable preuve -, mais pas que…).
On sent bien qu’on arrive à la limite de l’admissible, et dans un cas comme dans l’autre, d’aucun(ne)s suggèrent de s’appuyer sur le parcours de chaque élève (ou étudiant-e) et des résultats annuels, plutôt que d’attribuer par examen (ou par vote) - où les plus malin(e)s (et les mieux "outillé(e)s") peuvent se faire octroyer - moyennant finance ou à bon compte -, l’examen ou le diplôme tant convoité (qui ne reflète pas forcément le niveau réel (ou supposé) de l’élève ou de l’étudiant-e au moment de l’examen ou du concours, et encore moins le mérite supposé de chacun(e) ).
Y’en a marre des concours au petit bonheur la chance (pour les tricheurs il s’agit du fameux « pas vu, pas pris » si cher à Chirac, qui pénalise (et pénalisera malheureusement encore longtemps si rien n’est fait pour y remédier) les élèves ou les étudiant-es honnêtes (qui respectent la règle du jeu) et studieux-ses (qui bûchent sérieusement leurs exams) - et en particulier les plus assujettit à l’émotivité)

Il y a tromperie (délibérée) sur la marchandise !

En ce qui concerne le concours de bobines à l’examen électoral (rares sont celles ou ceux qui démontrent de vraies compétences, opposable à l’image qu’elles ou qu’ils ont d’eux-mêmes (image prétendue et conjoncturelle, c-à -d, transformable au fur et à mesure des évènements d’actualité).
Aucun parti politique ni aucune association n’examine soigneusement le contenu (pas la tournure des phrases ni la syntaxe, dont tout le monde (ou presque) se fout éperdument), les promesses et les engagements électoraux - des un-e-s et des autres - car l’analyse prouverait assez aisément que ces discours-promotionnels ne sont rien d’autre que de vulgaires tromperies sur la marchandise puisque rarement suivis d’effet ( et que l’électeur qui est le plus souvent assimilé à une cible potentielle - l’un des principaux éléments des campagnes de pub organisées par les agences du même nom, que de plus en plus de femmes ou d’homme politiques consultent régulièrement, du reste -, ce qui conséquemment induit que l’électeur-rice confiné(e) et relégué(e) au simple rôle de client(e)-électoral(e), peut astreindre, - si le-la client(e)-électeur-rice s’estime trompé(e) sur la marchandise, et comme c’est le cas actuellement dans les échanges commerciaux qui tournent mal -, le-la-les auteur(s) à venir s’expliquer devant un tribunal (le contenu de certains engagements ou promesses électorales peut être aisément ressenti et assimilé à de l’escroquerie), car trop souvent présenté - d’ailleurs intentionnellement - par les partisan-ne-s de ces messieurs-dames du personnel politique comme un verbiage sans conséquence, ce qui minimiserait (du moins le pensent-ils très fort) leur probable responsabilité pénale.

Plus d’austérité et plus de pauvreté, telle est la solution ! :
(conclusion (abrupte, il est vrai) faisant suite aux réflexions de Joseph E. Stiglitz, parues sur le site « Le cercle-Les Echos » dans un article intitulé : « La crise idéologique du capitalisme occidental », pas dénué d’intérêt… à lire si possible.) Il y est beaucoup question de déficit, de dettes, des Etats-Unis (130.000 ménages plongent quotidiennement (saisie et expulsion de logement ou d’habitation, 130.000 par jour !) suite aux effets de la crise financière de 2008, et c’est pas prêt de s’arranger. Vive le rêve (cauchemar) américain !), de l’Europe, de la zone euro, de la Grèce, de l’Espagne, du Portugal, de l’Irlande, de l’Italie et de la France. Il paraît que la politique économique de sarkozy serait une vraie calamité ! Pourquoi les médias n’en soufflent pas un mot,… c’est bizarre, non ?
Ce chapitre sera réduit (momentanément) à sa plus simple expression, mais dans le numéro d’« Alternative économique » du mois de Juillet-août 2011, je vous conseille vivement de lire les articles (faisant partie d’un corps d’articles réunis sous le titre : « L’événement, Comment la crise change le Monde ») de Guillaume Duval, Sandra Moatti, Christian Chavagneux et Thierry Pech. Les uns et les autres, traitant de l’Europe, des Etats-Unis, de la Chine, de l’Afrique et du nouveau Monde arabe (en espérant que la Révolution arabe aille jusqu’à son terme), c’est riche, dense et ça vaut le détour.
« Marianne » (c’est pas trop ma tasse de thé, mais certains auteurs ne sont pas dénués d’intérêt) a pondu un numéro spécial sur « Les textes et L’argent » (dont sarkozy est le zélé serviteur) ; il y a boire et à manger… par exemple le texte du cofondateur J-F Kahn sur « Les Médias pervertis » (la perversion est à la mode, n’est-ce pas ?), on y apprend des choses, mais on regrette que J-F Kahn n’ait pas lu (?) Marie Bénilde, Alain Garrigou, Pierre Jourde, Pierre Rimbert ou Philippe Videlier, tous journalistes au « Monde-Diplomatique » et qui ont pondu d’excellents textes sur le sujet (sujet beaucoup trop vaste pour signaler tous les auteurs d’excellents textes, mais sur le site ou sur d’autres il y a matière à …). Je ne voudrai pas clore ce chapitre sans vous parler des exploits de Lagarde aux Amériques (la nouvelle patronne du FMI, qui, n’en doutons pas, fera des étincelles à ce poste… Non, je rigole ; mais la suite risque de ne pas trop nous décevoir, si comme le prédisent certains économistes, la prochaine crise financière risque d’être encore plus virulente que la dernière en date (2008-20 ??), à suivre donc) ; et en ce qui la concerne les résultats (forcément) "mirobolants" de cette (déjà ) ancienne ministre de l’Economie, vous en jugerez sur pièces si vous lisez l’article de « Sarkofrance », intitulé : « 217ème semaine de Sarkofrance : au secours ! DSK revient ! », ou le bilan de Lagarde se résume en trois mots : « mensonges, médiocrité et obéissance (sans faille aux ordres du petit chef)  ». Cette dernière qualité serait à mettre à son corps défendant, puisqu’elle n’a fait qu’obéir scrupuleusement aux ordres du petit chef - y compris en ce qui concerne l’affaire Tapie - ( là ou le bas blesse, c’est qu’elle est convaincue du bien fondé et des vertus du libéralisme économique et financier, qu’elle croit dur comme fer aux "bienfaits" de l’idéologue libérale (par exemple cette stupidité : « enrichir les riches pour en faire profiter les pauvres » il paraît que ce paradigme devait profiter à tout le monde !? faut-il être crétin pour croire à ces balivernes) La doctrine libérale n’est pas simplement dangereuse elle est criminelle,… et c’est impardonnable ! ) Dès 2007, sarkozy, avait retiré le Budget du ministère où il avait placé Lagarde, mais ça ne l’a pas empêché de mentir sur toute la ligne, (entre-autres) sur les prévisions de croissance et (par conviction idéologique) a âprement défendu les intérêts des riches et très riches au détriment de l’intérêt commun (ou général) ; et à part ça ? C’est une spécialiste du droit en législation fiscale internationale qui a toutes capacités de vous conseiller, si vous en avez les moyens bien entendu, sur les circuits financiers les mieux adaptés à ce que votre fortune personnelle échappe (légalement ? en théorie, oui) à l’imposition en vigueur dans votre pays ; pour vous citer un exemple de son immense talent et infinie compétence, elle fut chargée - par son petit chef, sarkozy -, d’organiser l’élimination des fameux trous noirs (ou paradis fiscaux) ; certains en tremble encore ! et les pauvres n’en verront jamais la couleur, Na ! Elle gave les riches et les très riches pour que les pauvres n’en voient jamais la couleur.
Ah, encore un détail, son CV aurait un grave défaut ; pour occuper le poste de directeur-rice à la tête du FMI, il faut être (théoriquement) économiste pur(e) et dur(e). Bah ! qu’importe du moment qu’elle obéit aux ordres du (petit ou grand) chef… ça ne se verra pas trop (?)

Le groupuscule « La droite "populaire" » ( ???) mettrait la pression sur l’ump :
Un groupuscule de vibrionnant(e)s nationalistes honteu(ses)x (puisqu’ils ou elles ne s’assument pas en tant que tel) au sein de l’ump, - qui n’ont ni le front (ni le reste d’ailleurs) d’assumer ouvertement l’idéologie d’extrême droite -, ferait pression sur sarkozy (quand il s’agit de passer pour une victime, il sait y faire celui-la ),… elle est bien bonne celle-là  !

Hé, les mous du bulbe, oseriez-vous répondre à ce qui suit ? :

On se demande bien ce qu’il serait advenu du père de votre si vénéré petit chef de guerre, sarkozy, quand celui-ci débarqua - de sa Hongrie natale - en France (ça remonte aux années cinquante), les poches à la retourne (c-à -d, sans un fifrelin en poche !), le contraignant à "jouer" au clodo sur les bancs de parisiens ( pendant trois à quatre jours, paraît-il ?) s’il avait eut affaire à des gens de votre espèce ?
Précisions : J’ai rien de négatif à médire sur celles et ceux qui débarque en France et qui n’ont (malheureusement pour elles-eux) pas un fifrelin en poche, mais par contre, j’ai beaucoup à dégueuler sur les vibrionnant(e)s nationalistes (populaires ? pas si sûr) véreu(ses)x (tel(le)s, celles et ceux (ou bien leur parent) qui ont "joui" de l’hospitalité à la française, quelqu’en soit (la ou) les raisons, et qui s’autorisent à vomir leur haine de l’immigrés en général, - un ostracisme (d’un autre âge) qui vise mes ami(e)s Africain(ne)s), en particulier !

Précisons apportée par « Actu-Rance Soir »
(et revues - partiellemnt - par l’auteur)

Le groupuscule « La droite "populaire" » quésaco ?

Fondé en juin 2010 par les chefs (ils adorent le cul-te du chef) - moitié-fachos, moitié-ultra-libéraux - Mariani et Luca, le Collectif parlementaire du groupuscule « La droite "populaire" » ( "populaire", dites-vous ??? Il y aurait là comme un non-sens !) s’auto-promulguant « porte-voix » des positions populistes au sein de la majorité (majorité ? pas tant que ça, car, si on se réfère à l’"influence" réelle qu’est sensé exercer le clan sarkozy sur la France (et dans le monde ? c’est pire encore…) - et selon les agences d’opinion, il ne pèserait qu’entre 12 et 15 % - ; et dans ce cas il s’agit de minorité !). Ce collectif rassemble aujourd’hui quelque 42 députés dont Myard, Meunier, Barèges, Vanneste et cons-orts.
(Ces 42 député(e)s ont grand intérêt à se cramponner à leur siège, car lors des prochaines élections législatives beaucoup d’entres-elles-eux vont sauter et passer à la trappe. A la trappe ! Ils-elles pourront toujours quémander une aide au FN, qui n’en doutons se pliera en quatre pour les accueillir,… mais à condition, (bien entendu), qu’en signe d’allégeance ils-elles s’encartent au FN ! Et tout rentrera dans l’ordre national-ultralibéral ) « Beaucoup considèrent que nous *(l’ump) ne sommes pas assez à droite. sarkozy, doit rester à droite (sic). Il faut une droite classique, traditionnelle, et sûre de ses valeurs (au fond, ils-elles soutiennent les même valeurs que le Front national, par exemple ?) », avait confié le national-ultralibéral Luca à « Rance-Soir » en mars 2011, en plein débat sur la question de l’attitude à adopter face au FN dans l’entre-deux tours des cantonales.
Le collectif souhaite peser sur les orientations de la majorité, afin d’ancrer le programme présidentiel pour 2012 à droite. ( pourquoi n’adhéreraient-ils pas collectivement au FN, Ils sont assez mûrs comme ça ?)
* l’ump ne serait pas monolithique,… mais alors, où est passé le reste des troupes (les soi-disant autres tendances, telles le centre sarkozyste, l’écologie sarkozyste ou la gauche sarkozyste) ? Hormis le dernier carré de fanatiques issu du clan sarkozy et les jobards cités plus haut, les autres où sont-ils-elles (s’ils-elles existent réellement, pourquoi ne se manifestent-ils-elles pas publiquement ?)

Si on comprend bien l’affaire, les Buisson (conseiller, "ex-FN" auprès du petit chef, sarkozy), Guéant, Hortefeux (deux intimes du petit chef de guerre, sarkozy, qu’on ne présente plus tellement leurs éructations haineuses sont obligeamment relayées par les médias, au point que le second a obtenu sa carte de membre d’honneur au FN, et attribuée par la cheftaine elle-même !), Dassault, Goasguen (ces deux là - passéistes et réactionnaires à la fois - connaissent sur le bout des ongles toutes les subtilités de la ségrégation sociale), Raoult (le député de Seine-Saint-Denis ; le godillot par excellence, qui ne dédaigne pas le coup de gueule anti-social, à l’extrême limite de la ségrégation sociale) et cons-orts ne feraient pas correctement le boulot !
On a peine à le croire,… comment cela serait-il possible ? Tout ce beau monde ne serait pas (selon les membres du groupuscule « La droite "populaire" ») assez fermement ancré à droite (la droite classique, traditionnelle, et sûre de ses *valeurs) ?
* travaillez plus pour gagner plus, préférence nationale (suppressions des allocations familiales aux familles dont les membres seraient accusés (donc coupables) d’incivilités ), guerre néocoloniales au nom de la Patrie en danger (et dans l’intérêt de quelques uns)

Toutes ces gesticulations pour occuper (tout) le terrain médiatique, (bien qu’il ait décidé d’apparaître (lui et madame) le moins possible au premier rang (pour cause de énième changement d’image), le petit chef de guerre, sarkozy, préfère tirer les ficelles dans l’ombre, c’est une pratique qu’il connaît bien ; faire porter son incurie sur les autres !) - mais gageons qu’il ne tiendra pas très longtemps à ce petit jeu, dix mois, c’est tellement long ! ), l’idylle au centre (il a fait entrer dans la dernière mouture gouvernementale, des centristes (?) - formation au demeurant introuvable, mais Borloo à décider publiquement d’aller jusqu’au bout ! Alors…) -, et les zozos cités plus haut pour occuper le terrain du national-libéralisme. Ces combines sont aussi vieilles que le monde (déjà dans l’antiquité romaine, Jules César, en usait et en abusait, mais ça ne lui a pas porté chance !), et en ce qui concerne, (le soi-disant génial stratège) sarkozy *on attend encore les effets de ses perpétuelles gesticulations …
*c’est à l’identique le même coup usé jusqu’à l’os de la mise en scène (abondamment médiatisée) de trahisons par la brochette de traîtres apparentés "socialiste" (dont Besson fut l’étalon), et habillées pour la circonstance en "ouverture", puis transformées en entrée dans ses gouvernements antérieurs, et qui se soldèrent par le fiasco que l’on sait… (n’est pas DRH du parti socialiste qui veut !)

dernière minute :

Du jamais vu ! Le roi républicain, sarkozy, (qui a beaucoup du sang sur les mains), exige une victoire des rebelles sur Kadhafi, avant le 14 juillet,… Rien que ça !

Et pour ce faire, la France (lire, le roi républicain, sarkozy), décide toute seule dans son coin (sans en avertir l’OTAN ni les Anglais qui est pourtant (au côté de la France) l’une des rares nations à s’être engagé à fond dans une nouvelle guerre néocoloniale), malgré de véhémentes protestations de ses alliés, de *livrer des armes aux rebelles du CNT dans la région de Nafoussa (auparavant il s’agissait de camions arrivés par la frontière avec le Niger ou par le port de Benghazi noyé dans le fret humanitaire - par l’intermédiaire des services de la DGSE - des canons et des missiles antichars), etc., etc.
Et il ose, par l’intermédiaire de Juppé, demandé le feu vert aux Russes pour une initiative française de paix au Proche-orient ! Vous lisez bien, après les bombes démocratique, les (livraisons) armes de la liberté, il ose demander un accord pour une initiative de paix !
Je vous fait grâce d’une définition chère à Audiart,… c’est comme ça qu’on le reconnaît…

La France et l’Angleterre agissent par effraction (et en ce qui concerne la France en totale illégalité internationale !)

* Personne jusqu’à présent, ne connaît l’exacte composition de ce conseil national de transition (le nombre exact de ses membres, etc. ), Qui sont-ils exactement ? - mis à part les agents au service de la CIA (ou les agents des autres services de renseignement), de l’OTAN ou de l’UE, et les anciens caciques Kadhafistes, du moins, ceux qui se sont déclarés publiquement - ) Les livraisons d’armes aux rebelles du CNT par la France (et ses complices dont le Qatar et le Niger) sont totalement illégales, et les Etasuniens ou les Russes ont demandé sur quelle base juridique (quelle légalité internationale) s’appuyait (Juppé-sarkozy) la France pour livrer des armes aux rebelles (précisons encore une fois que ces livraisons d’armes sont en totale contradiction avec les résolutions onusiennes, (y compris la résolution 1973), n’autorisant aucune livraison d’armes ni de participation à une guerre civile).

URL de cet article 14171
  

Che Guevara : Écrits sur la révolution
Ernesto Che GUEVARA
Cette anthologie d’écrits et d’interviews de Che Guevara permet de découvrir l’approche politique et théorique de la pensée du célèbre révolutionnaire, bien loin des stéréotypes qu’on voudrait nous imposer. Ce volume contient des interviews célèbres dont celle de Josie Fanon (épouse de Frantz Fanon, l’auteur des Damnés de la terre) mais aussi les textes suivants : - Notes pour l’étude de l’idéologie de la révolution cubaine - Il faut que l’Université se teinte de noir, de mulâtre, d’ouvriers, de paysans - Le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Assange ne représente un danger pour personne, sauf pour ceux qui représentent un danger absolu pour tout le monde.

Randy Credico

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.