RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Syrie : Les États-Unis relancent la guerre

Dans un contexte de tensions entre les deux États, le voyage du président américain en Arabie saoudite, fin mars, a été le signe de la relance d’une collaboration plus étroite sur l’aide matérielle et militaire, et pour la CIA, de relancer son programme d’entraînement et d’armement dans ses bases en Jordanie.

Les Américains et les Saoudiens ont livré, pour la première fois, des armes sophistiquées en petite quantité aux groupes armés qui combattent en Syrie. Il s’agit, pour l’instant, de missiles antitanks M220/TOW, dans le cadre d’un programme plus large de livraison d’armes sophistiquées. Cette nouvelle stratégie américaine est, selon le Wall Street Journal (WSJ), motivée par l’échec des négociations de janvier et les avancées de l’armée syrienne sur le terrain. Elle fait suite, également, à la réorganisation des combattants soutenus par l’Occident, visant à créer une force militaire plus efficace. Il s’agit, semble-t-il, pour Washington de tester la capacité de ses mercenaires/rebelles à empêcher que ces armements ne tombent dans les mains des groupes extrémistes liés à al-Qaïda. Selon la porte-parole du Conseil national de sécurité américain, Bernadette Meehan, « les États-Unis s’engagent à construire la capacité de l’opposition modérée, y compris par l’apport d’une aide aux combattants de l’opposition armée modérée. Comme nous l’avons toujours dit, nous ne détaillerons pas chaque aspect de cette aide. » C’est la nouvelle stratégie des « modérés » qui est mise en place pour redorer l’image des mercenaires/rebelles.

Depuis des mois, l’Arabie saoudite et les États du Golfe font pression sur l’administration Obama pour qu’elle renforce l’aide américaine à cette opposition dite « modérée ». Dans un contexte de tensions entre les deux États, le voyage du président américain en Arabie saoudite, fin mars, a été le signe de la relance d’une collaboration plus étroite sur l’aide matérielle et militaire, et pour la CIA, de relancer son programme d’entraînement et d’armement dans ses bases en Jordanie. C’est un nouveau groupe dit « modéré », Harakat Hazm, qui a bénéficié de la livraison d’une dizaine de M220/TOW et de l’entraînement à leur maniement. Des missiles ont déjà été tirés contre l’armée syrienne en avril, comme on peut le constater sur les images mises en ligne sur internet.

Harakat Hazm a été créé en janvier dernier par les Occidentaux, ou plus précisément, l’Otan. C’est en réalité un regroupement d’organisations soi-disant laïques, dans le nord du pays. Son rôle est de remplacer l’Armée syrienne libre (FSL) soutenue par ces mêmes Occidentaux, avant que les divisions ne lui enlève toute efficacité et crédibilité aux yeux de ses « sponsors ». Harakat Hazm collabore étroitement avec le Front révolutionnaire syrien (SRF) créé, également, en janvier pour mettre fin à la division de l’opposition armée et, en alliance avec le Front islamique, pour combattre l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL). « L’accord entre SRF et Hazm est de travailler ensemble pour bénéficier du soutien de la communauté internationale sans se combattre mutuellement », explique un membre anonyme de l’opposition syrienne, basé en Turquie, à la presse internationale. « Les États-Unis veulent des groupes pragmatiques à l’intérieur de la FSA qui peuvent assurer l’après-Assad et garantir la sécurité des Alawites et des Chrétiens ».

Les missiles M220/TOW ont été exportés en Arabie saoudite (qui est elle-même équipée de ce type de missiles) et en Turquie avant d’entrer en Syrie par la Jordanie et la Turquie. L’Administration américaine avait bloqué, en début d’année, la livraison de manpads chinois (lance missile portable sol air type Stinger) que L’Arabie saoudite avait prévu de donner aux mercenaires/rebelles, et qui sont restés dans les dépôts en Jordanie et en Turquie. En relançant les groupes rebelles, Washington fait d’une pierre deux coups : les États-Unis relancent la guerre et font marcher leur industrie de l’armement.

Christine Abdelkrim-Delanne

»» http://www.afrique-asie.fr/menu/moyen-orient/7519-syrie-les-etats-unis...
URL de cet article 25335
  

Point de non-retour
Andre VLTCHEK
LE LIVRE : Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ne croyez en rien avant que ce ne soit officiellement démenti.

Claud Cockburn

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.