RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

PRISM, le nouveau Big Brother

Le programme américain d’espionnage, PRISM, qui fait couler tant d’encre aujourd’hui, n’est pas nouveau.

Il a été lancé par George Bush en 2007. C’est Edward Snowden, 29 ans, ancien employé de la CIA avant d’être recruté à la NSA, (l’agence de sécurité nationale américaine), qui a révélé la réactivation du programme PRISM à une échelle plus vaste dans une interview accordée au Guardian on line, à Hong-Kong, le 9 juin.

Ce programme ultraconfidentiel consiste à prendre directement dans les serveurs de neuf compagnies internet, dont Microsoft, Apple Yahoo ! Google, Facebook et Skype, tout ce qui intéresse les services de renseignements américains. Courriels, chats, photos, vidéos et autres fichiers, voire mots de passe ou codes confidentiels sont mis à la disposition de ce Big Brother, version 21ème siècle. À noter, cependant, que Twitter, selon le New York Times, a refusé de collaborer avec la NSA.

Les compagnies visées ont-elles donné leur accord ? Sitôt l’information diffusée par le Washington Post et le Guardian, elles ont évidemment démenti formellement avoir fourni volontairement un accès à leurs serveurs au profit de la NSA (Agence américaine de sécurité nationale). Apple est allé jusqu’à nier connaître le programme Prism, ce qui paraît pour le moins étonnant. Le Washington Post a publié un mémo confidentiel de la NSA disant que « les compagnies sources doivent être protégées. Elles risqueraient de s’éloigner du programme si leur nom venait à être cité. » Cela laisse donc peut de doute sur la non implication des compagnies. Selon le New York Times, « on a demandé aux entreprises de créer une boîte aux lettres verrouillée et d’en donner la clé au gouvernement. Les données partagées sont ensuite autorisées par les avocats des entreprises qui vérifient la conformité par rapport au Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA, loi sur la surveillance du renseignement extérieur) et aux pratiques de la compagnie. Elles ne sont donc pas envoyées automatiquement ou en vrac et le gouvernement n’a pas un accès illimité aux serveurs des compagnies. » Ce système d’espionnage planétaire en est-il plus acceptable, pour autant ?

Si le programme n’est pas nouveau, ce qui l’est, en revanche, c’est son développement exponentiel avec l’accord de l’administration Obama. Selon les rapports diffusés par la presse, PRISM serait un « système informatique interne au gouvernement, utilisé pour faciliter » le traitement des informations qu’il reçoit à partir des serveurs sous la forme d’une « matière première » pour en faire un produit fini sous forme de rapports d’espionnages quotidiens à destination du Président. Selon le Guardian et les documents classifiés révélés dans ses colonnes, la NSA dispose d’une agence interne chargée de collecter des metadata, soit des informations brutes sur le volume de messages, à travers le monde entier. Cet « instrument » appelé Informant Boundless ou « Informateur sans frontière », permet « de sélectionner un pays sur une carte pour en évaluer les « metadata » et de sélectionner des données plus détaillées ». Selon le Guardian, la carte mondiale thermique top secret de la NSA, montrait, pour mars 2013, 97 milliards d’éléments puisés dans le réseau internet mondial. Au premier rang, l’Iran avec plus de 14 milliards, suivi par 13,5 milliards pour le Pakistan, 12,7 milliards pour la Jordanie, l’un des plus proches alliés arabes des Etats-Unis, l’Égypte avec 7,6 milliards et l’Inde avec 6,3 milliards.

Le programme ultra-secret jusqu’à ce jour, est-il légal ? Face au déchaînement de la presse internationale sur le sujet depuis les révélations du Washington Post et du Guardian, le directeur de la NSA, James Clapper, a dû répondre aux accusations. PRISM, dit-il, est un programme légal, développé sous l’autorité du Congrès américain. Il a bien reconnu que les agences de renseignement et espionnage américaines ont bien utilisé les fournisseurs en télécommunication mais que cette pratique n’avait donc rien d’illégale et était autorisée par les tribunaux, notamment sur la base du FISA.

Pour justifier le programme PRISM, James Clapper a précisé que la surveillance internet de citoyens américains dans le monde ou de citoyens étrangers vivant légalement sur le territoire américain, doit être dûment justifiée et documentées par les services de renseignement, et concerne la lutte contre le terrorisme, la prolifération des armes ou les cybermenaces. Il est clair que la NSA ne respecte pas cette loi et que le Congrès américain comme l’administration Obama en sont les complices actifs.

La mise au point de James Clapper intervenait, en effet, deux jours après l’intervention de Barack Obama, lui-même, qui a réagi, pour la première fois, à ces « fuites » en expliquant aux Américains que les écoutes sont légales et nécessaires. « Personne n’écoute vos conversations, a-t-il déclaré. Ce que les services de renseignement font, c’est de regarder les numéros de téléphone et la durée des appels. Ils ne cherchent pas les noms des gens et n’examinent pas les contenus sans l’autorisation d’un juge. Pour ce qui est de l’internet et des courriels, cela ne s’applique pas aux citoyens américains, ni aux personnes vivant aux États-Unis. » Et qu’en est-il du reste de la planète, des milliards de citoyens cyberespionnés qui ne sont pas américains ou étrangers vivant sur le sol américain ? serait-on tentés de demander à Barack Obama, décidément très « impérialiste ».

Complice, également, le gouvernement britannique qui a utilisé, lui aussi, le programme PRISM pour sa propre collecte de renseignements. Le 10 juin, William Hague, ministre britannique des Affaires étrangères, sommé par l’opposition travailliste, a dû s’expliquer devant le Parlement. Bien sûr, il a tenu un discours rassurant et minimisé la portée de l’action des services secrets. Bien sûr, aussi, il s’est référé « au cadre légal très solide » dans lequel les services agissent « pour le bien et la sécurité de tous », en ne ciblant que le nécessaire. « Les services de renseignement ont besoin de récolter des informations de l’étranger, surtout pour la lutte contre le terrorisme, cela doit se faire dans un cadre légal, approuvé par le Parlement, de façon à pouvoir installer des garde-fous », a déclaré la travailliste Yvette Cooper.

C’est le ministre des Affaires étrangères qui, en Grande Bretagne a la responsabilité des services d’écoutes et du renseignement extérieur, le MI6. William Hague a reconnu l’échange de renseignements avec Washington. Selon le Guardian, en 2012, 197 rapports d’information sur des citoyens britanniques auraient été élaborés grâce aux informations fournies par PRISM. Le groupe britannique de défense des libertés civiles Big Brother Watch a décidé de poser des questions au plus haut niveau afin d’« établir si la vie privée de certains citoyens britanniques a été violée, sans respect de la procédure légale ». Ailleurs, des voix commencent à s’élever contre ce qui est considéré comme la violation du droit de l’homme au respect de sa vie privée.

Christine Abdelkrim-Delanne

(sources : Washington Post, Guardian online, New York Times)

»» http://afrique-asie.fr/menu/actualite/5749-prism-le-nouveau-big-brothers.html
URL de cet article 20981
  

La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.