RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Edward Snowden

Une première dans l’Histoire du journalisme : le Washington Post demande l’inculpation de sa propre source - après avoir accepté le prix Pulitzer (The Intercept)

Glenn GREENWALD
Trois des quatre médias qui ont reçu et publié un grand nombre de documents secrets de la NSA fournis par Edward Snowden - The Guardian, le New York Times et The Intercept - ont demandé au gouvernement des États-Unis de permettre au lanceur d'alerte de la NSA de rentrer aux Etats-Unis sans risques. Un geste normal pour une organe de presse à qui il incombe de protéger ses sources et qui – par le simple fait d'accepter les documents de la source et de les publier – déclare implicitement que les informations fournies par la source sont d'un intérêt public. Mais pas le Washington Post. Face à une campagne grandissante menée par l'ACLU [Organisation de défense des droits civiques aux Etats-Unis - NdT] et Amnesty pour obtenir un pardon pour Snowden, en coordination avec la sortie ce week-end du biopic d'Oliver Stone, 'Snowden,' l'éditorial du Post aujourd'hui s'est non seulement prononcé contre un pardon, mais a explicitement demandé que Snowden - la propre source du journal – soit poursuivi pour (...) Lire la suite »

Tout ça, c’est la faute à Snowden ! (Counterpunch)

Binoy KAMPMARK

Lorsque les services de renseignement échouent, lorsque des institutions armées jusqu’aux dents de capacités de surveillance et de lois anti-terrorisme sont incapables d’empêcher ce qu’elles sont supposées empêcher, la tentation est forte de chercher des boucs émissaires. Edward Snowden, qui a exposé au grand jour la contradiction entre la croissance illimitée de l’appareil de surveillance et ses résultats très limités, est tout désigné pour jouer ce rôle après les attentats de Paris.

Les membres de la communauté des renseignements, qui se sont sentis humiliés, frappent avec une fureur prévisible. Ils viennent d’être surpris en pleine déconfiture, surtout si l’on pense au paquet de lois sur la surveillance, censé colmater les brèches, que la France a fait voter après les meurtres à Charlie Hebdo de janvier de cette année. Cela complétait une loi de 2013 permettant la surveillance sans mandat d'Internet. On a donc clairement considéré que l'état de la surveillance en France laissait à désirer. Ha'aretz, par l’intermédiaire d’Associated Press, a révélé le fait plutôt gênant que, le jour précédent le massacre de Paris, les renseignements irakiens avait envoyé une dépêche pour prévenir la coalition qu’Abou Bakr al-Baghdadi, le chef d’ISIS, avait ordonné une attaque contre ses membres. Les attaques annoncées pour « les prochains jours » devaient être déployées contre les pays qui combattent en Irak et la Syrie, et incluraient aussi l'Iran et la Russie. Des « attentats ou des assassinats ou des (...) Lire la suite »

Snowden et moi (Cuba Debate)

Martin ALMADA

Le 24 novembre 2014, Edward Snowden a reçu le Prix Nobel Alternatif de la Paix au Parlement suédois, en reconnaissance de son travail pour la défense d’ « une société ouverte et libre et pour ne pas s’être excusé d’avoir fait connaître l’important réseau d’espionnage des communications téléphoniques et d’internet mis au point par les Etats-Unis. » (Ultima Hora. Asunción, 25 novembre 2014)

Edward Snowden est aujourd’hui mondialement connu pour avoir en juin 2013, divulgué par le biais des journaux le Washington Post et le Guardian, des documents classifiés sur les programmes mondiaux de Cyber-surveillance des services secrets des Etats-Unis et du Royaume Uni. Face à la persécution de la justice nord-américaine qui l’accuse d’avoir commis un crime contre l’état, Edward Snowden partit d’abord à Hong Kong, puis à Moscou pour des raisons de sécurité personnelle. Il trouva dans la capitale russe un refuge où il est encore aujourd’hui. Je veux ici transmettre à Edward Snowden ma reconnaissance pour son attitude courageuse et unir ma voix à celles de ceux qui luttent pour une société ouverte et libre, en laquelle la peur d’être espionné, contrôlé, manipulé n’entre pas. Les raisons pour lesquelles le Prix Nobel Alternatif de la Paix a été décerné à Snowden, démontrent que les dangers qui menacent la liberté de nos sociétés sont augmentent chaque jour. De même que nous sommes de plus en plus démunis (...) Lire la suite »
Entretien avec Edward Snowden

« Les révélations sur la surveillance de masse ont indiqué que nos droits sont en train d’être redéfinis en secret » (The Nation)

Katrina vanden Heuvel et Stephen F. Cohen

Le 28 octobre 2014, l’hebdomadaire américain The Nation a publié un grand entretien réalisé avec le lanceur d’alerte Edward Snowden [1].

Mémoire des luttes propose une version exclusive de ce document en français. Leur rédaction a enrichi le texte, présenté dans sa quasi-intégralité, de plusieurs notes. L’ensemble est publié en trois parties sur leur site.

Lundi 6 octobre 2014, les journalistes Katrina vanden Heuvel et Stephen F. Cohen se sont entretenus à Moscou, pendant près de quatre heures, avec l’ancien consultant des services secrets. Dans cet échange, Edward Snowden évoque sa situation et ses rapports avec les autorités russes. Il rappelle que ce sont les Etats-Unis qui l’empêchent de sortir de son « exil ». L’ancien employé de la CIA et de la NSA (Agence nationale de sécurité) aborde plusieurs sujets centraux : est-il possible de renforcer le contrôle démocratique des actions des gouvernements et des entreprises sur Internet ? Si oui, de quelle manière ? Pourquoi est-il nécessaire de s’engager pour de nouvelles formes de « désobéissance civile » et de se battre pour défendre nos droits fondamentaux ? Faut-il saluer les initiatives des pays qui prônent le renforcement de leur souveraineté digitale ? De quelle manière Internet recompose-t-il les relations sociales et les pratiques politiques au niveau planétaire ? Pourquoi faut-il élaborer une Magna (...) Lire la suite »

L’homme le plus recherché au monde (Wired)

Le message arrive sur ma "machine propre", un MacBook Air chargé uniquement avec un logiciel de chiffrement sophistiqué. « Changement dans les plans », dit mon contact. « Soyez dans le hall de l'Hôtel …... à 13 heures. Apportez un livre et attendez que ES vous retrouve. » ES, c'est Edward Snowden, l'homme le plus recherché au monde. Depuis près de neuf mois, je tente de réaliser une interview de lui - voyageant à Berlin, deux fois à Rio de Janeiro, et plusieurs fois à New York pour parler avec la poignée de ses confidents qui peuvent organiser une réunion. Entre autres choses, je tiens à répondre à une question qui me brûle les lèvres : qu'est-ce qui a poussé Snowden à diffuser des centaines de milliers de documents top-secrets, des révélations qui ont mis à nu la grande portée des programmes de surveillance nationaux du gouvernement ? En mai, j'ai reçu un courriel de son avocat, et avocat de l'ACLU [organisation de défense des droits civiques aux Etats-Unis - NdT] Ben Wizner, confirmant que Snowden me (...) Lire la suite »
72 

Un jet de restitution de la CIA attendait en Europe pour enlever Snowden (The Register)

Duncan CAMPBELL

Un Gulfstream banalisé a été suivi lorsqu’il est passé au-dessus du Royaume-Uni. Quand le lanceur d’alerte et administrateur système de la NSA Edward Snowden a effectué sa spectaculaire évasion en Russie il y a un an, un jet secret du gouvernement étatsunien – déjà utilisé dans les vols de « restitution » [rendition] de la CIA sur lesquels des suspects de terrorisme ont disparu dans d’invisibles sites « noirs » – a traversé l’Europe dans le but de le renvoyer en Amérique, révèle The Register.

Au soir du 24 juin 2013, lorsque Snowden est arrivé à Moscou depuis Hong Kong dans l’intention de se rendre à Cuba, un jet d’affaire Gulfstream V banalisé – numéro N977GA – a décollé d’un aéroport commercial à 48 km de Washington DC. L’aéroport régional Manassas propose discrètement à ses clients « des hébergements et des équipements personnels que vous ne pouvez pas trouver dans les aéroports commerciaux ». Tôt le lendemain matin, le N977GA a été détecté en direction de l’est de l’Ecosse à une altitude inhabituellement élevée de 14 km. Il n’avait pas déposé de plan de vol et volait au-dessus du niveau duquel les rapports de contrôle de circulation aérienne sont obligatoires. « L’avion est apparu sur notre système à 5 H 20 le 25 juin », selon notre source, un membre d’un réseau de suivi des aéronefs Internet géré par des amateurs passionnés au Royaume-Uni. « Nous connaissions la réputation de cet avion et ce qu’il avait fait dans le passé » Le N977GA n’a pas communiqué sa progression aux contrôleurs du trafic aérien et (...) Lire la suite »

Secrets d’Etat : les défendre envers et contre tout ?

Polskynka

En matière de secret d’Etat, les pays les plus démocratiques ont tendances à durcir leurs positions, et à mettre la nécessité d’informer le public (et la justice) au second rang derrière la défense de leurs intérêts. Pour les gouvernements, la justice devient alors une arme de pression redoutable.

Affaire Wikileaks, affaire Areva, affaire Snowden... Dans ces grands scandales (encore en devenir...), les gouvernements se trouvent mis à mal dans leurs intérêts stratégiques. En révélant les secrets diplomatiques des Etats Unis, Chelsea (ex. Bradley) Manning mettait sur la place publique des documents édifiants sur la réalité des relations entre Etats. En dévoilant les soubassements de l’affaire Areva, dans laquelle la Commission d’enquête de l’Assemblée Nationale française estime avoir décelé un potentiel trafic d’influence au sein du pouvoir sud-africain, l’enquêteur suisse Mario Brero a jeté une lumière crue sur le marché du nucléaire civil. En diffusant les pratiques de la NSA auprès des grands médias du monde, Edward Snowden, lui, littéralement miné la confiance que les grandes démocraties accordaient à leur partenaire américain. Le point commun entre ces affaires, outre le dévoilement de pratiques occultes et illégales, est le type de réponse apporté par les Etats face à cette mise en cause de leurs (...) Lire la suite »

De Snowden à Assange, la nouvelle chasse aux sorcières

Jean-Marc Manache

D’Edward Snowden à Julian Assange, pour l’administration américaine les lanceurs d’alerte d’aujourd’hui sont les communistes d’hier, les «  sorcières  » du XXIe  siècle…

|Les États-Unis subissent une nouvelle attaque… de paranoïa aiguë. La première crise notable remonte à la guerre froide quand le gouvernement US décide de créer la NSA pour espionner les télécommunications du bloc communiste. Après 1989, une fois le mur de Berlin tombé, la psychose US passe au stade supérieur lorsque la NSA se met à espionner… le monde entier. Ironie de l’histoire, quelques années plus tard Edward Snowden, le lanceur d’alerte à l’origine des révélations sur l’ampleur des écoutes de la NSA, a trouvé refuge à… Moscou, tandis que Laura Poitras, la journaliste a qui il a confié des milliers de documents classés secrets, vit en exil à Berlin ! Idem pour Jacob Appelbaum, un hacker proche de WikiLeaks, lui aussi harcelé par les autorités américaines. Aujourd’hui, le nombre de lanceurs d’alerte poursuivis, voire condamnés, est tel que l’on pourrait parler d’une nouvelle « chasse aux sorcières » semblable à celle orchestrée par l’affreux McCarthy dans les années 1950. La suspicion en héritage Remember. Le (...) Lire la suite »

Il faut défendre Edward Snowden !

Bill VAN AUKEN
Dans un entretien dimanche sur la chaîne allemande ARD, l'ex-agent de la National Security Agency (NSA) a prévenu que les « responsables du gouvernement [des États-Unis] veulent me tuer. » « Ces gens, et ce sont des responsables du gouvernement, ont dit qu'il aimeraient me mettre une balle dans la tête ou m'empoisonner quand je sortirai d'un supermarché et me regarder mourir sous la douche, » a déclaré Snowden. La mise en garde de Snowden sur le fait que le gouvernement américain le veut mort pour mettre fin à ses révélations sur l'espionnage illégal de la NSA doit être prise avec le plus grand sérieux. Cela montre l'urgence qu'il y a à développer un mouvement de masse pour le défendre et s'opposer à la destruction des droits démocratiques. Snowden fait référence à un article affiché sur le site Web Buzzfeed qui s'appuie sur des entretiens avec des responsables américains du renseignement et de l'armée, qui discutaient avec franchise de leur désir de l'assassiner. Parmi eux, il y avait un officier du (...) Lire la suite »

Interview exclusive d’Edward Snowden

Tomjo

Nous avons interviewé Edward Snowden, le jeune informaticien reclus en Russie pour ses révélations sur les programmes d’espionnage américains. Il nous explique les raisons qui l’ont poussé à fuir son job et « balancer » son ancien employeur.
Du fait de sa connaissance des outils de contrôle, nous l’avons questionné à propos de la politique numérique lilloise : la banalisation des moyens de surveillance, Internet des objets ou capteurs, attaqueraient notre libre arbitre.
Pour lui, des parallèles doivent être faits entre la lutte contre le terrorisme, les mesures contre la « crise », et l’action des écologistes dans la mise au pas des populations.
Pour preuves, Edward Snowden nous rend compte des écoutes d’Euratechnologies, Sandrine Rousseau ou Éric Quiquet. Révélations.

Bonjour Edward, c’est un honneur de vous rencontrer, vous avez pris des risques énormes. Vous savez, je n’ai fait que ce qui devait être fait. Je ne suis pas un héros, juste un déserteur. Le « système », comme on dit, qu’il soit économique ou policier, tient pour une part sur des gens qui ne font que leur travail. Des gens qui ne font que mettre au point des alliages de métaux qui deviendront plus tard des engins atomiques ; qui ne font qu’un morceau d’algorithme qui analysera les conversations privées de la planète. Personne ne se sent responsable de rien. Or l’histoire du XX° siècle a montré que cette division des tâches, ce morcellement du travail peut conduire à des horreurs sans que personne ou presque n’en réalise la portée. Moi, je ne pouvais plus participer à la barbarie. Pour en faire l’expérience, je sais bien que tout le monde ne peut déserter facilement. Mais faire « fuiter » des informations, c’est déjà refuser d’être un rouage. C’est déjà subvertir cette machinerie inhumaine qu’est la (...) Lire la suite »
27 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40