RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Turquie : de nouveau alliée stratégique d’Israël

Selon Debkafile, site proche des services de renseignements israéliens, Barack Obama a tout fait pour établir des relations entre la Turquie et Israël.

La Turquie a mis fin à la suspension de la coopération avec Israël, troisième partenaire de l’OTAN, lors de la rencontre de Bruxelles, le 4 décembre dernier, au cours de laquelle il a également été décidé de déployer des missiles Patriots sur la frontière entre la Turquie et la Syrie. La pression des membres de l’OTAN était forte et, compte tenu de ses ambitions, Ankara n’a pu faire autrement que de s’exécuter. Comme l’a formulé le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, l’attitude du gouvernement turc créait « un manque de confiance parmi les partenaires ».

Les relations de coopération avec Israël avaient été suspendues après l’attaque, le 31 mai 2010, du MaviMarmara, navire affrété par les volontaires solidaires de la Palestine qui avaient tenté de briser le blocus naval de Gaza. L’attaque avait fait, il n’est pas inutile de le rappeler, neuf morts, tous turcs, et dix blessés parmi les militants de la « flottille de la liberté ».

Une victoire pour Benyamin Netanyahou, à l’approche des élections, le 22 janvier, face à son opposition qui l’accuse d’isoler Israël sur le plan international. Selon Debkafile, Barack Obama veut établir des relations entre la Turquie et Israël, « non seulement pour Israël, mais également pour soutenir son bloc naissant sunnite musulman au Moyen-Orient, avec l’Égypte en tête, et un pas sur le chemin de la résurrection du processus de paix israélo-palestinien. »

Il s’agit, dit Debkafile d’un plan en quatre points conclu à l’automne dernier entre le président Obama et Netanyahou, « alors que le président américain était en campagne électorale, et dont les alliés des Américains, tout comme Moscou, Téhéran et Ramallah, ont eu connaissance ». Il s’établit comme suit :

1. Le Premier ministre israélien a promis de ne pas perturber la campagne électorale d’Obama par une attaque unilatérale nucléaire contre l’Iran et ce, jusqu’à son investiture le 21 janvier 2013, un jour avant les élections générales israéliennes. Netanyahou a, également, donné son accord pour laisser les négociations directes américano-iraniennes lancées le 1er décembre en Suisse, suivre leur cours jusqu’au 1er mars.

2. Obama en contre-partie, a assuré que, si au 1er mars les Iraniens n’avaient pas dévoilé leur programme nucléaire, alors l’option militaire deviendrait une priorité dans l’agenda américain. En réalité, des sources de Debkafile ont fait savoir que ces négociations étaient déjà dans l’impasse

3. Obama a promis que, pendant les trois mois de campagne électorale de Netanyahou, il n’y aurait aucune pression, Israël et les Palestiniens devant se rencontrer en mars pour reprendre les négociations de paix sous une tutelle « américano-musulmane ».

4. Les « Musulmans » de ce partenariat seraient représentés par l’Égypte, la Turquie, le Qatar et la Jordanie, l’ « axe sunnite sur lequel l’administration Obama a travaillé depuis l’opération israélienne sur Gaza, en novembre dernier ». Selon le site israélien, le chef du Mossad, Tamir Pardo et Fidan Hakan, le directeur des services turcs, le MIT, avaient préparé le terrain pour les deux gouvernements pendant les derniers mois.

Toujours selon Debkafile, le 23 décembre dernier, en abandonnant son attitude à l’égard d’Israël, la Turquie aurait « assumé » son rôle dans le nouvel axe pro-Washington.

Si Netanyahou a utilisé le plan en quatre points et les engagements d’Obama comme ligne directrice de sa politique actuelle et à venir, les derniers changements dans l’administration américaine suggère, cependant, que l’option militaire contre l’Iran pourrait être à nouveau retardée. La nomination de John Kerry, connu pour ses sympathies pour Israël, à la place d’Hillary Clinton au Département d’État a pu, à juste titre, être saluée par Tel Aviv. Mais les spéculations sur la nomination, à la Défense, de Chuck Hagel, ancien sénateur républicain, connu pour être hostile à Israël, à la place de Leon Panetta, laisse penser que le président américain fait marche arrière quant à une opération contre l’Iran. Le 12 décembre, un groupe d’anciens hauts fonctionnaires et diplomates américains ont signé deux lettres envoyées à la Maison Blanche, à l’initiative de l’ambassadeur Thomas Pickering, n°3 du Département d’État. « Une action militaire américaine contre l’Iran aurait de graves conséquences pour les Etats-Unis et la région et, à moins d’une occupation à grande échelle, n’empêcherait pas le programme nucléaire iranien », disait l’une d’elles, préconisant la nomination de Chuck Hagel. A la Maison Blanche, rien n’est jamais certain, un lobby chasse l’autre….

Christine Abdelkrim-Delanne

http://www.afrique-asie.fr/component/content/article/75-a-la-une/4497-...

URL de cet article 18805
  

La liberté contre le destin, discours de Thomas Sankara
Thomas Sankara reste une figure révolutionnaire de premier plan pour la jeunesse africaine en lutte. Durant son passage bref mais fulgurant à la tête du Burkina Faso, interrompu par son assassinat en 1987, le jeune officier a marqué l’histoire de son pays et de l’Afrique, ainsi que la mémoire des luttes anti-impérialistes. On trouvera dans ce recueil, outre les principaux discours de Thomas Sankara, des discours inédits. En plus de faire des bilans réguliers de la révolution, il aborde les thèmes (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Assange ne représente un danger pour personne, sauf pour ceux qui représentent un danger absolu pour tout le monde.

Randy Credico

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.