RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Golfe de Tunis se meurt !

Les retombés des Gaz à Effet de Serre sont plus dévastatrices dans la région MENA que partout ailleurs pour la simple raison que cette région souffre depuis belle lurette de stress hydrique endémique...Le dit stress est même la principale des causes motrices du printemps dit "Arabe" : paupérisation, désertification, chômage etc...Quand un citoyen s’y auto immole par le feu, il fait ainsi appel à l’eau !

Notre quête pour l’eau pour satisfaire la demande des divers usagers : ménages, industries, irrigation agricole, a amené les pouvoirs publics depuis le début des années 80 à établir et exécuter des plans d’aménagement qui ont aboutit à en récupérer plus de 90 % des précipitations mobilisables ! Une très belle performance, qui plafonna en 2010, à 2 100 millions de mètres cubes d’eau de surface, disponibles pour prélèvement annuel. Il s’ajoute à cette eau de surface autant d’eau souterraine dont le tiers est non renouvelable. Ainsi le total de l’offre d’eau à l’économie s’élèverait donc à 4 200 millions de mètres cubes, soit moins de 400 m3/ha/an, 1/5 du seuil de vulnérabilité de 2 000 m3, fixé par la FAO.

D’ailleurs toujours d’après la vénérable Organisation « Quand les ressources internes renouvelables en eau sont inférieures à 1000 m3 par habitant, le manque d’eau est alors considéré comme un grave frein au développement socio-économique et à la protection de l’environnement »

Rien que pour le Golfe de Tunis il a été procédé au bétonnage des 24 cours d’eau qui s’y déversaient depuis la nuit des temps. Ainsi, depuis plus de 20 ans, on assiste à la dégradation lente de l’environnement et de toute vie marine dans le Golfe, à telle enseigne que l’étoile de mer – maillon de base de la chaine alimentaire halieutique – y est disparue ! Aussi 4 millions de nos concitoyens habitant autour du golfe, ne peuvent plus se prélasser et prendre des loisirs de baignade à bon compte comme naguère ! La vie marine se meurt à "petit feu" aussi ; il n’y a plus d’activité de pêche comme autrefois ! Car, malheureusement, le dit Golfe est gavé, depuis, d’eaus usées non suffisamment traitées, comme il se doit, selon les normes en la matière. Trois veines vénéneuses ne cessent de l’alimenter de solutions/solutés mortelles à longueur d’année : il s’agit de celle de l’oued Méliane à Rades, de l’oued Bey à Soliman et du canal Chotrana à Raoued.

Compte tenu de la circulation des courants marins des eaux du Golfe dans le sens nord/sud, la veine de Chotrana va ainsi languir au large des plages de la banlieue nord pour rejoindre dare-dare celle de Rades et finiront toute les deux par fusionner d’avec celle de Soliman tout en privant le biotope marin de source vitale : les rayons du soleil !

En outre, on constate à vue d’œil l’érosion des plages par l’assaut de la mer à chaque tempête à tel enseigne que les remparts de pierres défigurent de plus en plus la physionomie des plages de la région. Aussi l’élévation du niveau de la mer est indéniable…

Pourtant une solution miracle et simple existe, à savoir la vaporisation/pulvérisation de la dite eau dans les bassins de l’ONAS situés en amont. En effet, par de simples miroirs on peut concentrer l’énergie solaire qui s’y déversait à un débit de plus de 3500 kWh/m²/an en rayonnement direct et indirect afin d’atteindre des températures dépassant les 500 degrés. Diriger une telle énergie calorifique purificatrice dans les bassins – via des supports idoines – peut évaporer l’eau polluée et seuls les résidus solides restent. Nos scientifiques peuvent-t-ils développer cette technique simple en vue de redonner vie au Golfe d’Alyssa ? Il y a urgence, autrement le Golfe va mourir, et Tunis avec, et ce dans une génération ! Puisse notre énergie poste révolutionnaire et novatrice nous réconcilier avec notre environnement immédiat en faisant œuvre de salubrité publique et ce en utilisant l’énergie gratuite et disponible à profusion qu’est le solaire renouvelable !

URL de cet article 20979
  

George Corm. Le nouveau gouvernement du monde. Idéologies, structures, contre-pouvoirs.
Bernard GENSANE
La démarche de Georges Corm ne laisse pas d’étonner. Son analyse des structures et des superstructures qui, ces dernières décennies, ont sous-tendu le capitalisme financier tout en étant produites ou profondément modifiées par lui, est très fouillée et radicale. Mais il s’inscrit dans une perspective pragmatique, non socialiste et certainement pas marxiste. Pour lui, le capitalisme est, par essence, performant, mais il ne procède plus du tout à une répartition équitable des profits. Cet ouvrage est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous pouvons faire sauter un navire américain et en rejeter la faute sur les Cubains. La publication des listes des victimes dans les journaux américains accroîtrait encore l’indignation. Nous pouvons aussi détourner des avions. Dans des endroits bien choisis où l’impact serait énorme, nous pourrions poser des charges de plastic. Nous pourrions également repeindre des B26 ou C46 de nos forces aériennes aux couleurs cubaines et nous en servir pour abattre un avion de la République dominicaine. Nous pourrions faire en sorte qu’un prétendu appareil de combat cubain abatte un avion de ligne américain. Les passagers pourraient être un groupe de jeunes étudiants ou de vacanciers. »

Général Lyman LEMNITZER (1899 – 1988)
Chef d’état-major des armées (1960-62) et Supreme Allied Commander de l’Otan (1963-1969)

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.