RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Tiré de La Revue de Presse Alternative du Saker Francophone

Puisque nous parlons de « guerre des narratifs », nous finirons par cet article de Caitlin Johnstone qui, en se basant sur l’interview de Poutine, nous explique les subtilités de la propagande occidentale pour imposer son récit : dans la guerre de propagande, il est très difficile de vaincre les États-Unis. Par Caitlin Johnstone – Le 11 février 2024

Un moment peu remarqué de la récente interview de Vladimir Poutine par Tucker Carlson fut quand Poutine a laissé entendre que les puissances de l’OTAN étaient à l’origine du sabotage du pipeline Nord Stream, en 2022. Carlson a répondu en demandant pourquoi Poutine ne présenterait pas de preuves de cela au monde, afin de « remporter une victoire dans la guerre de propagande ».

« Dans la guerre de propagande, il est très difficile de vaincre les États-Unis, car les États-Unis contrôlent tous les médias du monde et de nombreux médias européens », a répondu Poutine, ajoutant : « Les bénéficiaires ultimes des plus grands médias européens sont les institutions financières américaines. »

Je ne connais pas la nature spécifique de ses insinuations à propos du Nord Stream, mais Poutine a tout à fait raison quant à la force de la machine de propagande étasunienne. De tous les fronts sur lesquels on pourrait choisir de défier les États-Unis, la propagande est sûrement le moins favorable. L’Empire possède de loin la machine de propagande la plus sophistiquée et la plus efficace qui ait jamais existé, fonctionnant avec une telle complexité que la plupart des gens ignorent même son existence.

Dans un article de « fact-checking » intitulé « 5 mensonges et 1 vérité tirés de l’interview de Poutine avec Tucker Carlson », Politico Europe qualifie cette affirmation de mensonge, au motif que la Russie possède des médias publics alors que les médias américains sont privés.

« Les plus grandes sociétés de médias d’information sont privées et opèrent sans contrôle direct du gouvernement, contrairement au paysage médiatique contrôlé par l’État en Russie », écrit Sergueï Goryachko de Politico. “La télévision d’État russe et les principales agences de presse sont la propriété du gouvernement, et le Kremlin contrôle les autres médias ou détruit ceux qui ne veulent pas collaborer.”

Au bas de l’article se trouve une ligne qui se lit comme suit : « Sergey Goryashko est hébergé à POLITICO dans le cadre du programme de résidence EU4FreeMedia financé par l’UE. »

EU4FreeMedia est une opération de gestion narrative de l’Union européenne créée pour aider à intégrer les « journalistes russes en exil » dans les principales publications européennes, c’est-à-dire pour fournir une amplification médiatique maximale aux expatriés russes qui ont une dent contre le gouvernement actuel de Moscou. Il est géré avec la participation de Radio Free Europe/Radio Liberty, une opération médiatique financée par le gouvernement des EU sous l’égide des services de propagande étasuniens USAGM.

Je n’aurais vraiment pas pu trouver une illustration plus parfaite de ce dont je parle ici que le gouvernement des EU et ses laquais européens qui mènent un projet complexe et élaboré visant à orienter davantage les médias européens contre la Fédération de Russie, ce qui se manifeste par un article de Politico qualifiant Poutine de menteur et affirmant que la propagande n’existe pas en Occident.

Il existe une vieille blague disant ceci :

Un Soviétique et un Américain sont dans un avion, assis l’un à côté de l’autre.

« Pourquoi volez-vous vers les États-Unis ? » demande l’Américain.

« Pour étudier la propagande américaine », répond le Soviétique.

« Quelle propagande américaine ? » demande l’Américain.

« Et bien voilà », répond le Soviétique.

En réalité, la nature de l’empire centralisé étasunien lui permet de mener une campagne de propagande internationale massive et continue à travers des plateformes médiatiques qui sont pour la plupart privées. Un réseau diversifié de facteurs alimente cette dynamique que j’ai détaillée dans mon article inhabituellement long intitulé “ 15 raisons pour lesquelles les employés des médias de masse agissent comme des propagandistes ”, mais l’essentiel est que quiconque est suffisamment riche pour contrôler une plate-forme médiatique grand public va avoir un intérêt direct à préserver le statu quo sur lequel repose leur richesse, et ils coopéreront de diverses manières avec les structures de pouvoir de l’establishment à cette fin.

Le fait que ces médias semblent indépendants mais fonctionnent comme des organes de propagande pour l’empire étasunien permet à leur propagande de s’implanter dans l’esprit des gens sans déclencher le moindre réflexe de pensée critique ou de scepticisme, ce qui ne serait pas le cas si les gens savaient que ces médias étaient faits pour les nourrir de propagande. La propagande n’a vraiment de pouvoir de persuasion que si vous ne savez pas que vous la subissez.

L’invisibilité de la propagande EU est encore renforcée par les méthodes subtiles par lesquelles elle est administrée, dont nous avons un magnifique exemple avec la couverture des atrocités de masse en cours à Gaza, soutenues par les États-Unis.

Dans un article intitulé “ La couverture de la guerre à Gaza dans le New York Times et d’autres grands journaux ont fortement favorisé Israël, selon une analyse ”, The Intercept rapporte qu’une analyse de 1 000 articles du New York Times, du Washington Post et du Los Angeles Times sur la guerre d’Israël contre Gaza a révélé que les médias utilisaient systématiquement des choix de mots qui servaient les intérêts israéliens en matière d’information.

« Des termes très émouvants pour le meurtre de civils comme « massacre », « tuerie » et « horrible » étaient réservés presque exclusivement aux Israéliens qui ont été tués par des Palestiniens, plutôt que l’inverse », rapportent Adam Johnson et Othman Ali de The Intercept. « Le terme « massacre » a été utilisé par les rédacteurs et les journalistes pour décrire le meurtre d’Israéliens et de Palestiniens dans un rapport de 60 contre 1, et « massacre » a été utilisé pour décrire le meurtre d’Israéliens et de Palestiniens dans un rapport de 125 contre deux. « Horrible » a été utilisé pour décrire le meurtre d’Israéliens contre Palestiniens à 36 contre 4. »

C’est le genre de manipulation qu’un consommateur d’information occasionnel ne remarque pas. À moins que vous ne soyez à l’affût des préjugés et que vous gardiez une trace des mots qui sont ou ne sont pas utilisés et à quel endroit, vous ne remarquerez probablement pas l’absence de mots chargés d’émotion lorsque vous faites un reportage sur les Palestiniens tués par les Israéliens.

Ce type d’opinion se manifeste de toutes sortes de manières, comme dans les gros titres d’aujourd’hui sur le meurtre par Tsahal d’une petite Palestinienne de six ans nommée Hind Rajab et de sa famille. Des organes de propagande étasuniens comme CNN, le New York Times et la BBC ont respectivement titré “ Une fillette palestinienne de cinq ans retrouvée morte après avoir été coincée dans une voiture sous le feu israélien ”, “ Une fillette de 6 ans portée disparues ”, “ Une équipe de secours retrouvée morte à Gaza, selon le groupe d’aide ” et “ Hind Rajab, 6 ans, retrouvée morte à Gaza quelques jours après des appels téléphoniques à l’aide ”. En revanche, Al Jazeera rapporte la même histoire avec le titre “ Le corps d’une fillette de 6 ans tuée dans des tirs israéliens « délibérés » retrouvé après 12 jours ”, et Middle East Eye titre “ Hind Rajab : une jeune Palestinienne retrouvée morte après avoir été coincée sous le feu israélien pendant des jours ”.

Il est facile de remarquer la différence lorsqu’ils sont placés les uns à côté des autres comme je viens de le faire, mais à moins que vous n’y prêtiez vraiment attention et que vous n’ayez une bonne idée de ce qui se passe ici, vous risquez de manquer ce qui se passe. Si vous êtes comme la plupart des gens et ne lisez pas au-delà du titre, vous ne saurez jamais, d’après les gros titres des médias impériaux, que l’enfant a été tuée par Israël, et vous ne saurez certainement rien de son appel téléphonique terrifié alors qu’elle était piégée par les tirs des FDI et entourée des corps de ses proches décédés. Si vous regardez les médias traditionnels et leurs itérations en ligne renforcées par des algorithmes pour obtenir des informations sur le monde, vous aurez une journée de plus avec une perspective déformée de ce qui se passe à Gaza.

La presse occidentale écrit constamment des titres comme celui-ci lorsqu’elle tente de minimiser l’impact de la mort d’une personne aux mains d’un parti avec lequel elle sympathise, en particulier en ce qui concerne les Palestiniens. Le mois dernier, la BBC a publié un article intitulé “ Un nombre record de civils blessés par des explosions en 2023 ”, comme si des gens manipulaient mal des feux d’artifice ou quelque chose du genre au lieu d’être effectivement tués par les bombes israéliennes. La BBC a ensuite révisé son titre atroce, mais l’a révisé dans la direction opposée, en remplaçant « Nombre record » par « Nombre élevé » pour minimiser encore davantage l’impact.

Comparez cela avec les gros titres de la BBC lorsqu’elle parle des Ukrainiens tués par les frappes aériennes russes  – il y en a un récent intitulé « Guerre d’Ukraine : les frappes aériennes russes font cinq morts à Kiev et à Mykolaïv ».

Vous avez compris ? En Ukraine, des gens meurent à cause des bombes parce que la Russie a lancé des frappes aériennes russes et les a tués de manière très russe, tandis qu’à Gaza, les gens sont blessés par des explosions parce qu’ils se sont trop rapprochés d’un type de matériau explosif.

La semaine dernière, le Washington Post publiait un article d’opinion intitulé « L’Amérique est-elle complice de la guerre sanglante d’Israël à Gaza ? » Mais cela a été considéré trop lourd par les rédacteurs du Post, qui ont rebaptisé l’article « La guerre entre Israël et Gaza a-t-elle changé votre sentiment d’être américain ? » pour empêcher les Étasuniens de trop réfléchir à la guerre sanglante menée par Israël à Gaza et à la complicité de leur pays dans cette guerre.

Dans un article de mercredi intitulé « Biden essaie à nouveau avec les Arabes américains du Michigan », Farah Stockman, membre du comité de rédaction du New York Times, a écrit une phrase absolument insensée : « L’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre semble affecter les perspectives électorales de Biden. » Et le New York Times l’a imprimé.

Relisez cette ligne. Elle dit que les Arabes étasuniens rejettent Biden à cause de l’attaque du Hamas du 7 octobre, ce qui est bien sûr absurde ; ils rejettent Biden parce qu’il soutient un génocide à Gaza. Elle a écrit cette ligne absurde parce que dans le New York Times, vous ne pouvez pas dire des phrases comme « le génocide israélien à Gaza » ou « la facilitation des crimes contre l’humanité par le président », et vous ne serez pas embauché si vous êtes le genre de personne qui serait enclin à l’écrire. Au lieu de cela, le titre prétend que, pour une raison inexplicable, les Arabes étasuniens sont simplement en colère contre Biden parce que le 7 octobre s’est produit.

Mais encore une fois, ces petites manipulations passent inaperçues si vous n’y prêtez pas attention. Tel est l’éclat de la machine de propagande invisible de l’Empire. C’est pourquoi il est très difficile de gagner une guerre de propagande contre les États-Unis, c’est pourquoi les Occidentaux ont été si bien manipulés pour accepter un statu quo de guerres sans fin, d’écocide, d’injustice et d’exploitation, et c’est pourquoi le monde est tel qu’il est actuellement.

»» https://lesakerfrancophone.fr/la-revue-de-presse-du-12-fevrier-2024tra...
URL de cet article 39359
  

DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.