RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Tunisie : fillettes en danger

Le changement politique opéré depuis le 14 janvier 2011 a entraîné certaines libertés, cependant la montée de l’extrémisme religieux fragilise le statut des femmes et l’état sociétal de la Tunisie. Les fillettes sont particulièrement visées par l’idéologie wahhabite.

Depuis la Révolution / Révolte, les enfants demeurent témoins sinon victimes de violence. A leur insu, ils ont perdu, au cours du processus insurrectionnel, une part de leur innocence, de leur enfance. Ni enfants, ni adultes, les voilà en grand nombre aujourd’hui ! Psys de toute discipline, enseignants/tes, membres d’associations, s’accordent pour constater cet état d’entre-deux porteur d’instabilité, d’angoisses, de fragilité. Cependant, aucune statistique n’a été publiée sur ces pathologies diverses. Pas davantage sur la récurrence ou la rémission de celles-ci selon le genre, l’âge ou l’appartenance sociale de l’enfant- fille ou garçon. Alors, pourquoi ce titre « Fillettes en danger » ?

Pourquoi convoquer un sexe plutôt qu’un autre ? Force nous est d’évoquer une série d’observations, constats, scènes appréhendées dans la rue ou des espaces publics…..à vous paralyser, tellement la violence infligée à certaines fillettes vous fige et vous fixe dans une indignation et une répugnance sans mot ! Bouche cousue, restons-nous, hélas ! De fait, voici des fillettes voilées, bientôt ensevelies sous un niquab, tristes petits clowns déguisés en vêtements infâmes.

Indignation : ces enfants, sous influence, flattées et manipulées dès l’âge de 4-5 ans par leur entourage familial et le discours obscurantiste distillé ne disposent d’aucun recours contre la décision parentale. N’étant nullement sujet, l’enfant devient objet des obsessions et convictions d’autrui. Dans une société patriarcale, la loi du père, souvent relayée par la mère, fait foi. Pas d’objection, pas de discussion : soumission intégrale. Le moi de l’enfant n’existe pas : nié, écrasé déjà . Et si d’aventure, par un interstice, (un impensé), la fillette se rebiffait ou s’étonnait, on imagine les menaces psychologiques sinon physiques à son encontre. De plus, l’identification à la mère, elle-même voilée ou « niquabée », rend impossible un quelconque refus filial. Au contraire, la fillette acceptera d’autant plus aisément sa tenue vestimentaire présentée comme islamique qu’elle aura l’illusion - entretenue - d’accéder au monde des femmes adultes c’est-à -dire qu’elle fera l’impasse sur son enfance, sur un développement physique, mental, psychologique « normal », évolutif : jeux interdits, exercices physiques, sports considérés comme « haram ». Ton corps emprisonné fillette, c’est le garant de ta sécurité, de ta vertu ! De quelles pathologies ces fillettes « bâchées » vont-elles souffrir à l’approche des mois d’été ? Transpiration, maladies cutanées, surpoids, etc… Si, par chance, quelques-unes d’entre elles iront à la plage, quel bénéfice, quel plaisir retireront-elles, encagées sous des épaisseurs collant à leur peau, entravant leurs gestes ? Canetons, chiots, oisillons sont plus libres de s’amuser, d’évoluer dans l’eau qu’elles.

Répugnance : Quelle citoyenne tunisienne une fillette ainsi marquée va-t-elle devenir ? Va-t-elle décider de son choix de vie ? Pourra-t-elle devenir sujet et être partie prenante du destin collectif de son pays ? Car le but réel, sous cette mise sous voile précoce, se résume à soustraire l’enfant au féminin de la vie publique le plus rapidement possible, au besoin de l’école (sauf coranique) - c’est-à -dire de l’abstraire de son histoire personnelle et nationale, sa parole n’ayant aucune valeur dans le champ citoyen. Soyons clairs : retirer à la femme sa capacité à élaborer un discours signifiant sur elle et sur sa société, voilà l’objectif ultime et affiché des obscurantistes. La réduire à nouveau à sa seule fonction de reproductrice dans le caché, dans le dissimulé, dans la honte, voilà leur « programme ». Objet sexuel, mise sur le marché matrimonial dès l’âge de 12 ans et même pour les charlatans de la doxa dès huit ans, l’existence de la fille se ramènera à un marchandage incessant, virulent sur ses atouts supposés dans les délais les plus brefs. Cette mise sous tutelle, défiant Loi et Raison équivaut à une mise à mort. Ainsi, les salafistes/ obscurantistes cherchent-ils à oblitérer des décennies de luttes d’émancipation féminine et, bien sûr, éraser le CSP. Au-delà des pratiques de ré-enfermement des fillettes et du discours réactionnaire diffusé et propagé par les franges extrémistes du pays, c’est le futur de la Tunisie qui se dessine sous nos yeux, sur un mode irrationnel et oppressif. Alors, un seul impératif doit nous animer.

Exigeons des partis politiques progressistes, de la société civile, des associations, qu’ils condamnent paroles et pratiques discriminatoires à l’égard des fillettes. Obligeons le pouvoir à sanctionner les parents : qu’aucune enfant ne franchisse le seuil de l’école voilée. En effet, son audition est affectée, sa communication avec son instituteur/trice et ses camarades annulée, sa participation entravée. Quels messages, quels savoirs peut-elle appréhender et retenir empêtrée dans les voiles de la honte et d’elle-même ? Nous récusons l’objection à l’interpellation du pouvoir car lui seul fait respecter la Loi, lui seul gère la vie privée par l’intermédiaire du CSP, fondé sur le respect et l’égalité des sexes. C’est l’État, en Tunisie comme ailleurs dans le monde, qui régit le droit de la famille. Si des parents s’obstinent à envoyer leurs fillettes voilées à l’école ou les en retirent, qu’ils soient poursuivis par la justice, comme ce fut le cas en Grande-Bretagne au début du XXème siècle. Un corps de contrôleurs fut créé pour s’assurer de la présence ou non des enfants à l’école, se rendant au besoin au domicile des parents fautifs. Au nom des fillettes, au nom de la dignité et de l’égalité, au nom des conventions internationales signées et ratifiées par la Tunisie, au nom de l’amour à porter aux enfants sans discrimination de sexe, dénonçons des conceptions et actions rétrogrades hypothéquant l’avenir des fillettes et de la société toute entière. Opposons à jamais à ces pauvres fillettes de rose vêtues et voilées, en pleurs, la main paternaliste d’un prédicateur sur l’épaule de l’une d’entre elles ( élue, choisie ?) à Zarzis à Nairouz Belaid , fillette aux yeux grands ouverts sur la foule, le monde , image d’une enfant magnifique , symbole de toutes les possibilités , de tous les courages pour l’édification d’une Tunisie débarrassée de la barbarie qui l’a meurtrie ,elle, sa jeune soeur comme elle atteint tant d’autres fillettes anonymes.

Danièle Chauchix-STAMBOULI

http://www.lapresse.tn/05032013/63654/fillettes-en-danger.html

URL de cet article 19651
  

Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je crois vraiment que là où il y a le choix entre la couardise et la violence, je conseillerais la violence.

MAHATMA GANDHI

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.