RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

UE : oui ou non au parti unique de la guerre

Par Barbara Spinelli ’Il Fatto Quotidiano’, 5 juin 2024

Pour de nombreux électeurs, il ne sera pas facile de choisir et de voter lors des élections européennes des 8 et 9 juin. La plupart de nos lois sont codécidées par le Parlement européen, avec la Commission et les États membres, et voter n’est donc pas inutile.

Mais sur les deux questions vitales aujourd’hui - la guerre qui menace de devenir mondiale, l’effondrement du climat - il existe désormais une sorte de parti unique en Europe, qui met l’Union et l’OTAN au même niveau et qui ne changera pas du tout, si la majorité actuelle s’étend aux conservateurs de Giorgia Meloni. Il ne changera pas non plus si le droit de veto dans les décisions de l’UE est aboli. Les gouvernements de l’UE, à la quasi-unanimité et en ignorant leurs propres peuples, ne semblent pas craindre la guerre, même nucléaire.

Par la force des choses, le parti de la guerre ne sera même pas en mesure d’arrêter l’effondrement de la planète, car s’il voulait vraiment le faire, il devrait promouvoir la coopération pacifique et le désarmement entre les plus grands pollueurs : la Chine, les États-Unis, l’UE, l’Inde, la Russie. Si elle le voulait, elle reproposerait l’ordre européen et international imaginé dans l’intervalle très court entre la chute du mur et la dissolution de l’URSS, lorsque Gorbatchev a proposé une Maison commune européenne et que la "Charte de Paris pour une nouvelle Europe" a été signée en novembre 1990. Les principaux signataires de la Charte étaient Gorbatchev, George Bush sr, Kohl, Mitterrand et Andreotti pour l’Italie. "C’était ce temps béni où le monde semblait un endroit plutôt sûr, entre la fin de la guerre froide et environ dix minutes plus tard", écrit Mick Herron dans le roman Slow Horses : A Lair of Bastards (Chevaux lents : un repaire de salauds).

L’avènement du parti de la guerre unique a abâtardi le débat politique et les campagnes dans tous les pays européens. Ceux qui s’opposent à l’envoi d’armes de plus en plus offensives en Ukraine et aux sanctions répétées contre la Russie (13 "paquets" de mesures restrictives, qui ont davantage pénalisé l’Union que Moscou depuis 2022) reçoivent l’opprobre d’être poutinistes ou souverainistes ou anti-européens. Ceux qui souhaitent collaborer avec Pékin sont accusés d’hostilité envers Taïwan et de complicité avec la répression chinoise des Ouïghours et des Tibétains. Ceux qui condamnent le dépeuplement sanglant de Gaza par l’armée israélienne - qui s’apparente de plus en plus à un génocide, puisque les Palestiniens sont piégés dans la bande sans issue - sont accusés d’antisémitisme et d’antisionisme, comme si les deux termes étaient identiques, et même lorsque le massacre du 7 octobre est condamné. La plupart des gouvernements de l’UE, dont le nôtre, refusent de reconnaître l’État palestinien.

C’est ainsi que les dissidents ont été dénigrés pendant la campagne électorale : le Mouvement 5 étoiles et celui de Michele Santoro en Italie, la Gauche de Mélenchon en France, Podemos en Espagne, l’Alliance de Sahra Wagenknecht en Allemagne. Sur la guerre, il est plus que jamais difficile de faire la part des choses entre l’ancienne gauche, les centristes, la droite des Populaires (Forza Italia), les conservateurs (Meloni) et les Verts, notamment chez les Allemands.

Le cas le plus spectaculaire est celui de la France. Le Parti socialiste a choisi comme leader un fervent néo-conservateur : Raphaël Glucksmann prône une économie de guerre, une épreuve de force militaire avec Moscou, un fonds de défense européen commun de 100 milliards, et la saisie non seulement des profits mais de la quasi-totalité des fonds russes gelés dans les banques européennes ("206 milliards d’euros, à destination de la résistance ukrainienne").

Comme les néoconservateurs américains et une partie de l’administration Biden, il escamote le dépeuplement de Gaza et prédit un affrontement dur avec la Chine de Xi Jinping. Les appels des socialistes européens à la préservation de l’État-providence, du salaire minimum, à l’extension des dépenses de santé et des dépenses sociales, et à des politiques plus accueillantes pour les migrants, sont vides de substance si tout l’argent et les investissements vont à l’économie de guerre et à l’Europe de la défense. Glucksmann pourrait être choisi par l’ancienne gauche française comme candidat à la succession de Macron, dans le duel de 2027 avec l’extrême droite représentée aujourd’hui par Marine Le Pen : tant la vision géopolitique socialiste est proche de celle de l’actuel président. Macron est même accusé d’avoir trop tardé, au début de l’invasion de l’Ukraine, lorsqu’il a suggéré à ses partenaires occidentaux de "ne pas humilier Poutine".

Si nous évoquons l’exemple français, c’est parce que la stratégie américaine sur l’Ukraine et la Russie est mise en œuvre en pensant après coup à l’Europe. L’hégémonie exercée par l’Allemagne sur l’Union européenne a été mise à mal ces deux dernières années, sa dépendance au gaz et au pétrole russes quasiment réduite à néant, son poids économique et géopolitique fortement diminué. Les gazoducs North Stream 1 et 2 semblent avoir été détruits par des mains ukrainiennes et/ou américaines.

Le vide allemand a été progressivement comblé par Macron, qui a multiplié entre 2023 et 2024 les relations avec le front des États les plus anti-russes, en Europe du Nord et de l’Est, et avec le Royaume-Uni hors de l’Union. La Hongrie d’Orbán ne fait pas partie de ce front et met en garde contre une Europe "prête à partir en guerre contre la Russie". L’ennui, c’est que ses critiques touchent également les politiques climatiques de l’UE, qui ont entre-temps été considérablement édulcorées.

En Italie, le Parti démocrate d’Elly Schlein est divisé sur les guerres en Ukraine et en Palestine. La secrétaire aimerait voir le parti évoluer vers la gauche, et c’est peut-être pour cette raison qu’elle a nommé des opposants à la guerre comme Marco Tarquinio, qui, on le comprend, plaide également pour la dissolution de l’OTAN, étant donné la disparition du Pacte de Varsovie depuis 91. Il reste que les députés du PD ont de plus en plus approuvé les nombreuses résolutions militaristes et anti-russes du Parlement. Les votes contre étaient au nombre de deux ou trois, jusqu’à ce qu’ils disparaissent complètement.

Le mot d’ordre de l’Union est emprunté à Washington et à l’OTAN : invoquée n’est pas la "souveraineté européenne" utilisée comme maquillage par Mattarella et Macron, mais l’ordre international fondé sur des règles. Ces règles sont fixées par le pays qui les a le plus enfreintes depuis 1947 : les États-Unis et l’appareil militaro-industriel devenu secret depuis cette année-là, ainsi que l’appareil de renseignement, grâce au National Security Act. Il les a brisés par des menaces, des sanctions, des interventions militaires, des changements de régime, sur une planète qui prétend se gouverner elle-même - après la fin de l’URSS - et qu’il ne peut plus dominer. En Europe, elle a rompu toutes les promesses faites à Gorbatchev en planifiant l’extension de l’OTAN jusqu’aux portes de la Russie (Ukraine et Géorgie).

L’Europe se tait et acquiesce, agissant contre ses propres intérêts avec de plus en plus de ferveur et sans s’investir dans l’ordre multipolaire émergent. Ursula von der Leyen, présidente belliqueuse de la Commission européenne, est à la tête du parti de la guerre unique. Les choses ne changeront peut-être pas si Mario Draghi prend sa place. Les 8 et 9 juin et les années à venir en décideront : le déclin de l’unipolarité étasunienne s’accompagnera ou non du déclin et de la servitude d’une Europe unie.

— 

Barbara Spinelli a été chroniqueuse pour La Repubblica. Experte en politique internationale, elle a été élue en 2014 au Parlement européen, candidate avec la liste L’Altra Europa con Tsipras. Elle est vice-présidente de la Commission des affaires constitutionnelles du Parlement européen, membre de la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, membre de la Délégation à la commission parlementaire de coopération UE-Russie, de la Délégation pour les relations avec Israël et de la Délégation à l’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée.

»» https://italienpcf.blogspot.com/2024/06/ue-oui-ou-non-au-parti-unique-de-la.html
URL de cet article 39675
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Désobéissons à l’Union européenne !
Aurélien BERNIER
Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l’environnement, refus de la démocratie... Après l’adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l’Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l’idéal de solidarité entre États vole aujourd’hui en éclat. Une vague d’austérité sans précédent déferle sur l’Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers. Faut-il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.

Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.

Le quatrième jour, je serais assassiné.

William Blum

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.