RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Ukraine, partie prenante de la bataille mondiale du lithium

De la part de l’unité spéciale du Pentagone pour la stabilité commerciale...

“La bataille du lithium”, un article sous ce titre fut publié par le journal italien Giornale, décrivant le conflit qui a éclaté en Espagne, où a été découvert le plus grand gisement de lithium d’Europe dans la vallée Valdeflores. L’entreprise multinationale australienne Infinity Lithium devait y construire une mine d’extraction du métal, mais le projet a été bloqué en justice grâce à l’action de protestation de résidents locaux.

Le lithium est un métal léger et assez rare ayant de profondes propriétés ressemblant au plastique. On l’appelle le métal du futur. Le lithium est utilisé dans l’ingénierie de la production d’énergie nucléaire (une source de production de tritium), dans la fabrication des batteries et piles à ion-lithium de la téléphonie cellulaire 8la plus grande part de la production de ce métal y est consommée), Dans l’aviation et l’aéronautique, dans la fabrication de matériaux pour laser, en médecine, dans l’industrie métallurgique et autres industries. (NdT : les batteries pour voitures et véhicules électriques, les compteurs dits “intelligents”...)

Les réserves totales mondiales connues de lithium sont de moins de 50 millions de tonnes. De cette réserve, 10 millions de tonnes sont en Argentine, 9 en Bolivie, 8,5 au Chili, 7 en Chine, 6,5 aux Etats-Unis, 5 en Australie. La Russie est dépendante d’importations de lithium. En 2019, la Russie a acheté 61 tonnes de ce métal, dont 41 tonnes du Chili, 14 tonnes d’Argentine et 6 tonnes de Chine. Comme expliqué par le conseil de la fédération russe, le Chili et l’Argentine (NdT : vassaux serpillères des EU) ont arrêté leurs livraisons de lithium brut vers la Russie.

Oui, il y a d’autres sources de lithium disponibles pour la Russie et son industrie. “Voulez-vous savoir pourquoi nous sommes toujours coincés en Afghanistan ?” A demandé il y a quelque temps le publicitaire J. Ventura dans l’émission de TV “Tonight with Pierce Morgan”, expliquant les raisons de l’invasion étasunienne de ce pays. Il répondit : “Nous sommes là-bas pour le lithium afin de continuer à vivre comme nous le faisons. Maintenant vous pouvez raconter toutes les fables que vous voulez au sujet d’apporter la “démocratie” au monde...”

Il y a de grandes réserves de lithium en Afghanistan (NdT : et sans aucun doute au Congo et autres pays africains aux sous-sols si riches, mais jusqu’ici personne n’en parle...). En 2014, Centar American a commencé l’exploration pour le lithium dans la province du sud-est de Ghazni. La recherche afghane fut commissionnée par la Task Force for Business Stability Operations (TFBSO) du Pentagone. Celle-ci a estimé la valeur des réserves de lithium en Afghanistan de l’ordre de 60 milliards de dollars. Après le retrait en hâte des forces d’occupation étasunienne de ce pays, la Chine s’est empressée de devenir le principal concurrent pour le développement des ressources minérales d’Afghanistan. La Russie est aussi en train d’établir une coopération avec le gouvernement afghan.

Il y a aussi de larges réserves de lithium en Ukraine, où trois dépôts naturels explorés sont localisés ayant une capacité d’exploitation de 5 millions de tonnes. Il y a le gisement de Polokhovskoye près de Kirovograd, Shevchenkovskoye (région de Donetsk) et la mine de Krutaya Balka entre Marioupol et Berdiansk, le gisement de Shevchenkovskoye est à 10km de Vouhledar (57 km au sud-ouest de Donetsk). En 2017, ces gisements furent transférés pour 20 ans à des personnes associées à Petro Porochenko. La famille Biden est aussi intéressée dans le lithium ukrainien avec le fils Hunter et le père Joseph “Joe le dormeur”.

Dans le même temps, la Russie possède sa propre réserve de lithium, jusqu’ici de l’ordre de 5 millions de tonnes. Elles ne furent jamais exploitées par la fédération de Russie qui préfère acheter les matières premières en quantités vraiment importantes de l’étranger (NdT : pour préserver ses propres ressource pour les moments difficiles...). Il y a au moins trois entreprises dans le pays capables d’organiser la production de lithium et de ses composants. Nous parlons des usines de Krasnoyarsk, Novosibirsk et de la région de Toula. Un gisement se situe dans la région de Mourmansk, le lithium est aussi exploré dans la région des champs gaziers de Kovykta dans l’Est de la Sibérie. Néanmoins, la production demeure très faible. Ce n’est qu’en octobre 2021 que le patron de l’agence fédérale russe Subsoil Use, Evgueny Petrov, a promis que 17 sites ayant des gisements de lithium seraient immédiatement mis sous licence d’exploitation.

En Russie, en plus de la Sibérie orientale, il a d’autres gisements de grande importance dans la région de Mourmansk. D’après le magazine Expert, les possibilités pour la Russie de cesser d’être dépendante en terme de lithium ne sont pas mauvaises du tout.

= = =

En novembre 2019, nous avions publié « Chine et Etats-Unis, la géopolitique du lithium » de F. William Engdahl

Avril 2022

Url de l’article original :
https://www.veteranstoday.com/2022/04/22/the-battle-for-lithium/

 Traduit de l’anglais par Résistance 71 

»» https://resistance71.wordpress.com/2022/05/06/ukraine-partie-prenante-...
URL de cet article 37999
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB.

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.