RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Une valse hypocrite autour de Julian Assange

Alors que le journaliste attend d’être fixé sur son sort, il faut contrer un nombre important de commentaires et d’informations erronés ou fallacieux.

Si la couverture médiatique des dernières audiences à Londres dans le procès en extradition de Julian Assange a, dans l’ensemble, été correcte, elle a cependant donné lieu, à nouveau, à un nombre important de commentaires et d’informations erronés ou fallacieux.

En effet, avant un rappel souvent timide de la nécessité de préserver la liberté d’expression, d’informer et le droit d’être informé, plusieurs chroniqueurs et journalistes, en Belgique, France et ailleurs, persistent à évoquer la personnalité jugée “controversée” d’Assange – sans préciser par qui elle est controversée –, ou à rappeler des affaires passées ou scandales qui auraient “terni son image”. Ils omettent cependant de préciser d’une part que ces “affaires” n’ont rien à voir avec le dossier au cœur du procès en extradition, et, d’autre part, que l’on sait désormais qu’il s’agit de manipulations de l’information, voire d’informations fausses, destinées à détruire ou salir Julian Assange.

Il est lassant de devoir sans cesse remettre les choses au point, de devoir au coup par coup rétorquer à des affirmations sans fondement par une réponse argumentée et documentée, mais qui souvent peine à faire évoluer l’image que construisent d’Assange ces commentateurs, par ignorance du dossier ou pour d’autres raisons que nous ignorons, sans doute moins avouables. Le mal est fait.

Non, Julian Assange n’est pas un lanceur d’alerte. Il était l’éditeur du site Wikileaks, un média d’information d’ailleurs reconnu comme tel y compris par un tribunal américain. Il est aussi un journaliste, doté des reconnaissances de l’association australienne des médias et de la fédération internationale de journalistes. Enfin, lui et Wikileaks ont reçu de nombreux prix de journalisme. Il n’est pas lanceur d’alerte, Wikileaks était le diffuseur des documents confiés par des lanceurs d’alerte. Les chroniqueurs qui dénient à Assange la qualité de journaliste contribuent en réalité, volens nolens, à diffuser le raisonnement fallacieux des États-Unis, qui se fonde précisément sur cet argument pour ne pas lui accorder la protection reconnue aux journalistes.

Manipulations établies

Non, Julian Assange n’a jamais été accusé, poursuivi ou condamné pour agression sexuelle et ou viol en Suède. Si un dossier a bien été ouvert en 2010, il a été refermé plus tard sans aucune suite ni preuve, et le laisser sciemment ouvert et le prolonger sans raison fut un des outils de la persécution d’Assange. Les manipulations dans ce dossier sont établies, notamment par Nils Melzer, le rapporteur spécial des Nations Unies pour la torture et les mauvais traitements, auteur d’un livre dont nous ne pouvons que conseiller la lecture (1).

Non Julian Assange et Wikileaks n’ont pas voulu ou entraîné la victoire de Donald Trump en 2016. La publication, à l’été 2016, d’emails de la campagne d’Hillary Clinton – tous rigoureusement authentiques – n’a sans doute pas servi la candidate démocrate, dont un visage peu reluisant était révélé. Mais quels électeurs ne voudraient pas être informés avec rigueur des positions de candidats à une élection ? En tout état de cause, Hillary Clinton était déjà fort dévalorisée par le scandale de sa messagerie privée – d’autres emails souvent confondus avec les précédents par les observateurs, alors que Wikileaks n’a rien à voir avec cette affaire.

Aucune preuve

Non, Julian Assange n’est pas proche des Russes ou de Vladimir Poutine. Cette soi-disant proximité avec la Russie est une fable, un chapitre du récit fabriqué par Hillary Clinton et son équipe pour expliquer leur défaite (le “Russiagate”, gonflé par de nombreux médias américains qui ont fait machine arrière depuis). Aucune étude n’est d’ailleurs venue corroborer cette thèse. Hillary Clinton avait 3 millions de voix d’avance sur Trump, et c’est avant tout le système électoral américain qui a joué en sa défaveur : elle a perdu dans quelques États où les démocrates avaient fort déçu.

Non Julian Assange n’est pas un hacker qui aurait piraté les ordinateurs – du Pentagone, du Département d’Etat, du parti démocrate ou autre – d’où Wikileaks tirait les documents diffusés. Le fonctionnement de Wikileaks le proscrivait d’ailleurs formellement.

Non, la publication des carnets de guerre afghans et irakiens par Julian Assange et WikiLeaks n’a pas entraîné de dommages physiques pour des personnes. Les États-Unis n’ont jamais produit aucune preuve à cet égard. Les journalistes témoins cités au procès, qui ont participé à la préparation des publications, ont attesté des efforts énormes d’Assange pour purger les documents d’informations “délicates” en termes de sécurité des personnes.

Oui, les câbles de la diplomatie américaine ont été publiés sans purge. Mais… c’était parce qu’une très grave imprudence de journalistes du Guardian avait ouvert l’accès à ces documents à d’autres médias qui, malgré des appels d’Assange à ne pas le faire, les avaient publiés avant que Wikileaks ait fini de les purger. Une partie de ces rapports avaient en réalité déjà été publiés, purgés, en collaboration avec d’autres médias. Prévenues du problème, les autorités américaines ont rejeté les propositions de collaboration d’Assange pour une purge complète du reste des câbles. Dans l’urgence, Julian Assange et WikiLeaks ont décidé de publier eux-mêmes les documents en l’état afin d’alerter d’éventuelles personnes mises en difficulté par ces informations.

Stupéfaction

Non, Julian Assange n’a jamais révélé ses sources. Chelsea Manning a été démasquée via un informateur du FBI avec qui elle était entrée en correspondance sur un forum internet.

Enfin, nous ne cacherons pas aussi notre stupéfaction d’avoir entendu une avocate pénaliste, chroniqueuse occasionnelle, invoquer les “garanties de bon traitement carcéral et de suivi psychologique” d’Assange dans les prisons américaines vers lesquelles il risque d’être extradé. Non seulement de telles garanties arbitraires et grotesques ont été pulvérisées par les critiques de nombreuses ONG spécialisées, mais en outre nous ne voyons pas pourquoi Assange devrait passer ne fût-ce qu’un seul jour dans une prison américaine, et même dans une prison tout court, après avoir déjà été injustement privé de liberté depuis plus de douze ans !

Ce double langage de certains chroniqueurs et journalistes – “on préférerait qu’il ne soit pas extradé mais on ne l’aime quand même pas” – demeure difficile à comprendre. Non seulement les raisons de cette hostilité sont infondées mais elle affaiblit le rassemblement urgent et indispensable autour de l’objectif fondamental pour tous les journalistes : empêcher absolument l’extradition d’Assange. Car demain, c’est chacun d’entre eux/elles dont l’extradition pourra être exigée par les États-Unis pour avoir publié des informations qui leur déplaisent.

Marc Molitor
ancien journaliste, du Comité Free Assange Belgium et de Belgium4assange

(1) Nils Melzer, “L’affaire Assange – Histoire d’une persécution politique”, Ed. Critiques, 2022.

»» https://www.lalibre.be/debats/opinions/2024/03/02/une-valse-hypocrite-...
URL de cet article 39421
  

Même Thème
L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si Eve avait écrit la Genèse, que serait la première nuit d’amour du genre humain ? Eve aurait tout clarifié et dit qu’elle n’était pas née d’une côte, qu’elle ne connaissait aucun serpent, qu’elle n’a offert des pommes à personne et que Dieu ne lui a jamais dit qu’elle accoucherait dans la douleur et que son mari la dominerait. Que tout ça ce sont de purs mensonges qu’Adam a raconté à la Presse.

Eduardo Galeano

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.