Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

15 

WikiJustice Julian Assange - déclaration

Ce comité a été créé dans l’urgence, à l’initiative de journalistes, de juristes et de citoyens soucieux de préserver le droit de la liberté d’information et d’expression, pour défendre et porter secours au Journaliste-éditeur australien Julian Assange dont les droits fondamentaux ont été violés par la Suède, l’Equateur, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Julian Assange n’est coupable d’aucun crime. Aucune charge n’est retenue contre lui. Julian Assange est un prisonnier politique.

Julian Assange a fondé Wikileaks en 2006, un organe de presse qui prône la transparence dans la gestion des affaires des états et une liberté totale de l’information. Il est resté rédacteur en chef de Wikileaks jusqu’en 2018, date à laquelle le gouvernement équatorien de Lenin Moreno l’a coupé de tout contact avec l’extérieur et placé à l’isolement. Wikileaks et Julian Assange ont révélé des crimes de guerre commis par l’armée américaine en Afghanistan, le financement de DAECH par la fondation Clinton, les tortures pratiquées à Guantanamo ainsi que l’espionnage, par la CIA, du gouvernement Hollande qui lui refusera tout de même l’asile politique après seulement 50 minutes de réflexion.

100% des informations publiées par Wikileaks sont incontestables et incontestées.

La Suède, l’Équateur, le Royaume Uni et les USA persécutent Julian Assange pour avoir porté à la connaissance du grand public un crime de guerre commis par l’armée américaine en Irak (Collateral murder), crime qui lui a été révélé par la militaire lanceuse d’alerte Chelsea Manning, elle-même persécutée, emprisonnée, torturée abusivement, à maintes reprises, par le gouvernement des États-Unis.

En persécutant Julian Assange, la Suède, l’Équateur, le Royaume Uni et les USA ont violé la déclaration universelle des Droits de l’Homme, le Pacte des Droits civiques et politiques, leur droit territorial, le Ruling de l’ONU de 2016 qui exigeait la libération, l’indemnisation et la mise en lieu sûr de Julian Assange et enfin, l’article 7 du statut de Rome (CPI). Ils sont tous coupables de crime contre l’Humanité.

Les Faits

La Suède

En Avril 2010, Julian Assange et Wikileaks ont publié Collateral murder (crime de guerre perpétré par l’armée Américaine en Irak contre des civils, dont deux journalistes et un enfant) et en Juillet 2010 des journaux de guerre concernant l’Afghanistan.

C’est après avoir publié ces crimes que Julian Assange se rend en Suède pour mettre en place une stratégie juridique visant à protéger les serveurs de Wikileaks, ses publications et ses sources. Alors que Julian Assange est en Suède, toutes les cartes bancaires de Wikileaks et ses cartes bancaires personnelles font l’objet, d’un blocus (Déclaré illégal par la cour suprême d’Islande) de la part des États-Unis. L’administration Obama a engagé une procédure pénale contre Wikileaks et Julian Assange. L’enquête est menée par le FBI, la CIA ainsi qu’une douzaine d’autres agences. Le grand jury s’est réuni à plusieurs reprises à huis clos pour déterminer des chefs d’accusation permettant d’emprisonner Julian Assange et tous ceux qui participent au fonctionnement de Wikileaks. Les États-Unis ont organisé une vaste chasse à l’Homme pour l’arrêter. Julian Assange, seul en Suède, sans point de chute, sans argent, traqué par les agences de sécurité américaine est secouru par une femme avec laquelle il aura des relations sexuelles consenties.

Cinq jours plus tard, il découvre dans les tabloïds, qu’il fait l’objet d’une plainte pour viol. Il se met à disposition de la police suédoise. Le 25 Août 2010, le procureur de Stockholm, Eva Finné mène l’enquête préliminaire et clos le dossier au motif qu’il n’y a pas eu viol.

Julian Assange, innocenté par l’enquête préliminaire, quitte la Suède en toute légalité.

Une semaine plus tard, le procureur Marianne Ny rouvre sans raison une deuxième enquête préliminaire et demande l’extradition pour la Suède (demande jugée excessive et inutile par l’ONU) de Julian Assange, qui est alors au Royaume-Uni. Mais, en parallèle, elle refuse de prendre sa déposition. Le procureur Marianne NY, violant la loi suédoise (une enquête préliminaire doit être rapide) a maintenu l’enquête préliminaire ouverte pendant six ans alors que Julian Assange avait été innocenté par l’enquête préliminaire précédente menée par le procureur Eva Finné et se tenait à sa disposition pour faire une déposition.

En 2012, persécuté par le Gouvernement du Royaume-Uni qui refuse de lui donner l’assurance qu’il ne sera pas extradé vers les Etats-Unis, Julian Assange se réfugie dans l’Ambassade d’Équateur pour y demander l’asile politique. Cet asile politique lui sera accordé avec la nationalité équatorienne, par le président Raphael Correa, pour le protéger de l’extradition vers les États-Unis où l’attendent un procès à huis clos pour espionnage, la torture, la perpétuité à Guantanamo voire la peine de mort.

En violation du droit international, la Suède ne reconnaît pas la nationalité équatorienne de Julian Assange, ni son asile politique, et refuse de lui assurer qu’il ne sera pas extradé vers les USA s’il retourne à Stockholm pour témoigner. Mais la Suède refuse également de prendre sa déposition par tout autre moyen que ce soit alors que c’est possible.

En violation du droit international, la Suède impose une privation de liberté préjudiciable à Julian Assange, assortie d’un traitement cruel, inhumain et dégradant (violation de l’article 7 du pacte relatif aux droits civils et politiques).

20 novembre 2014, le procureur Marianne Ny est rappelée à l’ordre par la cour d’appel de Svea. A la suite de ce rappel à l’ordre, le procureur Marianne Ny va accepter de prendre la déposition de Julian Assange… Deux ans plus tard, en 2016.

En violation du droit international, la Suède a interdit aux avocats de Julian Assange, et à ce dernier, d’avoir accès aux pièces du dossier. Elle les a également empêché de l’assister dans sa déposition. La Suède a refusé que soient lus les SMS échangés avec la plaignante qui prouvaient pourtant son innocence.

En violation du droit suédois (chapitre 23, section 4 du code suédois), la procureur Marianne Ny a publié une quarantaine de communiqués de presse dans lesquels le nom de Julian Assange apparaissait laissant planer un doute sur sa culpabilité alors qu’il avait été innocenté par l’enquête préliminaire menée par le procureur Eva Finné et qu’aucune charge ne pesait contre lui.

A ce jour, Julian Assange ne fait l’objet d’aucune poursuite pour viol en Suède. Il est innocent de tout crime.

La Suède démontre qu’elle s’acharne sur Julian Assange pour des motifs politiques en rouvrant une troisième enquête préliminaire au motif qu’elle « n’a pas pu faire d’enquête » (Il y a en eu deux : la première a conclu à l’innocence de Julian Assange ; la deuxième a été logiquement close par abandon des charges, puisque la première n’avait trouvé aucun fait alléguant d’un viol.). Pour aucun violeur, même multi récidiviste, un pays ne rouvre une enquête close, surtout s’il n’y a aucune pièce incriminante dans le dossier.

Tout porte à croire, au regard de cette troisième réouverture d’enquête préliminaire, qu’il y a eu entente entre la Suède, l’Équateur, le Royaume-Uni et les USA, donc collusion et préméditation, pour traquer, emprisonner, torturer et empêcher Julian Assange de rendre publics des crimes de guerre et d’informer les populations civiles.

Tout porte à croire, au regard de cette réouverture d’enquête au motif ubuesque, que la Suède prête main forte à l’Angleterre pour maintenir Julian Assange en prison, le livrant à la torture, et pour faciliter son extradition vers les USA par deux chemins différents soit via la Suède, soit via le Royaume Uni, voire les deux. La CPI doit diligenter une enquête en urgence pour faire la lumière sur ce qui s’apparente à un comportement mafieux à l’échelle de certains états et de certains gouvernements.

En violation du Ruling de 2016 qui intimait l’ordre à la Suède et au Royaume-Uni de libérer, d’indemniser et de conduire Julian Assange en lieu sûr, la Suède s’est rendue coupable de crime contre l’Humanité (Article 7 statut de Rome).

L’Équateur

Le gouvernement équatorien a violé la convention de Genève (article 32 et 33) et les autres lois relatives à l’asile et aux Droits de l’Homme en retirant l’asile politique et la nationalité équatorienne à Julian Assange. Aujourd’hui, à cause de Lenin Moreno, aucun réfugié politique n’est plus en sécurité nulle part.

Le gouvernement équatorien a pratiqué la torture et, de fait, violé l’article 7 du statut de Rome, en privant Julian Assange d’air frais, de lumière, d’exercice, de tout contact avec le monde extérieur, de soins médicaux et de médicaments, en le filmant jour et nuit pour l’espionner, en le mettant à l’isolement 60 heures par semaine ainsi qu’en le privant d’air et de lumière,

Le gouvernement équatorien expose Julian Assange à la torture et à la peine de mort, en lui retirant toute protection, et en le livrant au gouvernement anglais afin qu’il soit extradé vers les USA.

Rappelons que Julian Assange est un journaliste éditeur qui n’est coupable d’aucun crime sauf celui d’avoir porté à la connaissance du grand public des crimes de guerre et des malversations d’état.

Pour tous ces chefs d’accusation, le gouvernement équatorien doit répondre de crime contre l’Humanité en vertu de l’article 7 du statut de Rome (CPI). Nous rappelons que le gouvernement équatorien a violé le Ruling de l’ONU de 2016 contre le Royaume Uni et la Suède notamment pour détention arbitraire.

Par ailleurs, suite à des publications récentes, tout porte à croire :

• Que Lenin Moreno a été rétribué par les USA pour déchoir Julian Assange de l’asile
politique et de la nationalité équatorienne,

• Que Lenin Moreno a calomnié et agit illégalement pour justifier la déchéance de la nationalité équatorienne de Julian Assange,

• Que Lenin Moreno a confisqué toutes les affaires et les biens de Julian Assange pour les vendre ou les remettre aux USA violant les droit de l’homme, la règle de la protection des sources et de la propriété intellectuelle,

• Que le gouvernement équatorien, en filmant les documents des avocats de Julian Assange et en les portant à la connaissance des États-Unis, moyennant finance, a notamment violé le secret professionnel et compromis sa défense,

• Que les images de la vie privée de Julian Assange qui était filmé 24h sur 24, y compris dans ses moments les plus intimes, ont été proposées à la vente. C’est une violation grave des droits fondamentaux d’un individu. Le Gouvernement équatorien doit expliquer comment ces images sont sorties de l’Ambassade et ont été mises à la vente. A ce jour, à notre connaissance, le gouvernement équatorien n’a apporté aucune explication à ce sujet.

Une enquête doit donc être diligentée par la CPI et l’ONU pour faire la lumière sur ces faits qui, d’une gravité sans précédent, portent atteinte aux droits fondamentaux d’un individu et à l’intégrité humaine.

Le Royaume-Uni

Depuis 2012, le Royaume-Uni menace Julian Assange de kidnapping et d’extradition. Il viole le droit d’asile en encerclant Julian Assange et en le contraignant à rester dans l’Ambassade d’Équateur.

Or, en vertu du Ruling de 2016 (ONU), le Royaume-Uni avait obligation de reconnaître
l’asile et de laisser Julian Assange circuler librement.

Le Royaume-Uni a violé toutes les lois afférentes aux Droits de l’Homme et se rend complice de persécution politique en n’indemnisant pas Julian Assange pour des années d’enfermement qu’il n’aurait pas du faire, puisque n’étant coupable d’aucun crime, en désobéissant aux directives de l’ONU qui lui ordonnait de le faire et en ne lui accordant pas l’asile politique pour le protéger d’une extradition vers les USA où l’attendent un procès pour espionnage, la torture, une incarcération à perpétuité voire la peine de mort.

Le gouvernement du Royaume-Uni a violé les droits fondamentaux de Julian Assange en le kidnappant dans l’ambassade d’équateur, comme il l’en menaçait depuis 2010, et pratiqué la torture en l’incarcérant dans une prison pour terroristes - du nom de Belmarsh, surnommée la Guantanamo britannique - en le plaçant à l’isolement 23 h sur 24, en lui interdisant toute visite, y compris celle de ses avocats et de médecins, et en le privant de lecture ainsi que de toute autre activité.

Julian Assange est un journaliste multi primé, pressenti plusieurs fois pour le prix Nobel de la paix - cette année encore en 2019 - innocent de tout crime. Le dernier prix reçu par Julian Assange est le prix Daphné Galizia. Il lui a été décerné, en avril 2019, par le parlement européen en l’honneur de son travail en faveur de la paix et de la défense de la liberté d’information. C’est Mairead Corrigan, lauréate du prix Nobel de la paix en 1976, qui a reçu ce prix pour Julian Assange puisqu’il est abusivement incarcéré et torturé en Angleterre.

Au regard de toutes ces violations du droit international, le gouvernement du Royaume-Uni relève du crime contre l’Humanité, tel que défini dans l’article 7 du statut de Rome (CPI). Si le gouvernement britannique extrade Julian Assange, il violera son droit national qui lui interdit d’extrader un individu risquant torture et peine de mort. Si le Royaume-Uni extrade Julian Assange, plus aucun citoyen britannique ne sera plus protégé par la loi de son pays.

Si un pays se permet de telles dérives, sans que la communauté internationale ou les citoyens ne réagissent, qui empêchera nos pays respectifs de faire de même à l’avenir ?

Le Gouvernement Américain et les États-Unis

Les USA violent les droits fondamentaux de la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, en
l’incarcérant pour la contraindre à témoigner contre Wikileaks et Julian Assange. Le seul crime de Chelsea Manning est d’avoir porté à la connaissance des populations civiles un crime de guerre impliquant des civils dont des journalistes et un enfant. Elle n’a fait que ce que la loi lui prescrivait de faire. Quiconque est témoin d’un crime de guerre a le devoir de le dénoncer.

Le gouvernement américain et les États-Unis violent les droits fondamentaux de Julian Assange et le premier amendement de leur constitution, en exigeant qu’il soit extradé, en l’accusant d’espionnage, en l’inculpant et en le traduisant devant un grand jury. Un individu traduit devant un grand jury n’a accès ni aux pièces de l’accusation, ni a une défense. Les débats se font à huis clos.

Rappelons une nouvelle fois que Julian Assange est un journaliste éditeur qui n’a fait que son métier en portant à la connaissance du grand public des crimes de guerre et des malversations d’état. Il n’a jamais travaillé aux États-Unis. Ce n’est pas un citoyen américain. Ce n’est ni un terroriste, ni un criminel.

Le gouvernement américain et les États-Unis, en jugeant Julian Assange pour espionnage, entravent toute l’enquête nationale et internationale pour crime de guerre accomplie par les journalistes de Wikileaks. Les États-Unis empêchent que les coupables de ces crimes de guerre soient déférés devant la justice pour répondre de leurs actes. Le gouvernement américain et les États-Unis font obstruction à la justice et aux autorités internationales compétentes à se saisir du dossier.

Le gouvernement américain et les États-Unis tentent également de réduire au silence tous les lanceurs d’alerte et journalistes, au niveau international. Donald Trump ne s’en cache pas. Il a dit qu’il viendrait chercher n’importe où dans le monde, n’importe quel journaliste qui nuirait à ses actions pour l’empêcher d’agir.

Au regard de toutes ces violations des droits fondamentaux de Julian Assange, le
gouvernement américain et les USA se sont rendus coupables de crime contre l’humanité tel que défini dans l’article 7 du statut de Rome (CPI). Ce crime contre l’Humanité est aggravé par un crime de guerre révélé au grand public par le journaliste éditeur Julian Assange et Wikileaks.

Aucun pays démocratique ne peut tolérer de tels manquements à la loi et à l’état de droit car en violant les droits fondamentaux de Julian Assange, la Suède, l’Équateur, le Royaume-Uni et les USA mettent en péril tous les citoyens du monde. Ils violent une liberté fondamentale sans laquelle toutes les autres libertés sont illusoires : la liberté d’informer.

Les exigences du Comité WikiJustice Julian Assange

Julian Assange a respecté à la lettre les droits et les devoirs des journalistes tels que définis dans la Charte de Munich de 1971. Il a publié des documents dont la véracité est incontestable et incontestée. Il a protégé ses sources. Il a dénoncé des crimes de guerre au risque de sa vie.

Julian Assange est innocent de tout crime. Il a juste fait correctement son travail de journaliste.

Par contre, la Suède, l’Équateur, le Royaume-Uni, et les USA ont manifestement violé toutes les lois du droit international pour emprisonner, torturer et empêcher Julian Assange d’informer le grand public de crimes et de malversations politiques qui mettent en péril la souveraineté des états, la sécurité des peuples et la justice. La vérité et la transparence des affaires de l’état, voulues par Assange, n’en sont-elles pas les garants ?!

Que peut réserver à Julian Assange un pays dont un ancien directeur de la CIA, Mike Pompeo, avoue sans vergogne qu’il a menti, triché, volé et qu’il était entraîné pour le faire. Rien ! Sauf une parodie de procès.

En conséquence, le comité WikiJustice Julian Assange exige la relaxe immédiate de Julian Assange, son indemnisation et son accueil dans un pays où il pourra vivre et travailler en toute sécurité.

Le comité WikiJustice Julian Assange en appelle aux articles 1 et 14 de la Déclaration universelle des droits de l’homme (ONU 1966), aux articles 9 et 19 du Pacte International Relatif aux Droits civils et Politiques (ONU 1976) afin que Julian Assange soit immédiatement libéré et protégé.

Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

Article 1 : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 14 : Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.

Pacte International des Droits Civils et Politiques

Article 9 : Tout individu a droit à la liberté et à la sécurité de sa personne. Nul ne peut faire l’objet d’une arrestation ou d’une détention arbitraire. Nul ne peut être privé de liberté si ce n’est pour des motifs, et conformément à la procédure prévue par la loi.

Article 19 ( 1 et 2) : Nul ne peut être inquiété pour ses opinions. Toute personne a droit à la liberté d’expression : ce droit comprend la liberté de recherche, de recevoir et de répandre des idées de toutes espèces, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen de son choix.

Le comité WikiJustice Julian Assange demande à l’ONU d’appliquer toutes les sanctions nécessaires à la Suède, l’Équateur, le Royaume-Uni et les USA afin de les contraindre à respecter le droit international, le Ruling de 2016 (ONU), à libérer immédiatement Julian Assange, à lui restituer ses affaires, à le conduire en lieu sûr et à l’indemniser.

Le Comité WikiJustice Julian Assange demande à l’ONU de prendre des mesures drastiques pour que la lanceuse d’alerte Chelsea Manning soit protégée, pour que l’informaticien Ola Bini soit libéré, que tous les journalistes et lanceurs d’alerte bénéficient d’une protection inviolable constante dans le monde entier et d’un secours sans faille de la part des autorités compétentes. La liberté d’informer est un droit constitutionnel.

Le Comité WikiJustice Julian Assange demande à la CPI d’ouvrir une enquête, de poursuivre et de condamner La Suède, l’Équateur, le Royaume-Uni, et les USA pour violation du Droit international, de la convention de Genève, du Pacte relatif aux Droits Civils et politiques et pour persécution d’un groupe identifiable (journalistes et lanceurs d’alerte) à l’échelle mondiale pour des raisons politiques (article 7 du statut de Rome), donc pour crime contre l’Humanité.

« En défendant WikiLeaks, nous défendons le courage - le courage de ceux qui disent « non » aux tyrans qui cherchent à exercer un pouvoir divin sur les affaires humaines. Fondé et dirigé par Julian Assange, WikiLeaks a fourni aux populations du monde entier un arsenal de vérités sur les guerres et sur la politique, ainsi que sur les objectifs d’un pouvoir hégémonique violent et irresponsable. C’est un véritable journalisme et un principe de liberté si fondamental que sa disparition signerait notre perte à tous. »

John Pilger (Journaliste, scénariste et réalisateur australien)

https://www.facebook.com/WikiJustice-Julian-Assange-330001054302882

Citizens

Serge Adenis (Accessoiriste. Props man )
Maria Isabel Aguirre (Infirmière. Nurse)
Vinciane Allebroeck (citoyenne belge. Belgian citizen)
Thierry Ancey (Retraité. Montpellier. Retired Montpellier)
Dominique Anger (Photographiste. Photographist)
Daniel Apelbaum (Citoyen. Citizen)
Fred Arends (Citoyen. Citizen)
Nilufor Ashtari (Activiste. Activist)
Stephan Audiger (Content Project Manager.
Ghislaine Avan Rubino (Chorégraphe et directrice de la Compagnie Tempo Cantabile.
Choreographer and Director of Tempo Cantabile Company)
Valérie Ayadi (Professeur des écoles. Teacher)
Dominique Babin (Free lance)
Isabelle Baele (Technicienne de surface - Belgique. Cleaning technician – Belgium)
Béatrice Bartoli (Psychologue. Psychologist)
Emmanuel Beaufrère (Fonctionnaire d’état. Public official)
Véronique Bellin du Coteau (AESH)
Francine Benoît (Employée dans un organisme logeur privé. Works for a private
accommodation provider)
Aude Berger (Auteur. Writer)
Marie-Aude Berger (Retraité)
Gilles Bernard (Informaticien. Computer programmer)
Aisha Berthe Neviere (Retraitée)
Hélène Berthet (Retraité. Retired)
Olivier Besancenot (NPA)
Michèle Bizot Castaldi (Maire PCF de la Palud sur Verdon. Mayor PCF of La Palud sur Verdon)
Marine Blake (Actrice)
Danielle Bleitrach (PCF. 13)
Steven Boits (Citoyen engagé)
Frédéric Boccara (Economiste. Membre du CEN du PCF. Membre du Conseil
Économique Social et environnemental (CESE). Economist. Member of the PCF CEN.
Member of the Economic, Social and Environmental Council)
Sylviane Boncompain
Bob Bonastre (Artiste)
Joëlle Bondon (Retraité de l’éducation nationale. Retired teacher)
Léo Bonnemaison (Lycéen. High school student)
Marie-Noëlle Bouchard (Retraitée. Retired)
Charlotte Bousquet (Autrice et scénariste. Author and scriptwriter)
Laurence Brémont (Citoyenne. Citizen)
Jean Bricmont (Professeur émérite de physique. Université de Louvain. Physics professor emeritus – Louvain University)
Agnès Caldero (Enseignante. Teacher)
Pierre Carrelet (Artiste chorégraphe. Marseille. Choreographic artist. Marseille)
Jeannick CATALA (Enseignante d’espagnol. Spanish teacher )
Pierre Campo (Ingénieur à la retraite. Retired engineer)
Philippe Candelon
Sylvette Cauvain ( Infirmière. Nurse)
Claire Cavenaile (Professeur d’art plastique. Art teacher)
Christine Ceccaldi (Aide-soignante. Caregiver Assistant)
Olivier Cellier (Musicien. Ingénieur du son. Musician. Sound engineer)
Stephen Chalk (Traducteur et musicien, militant du PCF. Translator and musician, PCF activist.)
Michaël Chasset (Psychologue clinicien. Clinical Psychologist)
Adeline Chenon Ramlat (Ecrivain. Writer)
Paola Cheron (Institutrice à la retraite. Retired teacher)
Etienne Chouard (Enseignant. Militant politique. Blogueur. Teacher. Political activist.
Blogger )
Vanessa Clemer (Comptable. Nice. Accountant. Nice )
Cynthia Clemer (Asssitante sociale. Belgique . Social worker. Belgium)
Marie-France Colin-Gérôme (Retraitée. Retired)
Catherine Collin (Fonctionnaire territoriale. Montpellier. Territorial official. Montpellier)
Michel Collon (Investig’Action)
Marie-Françoise Cordemans (ex-enseignante, active en Belgique en faveur des
libertés fondamentales et des droits humains, membre du Comité Free Ali Aarrass.
Former teacher, active in Belgium in the promotion of fundamental freedoms and
human rights, member of the Free Ali Aarrass Committee)
Laure Courbey (Therapist)
Jennifer Cramer (Musician)
Anne Crozier (Citoyenne engagée. Committed citizen)
Nicolas Cueto (Testeur de logiciels. Tester de software. )
Néjia Dahmouni (Coordinatrice)
Maria Da Silva (Technicienne de surface. Surface Technician)
Néjia Dahmouni (Coordinatrice)
Line Deschênes
Nicole Delaye (Retraitée)
Victor Dedaj (Le Grand Soir)
Jean-Pierre Denjean (Retraité du Forage pétrolier. Restated from Oil Drilling)
Thierry Dejean (Syndicaliste enseignant. Teaching unionist)
Claire Delstanche (Enseignante retraitée. Retired teacher)
Julien Dréan (Lycéen. High school student)
Séverine de Charette (Professeur. Teacher)
Delphine Demaison (Infirmière. Nurse)
Marie-France Deprez (Citoyenne retraitée. Retired citizen)
Louise Desdouits (Intérimaire.)
Françoise de Salve (Retraitée. Retired)
Aurélie Dewandel (Professeur des lycées professionnels et Gilet Jaune. Teacher and
Yellow Vest)
Fabien Didier (Auteur BD. Dessinateur. Comic book author. Draftsman)
Albin Didon (Etudiant. France. Student. France)
Monique Dits (Retraitée mais active. Retired but active)
Antonella di Stefano (Retraitée. Nice. Retired. Nice)
Julian Dorizon (Electricien marine. Marine electrician)
Païssij Dubuisson (Retraité. Etudie les mathématiques. Retired. Studies mathematics)
Laetitia Duchamp (Coiffeuse. Hairdresser)
Jean Pierre Dumartin (Retraité. Militant syndical, associatif et Citoyen du monde. Retired.Trade union activist, associative and World Citizen)
Sarah Duran (Traductrice. Translator)
Christiane Dusausoit (Taraulogue. Belgium)
Marie Anaïs Dusseux (Pharmacienne. Apothecary)
Carole Duval (Retraitée de l’enseignement. Retired teacher)
Hugues Esteveny (Travailleur social, syndicaliste. Social worker, trade unionist)
Maeve Farias (Editor)
Hélène Fenoy Martinez (Agent de service hospitalier. Hospital Service Officer)
Karine Finix (Infirmière. Nurse)
Fly Rider (Gilet Jaune. Yellow Vest)
Marlène Fox (Citoyenne atteinte de fibromyalgie. Citizen with fibromyalgia)
Mireille Fiore
Krisstel Fresneau (Journaliste. Ksl France. Journalist. Ksl France)
Martine Gaillard (Retraitée indignée. Retired indignant)
Micheline Gambaretti (Intérimaire)
Céline Gaulot (psychanalyste)
Patricia Gellé (Chômeuse ancienne comptable, active dans les gilets jaunes et ce qui
touche à la démocratie. Unemployed former accountant, active in yellow vests and democracy issues)
Linda Genin (Mère au foyer. Housewife mother)
Jean-Marie Guereau (Retraité. Retired)
André Grall (Journaliste. Romancier. Poète. Scénariste. Journalist. Novelist. Poet.
Scriptwriter)
Cyrille Grange (Informaticien. Pour la protection/reconnaissance des lanceurs d’alertes et une presse libre. Computer scientist. For the protection/recognition of whistleblower and a free press)
Patrice Gras (Salarié. Employee)
Ana Gross (Spécialisé en empathie. Specialized in empathy)
Gwenn Cuisenaire (Vétérinaire. Belgique. Veteririan. Belgium)
Fred Guldentops (Employé du secteur public des chemins de fer belges. Public sector
worker at the Belgian railways)
Nicolas Guyot (Artist)
Patricia Girardet (Word citizen)
Alain Halleux (enseignant retraité. Militant politique et syndical belge. Retired teacher.
Belgian political and trade union activist)
Hester Hendriksen (Conseillère en stratégie internationale, aujourd’hui aux commandes d’un gite en Dordogne. International Strategy Advisor, now in charge of a gite in the Dordogne)
Aubin Hellot (Film Director)
Annie Hennedelle (Retraitée)
Alexander Hendriksen (Propriétaire d’un Gite en Dordogne. Owner of a Gite in the Dordogne)
Annie Hierro-Izaguirre (Retraitée. Retired)
Davy Hoyau (Newsnet.fr)
Lucas Iglesias (Directeur financier. Suisse. Chief Financial Officer. Switzerland.)
Sottiri Ioannidou (Entreprenante & performante enthousiaste. Entrepreneurial & enthusiastic performer)
Myriam Karbia (Professeur des écoles. Teacher)
Marlène Karas (Etudiante photographe. Student photographer)
Benedicte Kjobstad (Film production)
Mara Kukpa (Scénariste. Scriptwriter)
Annie Lacroix Riz (Historienne. Historian)
Dominique Lafond (Retraitée. Retired)
Anne Lamand (Retraitée, militante des droits humains. Retired, human rights activist)
Corinne Lange (Autoentrepreneur en design et décoration d’intérieur. Autoentrepreneur in interior design and decoration)
Valérie Laloux (Anthropologue et activiste Bruxelles. Anthropologist and activist 
Brussels)
Vincent Lapierre (Journaliste. Le Média pour tous. Journalist. Media for all)
Marie-Claire Larcelet
Barbara Lavallée (Médecin. Morbihan. France.Doctor. Morbihan. France)
Denise Lacloche (Médecin. Doctor)
Francine Landrain (Actrice. Belgique. Actress. Belgium)
Marcelle Leclerc
Danielle Le Corre (Retraitée de l’éducation nationale. Retired from national education)
Fabienne LEFEBVRE (Membre du Comité Exécutif National du PCF. Member of the
PCF National Executive Committee)
Pascaline Legras Beaujeu (Educateur sportif qui oeuvre pour le bien d’autrui et
l’humanité. Région île de france. Sports educator who works for the good of others and
humanity. Ile de France region)
Angélique Lemaire (Gestionnaire administration des ventes. Sales Administration
Manager)
Francine Lemaître (Monteuse. Movie editor)
Valérie Le Net
Eva Le pallec (Traductrice et photographe. Translator and photographer)
Philippe Lequette
Angela Lola (Aide à domicile. Home help services)
Marko Loparic (Citoyen. Citizen)
Dominique Lorec (Administratrice du compte officiel Unity4j France. Administrator of the official Unity4j France account )
Sylvie Lorec (Belle Ile en mer.)
Pierre Marie (Intérimaire)
Patrick Mc Spare (Romancier, scénariste, dessinateur. Novelist, scriptwriter, draftsman)
Geneviève Maclot (Retraitée. Retired)
Jorge Magasich (Professeur d’histoire. History Professor)
Didier Maïsto (PDG Sud Radio. CEO South Radio)
Marylène Malaurie (Citoyenne engagée. Committed citizen)
Ludovic Mansion (Serveur. Waiter )
Jean Christian Marcovici (Comédien. Actor)
Cecil Martin
Eliane Mevouillon (Retraitée de l’Education Nationale .Retired from National Education)
Hélène Meynier (Citoyenne indignée. France. Indignant citizen. France)
Claudia Mirande (Professeur de yoga. Yoga teacher )
France Miremont (Co-fondatrice alerte.me. Co-founder alert.m)
Muriel Monmaur (Retraitée. Retired)
Patricia Montes (Retraitée. Retired)
Ariane Morais Abreu (Archiviste. Archivist)
Marie-Claude Moreau (Energéticienne. Energy specialist)
Pierre Moret (Voyages. Cultures. Politiques. Travel. Cultures. Politics.)
Dominique Moriconi (Aide Médico Psychologique. Colmar. Psychological Medical
Assistance. Colmar)
Guy Monteillet (Retraité Education Nationale. Retired National Education ).
Nathalie Mutti (Comptable. Suisse. Accountant, Switzerland)
Franscesca Natoli (Professeur de Philosophie. Professor of Philosophy)
Linda Navaro (Coach. Formatrice. Trainer)
Nicole Nogami (Retraitée et auto-entrepreneur. Retired and self-entrepreneur )
Anne-Laure Oberhaensli (Educatrice spécialisée. Specialized educator)
Aicha Oubella (Informaticienne. Gilet Jaune ; Computer Scientist. Yellow Vest)
Françoise Papon (Psychologue retraitée. Retired psychologist)
Nathalie Parent (Assistante Directeur Général. Assistant General Manager)
Eliane Parizot (Retraitée. Retired)
Philippe Pascot (Ecrivain. Writer)
Mireille Perrier (Comédienne. Metteur en scène. Comedian. Director of the film)
Richard Pfau
Jackye Picqué (Enseignante retraitée et Gilet Jaune. Retired teacher and Yellow Vest)
Jehan Pipaud (Assistant social. Social worker)
Jean-Yves Pipaud (Retraité. Retired)
Gérard Pommier
Mona Pitre Desmaris (Commerçante. Merchant)
Alexandrine Playsix (Lanceuse d’alerte. Whistleblower )
Axelle Picot (Etudiante. Student)
Véronique Pidancet Barrière (Journaliste. Scénariste. Réalisatrice. Journalist. Scriptwriter. Director)
Alexis Poulin (Journaliste - Le Monde Moderne média. Journalist - Le Monde Moderne
média)
Mari Pujol (Médecin à la retraite. Retired doctor)
Jean-Paul Radet (Retraité. Retired)
Monique Renaud (Syndicaliste et Gilet Jaune. Unionist and Yellow Vest)
Frédéric Reynier (Musicien. Musician)
Noëlle Riolet (Citoyenne retraitée. Retired citizen)
Marie Robota (Aide Médico-psychologique. Medical and psychological assistance)
Maxime Rodrigues (Guide Canyoning et escalade. Secouriste montagne. Sécurité civile.
Canyoning and climbing guide. Mountain rescue worker. Civil security)
Blaise Roger (Informaticien. Computer scientist)
Gilles Rougier (Auxiliaire de vie. Auxiliary of life)
Axel Rousse (Table d’hôte)
Véronique Rousseau Carrera (Citoyenne. Citizen)
Geneviève Roussel (Institutrice à la retraite. Retired teacher)
Robert Salles (Professeur retraité. Retired professor)
Souad Sabbour (Artiste peintre. Painter artist)
Christine Saint-Jaimes (Téléprospectrice intérimaire. Gilet Jaune. nterim teleprospector. Yellow vest.)
Simon (Photographe. Photographer)
Udo Sigwalt (Ingénieur électronique. Ingénieur électronique)
Patricia Sericola (Citoyenne. Citizen)
Béatrice Simmonet-Guereau (Ergothérapeute. Ergotherapist)
Vinciane Soille
Sophie Slovak (Médecin. Doctor)
Catherine Sotta (Retraitée. Retired)
Sandra Stella (Mère au foyer. Administratrice de la page FB Gilet Jaune du 91. A
housewife mother. Administrator of the FB Yellow Vest page of 91)
Myriam Takrarit (Agent comptable. Gilet Jaune. Accounting officer. Yellow vest.)
Dominique Terre Graille
Chantal Thebaud (Artiste)
Lucie Texera (Retraitée. Retired)
Mathilde Titaud (Retraité. Retired)
Jérôme Thilly (Menuisier. Woodworker)
Delphine Todeschini (Rédactrice. Editor)
Hélène Tourtet (Scénariste. Scriptwriter)
Renaud Toussaint (Citoyen et chercheur. Citizen and researcher)
Vivien Vallay (Auteur compositeur interprète. Singer-songwriter)
Marie-Line Vaillant (Mère au foyer. Housewife mother)
Eric Van Esshe (Citoyen. Commerçant bio. La prochaine civilisation est basée sur la
transparence. Tout le reste est appelé à disparaître. Citizen. Organic trader.
The next civilization is based on transparency. Everything else is destined to disappear.)
Hélène Varin (Retraitée de l’enseignement. Retired Teatcher)
Muriel Vergne Guennec (Retraitée. retired)
Françoise Verstringe (Citoyenne. Employée en ressources humaines. Citizen, human
resources employee
Klaas Verhoeve (Développeur de logiciels. Software developer)
Liliane Viale (Retraitée SNCF. Retired SNCF)
Anne Veaute (Photographe. Photographer)
Annick Voisin (Infirmière. Nurse)
Petra Wardenaar
Sylvie Wasme (Retraitée. Retired)

Groups, unions, associations, etc...

Association alertes.me
Collectif PCF pour la défense de Julian Assange
PRCF
Comité Free Assange Belgium
Free Assange NZ
Lanceur d’alerte. (Groupe FaceBook)
Sud Protection Sociale 93
Unity4j France

Lawyers, men and women in law

Sophia Albert Salmeron (Avocat au barreau d’Avignon. Attorney at the Avignon Bar)
François Boulo (Avocat au barreau de Rouen. Attorney at the Rouen Bar.)
Henri Choukroun (Avocat. Spécialiste de la propriété intellectuelle. Lawyer. Intellectual
Property Specialist)
Jean-Jacques Dulong (Avocat à la cour de Paris. Attorney at law at the Paris Court)
David Libeskind (Lawyer. Doctor in private law)
Christine Claude-Maysonnade (Attorney at the Tarbes Bar)
Niki Konstantinidou (Australian lawyer. Collaborates at Unity4j)
Jean-Loup Vivier (Avocat au barreau. Docteur en droit. Conseil agrée près de la Cour
pénale internationale. Membre de l’Académie des sciences d’Outremer. Attorney at law.
Doctor of Law. Counsel accredited by the International Criminal Court. Member of the
Overseas Academy of Sciences)

URL de cet article 34950
   
Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.