RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 

Nos valeurs communes ?

Avons-nous seulement des valeurs communes ?

Non, je ne crois pas, non. Pas du tout, même.

Et je ne suis pas la seule à le penser.

Lisez ce qui suit et allez absolument voir sur le site nos valeurs communes .

J1 : solidarité ?

Madame B., dame patronnesse, qui s’occupe accessoirement du "logement et de la ville", ayant probablement réglé le sort des sans-abri, se retrouve fort dépourvue, et lance, donc, une consultation sur un site, demandant à ce qu’on définisse ensemble des "valeurs communes".

Eh oui, ceux qui contribuent jour après jour à plonger dans la précarité, dans la misère, dans le désespoir des milliers de gens et qui vident honteusement les caisses publiques pour en faire don aux intérêts privés viennent nous parler de "valeurs" !

Des valeurs en bourse, alors ?

Que nenni. Des vraies valeurs, style liberté, égalité, fraternité et tout le bastringue.

De QUOI ?

Méci, méci.

Eh bien, moi, j’ai beau me creuser la tête …

Bin, non.

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui acceptent sans sourciller l’incarcération d’un enfant de 12 ans ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui vendent l’Education de la jeunesse du pays ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui distribuent l’argent public à leurs amis riches, au détriment de la solidarité nationale ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui ferment les hôpitaux et les maternités, contraignant ceux qui en ont besoin à partir plus loin ou à renoncer ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui imposent des franchises médicales, excluant les plus précaires des soins auxquels chacun a droit ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui suppriment les services publics ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui cautionnent les expulsions d’êtres humains, leur séparation brutale d’avec leur famille et les parquent dans des camps de rétention pour une période indéterminée, loin des regards du citoyen ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui prônent la répression en lieu et place de la prévention et de l’éducation ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui ferment les yeux sur les raids de police à l’école ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui se pavanent en vêtements et bijoux de luxe ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui, parallèlement vident les écoles et les centres de personnel d’encadrement qualifié ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui acceptent de prolonger l’âge de la retraite, obligeant les plus âgés à travailler jusqu’à la tombe et empêchant les plus jeunes de trouver leur place dans la société ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui acceptent l’idée qu’on supprime les écoles maternelles pour les remplacer par du gardiennage payant avec du personnel précaire et sous-qualifié ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui sèment la haine entre les citoyens et qui pleurnichent ensuite sur la "fraternité" ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui laissent incarcérer des personnes sous des chefs d’accusation fallacieux ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui laissent moisir injustement en prison des personnes alors que, parallèlement, les plus grands escrocs ont pignon sur rue ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui approuvent la destruction de pays étrangers et l’anéantissement de populations innocentes par cupidité ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui tolèrent que des peuples soient asservis, humiliés, affamés, torturés quotidiennement.

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui permettent que dans un pays riche des êtres humains dorment par terre dans la rue et que les associations qui les défendent soient lourdement sanctionnées ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui refusent de créer des centres d’accueil décents et des logements sociaux ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui laissent, dans un pays riche, des centaine de milliers de personnes aller quémander leur pitance pour elles et leurs familles ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui s’attaquent sans merci aux enfants, aux pauvres, aux personnes âgées, aux maldes, aux handicapés et à tous les faibles en général et qui défilent sous leurs yeux avec arrogance en exhibant des breloques et des frusques dont le coût représente des années des maigres revenus des précédents ;

Je n’ai aucune valeur à partager avec aucun de ceux qui s’acharnent à restreindre les libertés publiques et à réduire à néant tous les droits fondamentaux des citoyens.

Non. Vraiment aucune valeur à partager.

Et certainement pas la solidarité.

Bon, maintenant allez voir ici : http://nos-valeurs-communes.fr/. C’est pas triste.

http://blog.emceebeulogue.fr/post/2008/12/23/Nos-valeurs-communes

URL de cet article 7668
Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE

Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

"c’est un cliché de journaliste que de souligner le caractère futile de lancer des pierres contre des tanks. Faux. Il est certain qu’il s’agit là d’un acte symbolique, mais pas futile. Il faut beaucoup de courage pour affronter une monstre d’acier de 60 tonnes avec des pierres ; l’impuissance du lanceur de pierres à arreter le tank ne fait que souligner l’impuissance du tank à faire ce qu’il est censé faire : terroriser la population."

Gabriel Ash

La vérité éclate : un accès de franchise de la Banque d’Angleterre démolit les bases théoriques de l’austérité. (The Guardian)
On dit que dans les années 1930, Henry Ford aurait fait remarquer que c’était une bonne chose que la plupart des Américains ne savent pas comment fonctionne réellement le système bancaire, parce que s’ils le savaient, « il y aurait une révolution avant demain matin ». La semaine dernière, il s’est passé quelque chose de remarquable. La Banque d’Angleterre a vendu la mèche. Dans un document intitulé « La création de l’argent dans l’économie moderne », co-écrit par trois économistes de la Direction de (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
113 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.