RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
10 

Être de gauche aujourd’hui

Qu’est-ce que ça veut dire « être de gauche, aujourd’hui ? »

Aujourd’hui, et plus fondamentalement, je pense que être de gauche c’est une perception du monde ; je pense déjà que c’est de refuser l’ordre des choses, l’ordre du monde, le monde tel qu’il va et tel qu’il ne va pas. Je pense que, déjà, être de gauche, c’est refuser d’accepter ce que la droite, elle, considère comme une forme d’évidence ; une « naturalisation » de ce qui en réalité est vraiment profondément aliénant et antisocial.

Cela veut dire refuser, mais cela veut dire construire, évidemment, des horizons, des projets…

Et donc, ce qui en découle, c’est être du côté de celles et ceux qui subissent cet ordre du monde, cet ordre dominant, cet ordre régnant.

Ceux qui subissent toutes les formes de dépossession, toutes les formes de domination et on en fait partie nous, évidemment, aussi.

Vous êtes de gauche ?

Oui, je suis de gauche.

Et vous le revendiquez ? Ça devient un peu ringard, maintenant… Quand on est jeune comme vous, ça devient ringard…

Alors ce qui va vous paraître encore plus étrange, c’est que, à mes yeux, la définition même de la gauche – et le critère qui en est le fondement – c’est le rapport au capital.

C’est peut-être un très grand mot, c’est peut-être un mot tabou, un mot un peu monstrueux. Mais justement c’est l’idée, c’est fondamental, c’est de faire en sorte que la gauche se réapproprie cette critique là. Le capital c’est vraiment un rapport au monde.

Attention ! Karl est de retour alors ?

Disons qu’il n’a jamais été tout à fait absent ; je pense qu’on a voulu pour partie le mettre dans un placard et le transformer en cadavre mais beaucoup l’ont toujours imaginé vivant. Mais de toute façon, ce n’est pas une question de Karl ou d’autre… C’est vraiment une question que nous, aujourd’hui. Le monde s’organise autour du profit, autour de la compétition, de la concurrence, de la notion d’entreprise. Il faut être « entrepreneur de soi » !

Il faut se transformer en capital humain, en capital compétent et c’est une façon de briser beaucoup de choses. C’est une façon de briser un certain rapport au monde ; un certain rapport à l’environnement, un certain rapport aux autres dans cette compétition exacerbée où on est, en permanence, dans l’opposition aussi aux autres dans cette concurrence là.

Donc oui, je pense que la notion de capital doit être réinterrogée à cette aune parce qu’elle est toujours éminemment présente.

Ce n’est pas parce que on a décrété dans les années 80 que le capitalisme était une sorte d’horizon indépassable qu’on n’est pas en droit de continuer à l’interroger et à le critiquer et à pointer un horizon qui soit post capitaliste.

Parce que, au fond, le capitalisme, c’est une séquence historique, il ne s’impose pas comme une évidence naturelle…

Vous croyez en des lendemains qui chantent ?

Je crois en une gauche qui donne envie d’espérer, qui donne envie de sortir d’une société marchande où justement le profit et l’argent sont les critères fondamentaux de nos existences et qui sapent et qui minent nos existences au quotidien.

Qu’on soit parmi celles et ceux qui sont écrasés par le chômage et la précarité ou le travail dans ses formes les plus aliénantes, mais qu’on soit aussi trader, grand capitaliste, parce qu’on est aussi écrasé, étouffé par cette course au temps qui ne serait que de l’argent.

Donc c’est pour retrouver un autre temps, un autre rapport au temps, un autre rapport au monde, et à nos vies, tout simplement.

Il y a vraiment deux dimensions qui sont fondamentales.

La première chose c’est la conception du politique, de ce qu’est la politique/le politique.

La politique ce n’est pas que le rapport au pouvoir et, en fait, on a vraiment tendance à avoir un rapport très étriqué de la chose politique. La politique, c’est le commun. La politique, c’est penser ensemble nos vies, notre rapport au travail, au temps, à nos loisirs, notre culture. Penser ensemble, véritablement. Et que chacun se sente en mesure d’être dans le politique. Ce qui fait du dissensus d’ailleurs. La politique, c’est fondamentalement du dissensus, c’est-à-dire du débat et de la critique, encore une fois, (critique) de l’évidence.

Et puis il y a une deuxième dimension.

C’est que si le politique ne se réduit pas au pouvoir, et du coup à une vision complètement par le haut qui est cette vision qu’on appellerait la « police », c’est-à-dire la politique ce serait « circulez, il n’y a rien à voir »/on s’occupe de la gestion des populations pour vous bonnes gens/restez chez vous et ne vous intéressez que très modérément et par la surface des choses/par la personnalisation des choses comme malheureusement trop souvent dans nombre d’émissions « politiques » on en est réduit ; c’est-à-dire à savoir qu’elle est la petite différence entre Juppé et Fillion, ou entre Moscovici et Dray…

Donc, ce n’est pas ça la politique ! La politique, c’est bien plus grand et bien plus fondamental, ça nous concerne vraiment toutes et tous !...

par Ludivine Bantigny, maîtresse de conférence en histoire contemporaine à l’université de Rouen, dans l’émission de Laure Adler, « Permis de penser », France-Inter, samedi 30 janvier à 13H20.

URL de cet article 29923
Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
15 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.