RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
16 
Le livre omniprésent dans nos médias (non, c’est pour rire).

HUGO CHÁVEZ, ma première vie. Conversations avec IGNACIO RAMONET

Qui est Ignacio Ramonet ? Je pose la question pour ceux qui ne s’informent que sur TF1 et qui ne connaissent même pas Wikipedia. C’est un sémiologue du cinéma, l’ancien directeur du Monde diplomatique. Il est actuellement directeur de l’édition espagnole du Monde diplomatique1 et président de l’Association Mémoire des luttes (dont LGS publie des articles).

Il est également éditorialiste de politique internationale à l’agence Kyodo News (Tokyo), à l’agence Inter Press Service (IPS)3, à Radio Nederland(Amsterdam), au quotidien Eleftherotypía (Athènes) et au journal d’information numérique Hintergrund en Allemagne.

A l’origine de la création d’Attac, il a été un des promoteurs du Forum social mondial de Porto Alegre, fondateur de l’Observatoire français des médias, il a été parmi les premiers à définir le concept de Pensée unique, il est auteur de nombreux livres, il est primé dans plusieurs pays pour ses écrits, il est titulaire d’un doctorat, docteur honoris causa de plusieurs universités. Il ne lui manque même pas la mère de toutes les médailles : la haine de Reporters sans frontières.

La première fois que j’ai rencontré Ignacio Ramonet, c’était en 2006, dans son bureau du Diplo. J’étais avec Viktor Dedaj et on était venu lui demander des conseils et une aide pour un projet que nous nourrissions depuis quelques mois. Le conseil fut limpide : « Laissez tomber ! ». C’est ainsi qu’il nous a aidés (rire) car notre projet (une sorte de GS en version papier) n’était pas viable. Puis, j’ai participé à des débats à ses côtés à la fête de l’Huma, ce qui m’a permis de ressentir le « syndrome de l’imposteur » qui me taraude quand j’ai l’impression d’avoir été posé trois marches trop haut. N’essayez pas d’expliquer ça à François Hollande (il se prend pour le président de la République). N’en parlez pas d’avantage à David Pujadas (il croit vraiment faire du journalisme).

Il y a quelques semaines, Ignacio Ramonet était à Toulouse et je lui ai dit que j’allais faire exploser les ventes de son livre grâce au GS (rire de l’imposteur) puisque Ruquier, Ardisson, Busnel ne s’y collaient pas.

Car ce livre considérable, véritable vivier pour les journalistes, pour les chercheurs, les historiens, fait l’objet d’une censure de fait par nos grands médias qui savent populariser les pauvres gribouillis de nos sportifs, vedettes de cinéma, politiciens, maîtresses de politiciens (pas vrai, Valérie T. ?).

Pourtant, (le croirez-vous ?) ce livre est grand public, bourré d’anecdotes et d’humour. De plus, on vibre, on reprend espoir en l’homme et en la politique, on rit, on se sent meilleur de l’avoir lu.

L’Université Ouvrière (UOG) présente le livre comme suit à l’occasion d’un débat organisé par le « Collectif Amérique Latine RÉSISTANCES ! » en avril avec Ignacio Ramonet.

« … Comment comprendre le président Hugo Chávez, sans s’intéresser à sa vie et à son rapport avec le peuple vénézuélien ? Comment s’expliquer la haine que l’oligarchie soutenue par les États-Unis voue à son héritage ? Cette personnalité, en démocrate convaincu, n’a pas interdit les médias qui impulsent le coup d’état contre lui en 2002 et il leur permet de poursuivre leur travail. Ces médias qui n’ont eu de cesse de conspirer contre le gouvernement démocratiquement élu jusqu’aujourd’hui. Ils sont tous violemment contre le processus bolivarien que le président a mis en route ».

Quant à l’éditeur, il écrit :
« Rares sont les personnalités contemporaines qui ont eu, sur l’histoire de leur pays, un impact aussi décisif que celui provoqué par Hugo Chavez (1954-2013). Elu président du Venezuela en 1999, Il a réveillé l’ensemble de l’Amérique latine par la puissance de son verbe, la modernité de ses idées et l’exemple des avancées de sa Révolution bolivarienne. L’impuissance des castes latino-américaines traditionnelles à répondre aux aspirations de « ceux d’en bas » a ouvert le chemin à une génération de dirigeants néoprogressistes venus du monde syndical, du militantisme social, des luttes indigènes et même de la guérilla : Lula et Dilma au Brésil, Evo Morales en Bolivie, Rafael Correa en Equateur, Nestor Kirchner et Cristina Fernandez en Argentine, Tabaré Vazquez et José Mujica en Uruguay, et tant d’autres. Mais le premier d’entre eux fut Chavez.

Dans ce livre gorgé de révélations, résultat de cinq ans de travail et de plus de deux cents heures de conversations avec Hugo Chavez, Ignacio Ramonet dresse un passionnant portrait du leader vénézuélien qui raconte sa vie avec ses propres mots.
Qui était Chavez avant de devenir une célébrité politique universellement connue ? Quelle fut son enfance ? Quelle éducation a-t-il reçu ? Quand commença-t-il à s’intéresser à la politique ? Quels livres lisait-il ? Par qui a-t-il été influencé ? Quelle était sa vision géopolitique ? De quels courants idéologiques se réclamait-il ?

Ces mémoires dialogués, centrés sur la première étape de la vie du commandant vénézuélien, apportent des clés indispensables pour comprendre son destin politique. C’est un indispensable livre d’histoire pour celles et ceux que veulent comprendre la première étape du XXIe siècle en Amérique latine et dans le monde ».

A voir absolument, sur le site de notre collaborateur Bernard Gensane, ces vidéos (http://bernard-gensane.over-blog.com/2015/04/bernard-cassen-evoque-le-...) où Ignacio Ramonet, Bernard Cassen et Régis Debray évoquent Hugo Chavez.

« HUGO CHÁVEZ, ma première vie. Conversations avec IGNACIO RAMONET », Editions Galilée, mars 2015, 656 pages, 32 euros.

Le livre est en vente dans les bonnes et les moyennes librairies ; les adeptes des achats en ligne peuvent le commander ici : http://www.librairie-renaissance.fr/

Maxime Vivas

URL de cet article 28456
Même Auteur
200 citations pour comprendre le monde - passé présent et à venir.
Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Viktor Dedaj et Maxime Vivas présentent 200 citations pour comprendre le monde passé, présent et à venir suivies du programme du Conseil National de la Résistance préface de Jean-Luc Mélenchon Voici un petit livre de 75 pages avec en complément le programme du CNR. Un exercice qui réactive nos méninges, Jean-Luc Mélenchon apportant sa plume afin d’interroger dans la préface, et de belle manière, la fonction des citations. Si votre libraire a la négligence de ne pas disposer de cet ouvrage et la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous sommes gouvernés, nos esprits sont moulés, nos goûts formés, nos idées suggérés, en grande partie par des gens dont nous n’avons jamais entendu parler.

Edward Bernays

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.