RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Le début de la fin du cycle de droite en Amérique Latine. (Rebelion)

Il est bon parfois d'être optimiste. En serrant les rangs pour dénoncer les coups et les mensonges. Voir ici. (NdT)

C’est parti pour le début de la fin du cycle de droite en Amérique Latine. Au Brésil, Argentine et Vénézuela, principaux objectifs des Etats unis et de l’oligarchie régionale qui, depuis 2015, a pu regagner du terrain dans ces pays et ailleurs. Mais en conséquence de ses attitudes de violence, des mesures grossières et antipopulaires, la droite commence à reculer.

L’arrestation de Lula avec de gros moyens policiers dans sa propre maison, les interrogatoires arbitraires perpétrés contre ce leader brésilien et latino-américain ont déclenché partout l’alarme au sein des gouvernements progressistes et des mouvements révolutionnaires du sud du Rio Bravo à la Patagonie.

Les secteurs conservateurs du géant sudaméricain s’enhardissent et leurs gesticulations pour prendre le pouvoir leur ont fait commettre une grave erreur : ils ont voulu faire peur à l’ancien président Lula, admiré et reconnu par son peuple et par tous les peuples du continent.

L’agression du dirigeant historique du Parti des travailleurs du Brésil, à fait descendre dans le rue des milliers de brésiliens et provoqué des réactions de rejet en chaîne dans les pays voisins, là où l’oligarchie rassie essaie de s’imposer par la force avec l’appui de Washington.

Cette tentative d’effrayer Lula n’a eu lieu qu’à quelques heures de la nouvelle que celui-ci pourrait peut-être être candidat aux prochaines présidentielles brésiliennes. La nouvelle semble avoir mis dans une rage démésurée la droite qui sur ordres du Nord, voudrait bien stopper net la seconde indépendance et l’intégration définitive de l’Amérique Latine.

Au même moment, au Honduras, était assassinée la dirigeante indigène écologiste Berta Càceres. Ce meurtre fut vivement ressenti dans tout le continent. Enfin, la maison du prix Nobel de la Paix Adolfo Pérez Esquivel était saccagée et vandalisée.
Les Argentins ont pris connaissance des "changements" promis tout comme de la révolution "avec le sourire"promis durant sa campagne électorale par celui qui est devenu leur président : Macri. En seulement deux mois, 108 000 travailleurs licenciés. Remise du pays aux fonds vautours, augmentation des tarifs de l’eau, gaz, électricité entre autres mesures parmi lesquelles l’autorisation d’utilisation de tasers pour la répression des manifestations devenues quotidiennes contre ses attaques neolibérales.

Au Vénézuela, où la droite domine l’Assemblée Nationale depuis les élections de fin 2015, le peuple prend également connaissance des propositions des députés conservateurs : faire abattre la révolution bolivarienne à tout prix, renverser le président Maduro, démocratiquement élu il y a 3 ans.

Ces offensives maladroites de l’oligarchie pour un retour historique vers le passé touche également l’Equateur, la Bolivie, l’Uruguay entre autres. Dans tous les cas, la force et la violence sont utilisée, des agressions, des campagnes médiatique sans précédents et des pièges de toutes sortes suggérés et payés par leurs maîtres des Etats-Unis.

Tout cela risque de devenir le boomerang de la droite, ouvrant dans le même temps le début de la fin de son cycle. On peut tromper plusieurs personnes et jusqu’à des milliers de personnes, mais on ne peut pas tromper des peuples entiers.

Espérons maintenant que tous ceux qui ont parlé ou écrit maintes fois sur le dénommé syndrome de la fin du cycle progressiste en Amérique Latine, y compris quelques "analystes de gauche" voudront bien aujourd’hui mentionner ce renversement commencé contre la droite dans notre région.

traduction non officielle : alfare

»» http://www.rebelion.org/noticia.php++cs_INTERRO++id=209753
URL de cet article 30069
Même Thème
Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une fois que vous avez vu certaines choses, vous ne pouvez pas les -voir. Et ne rien voir est autant un acte politique que de voir quelque chose.

Arundhati Roy

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
17 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
47 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.