RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
APRÈS 50 ANS DE RÉFORME AGRAIRE

Un télescope terroriste

Dans la zone montagneuse de La Plata, au cœur de la Sierra Maestra, Fidel Castro signa la première Loi de Réforme agraire, qui distribuait la terre à ceux qui la travaillaient, mettant fin aux latifundium, nombre d’entre eux aux mains de grands propriétaires terriens nord-américains.

Dans les premiers mois de 1959, il y a de cela 55 ans, la Révolution dirigée par Fidel Castro tenta de mener à bien son programme sans hostilité à l’encontre de Washington et sans complicité avec la cruelle période de sept années de dictature de Fulgencio Batista.

Dans la zone montagneuse de La Plata, au cœur de la Sierra Maestra, Fidel Castro signa la première Loi de Réforme agraire, qui distribuait la terre à ceux qui la travaillaient, mettant fin aux latifundium, nombre d’entre eux aux mains de grands propriétaires terriens nord-américains.

Mais le caractère conservateur du gouvernement de l’époque, dirigé par l’avocat Manuel Urrutia et soutenu par des représentants des États-Unis, tendait à l’immobilisme politique, économique et social. Au sein même de cette administration, les membres du Mouvement révolutionnaire 26 Juillet firent savoir à Fidel qu’avec une telle équipe, ils ne pourraient aller de l’avant que si Fidel en prenait la tête.

Le 13 février 1959, Fidel devint Premier ministre du gouvernement, en remplacement de José Moro Cardona. Ce même mois, moins de 50 jours après la fuite de Batista, le gouvernement des États-Unis refusait déjà de modestes crédits à une délégation de la Banque nationale qui avait besoin de fonds pour soutenir la monnaie cubaine. En effet, 424 millions de dollars avaient été soustraits du Trésor public cubain, le 1er janvier 1959, et les auteurs de ce forfait furent accueillis aux États-Unis en même temps que les auteurs des crimes les plus abominables contre le peuple cubain.

« Les fugitifs avaient dévalisé les réserves monétaires de la République, et emporté leur immense butin, selon le New York Times, avec l’aide de l’ambassade des États-Unis, pour le déposer dans des banques nord-américaines. Pour n’importe quel pays, les conséquences d’un tel coup seraient désastreuses... Lorsque Batista quitta le pays, les réserves monétaires du pays furent vidées » (1)

La première Loi de Réforme agraire supprima le latifundium, interdit la possession de la terre par des étrangers, remit la propriété des terres à ceux qui les travaillaient et socialisa les surfaces cultivables.

Le gouvernement provisoire fit preuve d’une certaine modération. Il demanda un prêt aux États-Unis pour tenter de sauver la monnaie nationale. Le Conseil national de Sécurité, réuni à la Maison Blanche, le 12 février, refusa de donner un seul centime ni même de l’envisager. C’était un avant-goût de ce qui allait se passer plus tard, à travers des attentats cruels et des sanctions cinquantenaires...

En janvier et février 1959, Cuba n’avait pris aucune mesure radicale contre les intérêts des États-Unis. Cependant, depuis sa plaidoirie L’Histoire m’acquittera, Fidel avait promis une réforme agraire, telle que le stipulait la Constitution de 1940 qui interdisait le latifundium et annonçait une loi de redistribution de la terre aux paysans. Cette Loi n’avait pas même été examinée, même si le Regroupement catholique universitaire en avait reconnu la nécessité. Par contre, elle avait, en sa faveur, le vaste consensus de la population cubaine.

Le gouvernement révolutionnaire promulgua la Loi, qui incluait dans son texte – ce qui fut respecté à la lettre – l’indemnisation des anciens propriétaires, y compris des grands propriétaires terriens nord-américains.

L’indemnisation de la valeur de leurs terres devait leur être payée avec les bénéfices qui seraient tirés des exportations de sucre aux États-Unis. Le 4 avril 1960, conformément à la Loi de Réforme agraire, promulguée par Fidel Castro, le 17 mai 1959, démarra le dossier d’expropriation du puissant monopole United Fruit Sugar Co., qui possédait 109 700 hectares, ainsi que des bâtiments, du bétail, des machines et autres biens. La Loi suscita immédiatement la colère des voisins du Nord.

En réponse à la promulgation de la première Loi de réforme agraire, le gouvernement du président Eisenhower décida de punir Cuba par le biais de sanctions économiques.

Le gouvernement de ce pays avait ses plans. Cinq jours après la promulgation de la Loi, le Département d’État écrivait à son ambassadeur à La Havane : « La Loi de Réforme agraire provoque une grande consternation au sein du gouvernement des États-Unis et dans les cercles de l’industrie sucrière nord-américains ». (2)

En décembre 1960, le leader cubain parla de la Loi à l’ONU. « Sans réforme agraire, notre pays n’aurait pas pu faire le premier pas vers le développement. Et, effectivement, nous avons fait ce premier pas : nous avons fait une réforme agraire. Était-elle radicale ? C’était une réforme agraire radicale. Était-elle trop radicale ? Non, elle n’était pas trop radicale. Nous avons fait une réforme agraire adaptée aux besoins de notre développement, à nos possibilités de développement agricole. Comment allions-nous payer ? Bien entendu, la première question qu’il fallait se poser c’est : avec quoi allions-nous payer, pas comment mais avec quoi. Peut-on concevoir qu’un pays pauvre, sous-développé, avec 600 000 chômeurs, affichant un taux si élevé d’analphabètes, de malades, dont les réserves ont été épuisées, qui a contribué au développement d’un pays développé avec un milliard de dollars en dix ans, puisse avoir de quoi payer les terres qui allaient être affectées par la loi agraire, ou du moins dans les conditions qu’on voulait qu’elles soient payées ? Que nous a demandé le Département d’État en voyant ses intérêts menacés ? Trois choses : paiement rapide... paiement rapide, efficace et juste. Comprenez-vous ce langage ? Paiement rapide, efficace et juste. Ce qui veut dire ‘‘payez tout de suite, en dollars et ce que nous demandons pour nos propriétés’’ ».

Washington décida qu’il fallait punir Cuba. La première chose qui leur vint à l’esprit fut la suppression du quota sucrier sur le marché étasunien. L’industrie sucrière cubaine, pensaient-ils, s’effondrerait rapidement. En conséquence, le gouvernement Eisenhower continua d’appliquer ses sanctions économiques. Il nous refusa les crédits et menaça de supprimer notre quota sucrier sur le marché des États-Unis. Leur raisonnement pouvait se résumer en ces termes : « Priver Cuba de son quota sucrier entraînerait une chute rapide de son industrie sucrière, provoquant un chômage généralisé. Beaucoup de gens se retrouveraient sans emploi et commenceraient à souffrir de la faim... La majorité des Cubains soutiennent Castro [...] Le seul moyen prévisible de saper le soutien interne est de provoquer le désenchantement et le découragement par l’insatisfaction et les difficultés matérielles [...] Il faut recourir promptement à toutes les mesures concevables pour miner l’économie cubaine [...] Une modalité qui pourrait avoir le plus gros impact serait de refuser des financements et des livraisons à Cuba, ce qui réduirait les salaires réels et les revenus monétaires, et provoquerait donc la faim, le désespoir de la population et la chute du gouvernement. »

Mais l’Union soviétique vint à la rescousse de Cuba : le 13 février 1960, Anastase Mikoyan signa un accord en vertu duquel l’URSS s’engageait à acheter 460 000 tonnes de sucre en 1960, et un million de tonnes par an dans les quatre années suivantes. Le document prévoyait également l’octroi d’un crédit de 100 millions de dollars à 2,5 % d’intérêt annuel pour l’achat d’équipements. Le secrétaire d’État reconnaissait que les « sanctions » équivalaient à une « guerre économique ». Ces sanctions furent effectivement mises en pratique. À la suppression du quota sucrier s’ajoutèrent d’autres mesures, jusqu’à former l’enchevêtrement de lois punitives appelé « embargo », qui durent depuis plus d’un demi-siècle. À noter qu’il s’agit de mesures encore plus sévères que celles adoptées contre Hitler, le protégé des Dulles et des Bush. Un châtiment qui dure depuis 55 ans, en plein XXIe siècle !

Mais dans leur tentative pour isoler Cuba, les EU vont même jusqu’à s’en prendre à leurs partenaires. Tout récemment, au mois de mars, l’on apprenait que l’entreprise mexicaine Micra avait conclu en 2011 la vente d’un microscope évalué à 100 000 dollars au Centre d’études avancées de Cuba, et que l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département d’État avait décidé de bloquer l’argent. Voici trois ans que les Mexicains Carlos Segovia et Roberto Villaseñor, représentants de Micra, réclament en vain cet argent au gouvernement des État-Unis et à Banamex City Bank, succursale de Banamex...

Cuba a été accusée de promouvoir la subversion et, plus tard, elle a été classée par Washington sur la liste des États qui soutiennent le terrorisme. On pourrait penser que le chef de l’OFAC est muni d’une sorte de télescope lui permettant de remonter les filières « terroristes » dans le monde... pour traquer les actifs financiers cubains ! 55 ans après la réforme agraire, le gouvernement de Barack Obama rivalise avec celui de Bush en matière de violation du droit international. Et il s’étonne que les banques nord-américaines refusent de gérer les comptes du gouvernement cubain, au détriment même des intérêts des États-Unis...

Gabriel Molina Franchossi

(1) Livre d’archives Foreign Relations of the United States (FRUS) Doc. 254, p. 405 et 250, p. 397-398.

(2 ) FRUS. Document 308, p. 510.

»» http://www.granma.cu/idiomas/frances/cuba-f/3abr-Un%20telescope.html
URL de cet article 27304
Même Thème
Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un conspirationniste est quelqu’un qui regarde moins la télévision que vous.

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.