RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Syrie

Syrie : Une seconde bataille pour Deir Ez-Zor se profile

Kharroubi HABIB
Parvenue à briser le siège imposé par l'Etat islamique aux quartiers de la ville de Deir Ez-Zor dans lesquels un certain nombre de ses soldats ont résisté à ses assauts pendant près de trois années, l'armée syrienne est en voie de reprendre le contrôle de pratiquement l'ensemble de la cité. Ce qui enlève tout crédit à la raison invoquée par les groupes armés rebelles stipendiés par la coalition menée par les Etats-Unis pour justifier l'offensive qu'ils prétendent vouloir déclencher en vue de chasser l'Etat islamique de Deir Ez-Zor. En fait, le véritable but de leur branle-bas guerrier est celui de tenter d'empêcher les forces gouvernementales d'asseoir leur contrôle sur la ville qui contrarie le plan pour cette ville et sa province élaboré par la coalition consistant à les maintenir en dehors de l'autorité du régime de Damas. Il est clair que si ces groupes rebelles persistent dans leur intention, ils entreront inévitablement en confrontation avec les troupes loyalistes, ce qui pourrait donner lieu à un (...) Lire la suite »

Consternation en Occident : la guerre en Syrie touche à sa fin et Assad semble en sortir vainqueur (The Independent)

Robert FISK

Nous étions tous occupés à attendre tous que Trump lance la Troisième Guerre mondiale, et nous n’avons pas vu que la carte de la guerre au Moyen-Orient avait considérablement changé. Il faudra des années pour reconstruire la Syrie et l’Irak (et le Yémen), et les Israéliens seront peut-être obligés d’aller demander à Poutine de les tirer du pétrin dans lequel ils se sont fourrés.

Un message est arrivé de Syrie sur mon téléphone portable la semaine dernière. « Le général Khadour a tenu sa promesse », disait-il. Je savais ce que cela signifiait. Il y a cinq ans, j'ai rencontré Mohamed Khadour qui commandait quelques soldats syriens dans une petite banlieue d'Alep, sous le feu de combattants islamistes à l'est de la ville. À l'époque, il m'avait montré sa carte. Il reprendrait ces rues dans 11 jours, m’avait-il dit. Et puis, en juillet de cette année, j'ai rencontré Khadour à nouveau, à l'est du désert syrien. Il allait, m’a-t-il dit, entrer dans la ville assiégée de Deir ez-Zor avant la fin du mois d'août. Je lui ai rappelé, un peu cruellement, que la dernière fois qu'il m'avait dit qu'il reprendrait une partie d'Alep en 11 jours, il avait fallu plus de quatre ans à l'armée syrienne pour le faire. C'était il y a longtemps, m’a-t-il répondu. À l'époque, l'armée ne savait pas se battre dans une guerre de guérilla. L'armée était formée pour reprendre Golan et défendre Damas. Mais (...) Lire la suite »

Une journaliste bulgare licenciée après avoir révélé des livraisons d’armes aux terroristes en Syrie

RT

Dilyana Gaytandzhiev, journaliste pour le site d’information bulgare Trud, a été licenciée après avoir été interrogée par les services de renseignement bulgares concernant son enquête sur des livraisons d’armes occidentales aux terroristes en Syrie.

L'enquête de Dilyana Gaytandzhiev, journaliste bulgare, sur des livraisons d'armes à des terroristes du Front Fateh al-Cham (ex-Front Al-Nosra, ancienne branche armée d'Al-Qaïda en Syrie) lui aura coûté son poste. I've just got fired for telling the truth about weapons supplies for #terrorists in #Syria on diplomatic flights https://t.co/wSJTRIzKnr — Dilyana Gaytandzhiev (@dgaytandzhieva) 24 août 2017 Après avoir découvert lors d'un reportage sur la libération d'Alep, en décembre 2016, des caisses contenant des armes en provenance de Bulgarie dans des caches du groupe terroriste, la journaliste a décidé de remonter la filière et a découvert un vaste système permettant d'alimenter des opposants à Bachar el-Assad en armes et munitions, par le biais de vols diplomatiques au départ de pays d'Europe de l'Est et d'Azerbaïdjan. Au cours d'une attaque informatique, des hackers bulgares ont réussi à dérober des documents officiels permettant d'attester l'implication de la société azerbaïdjanaise Silk (...) Lire la suite »

En Syrie, le plus grand fiasco de la CIA ?

Maxime CHAIX

Alors qu’il n’est plus tabou de critiquer le rôle trouble des puissances moyen-orientales dans le renforcement des réseaux djihadistes au Moyen-Orient, la coresponsabilité de leurs partenaires de l’OTAN ne peut et ne doit plus être éludée

Récemment, le Washington Post a annoncé la fin du soutien de la CIA en faveur des rebelles « modérés », confirmant qu’en 2015, ceux-ci menaçaient de renverser Bachar el-Assad mais que cette issue chaotique fut empêchée par l’intervention militaire directe de la Russie cette même année. Chaotique, car le chroniqueur du Post, David Ignatus, vient de souligner dans ce même journal que Washington et ses alliés ne pouvaient proposer d’alternative politique viable, démocrate et modérée face au gouvernement syrien. D’après le spécialiste de la Syrie Charles Lister, qui regrette ouvertement la fin de cette guerre secrète coordonnée par la CIA, l’Agence aurait constitué une force de 45 000 combattants à travers cette opération, dont nous savons depuis janvier 2016 qu’elle a pour nom de code « Timber Sycamore ». Or, comme le rappelle l’universitaire américain Joshua Landis, ces rebelles « modérés » appuyés par la CIA et ses partenaires ont combattu jusqu’en janvier 2014 aux côtés de la milice terroriste qui allait (...) Lire la suite »

A Deir Ezzor, Bachar écrase Daech

Bruno GUIGUE
Que n’a-t-on entendu sur cette armée syrienne qui, au moment où j’écris ces lignes, brise l’étau de Daech autour de Deir Ezzor ! Vilipendée par les médias occidentaux, accusée des pires atrocités, qualifiée de milice à la solde d’un clan, elle donne une claque mémorable à tous ces vautours qui l’ont accusée de servir un pouvoir « criminel » alors qu’elle combattait une vermine que les dirigeants occidentaux, ces lâches, ont nourrie au grain pendant tant d'années. Deir Ezzor ! Depuis trois ans, la Garde républicaine y résiste héroïquement aux assauts des mercenaires sponsorisés par tous les traîtres que compte le monde arabe. Cernée de toutes parts, elle assurait la protection des 200 000 civils restés dans la capitale provinciale malgré la violence des combats. Aujourd’hui, c’est fini ! La jonction est faite entre cette unité d’élite et les troupes du Tigre, le général Souhail Al-Hassan, ce héros de la Syrie moderne qui ne sera pas dans nos manuels d’histoire mais qui figure déjà parmi les libérateurs du pays de (...) Lire la suite »

Syrie - Vers la fin du califat

Moon of Alabama
Cette carte de mon précédent article sur la Syrie montre la formation de deux chaudrons au nord et au nord-ouest de Palmyre. Les forces de l'EI y ont été encerclées par l'armée syrienne qui progresse vers l'est sur plusieurs fronts. (voir carte 1 à la fin) Dix jours plus tard, le chaudron le plus à l'est a été éliminé. (voir carte 2 à la fin) L'armée syrienne progresse vers l'est et continue d’avancer vers Deir Ezzor sur trois axes. ISIS a tenté des contre-attaques en direction de la route d'approvisionnement vers Alep et le long de l'Euphrate au sud-est de Raqqa. Les deux attaques ont été vaincues en un jour ou deux, et les forces attaquantes de l’EI ont été anéanties. Les capacités de déploiement de l’EI ont clairement diminué. Il manque maintenant d’hommes et doit renoncer à des positions importantes. Il contre-attaque avec un essaim de petits groupes au lieu d’unités militaires monolithiques sous un commandement unique et fort. En Irak, l'armée et les unités de la milice populaire ont mis seulement 10 (...) Lire la suite »

Syrie – La traversée de l’Euphrate à Deir Ezzor

Moon of Alabama
Les trois dernières semaines ont été marquées, en Syrie, par une consolidation accrue des positions du gouvernement syrien. Cela va probablement continuer, mais un nouveau front de conflit avec la force d'occupation américaine au nord-est de la Syrie se développe à propos de la ville de Deir Ezzor et des zones rurales riches en pétrole à l'est de la ville. (voir carte agrandie) La semaine dernière, l'armée syrienne a libéré Sukhnah à l'est de Palmyre de l'occupation de l'État islamique. Les combats ont été moins durs que prévu. Après que la ville a été presque entièrement encerclée et que le commandant local de l’EI a été tué, les forces ennemies ont fui principalement vers l'Euphrate et Deir Ezzor. Deux grandes poches de l’EI sont en train de se former à l’est d’Hama. L'encerclement de 3 000 kilomètres carrés de ce territoire est maintenant terminé et les forces restantes de l’EI sont chassées de la poche par des hélicoptères russes et des commandos de l'armée syrienne. Cela mettra la route d'approvisionnement (...) Lire la suite »

L’armée syrienne affrontait l’EI longtemps avant que les Américains ne tirent leur premier missile (The Independent)

Robert FISK

Les survivants de cette armée et leurs familles vont vouloir que leur sacrifice soit reconnu et même récompensé.

Je n'aime pas les armées. Ce sont des institutions dangereuses. Les soldats ne sont pas des héros juste parce qu'ils se battent. Et je suis fatigué de répéter que ceux qui vivent par l'épée pourraient bien aussi mourir par l’épée. Mais si on compare les 40 000 civils tués à Mossoul par les Américains, les Irakiens et l’EI au cours des douze derniers mois, aux 50 000 civils abattus par les Mongols au XIIIe siècle à Alep – et que l’on se rend compte que l’influence des droits humains sur les aviateurs américains, la brutalité irakienne, et le sadisme de l’EI, n’a permis d’obtenir qu’une diminution de 10 000 morts par rapport aux hordes mongoles - la mort semble parfois avoir perdu son sens. Sauf quand on connait les victimes ou leurs familles. J'ai un ami dont la mère a été assassinée à Damas, dans le faubourg de Harasta, au début de la guerre syrienne, un autre dont le beau-frère a été enlevé à l'est de la ville et n’a jamais été retrouvé. J'ai rencontré une petite fille dont la mère et le petit frère ont été (...) Lire la suite »

Nos droits ne sont soumis ni aux négociations ni aux renonciations

Bachar al-Jaafari
Le 25 juillet s’est tenue une énième réunion du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient. Le lecteur pourra y revenir sur le site des Nations Unies en langue française, qui précise qu’il s’agit d’un document non officiel, à l’intention des organes d’information [1]. Une information qui réduit à quelques lignes le discours du délégué syrien en donnant la part belle à la déléguée des États-Unis, laquelle s’empresse de dévier le sujet pour imputer la tragédie palestinienne au Hezbollah libanais, traité d’organisation terroriste aux niveaux militaire et politique. Ceci au moment même où la grande majorité du peuple libanais, soudée sous le slogan « Peuple - Armée - Résistance », bénit ces combattants qui sacrifient leur vie en luttant contre tous les terrorismes et offrent leurs victoires au Liban et en Syrie « à tous les Libanais et aux peuples de la région » [2]. Pour mémoire, voici le texte intégral de l’intervention du Dr Bachar al-Jaafari [NdT]. * * * Mesdames et Messieurs, La délégation de mon pays (...) Lire la suite »

Pour une politique française en Syrie indépendante et respectueuse du droit

Collectif
Monsieur le Président, Vous avez déclaré que vous ne souhaitiez pas la destruction de l’Etat syrien et qu’avec vous au pouvoir, on en aurait fini avec les “néoconservateurs importés”. Plus récemment, au sortir du G20, vous avez de nouveau précisé votre détermination à œuvrer pour une sortie politique du conflit excluant le préalable d’une mise hors jeu de l’actuel Président de l’Etat syrien. Vous interrompez le soutien financier et logistique que la mandature précédente accordait à des forces combattantes terroristes qu’elle qualifiait de ‘modérées.’ Ce réalisme a été imposé par l’échec d’une politique d’ingérence illégitime et désastreuse. Le peuple syrien avec toutes ses composantes, en particulier une opposition authentique de l’intérieur, certes pas celle d’une poignée d’exilés exhibés à quelques occasions, s’est rangé derrière Bachar el Assad pour lutter contre la désintégration de sa nation. Avec l’aide de pays amis, il est en train de mettre fin à l’existence d’un Etat takfiriste. Parmi ceux qui ont accueilli (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190