RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Syrie

Retrait de Syrie et d’Afghanistan : pantalonnade de Trump

Pierre GUERLAIN
Le 19 décembre 2018 le président américain annonçait qu’il retirait les troupes américaines de Syrie. Sa décision qui correspondait à une promesse de campagne devait s’appliquer dans les 30 prochains jours. Il a aussi ajouté qu’il allait retirer 7000 soldats d’Afghanistan. Toute la classe politique américaine ou presque a alors repris son antienne : Trump ne respectait pas les alliés des États-Unis, mettait en danger les Kurdes, ne finissait pas le boulot contre l’État islamique et donnait carte blanche à la Russie et à l’Iran. Son ministre de la défense, Mattis, un va-t-en-guerre confirmé et responsable de la destruction de Falloujah en Irak [1] et auteur de phrases dignes d’un psychopathe [2] a démissionné. On aurait pu croire que les États-Unis avaient toujours respecté leurs alliés, en Irak en 2003 par exemple, et qu’ils étaient soudain en train de gagner la guerre asymétrique en Afghanistan, ce qui s’est avéré impossible en 17 ans de présence militaire dans ce pays. Alors qu’en 2017 les critiques de (...) Lire la suite »

Le New York Times déplore le désengagement des États-Unis de Syrie alors même qu’il n’y en a aucune trace

Moon of Alabama
En première page, le New York Times livre une 'Analyse de l'actualité' complètement à côté de la plaque sur la possible fin de l'occupation illégale de l'est de la Syrie par l'armée des Etats-Unis : Les États-Unis quittent la Syrie, ouvrant une ère post-américaine au Proche-Orient Quand la Turquie, l'Iran et la Russie se rencontrent pour parler de la fin de la guerre en Syrie, ils le font sans les États-Unis. Les pourparlers de paix pour résoudre le conflit israélo-palestinien sont gelés depuis des années, mais le plan tant attendu de Trump pour sortir de l'impasse n'est pas encore diffusé. Et maintenant, en dépit de messages contradictoires sur le comment et le quand, les États-Unis sont sur le point de se retirer de Syrie. Ce retrait, qui, selon les militaires, a commencé vendredi par l’évacuation du matériel, n'est que le dernier pas d'un désengagement américain plus large du Moyen-Orient qui pourrait avoir des effets durables dans l'une des régions les plus instables du monde. Les États-Unis ne (...) Lire la suite »

Le départ des troupes US de Syrie : la redistribution des cartes ou une « Trumperie » de plus ?

SEPH

Après l'annonce du retrait US de Syrie, beaucoup de personnes sont septiques tant sont multiples les contradictions que ce supposé retrait suscite. En effet, si un premier contingent de forces US a quitté le nord est de la Syrie, c'est pour se redéployer dans le nord de l'Irak en zone kurde. Ainsi, les USA multiplient les bases en Irak et plus précisément à Al-Anbar, à l'ouest irakien où les USA viennent de créer une nouvelle base de campement de troupes, à quelques KM de la frontière syrienne. La question qui se pose est : quel sera le sort des troupes US qui disent vouloir quitter la Syrie ? Où iront-elles ? Seront-elles rapatriées ou vont-elles rejoindre leurs collègues dans les pays arabes ou africains ? Vont-elles être redéployées en territoire irakien ?

1 - Rappel historique En octobre 2016, Daesh était à son apogée aussi bien en Syrie qu'en Irak . L'Etat Islamique avait pour capitales Mossoul en Irak et Raqqa en Syrie. Plus de 100 000 terroristes étaient venus de l'étranger (environ de 80 pays) pour constituer un nouvel État à cheval sur l'Irak et la Syrie (zone grise de la carte ci-dessous). Il faut ajouter les partisans d' Al-Qaïda, plusieurs dizaines de milliers, dont le but est de détruire l’État syrien (zone verte) Tous ces terroristes ont été aidés sur le plan militaire par les USA-Israël et l'Otan, sur le plan financier par l'Arabie Saoudite et le Qatar, sur le plan logistique par la Turquie Jordanie et Israël. Tout ceci fait beaucoup de monde pour l'Irak qui sortait de trois guerres (d'abord avec l'Iran, puis avec l'Occident). La Syrie qui commençait à décoller sur le plan économique grâce à son pétrole et à son industrie a donc été pillée (machines outils, pétrole, antiquités,...) par les islamistes aidé par les USA qui n'ont cessé de (...) Lire la suite »

Syrie : L’année 2018 a été généreuse du feu révélateur de certaines vérités… (Al-Watan)

Bouthaïna Chaabane
Alors que nous faisons nos adieux à chacun des instants, des jours et des mois de l’année qui vient de s’écouler, une distinction s’impose entre les évènements qui resteront à jamais dans nos mémoires et ceux qui tomberont rapidement dans l’oubli comme s’ils n’avaient jamais eu lieu. En cela, les événements vécus par un pays ou une région sont comme les événements vécus par tout individu ; certains restent ancrés dans les mémoires à travers les générations, jusqu’à faire partie des déterminants qui font les patries ; d’autres sont dispersés par les vents, pour ne laisser aucune trace dans les écrits et les mémoires. Quant à nous, bien que nous accueillions une nouvelle année avec des sentiments mitigés de tristesse et d’espoir, nous devrons prendre le temps de jeter un regard attentif sur les événements vécus, afin de comprendre ce qui s’est réellement passé, d’en extirper la morale et d’en retenir les leçons. Par conséquent, à l’adage qui dit que le temps est le vrai guérisseur, nous pouvons ajouter que le temps (...) Lire la suite »

Syrie : Son armée va reprendre le nord-est – Son isolement politique prend fin

Moon of Alabama
Tout s’enchaîne comme prévu depuis la décision du président américain Trump de se retirer de la Syrie. Trump avait d’abord annoncé un retrait rapide des troupes américaines de Syrie. Ensuite, il a parlé d'un processus contrôlé qui permettrait à la Turquie de prendre le contrôle des zones occupées par les États-Unis dans le nord-est de la Syrie. Ce plan, probablement suggéré par le conseiller à la sécurité nationale John Bolton, est totalement irréaliste. Une occupation d'une telle ampleur, à laquelle s'opposeraient beaucoup d’importantes forces, n'est pas dans l'intérêt de la Turquie. Néanmoins, le président turc Erdogan utilisera la menace d'une invasion turque pour obtenir le démantèlement des forces kurdes des YPG que les Etats-Unis ont formées et équipées. Pour agrandir Ce matin, l'armée arabe syrienne (en rouge) a annoncé qu’elle était entrée dans Manbij, à l'ouest de l'Euphrate. Elle s'est établie sur la ligne de contact entre les forces soutenues par la Turquie (en vert) et les YPG kurdes soutenues par (...) Lire la suite »

ONU / Le royaume saoudien cherche des complices et des faux témoins

Bachar al-Jaafari
Le 17 décembre 2018, l’Assemblée générale a adopté 53 résolutions sur recommandation de sa Troisième Commission, dont le nouveau Pacte mondial sur les réfugiés et la situation des droits de l’homme en Corée, au Soudan, en Iran, en Syrie… [*]. Le Dr Bachar al-Jaafari a dû, une fois de plus, réagir au discours de la délégation saoudienne concernant les droits de l’homme et la démocratie. Un discours qu’il avait qualifié de « blague » devant la même assemblée le 16 novembre dernier. Une blague qui n’a pas fini de mettre le monde à feu et à sang, avec la complicité de ladite communauté internationale menée par les États-Unis [NdT]. Monsieur le Président, La délégation de mon pays renouvelle son refus catégorique du projet de résolution intitulé « Situation des droits de l’Homme en République arabe syrienne », tant du point de vue du fond que de la forme. Concernant le contexte de la procédure, nous affirmons que le principal sponsor du projet -je parle de la délégation permanente de l’Arabie saoudite- est naturellement (...) Lire la suite »

ONU : Une 31ème résolution pour passer outre la souveraineté syrienne…

Bachar al-Jaafari
‘Tout homme civilisé a deux patries : la sienne et la Syrie’ André Parrot (1901-1980) archéologue français et directeur du Louvre Le 13 décembre 2018, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 2449, initiée par le Koweït et la Suède, par 13 voix pour et 2 abstentions [Chine et Russie]. Elle reconduit, pour une durée de 12 mois, la résolution 2165 (2014) et donc le Mécanisme de surveillance de l’aide humanitaire expédiée en Syrie via des points de passage frontaliers, avec l’ACCORD des pays voisins, mais une simple NOTIFICATION de l’Organisation des Nations Unies aux autorités syriennes. Les quatre points de passage cités sont Bab al-Hawa et Bab al-Salam (frontière syro-turque) ; Al-Ramtha (frontière syro-jordanienne) ; Al-yaarubiyah (Gouvernorat de Hassaka à la frontière syro-irakienne). Le lecteur trouvera le texte du projet de résolution [ici, sur le site un.org/press/fr ] et le texte intégral de la réponse du délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, le Dr Bachar al-Jaafari, ci-dessous (...) Lire la suite »

Syrie / Astana 11 : Échec ou gel stratégique laissant une chance à l’alignement turc ?

Mouna ALNO-NAKHAL
Avant-propos Le processus d’Astana a été lancé en janvier 2017 suite à la libération d’Alep, par l’Armée syrienne et ses alliés, et à l’‘Accord de cessation des hostilités’ conclu entre les trois États garants, Russie-Iran-Turquie, avec l’assentiment de la Syrie mais sans sa signature. La Turquie, garante des factions armées de ladite ‘opposition syriennne armée modérée’ représentées à Astana, s’était engagée à les séparer des groupes de terroristes armés du Front al-Nosra et de Daech, exclus de l’accord. Les factions armées kurdes n’étaient pas représentées du fait de l’opposition de la Turquie. La Russie et l’Iran s’étaient chargés du mécanisme de surveillance de la mise à exécution de ce premier accord d’Astana 1. Par la suite, les sessions successives et notamment Astana 4, tenue le 4-5 mai 2017, ont abouti à la délimitation de trois zones de désescalade, aujourd’hui libérées par l’Armée arabe syrienne et ses alliés : la région de Daraa dans le Sud, la Ghouta orientale dans la banlieue de Damas et le nord de la province (...) Lire la suite »

"Nous récupérerons le Golan par la paix ou par la guerre"

Bachar al-Jaafari
Le 16 novembre 2018, la Quatrième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté plusieurs projets de résolution sur l’UNRWA et les pratiques israéliennes en Territoire palestinien occupé et au Golan syrien occupé. Le projet de résolution intitulé « Le Golan syrien occupé », a été adopté par 151 voix pour ; 2 voix contre [Israël et pour la première fois, les États-Unis] ; 14 abstentions [Australie, Cameroun, Canada Côte d'Ivoire, Guatemala Honduras, Iles Marshall, Mexique, Micronésie, Palau, Panama, Papouasie, Nouvelle Guinée, Rwanda, Togo ; comme rapporté par SANA][1]. Le compte-rendu du site de l’ONU en langue française [2] précise : I. Par le projet de résolution (A/C.4/73/L.22) intitulé « Le Golan syrien occupé », l’Assemblée générale demanderait à Israël de renoncer à modifier le caractère physique, la composition démographique, la structure institutionnelle et le statut juridique du Golan syrien occupé et en particulier de renoncer à y établir des implantations ; considèrerait que toutes les (...) Lire la suite »

ONU / Le discours de l’Arabie saoudite sur les droits de l’homme en Syrie est une blague…

Bachar al-Jaafari
Ce 16 Novembre, le projet de résolution A/C.3/73/L.50 [1] portant sur la situation des droits de l’homme en Syrie a été adopté par 106 voix pour, 16 voix contre et 58 abstentions [2]. Il a été présenté devant la Troisième Commission de l’Assemblée générale de l’ONU par l’Arabie saoudite, son principal co-auteur. À notre humble avis, là, il ne s’agit plus d’une blague, mais d’une tentative évidente de blanchiment de la réputation du gouvernement saoudien, suite au scandale de l’Affaire Khachouggi, en noircissant celle du gouvernement syrien. Ce qui prouve que l’Arabie saoudite reste une pièce maîtresse dans le jeu des États ennemis de la Syrie, pour remporter par la politique ce qu’ils n’ont pu obtenir par la guerre. En effet, l’insistance permanente sur la « mise en place d’une autorité de transition inclusive dotée des pleins pouvoirs exécutifs » ne signifie rien d’autre. Pour mémoire, voici l’intervention du délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies [NdT]. * * * Monsieur le Président, Le (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 490