RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Agent Orange

Française, victime de l’Agent Orange, elle assigne les compagnies chimiques états-uniennes

André BOUNY

Dow Chemical Company, Monsanto Company, Thompson Hayward Chemical Co, Harcros Chemicals, Inc., Uniroyal Chemical Co, Inc, Diamond Shamrock Agricultural Chemicals, Inc., Occidental Electrochemicals Corporation, Hooker Chemical Corporation, Chemical Land Holdings, Inc., T-H Agriculture & Nutrition Co., Riverdale Chemical Company, Pharmacia et Upjohn Incorporated, Ultramar Diamond Shamrock Corporation, Ansul Incorporated, Wyeth, Inc., Valero Marketing And Supply Company…, entre autres.

Pour mémoire, début 2004, commençait la procédure des victimes vietnamiennes de l’Agent Orange en terre américaine contre 37 compagnies chimiques états-uniennes. La plainte déposée au tribunal de première instance de New York-Est, je constituais le Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange et au procès de New York (CIS). Après maintes péripéties et audiences repoussées, le juge, Jack Weinstein – qui avait obtenu des compagnies chimiques états-uniennes 180 millions de dollars de dédommagement pour les vétérans américains victimes de la dioxine TCDD [1] contenue dans l’Agent Orange qu’ils avaient eux-mêmes épandu, ceci à l’amiable afin de ne pas créer un précédent juridique –, déboutait les victimes vietnamiennes. Celles-ci se pourvoyaient devant la Cours d’appel fédérale du 2ème circuit. Mais les pressions ne tardaient pas à apparaître, venues de la Maison-Blanche par l’intermédiaire du Département de la Justice, le New York Times s’en faisait l’écho. À la suite de quoi les victimes (...) Lire la suite »

L’Agent Orange et la guerre du Vietnam.

combat-monsanto.org

De 1962 à 1971, on estime que 80 millions de litres de défoliant ont été déversés sur 3.3 millions d’hectares de forêts et de terres. Plus de 300 villages ont été contaminés et 60% des défoliants utilisés étaient de l’Agent Orange, représentant l’équivalent de quatre cents kilos de dioxine pure...

En 2005, l’hôpital Tu Du a recensé 800 cas d’enfants nés avec des malformations, ce qui est largement supérieur à la moyenne internationale. Aujourd’hui, d’après les autorités vietnamiennes150.000 enfants souffrent de malformations supposément dûes la dioxine et 800.000 personnes sont malades.

Monsanto partenaire de l’armée américaine ; l’Agent Orange, désherbant ou arme chimique ? Après les révélations sur la toxicité de la dioxine TCDD émise lors de la fabrication de l’herbicide 2,4,5-T, Monsanto ne remet pas en cause sa production et bien au contraire, elle entre en contact avec le Pentagone pour développer l’usage militaire de son herbicide … L’économie de guerre a toujours été une importante manne financière pour la poignée de firmes multinationales qui dominent le marché des produits chimiques. Les chercheurs de Monsanto entrevoient déjà les avantages de leur puissant herbicide en temps de guerre, car il permet l’éradication des cultures et donc d’affamer les armées et les populations ennemies. Après des essais de l’herbicide réalisés en 1959 au Vietnam par l’armée américaine, celle-ci semble satisfaite puisque au bout de deux ans 90% des arbres et buissons ont été détruits sur les zones aspergées. Ces tests déclenchent le feu vert de l’ « Opération Ranch Hand » qui commence officiellement le 13 (...) Lire la suite »

Agent Orange, chronique 8 : Apocalypse Nam

André BOUNY
Avec le recul, au fil de ces chroniques on aperçoit très bien qu’en matière de décontamination et de dédommagement les États-Unis avancent d’un pas avant de reculer de deux. Puis de trois, et les solutions n’apparaissent toujours pas. Cette fine grille d’informations nous permet de mesurer l’évolution de la situation qui progresse et régresse en permanence, montrant à quel point il s’agit bien de gagner du temps encore et encore… Si une réelle volonté étasunienne débloquait les moyens financiers nécessaires, il y a longtemps que décontaminations et dédommagements seraient avancés, voire partiellement réglés. Mais les USA nient et renient leur crime d’hier engendrant la tragédie d’aujourd’hui et tirent avantage de cette situation. Ils laissent miroiter l’espoir d’une aide conséquente et adaptée qui ne vient jamais, attribuant un financement de dépollution au compte-gouttes, de préférence aux entreprises US. Une manière qui permet de renforcer leur coopération avec l’ancien ennemi – facilitée par la crainte partagée (...) Lire la suite »

Journalistes

André BOUNY

Réajustements et façon dont a été traitée cet été l’inauguration du chantier visant à décontaminer une ancienne aire de stockage d’Agent Orange sur l’aéroport de Danang au Viêt Nam.

A l'été 2011, se déroula une cérémonie dédiée aux accords vietnamo-étasuniens visant à engager un chantier de décontamination de la dioxine recelée dans et par l'Agent Orange sur une partie de l'ancienne base américaine de Danang. Un lieu faisant partie des trois principaux sites les plus contaminés par cette molécule 2,3,7,8-TCDD parmi les 28 « points chauds » identifiés, ceux-ci ne tenant pas compte des millions d'hectares qui ont reçu de un à dix épandages, parfois davantage. Un an plus tard, le 9 juillet 2012, se déroula l'inauguration du début des travaux estimés à 43 millions de dollars (financé à hauteur de 20 millions par les États-Unis, soit moins de la moitié) en présence de hauts responsables vietnamiens et de l'Ambassadeur des USA au Viêt Nam. Ce dernier, David Shear, déclara que les USA avaient déjà aidé les Vietnamiens handicapés « quelle que soit la cause » à hauteur de 54 millions de dollars. Il convient de préciser ici qu'il s'agit d'aide d'ONG et de Fondations, comme par exemple la Fondation du (...) Lire la suite »

Agent Orange Viêt Nam : Okinawa,* les preuves s’accumulent

André BOUNY

De la vérité engloutie, des pièces manquantes au puzzle remontent en surface. Désormais, les volumes communément acceptés d’Agent Orange déversés sur le Viêt Nam semblent réellement obsolètes.

Depuis la fin de la Guerre américaine au Viêt Nam (Laos et Cambodge), selon différentes recherches scientifiques au fil du temps, les estimations portant sur le volume d' « Agent Orange » utilisé lors de cette guerre chimique ne cessèrent d'aller crescendo. Ces études avancèrent 42 millions de litres, ensuite 54, ultérieurement 72, puis 84, avant d'évoquer plus ou moins 100…** En mai 1990, le rapport déposé par l'amiral Zumwalt confirme que de nombreuses utilisations d'herbicides n'étaient pas enregistrées dans l'opération Ranch Hand. L'amiral Zumwalt écrit que des unités combattantes, telle Brown Water Navy, ont souvent procédé à des épandages de façon officieuse : « En tant que commandant des forces navales US au Vietnam, j'étais au courant que l'Agent Orange délivré aux forces alliées était fréquemment utilisé dans des missions non enregistrées ». En 2003, à partir d'archives de l'armée étasunienne, le rapport Stellman situe le pic d'utilisation d'Agent Orange durant l'année 1967, tandis que le rapport (...) Lire la suite »

Les Jeux Olympiques et paralympiques de Londres sous le spectre de Bhopal, la vision du Napalm, et le fantôme de l’Agent Orange

André BOUNY
L'affaire couva durant l'année 2011. Les Jeux Olympiques et paralympiques (handisport) aspirent à l'épanouissement des corps et des esprits… Sponsor officiel majeur de l'idéal olympique : Dow Chemical, fabricant du Napalm*, de l'Agent Orange** (principal fournisseur des agents utilisés lors de la guerre chimique américaine au Viêt Nam), devenu juridiquement responsable de la catastrophe de Bhopal*** suite à l'acquisition d'Union Carbide. Les Jeux olympiques de Londres et la catastrophe de Bhopal font des étincelles, avec en fond l'histoire entre l'Inde et l'Empire britannique. Durant l'année 2011, les journaux anglais en parlèrent puis, plus largement, les médias anglophones. En France, la nouvelle était loin de faire la une. Cependant, elle restait accessible à quelques initiés, tels les visiteurs du site d'Amnesty International, par exemple. Contrairement au discours de la diplomatie - activité lige du commerce mondial - il semblerait même que notre Histoire ne soit en rien liée à celle du (...) Lire la suite »
Les USA n’ayant pas ratifié le traité de Rome qui institue la Cour pénale internationale, leurs ressortissants ne seront pas poursuivis pour leurs crimes.

De l’agent orange à l’uranium appauvri

Jean-Pierre DUBOIS

En Occident, les accusations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité (avérées ou non) sont réservées à l’ennemi du moment, celui contre lequel nos gouvernements s’apprêtent à déchaîner le feu de leurs armées.

Mais que penser des dirigeants des Etats-Unis ?

L'AGENT ORANGE C'est en 1962 que John F. Kennedy déclenche l'opération Ranch Hand, une guerre chimique contre la population du Vietnam qui consiste à répandre sur les forêts et les récoltes des millions de litres de défoliant : l'agent orange. [1] Fabriqué par Mosanto, l'agent orange - qui contient de la dioxine - est responsable du développement de maladies chez les personnes exposées, notamment de plusieurs sortes de cancers. En outre, la stabilité de la dioxine fait qu'elle continue d'agir bien après son épandage provoquant des malformations à la naissance d'enfants dont les parents ont été contaminés : cécité, diabète, troubles mentaux, déficits moteurs et intellectuels, malformations diverses. Vietnam : Epandage de l'agent orange Trente ans après la fin des hostilités, environ 60.000 adultes et plus de 200.000 enfants souffraient toujours de l'agent orange. [2] L'opération Ranch Hand a duré jusqu'en 1971. Près de 80 millions de litres de ce défoliant auraient été déversés sur le Sud du (...) Lire la suite »

Agent Orange Viêtnam : bienvenue Joan la colombe

André BOUNY

Joan Baez, égérie de paix, rejoint le Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange (CIS).

Sa mère grandit à Édimbourg ; son père, mexicain, à Brooklyn. Ils sont enfants de prêtre et de pasteur. Le père, éminent physicien, déclinera tout travail dans l'industrie de l'armement, refusant de participer à la construction de la bombe atomique… semant les graines de ce que deviendra la petite Joan. Puis il obtient un poste au Massachusetts Institute of Technology (MIT). A Boston, avec sa première Gibson acoustique, Joan démarre sa carrière d'artiste de rues et de cafés. En 1961 - année du premier épandage d'Agent Orange au Viêt Nam - Joan Baez est disque d'Or. Elle à 20 ans, fait connaître Bob Dylan. Peace pour le Viêt Nam and Love pour Dylan. Elle sera de tous les engagements politiques et sociaux : combattra pour les droits civiques, contre la ségrégation raciale au côté de Martin Luther King et participera à la Marche vers Washington. Elle se lie aux activistes anti-guerre du Viêt Nam. Joan donne des concerts gratuits en opposition à la guerre, notamment au Washington Monument. Résistante (...) Lire la suite »

Une scandaleuse émission de Radio-Canada sur l’Agent Orange !

André BOUNY

Lettre ouverte au médiateur (ombudsman) de Radio Canada

(Copie au médiateur de la CBC)

Monsieur, La radio nationale du Canada s'est déshonorée en diffusant, samedi 29 octobre, une conversation d'une rare inanité entre un journaliste incapable et un professeur de chimie français - qui peine à s'exprimer. Le sujet pourtant méritait mieux que ce pitoyable échange, que l'on pourrait résumer ainsi : « En fin de compte, l'Agent Orange… si on peut dire, c'est pas prouvé. - Ah ouais Ariel ? - Ben non, Jacques, y a pas de preuve. » (Attention, vous voilà prévenus : l'émission, dont vous trouverez ci-dessous la transcription intégrale et littérale, est affligeante, pour utiliser un euphémisme.) En effet, au seul Canada, 2 600 demandes d'Anciens combattants ont été admises (sur un total de 3 900 déposées) en référence à une liste de maladies associées à l'Agent Orange établie par l'Institut de médecine de l'Académie nationale des Sciences états-unienne, à Washington) ; ce sont les victimes directes de ce produit chimique ; c'est certes moins que les 200 000 victimes chez les familles de vétérans (...) Lire la suite »

50ème anniversaire du premier épandage d’ « Agent Orange »

André BOUNY

Durant la guerre américaine au Viêt Nam, le premier épandage d’agent chimique se déroula le jeudi 10 août 1961, dans la province de Kontum, située au centre du pays. Il s’agissait d’un ultime test. Prélude à l’Operation Ranch Hand qui débutera cinq mois plus tard : la plus grande guerre chimique de toute l’Histoire de l’humanité. L’Agent Orange avait pour but la destruction de la forêt tropicale afin d’empêcher les indépendantistes vietnamiens de se cacher et d’évoluer sous son couvert végétal, mais aussi anéantir et empoisonner les ressources vivrières dans le but d’affamer les combattants et la population censée nourrir et renseigner la résistance.

L'année dernière, le 10 août 2010, la Vice-présidente de l'Assemblée nationale du Viêt Nam, Madame Tong Thi Phong, déclara que son pays comptait 4 millions de personnes contaminées par l'Agent Orange. Encore largement ignorées, les effroyables conséquences sanitaires et environnementales de cette guerre chimique sont néanmoins d'une actualité brûlante. Pourtant si la dioxine contenue dans l'Agent Orange parvient un demi-siècle plus tard à traverser le placenta des mères vietnamiennes donnant naissance à des enfants aux formes inhumaines, l'information sur l'utilisation et la persistance de cette substance, elle, ne parvient toujours pas à percer le bouclier des « grands médias conventionnels ». Espérons que la date symbolique du 10 août 2011, Journée des victimes de l'Agent Orange sera l'occasion pour eux de tenir le rôle qui leur incombe, celui d'en parler réellement, régulièrement et d'une manière approfondie permettant d'alerter l'opinion publique afin qu'un jour justice soit rendue. Il est capital (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30