RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Benazir Bhutto

Après l’assassinat de Benazir Bhutto, l’administration Bush se rue à la défense de Moucharraf.

Keith JONES
Moucharraf-Bush WSWS, 31 décembre 2007. La « présidente à vie » du Parti du peuple pakistanais et candidate au poste de premier ministre, Benazir Bhutto, a été assassinée jeudi en début de soirée, heure locale, alors qu'elle faisait campagne pour les élections nationales et provinciales qui auront lieu le 8 janvier. L'assassinat a eu lieu dans la ville de Rawalpindi, siège du quartier général de l'armée pakistanaise, considérée comme l'une des villes les plus sûres du pays. Plusieurs versions sur la façon dont l'assassinat a eu lieu circulent. Plusieurs reportages citent des témoins qui ont déclaré que son assassin avait ouvert le feu sur Bhutto, la touchant à la nuque et au torse, avant de se faire exploser. L'explosion a tué au moins vingt autres personnes. Toutefois, le New York Times a rapporté que des hauts responsables du Parti du peuple pakistanais (PPP) ont dit que Bhutto avait été touchée par un tireur embusqué sur les toits avant qu'un deuxième assaillant ne commette son attentat (...) Lire la suite »

Pakistan. Benazir Bhutto assassinée.

Vincent PRESUMEY
29 décembre 2007. Elle était la dirigeante d'un des deux grands partis (avec la Ligue musulmane de Nawaz Charif) de la bourgeoisie et des grands propriétaires du Pakistan, le PPP (parti du peuple pakistanais) qui avait drainé des couches populaires depuis les grèves insurrectionnelles de 1969. [1] Fille de l'ancien président Ali Bhutto, elle venait de revenir au Pakistan, suivie de son rival Nawaz Sharif, sous la pression des Etats-Unis qui voulaient orchestrer une "transition pacifique" préservant le régime militaire et l'Etat pakistanais. Quoi que l'on pense de sa politique, son assassinat vise les peuples et la classe ouvrière de ce pays, qui avaient commencé à manifester en masse pour chasser le dictateur militaire Mousharaff avec comme perspective politique immédiate "Benazir au pouvoir", ce qui voulait dire ouvrir la voie à tous les changements. C'est bien pour fermer cette perspective, trop dangereuse pour le régime pakistanais et pour "l'ordre" mondial, qu'elle a été tuée par la (...) Lire la suite »