RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Acquittement du terroriste Luis Posada Carriles aux Etats-Unis : déclaration du Ministère des Relations Extérieures de la République de Cuba

Le rideau est retombé hier après-midi, 8 avril, sur la mauvaise farce jouée depuis treize semaines à El Paso (Texas) : le terroriste Luis Posada Carriles a été innocenté de tous les chefs d’accusation portés contre lui dans le cadre d’un procès de nature purement migratoire.

Aux yeux de tous ceux qui ont suivi la ténébreuse carrière du terroriste et qui connaissent ses liens avec les différents gouvernements étasuniens, avec le FBI et la CIA, dans leur sale guerre contre Cuba, il s’agit là d’une nouvelle preuve du soutien et de la protection que les autorités étasuniennes lui ont prodigués indéfectiblement.

Dès le jour où, comme le président Fidel Castro l’avait dénoncé opportunément, il a débarqué en Floride en provenance de l’île Mujeres (Mexique) à bord du bateau Santrina, Posada Carriles a bénéficié - comme à l’accoutumée - de la tutelle et la protection du gouvernement des États-Unis.

Juger Posada Carriles pour avoir menti dans le cadre d’une procédure migratoire, et non comme terroriste, est une insulte au peuple cubain et aux familles endeuillées par ses actions.

Le spectacle indignant qui s’est déroulé à El Paso est absolument en contradiction avec la politique censément antiterroriste que le gouvernement étasunien affirme suivre et au nom de laquelle il a réalisé jusqu’à des interventions militaires dans d’autres nations qui ont coûté des milliers de vies.

Le gouvernement étasunien n’ignore rien de la participation de Posada Carriles au sabotage en plein vol de l’appareil de Cubana de Aviación au-dessus de la Barbade en 1976, de ses campagnes de pose de bombes dans des installations touristiques cubaines en 1997 et de ses plans d’attentat à la vie du président Fidel Castro, dont, en 2000, celui du Panama, un pays où il a même été condamné à ce titre.

Washington possède toutes les preuves des crimes de Posada, dont beaucoup ont été présentées au procès d’El Paso.

Reste à voir si le gouvernement étasunien sera capable maintenant d’instruire un nouveau procès contre Posada Carriles pour terrorisme, ou de l’extrader au Venezuela, comme le gouvernement de ce pays le lui a demandé depuis maintenant plus de cinq ans et comme il est obligé de le faire aux termes, non seulement des conventions internationales auxquelles il est partie, mais encore de la résolution 1373 (2001) du Conseil de sécurité des Nations Unies qu’il a lui-même présentée.

Le plus paradoxal, c’est que, face à cette absolution de Posada Carriles, cinq combattants antiterroristes cubains sont toujours incarcérés injustement aux États-Unis où ils ont été condamnés pour avoir cherché des informations sur les actions des terroristes d’origine cubaine qui, tout comme Posada Carriles, déambulent librement et impunément dans les rues de Miami.

Cuba, tout en réitérant que le gouvernement étasunien est le principal responsable du dénouement de ce procès, le somme de prendre ses responsabilités dans la lutte contre le terrorisme sans tant d’hypocrisie ni de deux-poids-deux mesures.

La Havane, le 9 avril 2011

URL de cette brève 1730
https://www.legrandsoir.info/acquittement-du-terroriste-luis-posada-carriles-aux-etats-unis-declaration-du-ministere-des-relations-exterieures-de-la.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
RSS RSS Commentaires
   

La Nuit de Tlatelolco, histoires orales d’un massacre d’Etat.
Elena Poniatowska
« Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska Alors que le monde pliait sous la fronde d’une jeunesse rebelle, le Mexique aussi connaissait un imposant mouvement étudiant. Dix jours avant le début des Jeux olympiques de Mexico, sous les yeux de la presse internationale, l’armée assassina plusieurs centaines de manifestants. Cette histoire sociale est racontée oralement par celles et ceux qui avaient l’espoir de changer le Mexique. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pire chose qui soit jamais arrivée au peuple juif, après l’Holocauste, c’est la création de l’état d’Israël.

William Blum - juin 2010

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.