RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

2021 : Odyssée de l’impasse

Je sais, j’ai été assez silencieux dans les derniers mois. Je crois que j’avais besoin de prendre un peu de recul, mais c’est aussi la lassitude du débat public qui explique ce repli. Je sais que c’est loin d’être la première fois que je me plains de la pauvreté de l’argumentaire et de la confusion ambiante, mais disons que la période a encore clairement baissé d’un niveau.

Cet état d’esprit s’explique peut-être en bonne partie par les effets néfastes de l’isolement sur le moral des gens ? Pourtant, le climat de confusion et d’autosatisfaction, bien propre aux réseaux sociaux, était bien là avant la pandémie.

Les effets néfastes des algorithmes sur nos vies semblent s’être grandement intensifiés depuis la dernière année et la disposition qu’ont nos contemporains à se complaire benoîtement dans leur bulle idéologique semble plus forte que jamais. Et ce n’est pas les influenceurs les plus à la mode (conspirationnistes, conservateurs identitaires, progressistes petits-bourgeois, néolibéraux, etc.) ou la propagande gouvernementale qui viendront améliorer les choses, puisqu’ils tirent désormais tous leurs succès de ces bulles et sont généralement à l’origine des conneries qui nous servent de débat public. Par chance, j’entends et je lis toujours ici où là des contenus dignes d’intérêt, mais ceux-ci se trouvent grandement dilués dans le flux et le pire l’emporte sans conteste sur le meilleur...

J’aimerais vraiment mettre le monde anglo-américain de côté, car celui-là est parti en vrille depuis belle lurette et est devenu un réservoir de connerie inépuisable. J’essaie donc autant que possible d’éviter son influence, mais ce pays comporte un « soft power » si puissant que son influence s’impose quand même à moi. De toute façon, il me sera inutile de faire comme si ces idéologies n’existaient pas puisqu’ils font partie du débat public, que je le veuille ou non. Cependant, ne vous inquiétez pas, je vais laisser les goules présidentielles étasuniennes et leurs apôtres là où ils sont, pour me concentrer sur le monde francophone et ce qui s’y passe.

Parlant de francophonie et de goules présidentielles ! La France n’est pas en reste et est également devenue une véritable curiosité. La situation là-bas est véritablement désespérante et je plains les militants de gauche pour ce climat proto-apocalyptique. Rien qu’à voir et entendre ces politiciens dénoncer à corps et à cris leurs délires sur « l’islamo-gauchisme » dans les universités et craindre le « séparatisme » et que cela fasse mouche, il est difficile de ne pas interpréter cette dérive comme de la folie collective. Cependant, je ne doute pas de la santé mentale des personnes qui tombent dans le panneau et personne ne devrait être dupe de ce débat sur le sexe des anges en cette période si importante pour le futur. Un minimum d’analyse démontre facilement le but de ce nuage de fumée appelé « débat ». Il s’agit tout simplement d’un cas d’école de diversion politique, dans le cadre de la future campagne électorale de 2022. La confusion idéologique est parfaitement voulue. Néanmoins, l’entretien de ce débat, fixé sur les thèmes de l’extrême droite, par une majorité du spectre électoral (qui va du Rassemblement national au parti socialiste) est symptomatique d’un vide idéologique et d’un cynisme exacerbé.

L’objectif de ce débat sur le « séparatisme » et « l’islamo-gauchisme » est une pure entreprise politicienne qui sert évidemment à enterrer la gestion calamiteuse de la pandémie (ils ont vu ce que ça a coûté à Trump) et vise essentiellement à nuire à la France Insoumise afin de s’assurer un deuxième tour avec Marine Lepen. C’est là le scénario visé par le pouvoir, puisque c’est celui-ci qui a servi à faire élire Macron en 2017. Ce scénario pourra d’une part évincer les discussions sur le « bilan progressiste » de Macron, au profit de la tentation du moins pire. Cependant, le projet est devenu quelque peu hasardeux, puisque Macron et son gouvernement ont tellement dérivé à droite, que les castors risquent bien d’être une espèce en voie d’extinction le jour du scrutin ! Après tout, depuis que les ministres macronistes ont reçu l’ordre de jouer les conservateurs et qu’ils peuvent présenter Marine Lepen comme plus « molle » et « branlante » qu’eux sur la [question de l’islamo-gauchisme, il n’est pas certain que le Rassemblement national (RN) ait à faire face à un énorme barrage antifasciste puisque, comme l’a dit le ministre Darmanin à propos du livre de MLP « Objectivement, à part quelques incohérences, j’aurais pu le signer ce livre. Vous décrivez l’islamisme de manière extrêmement claire ».

De plus, la violence de l’exécutif a laissé plus d’une cicatrice sur ceux qui devraient voter contre Lepen (en votant pour eux). À force de se faire tabasser dans les rues, de se faire traiter « d’islamo-gauchiste » et de voir le gouvernement soutenir une organisation policière, devenue un relais officiel de l’extrême droite, ceux-ci pourraient bien se dire (à raison) que le fascisme est déjà au pouvoir ! De mon point de vue, le RN peut difficilement faire pire que Macron en termes d’injustice sociale. La grande différence, hormis son racisme décomplexé, est que ce parti n’aurait pas autant de soutien de la bonne bourgeoisie bon chic bon genre et aurait à faire face à plus de critiques médiatiques. Néanmoins, cela est aussi en train de changer depuis que le milliardaire Vincent Bolloré s’est mis en tête de créer plusieurs petits « Fox News » potentiellement pro RN.

J’avoue humblement que cette dénonciation de l’extrémisme en France a déjà été faite par ma douce main en 2016 et que le constat se révèle fidèle en continuité. À l’époque il s’agissait d’un gouvernement du Parti « socialiste », mais l’héritier évident de François Hollande en 2017 était Macron. Définitivement plus que l’ancien candidat PS et son positionnement très à gauche. Enfin, tout cela pour dire que le destin politique de la France est particulièrement noir et le militantisme anti-Mélenchon que je vois et lis sur le Net, surtout celui en provenance de membres de son allier naturel (le PCF) et d’autres factions de la gauche, ressemble franchement à de l’autodestruction, voir du nihilisme. Ça l’est d’autant plus si l’on se rappelle les résultats obtenus en 2017 et considérant les actuelles circonstances qui sont encore plus propices aux changements qu’il ne l’était il y a 4 ans !

Pourtant, je comprends que le nihilisme soit en hausse là-bas, puisqu’il l’est aussi chez nous (au Québec). Le nihilisme est un sentiment assez naturel après une phase de déception. Cependant, il arrive bien souvent que le nihilisme soit également le vecteur de changements idéologiques qui peuvent s’avérer particulièrement nocifs. Le vieil électorat péquiste, par exemple, est très avancé dans cette voie et la mutation définitive du nationalisme de libération en conservatisme identitaire est quasiment acquise. Le soutien populaire dont jouit la CAQ (le parti actuellement au pouvoir) malgré sa gestion autoritaire et paternaliste, qui ne va pas sans rappeler celle du parti libéral, s’explique en bonne partie par cette mutation. Même si la CAQ a perdu le soutien des groupes populistes, qui se sont convertis au conspirationnisme entre temps, cela ne les empêchera pas de reprendre le pouvoir facilement, dans l’état actuel des choses.

Comme en France, les luttes intercommunautaires et partisanes ont bien souvent comme conséquence d’empêcher tout regroupement de masse autour d’une formation politique, voire d’un simple projet de société. C’est d’ailleurs décevant que cela soit le cas en ce moment, puisque la situation comporte plusieurs opportunités politiques majeures. Les fondamentaux sont bien là, mais ce sont les forces sociales qui sont aux abonnés absents. Ce qui n’est pas du tout le cas de l’extrême droite, qui fait feu de tout bois et qui est en hausse un peu partout dans le monde.

Le Québec n’est pas menacé comme le sont la France ou les États-Unis, mais le terreau est tout de même là. Ce qui protège encore le Québec et le Canada, hormis le système politique, est le manque de leadeurs et le « ticounisme » (l’amateurisme) de ses militants. Néanmoins, des influenceurs émergent de jour en jour dans les médias comme le Journal de Montréal ou les radios parlées, mais pour le moment, le véhicule politique reste absent. Le seul représentant d’extrême droite actuellement électibles en politique est Maxime Bernier et son Parti populaire, mais ceux-ci ne forment pas une menace. En fait, le système électoral canadien n’est pas très adapté à l’émergence de nouveaux partis (c’est fait exprès).

Un peu comme aux États-Unis, c’est de l’intérieur des partis institutionnels que peuvent provenir les futurs « Duces ». Mais ceux-ci n’apparaîtront pas par magie, mais en réaction à une menace que la population percevra à tort ou à raison et qui devra bien sûr être combattue par un pouvoir « fort ». Le populisme de droite doit s’appuyer sur les peurs de la population et ces peurs ne peuvent évidemment pas être de nature sociale, puisque l’usage historique du fascisme est justement d’embrouiller l’identité de classes. Le ressort à l’islamophobie est devenu une carte maîtresse pour ce genre de personnage, mais depuis quelque temps, la lutte aux théories de la deuxième gauche (ce qu’on appelle désormais le « wokisme ») est aussi devenue extrêmement payante, puisque cette gauche organise elle-même sa propre caricature et s’offre à la droite comme un épouvantail bien pratique.

On dit souvent que l’Histoire bégaie et il est vrai que la situation présente pose un certain nombre de similitudes avec des périodes antérieures. D’abord, la situation économique des puissants est sur la corde raide et leurs contradictions les rendent incapables de refonder le libéralisme pour le rendre pérenne. Ensuite, les anciens partis politiques sont à peu près partout en train de s’effondrer ou en perpétuelle mutation, ce qui rend presque impossible la mise en place d’un projet politique faisable, au profit de la communication la plus délétère. Ajoutez à cela un contexte d’irrationalité et de religiosité grandissante, dans un monde où la sociabilité et la sensibilité sont gérées par les réseaux sociaux, et vous avez une société qui part en vrille.

Concernant le progressisme petit-bourgeois. Comme vous le savez sans doute, ce que l’on appelait deuxième gauche, et maintenant « wokisme », est le produit de plusieurs décennies de travail intellectuel voulant faire sortir la gauche politique du dilemme communisme contre capitalisme, en élargissant le champ d’étude des problèmes sociaux. Noble idée, dirons-nous. Et l’évolution des sociétés, depuis les changements de mœurs en passant par l’immigration, nécessitait bien cette contribution, mais la baisse d’influence des partis communistes et la droitisation des sociaux-démocrates, a renversé la situation et crée d’autres problèmes non moins graves.

Le regard tenu sur le volet identitaire dans les problèmes sociaux lève le voile sur des problèmes et des tabous qui portaient préjudice au mouvement social. Cela est incontestable. L’homophobie, le racisme et le sexisme étaient des tares qui devaient être soulevées et combattues, même à l’intérieur du prolétariat. Cependant, ces causes pour la représentation identitaires ont pris une place démesurée à gauche. Au point de faire jeu égal avec la guerre des classes, quand elle ne la nie pas carrément ! Ce genre de progressisme devient donc « capitalist friendly » et peut aisément se faire récupérer par la bourgeoisie, qui cherche à pêcher du vote progressiste à peu de frais (Trudeau, Biden, Macron, etc.). C’est pourquoi je parle de progressisme bourgeois.

Néanmoins, le véritable problème ne se trouve pas seulement là. Celui-ci est également idéologique. Depuis l’explosion des causes identitaire et surtout depuis l’exacerbation du concept d’espace sécurisé (« safe space »), on perd des acquis doctrinaux fondamentaux, qui faussent l’analyse rationnelle du monde au profit d’un relativisme qui pose plus de problèmes qui offrent de solution. Pensons juste à ce concept idiot de « classisme » (discrimination sur la base de la classe sociale), qui emprunte aux causes identitaires son substrat idéologique. S’il est vrai que les pauvres peuvent bien être blessés par la stigmatisation des riches, l’idée de « safe space » pour les pauvres, qui auraient un soi-disant besoin d’être respectés par les riches, est une aberration et une insulte à la dialectique, puisque cela revient à promouvoir la collaboration de classes !

D’autre part, le rapport trouble à l’identité des minorités et des majorités pose également un grave problème, puisqu’elle essentialise les identités tout en les présentant comme des constructions sociales, ce qui rend leurs thèses incompréhensibles par la population et la fait même passer pour raciste (ce qu’elle est parfois aussi, il faut l’avouer). Pire encore, plus le processus de radicalisation se poursuit sur les réseaux sociaux, plus les thèses de la nouvelle gauche perdent de vue les pratiques politiques concrètes et prennent le ton d’une posture morale individuelle en recherche de reconnaissance. Les réseaux sociaux étant ce qu’ils sont, tout ce petit monde ajoute leur petite touche de radicalité et un jour après l’autre, année après année, ils en viennent à oublier complètement la lutte des classes. Cette évolution est devenue une telle caricature que des millionnaires racisés et des têtes couronnées peuvent désormais se permettre de parler de « privilèges blancs » et de premiers ministres en exercice se permettent de manifester contre le racisme systémique ...

La dérive idéologique des identity politics est donc un véritable problème à gauche, puisqu’elle détruit les bases de l’identité de classe en divisant la population en catégorie identitaire concurrente. Au point même de maintenant se méfier des principes rationalistes et universalistes qui faisait autrefois consensus à gauche. Et c’est d’autant plus le cas, qu’ils sont désormais habillement récupéré par la droite et l’extrême droite afin de monter le prolétariat dit « blanc » contre le prolétariat racisé. Et comme pour les adeptes de la morale petite-bourgeoise résonne souvent de façon binaire, un principe récupéré par la droite, même s’il est présenté de façon hypocrite, devient un argument de droite ! C’était le cas hier pour la liberté d’expression, c’est en trait d’être aussi le cas pour l’universalisme et l’inexistence des races (l’antiracisme quoi !).

Il y aurait fort à dire sur l’évolution récente des thèses de la deuxième gauche et surtout de leur expression sur les réseaux sociaux, mais l’idée n’est pas d’ajoutée de la division, mais bien de promouvoir l’unité des forces sociales. Néanmoins, cela ne peut pas se faire à n’importe quel prix, notamment celui de la collaboration de classe. L’intersectionnalité des luttes est un concept qui est nécessaire dans la situation présente puisqu’il représente un compromis dans la diversité des causes qui anime la gauche. Cependant, l’intersectionnalité promue par les plus extrémistes de la deuxième gauche ressemble plus à une politique de caste qui lutte contre le groupe majoritaire, qu’une rationnelle coordination des causes identitaires et sociales. Pourtant, cela serait si facile étant donné que les discriminations systémiques ont toutes la même origine : le capitalisme !

Au lieu de cela, on préfère semer la zizanie dans les groupes militants sur des bases identitaires qui devraient être déconstruites, mais qui sont imposées aux gens, en dehors de tout mérite ou vice personnel. Cela porte son lot de problèmes, mais l’élément le plus grave est que cette folie identitaire répugne de jour en jour davantage la participation de la majorité de la population alors même que c’est à travers l’action de celle-ci que le système peut être changé. Et si une majorité de ces gens se tourne dans l’abstention ou le cynisme, ceux qui sont le plus choqués par ce genre « d’intersectionnalité » iront grossir les rangs du populisme de droite.

C’est exactement ce qui se passe en France et aux États-Unis et c’est aussi ce qui risque d’arriver ici, lorsqu’une personnalité inattendue et disposant de charisme décidera de faire son Trump. Comme je l’expliquais plus haut, c’est le terreau social qui fait émerger les monstres et tout est fait pour que ceux-ci apparaissent. Pourtant, il serait simple et logique de s’entendre sur un programme minimal basé sur une réelle intersectionnalité des luttes. Mais non ! Tantôt c’est l’ego des politiques ou ceux des justiciers du net, tantôt c’est la partisanerie qui favorise le parti au détriment des causes qu’il défend. Tout est fait pour installer le cynisme et favoriser l’essor de la droite, malgré ce boulevard progressiste qu’offre l’actuel effondrement du néolibéralisme ...

Enfin, j’espère que j’ai tort et peut-être que c’est moi qui vois du noir partout, mais pour l’heure on ne va pas du tout dans la bonne direction. Mais comme la seule bataille perdue d’avance est celle que l’on ne mène pas, je vais essayer de me refroidir l’esprit et revenir un tant soit peu dans cette fameuse bataille d’idées.

Espérons juste que je ne sois pas le seul !

Benedikt Arden (avril 2021)

»» http://www.rebellium.info/2021/04/2021-odyssee-de-limpasse.html
URL de cet article 37062
  

Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous faisons semblant de ne pas comprendre le lien entre notre confortable niveau de vie et les dictatures que nous imposons et protégeons par une présence militaire internationale.

Jerry Fresia

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.