RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
14 

Le bruit des bottes …

Le 21 février dernier, le président russe déclarait la mort des accords de Minsk et proclamait officiellement la reconnaissance des républiques séparatistes du Donbass. Les conséquences de cette décision furent aussi radicales qu’immédiates, puisque celle-ci impliquait de répondre à l’aide militaire demandée par les représentants des républiques séparatistes, mais correspondait également à l’invasion de l’Ukraine, pour tous ceux qui ne reconnaissent pas ces territoires comme souverains. En cette période de forte tension entre l’Ouest et l’Est, ceci ne pouvait pas moins bien survenir et les conséquences de ce choix ne pouvaient qu’empirer la situation des Ukrainiens.

Cette reconnaissance peut sans doute paraitre louable à tous ceux qui reconnaissent la légitimité du combat des gens du Donbass, mais la vérité est que les conséquences de cette opération militaire provoqueront de véritables catastrophes pour tout le monde. Ceci, incluant le peuple du Donbass qui n’est pas moins ukrainien que le reste de la population !

Depuis une dizaine d’années, la Russie est présentée comme le pays voyou par excellence. Médias et politiques diabolisent à fond et tout est bon pour présenter ce pays comme un modèle de crapulerie. Des Jeux olympiques de Sotchi, à la guerre en Syrie, en passant par les élections américaines, tout est fait pour diaboliser la Russie et cela n’est pas si difficile à faire en plus. La Russie étant un pays de longue tradition impérialiste, elle agit comme tel pour sanctuariser sa zone d’influence politique et économique. Même les 70 ans de socialisme n’ont pas été en mesure d’extraire cette mauvaise habitude et les dirigeants soviétiques ont trop souvent agi en brute pour faire valoir les intérêts de l’union. Évidemment, les impérialistes américano-britanniques ne se sont jamais privés de faire les mêmes basses œuvres que les Russes, seulement ceux-ci ont développé un art de la subtilité qui a trop souvent fait défaut aux dirigeants russes.

Depuis les tous débuts de sa création, l’objectif de l’OTAN a toujours été d’encercler la Russie et ses alliés. Malgré la conversion de l’Union soviétique en fédération capitaliste, cet objectif s’est tout de même maintenu avec les années. Que l’objectif de maintenir le pantin des Américains (Boris Eltsine) au pouvoir ait été réalisé au détriment d’un retour du « stalinisme » (avec le nouveau parti communiste de Gennadi Ziuganov) ou de l’arrivée massive de l’investissement américain, rien ne semble pouvoir rendre ce pays fréquentable. Il faut dire que la Russie reste un rival de choix pour l’ordre libéral des États-Unis d’Amérique. De plus, l’économie américaine étant très largement stabilisée par son complexe militaro-industriel, le maintien en activité de l’OTAN et de ses très lucratives commandes d’armement, devait, du coup, motiver l’entretien d’un ennemi crédible. Et cet ennemi a toujours été principalement la Russie, même si la Chine est elle aussi dans le giron de l’OTAN.

Depuis la fin des années 2000, les choses ont continué de se dégrader et l’accord tacite de ne pas s’étendre à l’Est, conclus lors de l’effondrement de l’URSS, lui aussi. Une nouvelle guerre froide se mettait donc en place et à coup de révolution colorée et de « Soft power », la Russie sut étonnamment répondre de manière intelligente et stratège. Notons que le successeur de Eltsine, Vladimir Poutine, était réputé comme un fin joueur d’échecs et se servait le plus souvent des bourdes des Américains et de l’OTAN à son avantage. Ceci fut tout particulièrement le cas lors de la guerre en Syrie, mais également pour ce qui est de la question ukrainienne. Enfin, jusqu’à maintenant ...

Rappelons que l’Ukraine actuelle (celle reconnue à l’ONU) étant une création de l’Union soviétique, celle-ci fut organisée comme un État tampon, équitablement divisée entre ukrainophone et russophone, afin d’éviter que l’État ne dérive vers le nationalisme. Au lendemain de la chute de l’URSS, la déclaration d’indépendance de l’Ukraine exprimait d’ailleurs « son intention de devenir un État neutre, qui ne participe à aucun bloc militaire »(1). L’Ukraine devait donc se constituer comme un État non-aligné.

Mais le retour du nationalisme dans les anciennes Républiques socialistes d’Europe de l’Est finit par atteindre le monde slave et fit son œuvre pour délégitimer tout le legs du socialisme, jusqu’à tomber dans l’anticommunisme le plus radical. Trop souvent confondu avec l’impérialisme et l’autocratie des dirigeants de l’URSS, le communisme fut complètement repeint en monstruosité totalitaire (bien sûr aidée par la faiblesse de la nouvelle Russie capitaliste et la doctrine néolibérale), l’anticommunisme des pays d’Europe de l’Est finit même par réhabiliter de façon plus ou moins discrète des personnalités nazies.

Ce fut le cas notamment dans les pays baltes, mais aussi en Ukraine. L’Ukraine a ceci de spécial que la partie Ouest du pays (la Galicie) est le cœur du nationalisme ukrainien, mais aussi le centre de la collaboration avec les nazis, lors de la Deuxième Guerre mondiale. L’un des intellectuels les plus connus du nationalisme ukrainien, et récemment réhabilité, est Stepan Bandera, qui dirigea l’Organisation des nationalistes ukrainiens, qui luttait contre l’Union soviétique et qui participa à la création de la Légion ukrainienne, sous commandement de la Wehrmacht. Le souvenir de l’ex-URSS étant plus frais que ceux de la dernière guerre mondiale, bien des Ukrainiens de l’Ouest finir par interpréter la défaite de l’occupant nazi comme une « invasion soviétique ». Bien sûr, cette façon de réécrire l’histoire n’est pas partagée par tout le monde en Ukraine (notamment à l’Est), mais on peut aisément comprendre que la nostalgie de l’URSS comme du nazisme implique avant tout un aspect identitaire, qui a souvent moins à voir avec la politique qu’avec l’antagonisme russophone/ukrainophone.

Le problème ukrainien, quoiqu’imposant une forte instabilité dans le pays, se maintenait en paix toute relative, tant que le pays pouvait voter dans sa globalité et trouver une politique médiane entre l’aspiration à l’Ouest et la proximité du grand frère russe. Cependant, la crise de l’Euromaïdan et le putsch qui lui a succédé ont brisé cet équilibre et on permit aux Ukrainiens de l’Ouest d’imposer leur vision à l’autre moitié du pays. C’est à ce moment que l’offensive s’est faite contre la langue russe et devait assimiler l’ensemble du peuple pour transformer un état multiculturel en État ethniquement ukrainien. C’est dans ce contexte que les plus extrémistes des nationalistes ont été en mesure d’influencer le gouvernement (via le vice-premier ministre Oleksandr Sytch du parti d’extrême droite Svoboda) et de se former en milices pour semer la terreur chez les russophones et ainsi leur faire prendre les armes, avec les conséquences que l’on connait ...

Dès lors, le fragile équilibre du pays bascula du côté des nationalistes ukrainiens et le pays se coupa en deux. La première sécession se produit en Crimée, qui pour des raisons stratégiques (2) fut rapidement intégrée à la Russie. Ensuite vint le soulèvement du Donbass, qui devait rapidement s’enliser et finir par devenir une petite enclave en guerre contre tous les gouvernements qui suivirent. Au départ, la Russie se tenait en retrait, malgré les accusations de Kiev et des occidentaux, mais, pour des raisons encore aujourd’hui inexplicables, Vladimir Poutine a finalement renoncé à sa politique de prudence pour jouer les va-t’en guerre avec les conséquences que l’on connait aujourd’hui.

Et ces conséquences sont catastrophiques, autant pour les ukrainophone que les russophones d’Ukraine. Contrairement à ce que la majorité des observateurs sérieux ont d’abord cru, l’armée russe ne s’est pas contentée de soutenir militairement le Donbass, mais s’est donné comme objectif d’envahir l’Ukraine, pour visiblement renverser l’actuel gouvernement et « dénazifier le pays ». Comme je l’ai mentionné ci-dessus, le militantisme néonazi est une réalité préoccupante dans tous les pays d’Europe de l’Est, mais, pour autant, elle n’impliquait pas un risque politique à ce point grave qu’elle mériterait une déclaration de guerre !

Cette intervention guerrière est d’autant plus absurde d’un point de vue russe, que toute la sympathie que le pays pouvait profiter (en raison de l’encerclement de l’OTAN et de la déstabilisation dont ils sont les victimes) s’envole, sans compter qu’il valide tout le narratif des occidentaux et renforce une alliance qui commençait pourtant à se fissurer. Aujourd’hui, toute la communication des pays de l’OTAN et des va-t’en guerre atlantiste se drapent de la toge blanche de la paix et du droit international et cela me tue de l’écrire, mais ils ont raison ! Poutine est fautif dans cette affaire et il est en train de détruire tout l’héritage que son peuple pouvait encore hier lui attribuer. Même en ce qui touche la juste cause du Donbass, ces habitants seront désormais considérés à l’international comme des collaborateurs d’une invasion et non plus les victimes d’un État xénophobe. Cette intervention est même en train de transformer des politicards corrompus et des milices néonazies en héros de la résistance face à une armée impérialiste bien plus puissante qu’elle.

C’est le mythe judéo-chrétien de David contre Goliath qui se superpose à une réalité bien moins rose et cette page d’Histoire, celle qui s’écrit sous nos yeux, est le fait de Vladimir Poutine, même si je rappelle que c’est l’OTAN qui a semé les graines de la discorde, au départ. Poutine avait bien d’autre façon de procéder que d’agir en brute impérialiste et il payera cette erreur devant l’Histoire et tout ce qui voulait protéger sera sali par cette décision.

Aujourd’hui, je m’attriste pour les victimes de la violence de la guerre, mais aussi pour ces Ukrainiens du Donbass qui seront traînés dans la boue et qui n’auront plus la chance de gagner moralement leur cause. Je me désole aussi de cette guerre fratricide qui va créer un fossé de plusieurs générations entre peuples slaves, qui ne pourra que profiter aux impérialistes anglo-américains et à leur machine de guerre. Je m’afflige également de cette réécriture de l’Histoire qui présente l’Union soviétique comme un impérialisme totalitaire alors qu’il a donné corps à l’Ukraine moderne et a libéré les peuples de l’Est de la barbarie nazie. Au final, c’est même l’idée généreuse et libératrice du communisme qui s’en trouve entaché par la folle croisade de Poutine.

Croisade qui ne pourra engendrer que du sang et des larmes et qui ternira la mémoire de ces Russes qui ont vaincu le Reich et auquel nous devons tant !

Benedikt Arden, mars 2022

(1) Déclaration d’indépendance ukrainienne.
(2) Notamment en raison des bases militaires russes et du port de Sébastopol.

»» http://www.rebellium.info/2022/03/le-bruit-des-bottes.html
URL de cet article 37841
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans la souffrance, la crise à Haiti offre des opportunités aux Etats-Unis. A part fournir une aide humanitaire immédiate, la réaction des Etats-Unis au séisme tragique à Haiti offre des opportunités pour remodeler le gouvernement d’Haiti depuis lontemps en dysfonctionnement ainsi que son économie afin d’améliorer l’image des Etats-Unis dans la région.

Publié sur le site de Heritage Foundation,
janvier 2010
Quelques jours après le séisme à Haiti.

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.