Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le Pérou aussi est dans le collimateur.

Le deuxième tour des élections présidentielles va avoir lieu en Juin dans ce pays d’Amérique Latine jusqu’à présent bien obéissent aux Etats-Unis (bases de l’OTAN). Si le candidat progressiste, Ollante Humala, est élu, il pourrait lui venir à l’idée de rejoindre l’ALBA, qui sait ? Alors qu’il n’y a aucun risque de ce genre avec la fille du Dictateur Fujimori, Keiko Fujimori, qui semble partager les idées et méthodes de son père, et est « soutenue » par les riches et les USA.

DONC :

Ils dénoncent un plan médiatique pour saper Humala

Le candidat à la vice présidence (...), Omar Chehade, et le directeur du journal local "La Primera", Omar Wiener ont dénoncé le plan médiatique appelé "Plan Sabana" , dont le but est de dévaloriser l’image du candidat à la présidence Ollanta Humala pour le deuxième tour des élections qui doit avoir lieu en juin.

Lors d’une entrevue exclusive accordée à Télésur, aussi bien Chechade que Wiener ont exprimé que les médias liés aux secteurs économiquement les plus puissants du Pérou ont entrepris il y a des semaines d’accomplir un plan dont l’unique but est la déformation et la dépréciation de l’Image de Humala avant l’approche du deuxième tout des élections présidentielles.

Le plan a été dénoncé d’abord par le journal "La Primera", qui précise que son danger réside en ce qu’il prétend faire baisser la popularité du candidat de "Gana Peru" par la diffusion de bandes audios et vidéos truquées.

Les éléments, selon ce qui est expliqué, impliquent l’épouse du candidat, Nadine Heredia, en conversation avec des autorités diplomatiques vénézuéliennes pour de supposés financements, et ils tentent en plus de faire voir le candidat comme corrompu.

Devant ce fait, le porte-parole de "Gana Peru", Chehade, a observé que la campagne de discrédit était ourdie depuis le gouvernement avec la participation de politiques, d’entrepreneurs et de médias, et il a souligné qu’"il devait y avoir une enquête sur elle parce qu’elle met la démocratie en danger".

Avis appuyé par Wiener qui a expliqué en outre que la campagne "sera déployée par phases", parmi lesquelles "la première est d’utiliser l’image du journaliste James Baily pour créer un programme d’accusations".

De la même façon, il a expliqué que la deuxième phase consiste (probablement) à faire des "révélations" soutenues par les Renseignements, "auxquels la police va remettre des documents audio et video pour les lier au Vénézuéla" et dire qu’ils ont obtenu de l’argent de ce gouvernement.

En dépit de ces éléments, Chedahe a insisté sur le fait que la campagne n’affecterait pas les actions du candidat et il a souligné "qu’au lieu de répondre à la campagne sale", sera revalorisée la lutte des idées.

"Nous sommes en train de diffuser des idées, à propos de ce que les gens pourraient savoir de nos projets, de notre préoccupation concernant les plus pauvres, des programmes pour les retraites et les mères et femmes enceintes" a-t-il souligné.

Lors du premier tour des élections, qui a eu lieu au Pérou le 10 Avril dernier (...) le candidat progressiste Ollante Humala a été proclamé vainqueur avec 4 600 000 voix, soit 31,7 % des voix.

En deuxième se situe la conservatrice Keiko Fujimori, qui a été appuyée par 3 400 000 électeurs, bien qu’elle soit la fille du dictateur Alberto Fujimori, condamné pour crimes contre l’humanité et mis en cause actuellement pour délits de corruption.

Les résultats des trois enquêtes nationales donnent comme résultat l’égalité entre les candidats, bien que la majorité continue à mettre en évidence un léger avantage pour Humala.

Il y a deux jours, ce fut la première fois que Fujimori a rejoint Humala en ce qui concerne les intentions de vote des Péruviens, avec 40 % des voix chacun, les 20 % restants étant ceux des indécis.

http://www.radiomundial.com.ve/yvke/noticia.php?t=490131&imprimir=1

Et voilà ce qui leur arrive :

Des couronnes mortuaires ont été envoyées aux dirigeants d’un journal péruvien après qu’il aie dénoncé un complot contre Humala.

12 Mai 2011 - Les dirigeants du journal "La Primera" ont reçu ce mercredi deux couronnes mortuaires après avoir rendu public un présumé complot contre la candidature à la présidence du Nationaliste Ollante Humala.

Le journal a donné une information sur un supposé "Plan Sabana", mis en oeuvre apparemment par des proches du Gouvernement, des entreprises et des médias, ayant pour but de discréditer le candidat de "Gana Peru" par une campagne de peur et par des liens de celui-ci avec le président du Vénézuéla, Hugo Chavez.

L’envoi des deux couronnes mortuaires était au nom de directeur de "La Primera", Cesar Levano, et du président de son groupe de direction Arturo Belaúnde.

De plus, Levano a affirmé dans son éditorial que la rivale de Humala pour le second tour des élections péruviennes, Keiko Fujimori, "est politiquement le portrait vivant de celui qui fut le chef de la mafia", en allusion au gouvernement de son père Alberto Fujimori entre 1990 y 2000.

Celui qui a en charge la défense du peule, Eduardo Vega, dans un communiqué de presse de ce jeudi, s’est prononcé contre la tentative de menace touchant les directeurs du journal péruvien, signalant que c’est "un acte d’intolérance et d’hostilité à l’égard de la liberté d’expression".

Vega a fait part de sa solidarité avec Levano pour les intimidations dont il a été victime et "n’a pas caché être préoccupé par les niveaux d’intolérance dans lesquels se déroule ce moment politique que vit le pays." ajoute l’information.

Le défenseur du Peuple a en outre insisté sur le fait que, pour le bien de la démocratie, il faut "mettre un frein à ce type de situations et insuffler la tolérance et le débat démocratique".

"Rien ne justifie les actes de violence enregistrés ces jours derniers contre des hommes de presse pas plus que contre n’importe quel citoyen", a ajouté Vega et il a exhorté les autorités à entreprendre une enquête sur ce cas afin de déterminer les responsabilités.

www.aporrea.org/internacionales/n180805.html

Ollanta Humala demande aux Péruviens de voter sans PEUR

http://www.diariouniversal.net/2011/04/08/ollanta-humala-pide-a-los-pe...

URL de cet article 13701
   
Même Thème
Donde Estan ? ; Terreurs et disparitions au Pérou (1980-2000)
Daniel Dupuis
La pratique des arrestations illégales, des tortures et des exécutions en dehors de tout procès régulier puis de la dissimulation des dépouilles (d’où le terme de « disparus ») est tristement célèbre en Amérique latine où les dictatures ( l’Argentine de la junte militaire, le Paraguay dirigé par le général Alfredo Stroessner, le Chili tenu par Augusto Pinochet...) y ont eu recours. De 1980 à 2000, sous un régime pourtant démocratique, l’armée du Pérou n’a pas hésité à recourir à la terreur pour combattre la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La démocratie et les droits de l’homme ne nous intéressent que très peu. Nous utilisons simplement ces mots pour cacher nos véritables motifs. Si la démocratie et les droits de l’homme nous importaient, nos ennemis seraient l’Indonésie, la Turquie, le Pérou ou la Colombie, par exemple. Parce que la situation à Cuba, comparée à celle de ces pays-là et de la plupart des pays du monde, est paradisiaque »

Wayne Smith, ancien chef de la Section des Intérêts Américains à La Havane (SINA) sous l’administration Reagan


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.