RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Mark CURTIS

Le gouvernement britannique refuse de communiquer des informations sur la juge d’Assange, qui a 96% d’antécédents en matière d’extradition (Declassified.uk)

Mark CURTIS, Matt KENNARD
Le ministère britannique de la justice bloque la publication d'informations élémentaires sur la juge qui doit statuer sur l'extradition de Julian Assange vers les États-Unis dans ce qui semble être une application irrégulière de la loi sur la liberté de l'information. Declassified a également découvert que la juge, Vanessa Baraitser, a ordonné l'extradition dans 96% des affaires qu'elle a présidées et pour lesquelles des informations sont accessibles au public. Baraitser a été nommée juge de district en octobre 2011 au Chief Magistrate's Office de Londres, après avoir été admise comme avocate en 1994. Aucune autre information à son sujet n'est disponible dans le domaine public. Baraitser a été critiquée pour un certain nombre de ses jugements à ce jour concernant Assange, qui est incarcéré dans une prison de sécurité maximale, HMP Belmarsh à Londres, depuis avril 2019. Ces décisions incluent le refus de la demande de libération sous caution d'urgence d'Assange pendant la pandémie de Covid-19 et le fait de (...) Lire la suite »

Le ministre britannique qui a approuvé la demande d’extradition d’Assange s’est exprimé lors de conférences américaines secrètes demandant qu’il soit "neutralisé". (Daily Maverick)

Mark CURTIS, Matt KENNARD

Le ministre britannique qui a approuvé la demande controversée des États-Unis pour que le Royaume-Uni extrade l’éditeur Julian Assange a assisté à six réunions secrètes organisées par un institut américain qui a publié des appels à l’assassinat ou la neutralisation d’Assange

Sajid Javid, qui a été ministre de l'Intérieur britannique d'avril 2018 à juillet 2019, a participé à des "discussions de stars" et à des "cocktails" dans le cadre d'une série de conférences officieuses auxquelles participaient des personnalités de haut niveau de l'armée et des services de renseignement américains dans une station balnéaire insulaire 5 étoiles au large des côtes de Géorgie (États-Unis). Nombre des participants ont été exposés dans les publications de WikiLeaks et ont demandé la fermeture de l'organisation. Javid a signé la demande d'extradition de l'administration Trump pour Assange en juin 2019. Il était ministre de l'intérieur de la Grande-Bretagne jusqu'à sa démission il y a 9 jours. Un des critères selon lequel un ministre de l'intérieur britannique peut bloquer l'extradition vers les Etats-Unis est que "la personne risque la peine de mort". Le mois précédant sa nomination au poste de ministre de l'Intérieur en avril 2018, Javid s'est rendu en Géorgie pour le "forum mondial" de (...) Lire la suite »

La juge de Julian Assange et les liens de son mari avec l’armée britannique révélés par WikiLeaks (Daily Maverick)

Matt KENNARD, Mark CURTIS

Le mari de Lady Emma Arbuthnot, la magistrate en chef de Westminster qui supervise l’extradition du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, vers les États-Unis, a des liens financiers avec l’establishment militaire britannique, y compris des institutions et des individus exposés par WikiLeaks.(…)

Traduction : https://www.facebook.com/notes/toute-la-avec-assange-french-action-4-a... LIEN ORIGINAL : https://www.dailymaverick.co.za/article/2019-11-14-julian-assanges-jud... Lord Arbuthnot of Edrom, ancien ministre de la défense, est président rémunéré du conseil consultatif de la société militaire Thales Group, et a été jusqu'au début de cette année, conseiller de la société d'armement Babcock International.Les deux sociétés ont d'importants contrats avec le ministère britannique de la Défense (MOD). Les révélations mettent en lumière les préoccupations relatives aux conflits d'intérêts. Lady Arbuthnot a commencé à présider le procès d'Assange en 2017 et a décidé en juin de cette année qu'une audience complète commencerait en février prochain pour examiner la demande d'extradition du Royaume-Uni présentée par l'administration Trump. Les juges britanniques sont tenus de déclarer tout conflit d'intérêts potentiel aux tribunaux, mais nous croyons comprendre que Lady Arbuthnot ne l'a pas fait. Lady Arbuthnot (...) Lire la suite »