RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Abdelkader DEHBI

Que se cache-t-il derrière ces provocations récurrentes contre le peuple algérien ?

Abdelkader DEHBI

Dans la foulée de la prétendue "gaffe" de la dame Géneviève de Fontenay, lançant depuis la scène de l'élection de "miss Algérie", son désormais tristement célèbre "Algérie française", les algériens ont eu droit aux "conseils avisés" de M. Gérard Longuet, ancien ministre dans plusieurs gouvernements français de droite et lui-même transfuge de l'extrême droite durant ses jeunes années, puisqu'il fut l'un des fondateurs d'Ordre Nouveau, groupuscule violent, d'Extrême Droite, puis rédacteur assumé, du programme économique du Front National... Excusez du peu.

Qui aurait imaginé l'Algérie ballotée entre les insultes d'une vieille rombière parisienne comme la Geneviève de Fontenay et celles d'un demi-sel de la délinquance politique française, comme le Gérard Longuet ? Et pourtant ! Dans la foulée de la prétendue "gaffe" de la dame Géneviève de Fontenay, lançant depuis la scène de l'élection de "miss Algérie", son désormais tristement célèbre "Algérie française", les algériens ont eu droit aux "conseils avisés" de M. Gérard Longuet, ancien ministre dans plusieurs gouvernements français de droite et lui-même transfuge de l'extrême droite durant ses jeunes années, puisqu'il fut l'un des fondateurs d'Ordre Nouveau, groupuscule violent, d'Extrême Droite, puis rédacteur assumé, du programme économique du Front National... Excusez du peu. Or, que dit M. Longuet aux algériens ? Rien moins que d'adopter comme langue, la langue française, parce que, a-t-il dit, "elle est plus moderne et plus scientifique que la langue arabe"... faisant preuve d'une ignorance crasse, sur la (...) Lire la suite »
17 
De la démocratie en Algérie...

Ils ont osé !

Abdelkader DEHBI

Des forfaitures caractérisées qui, dans un État de droit digne de respect, auraient entrainé M. Bouteflika et ses complices – civils et militaires – devant une Haute Cour de Justice de la République.

Ils ont osé ! L'annonce faite hier samedi 16 novembre 2013, par le parti du FLN, qu'il portait son choix sur M. Bouteflika en tant que candidat pour un 4ème mandat consécutif, constitue à la fois, un acte de mépris et une indécente provocation à l'égard du peuple algérien profond, en raison du profond délabrement physiologique et intellectuel à la fois de l'intéressé, fortement diminué par ses pathologies diverses. Mais la disqualification de M. Bouteflika a des raisons beaucoup plus graves. Au-delà de ses problèmes de santé, qui sont récurrents depuis 2005, et dans les méandres desquels la camarilla mafieuse et corrompue, pilotée par son frère Saïd Bouteflika, veut entrainer l'opinion publique, c'est la disqualification MORALE du Chef de l'État et de son entourage, au regard de la longue liste de scandales financiers, de grande corruption et de forfaitures qui ont gravement entaché l'honneur de notre pays et blessé la fierté du peuple algérien. Dans un pays digne de respect, c'est devant une Cour de (...) Lire la suite »

Algérie : Il n’y a plus place pour le silence !

Abdelkader DEHBI

Car, en ce début de Septembre 2013, plus de vingt et un ans après le Coup d’Etat criminel du 11 Janvier 1992, perpétré par la junte des généraux "dafs" putschistes contre la volonté du peuple algérien, démocratiquement exprimée en faveur du Front Islamique du Salut, nous assistons à une nouvelle forme de Coup d’Etat de palais…Un putsch soft, sur le mode "complotiste" et dont la trame aura été patiemment tissée, tout au long de l’hospitalisation, puis de la longue convalescence du Chef de l’Etat à Paris, par les principaux protagonistes. En particulier le Chef de l’Etat, flanqué de son frère Saïd Bouteflika, ainsi que le général Ahmed Gaïd-Salah, Chef d’Etat-Major de l’ANP sous le parrainage trop zélé pour être honnête, de représentants de l’ex-puissance coloniale aux allures de barbouzes – entre les murs lambrissés de l’Hôtel des Invalides-sur-Scène…

Il n'y a plus place pour le silence ! Lettre d'un citoyen ordinaire à ses concitoyens et accessoirement, à l'adresse de M.M. Bouteflika et consorts Les dernières mesures annoncées par la présidence de la république et portant sur le remaniement du gouvernement ainsi que sur d'importants transferts d'attributions au sein du ministère de la Défense nationale, avec à la clé, l'éviction des deux chefs principaux du DRS – les généraux Médiène et Djebbar – semblent constituer un tournant décisif dans la guerre intestine du régime, opposant le clan des Bouteflika à celui du DRS. Encore qu'il soit hautement probable qu'il s'agit ici, d'une simple première manche remportée par le clan Bouteflika… Ce constat ne constitue en rien, un quelconque parti pris – loin s'en faut ! – en faveur du clan des généraux évincés du DRS. Et pour cause !, quand on sait qui est le général Mohamed Médiène dit Toufik, qui a été l'un des commanditaires principaux – avec les Larbi Belkheir, les Nezzar, les Lamari et autres généraux (...) Lire la suite »

Factum politique à l’usage du président François Hollande en visite d’Etat à Alger

Abdelkader DEHBI
Monsieur le président, Votre visite imminente au pouvoir politique en place à Alger, que vous savez illégitime et mafieux à plus d'un titre, me donne l'occasion à travers ce factum politique, de m'adresser aussi, à une opinion publique française trop souvent abusée par les mensonges, les manipulations ou les silences, d'une désinformation sournoisement orchestrée par les médias, les lobbies autres relais de l'Ordre dominant, dont la France officielle est partie intégrante ; un Ordre dominant, usurpant le statut de "Communauté Internationale" pour mieux dissimuler sa vraie nature d'idéologie hégémonique impérialiste, sioniste et raciste, fondée sur les postulats détestables de l'exploitation, du bellicisme et de l'exclusion ; un Ordre dominant, parfaitement conscient des nouvelles donnes géostratégiques, doublées d'une conjoncture de crise économique persistante annonçant la fin prochaine de sa suprématie, qui semble reparti pour un tour, dans une nouvelle ère de Croisade contre l'Islam et le monde (...) Lire la suite »
10 

Ca se prononce comme Collard

Abdelkader DEHBI

Bien mieux, cette véritable maladie de l’esprit - la connerie donc - est même d’une certaine façon, beaucoup plus "démocratique" que le bon sens, en ce qu’elle s’attaque, elle, indifféremment à toutes les catégories d’imbéciles, les pauvres comme les riches, les ignorants comme les intellectuels, les croyants comme les athées, les gens de gauche comme les gens de droite…etc ; avec une prédilection - chic démocratique suprême - pour les sujets notables ou supposément tels, au sein de nos sociétés, de par la résonance, les jeux, voire les enjeux médiatiques que cette notabilité-même implique.

On prétend que "le hasard fait souvent bien les choses". Pas si sûr. Preuve en est qu'on tombe quelquefois sur des proses absolument infectes qu'on regrette après coup, d'avoir lues. Tel est le cas de cette nouvelle et immonde frasque de l'avocat sulfureux, Gilbert Collard qui s'est attaqué une fois de plus, sur son mode habituel, violent, vil et vulgaire à sa cible préférée, l'Islam et les musulmans. (*) Tristement connu pour son exhibitionnisme raciste, il ne laisse pas de marge pour la retenue, à ceux qui auraient envie de lui répondre. C'est pourtant la gageure que je veux tenir, en restant relativement poli, par rapport à la virulence de ses attaques, précisément en vertu de mon éducation musulmane de citoyen algérien. On se rappelle l'immortelle répartie dans un des dialogues de film de Michel Audiard : "Les cons, çà ose tout, c'est même à çà qu'on les reconnait !"… Et le tonton flingueur de Collard n'y déroge pas. Car, si bien longtemps avant Descartes - qui enfonce là d'ailleurs, une porte (...) Lire la suite »

L’Algérie sera l’Afghanistan de l’OTAN !

Abdelkader DEHBI

Car, de même que la Guerre de Libération nationale - 1954 / 1962 - menée par le peuple algérien contre la France, appuyée par l’Otan, aura sonné pour l’Histoire, la défaite du colonialisme dans le monde, de même, demain, la résistance de ce même peuple algérien, saura montrer aux autres peuples - en particulier les peuples arabo musulmans - les chemins de la plus farouche des résistances contre un impérialisme sioniste Croisé et Etoilé, qui ne fait plus mystère désormais, ni de ses convoitises prédatrices visant l’accaparement à bon compte, de nos richesses naturelles et de nos potentialités énergétiques, ni de ses projets hégémoniques contre les peuples arabo musulman dont le réveil semble susciter en lui, les vieux démons combinés, du Colonialisme et des Croisades.

Wikileaks : Article d'El Watan du 7 Septembre 2011. http://www.elwatan.com/evenement/consequence-de-la-guerre-des-clans-bo... Conséquence de la guerre des clans : Bouteflika aurait fragilisé l'armée. Commentaire posté par Abdelkader DEHBI. L'ALGERIE SERA L'AFGHANISTAN DE L'OTAN ! L'affaiblissement de l'ANP, en tant qu'Institution majeure de la nation, est imputable à trois facteurs essentiels : 1.- le facteur humain d'abord ; car, à , la faveur du long règne sans partage sur les choses de l'armée, de leur « leader » le général Larbi Belkheir, on a assisté à l'arrivée massive à coups de promotions, à la tête de la hiérarchie supérieure de l'Institution militaire, d'une véritable vague d'officiers ex-déserteurs de l'armée française, constituant un clan mafieux, manifestement sous influence de l'ancienne puissance coloniale ; 2.- le facteur socio psychologique, d'ordre à la fois politique et éthique, lié au putsch de Janvier 1992, perpétré par ce même clan mafieux contre l'expression de la volonté (...) Lire la suite »

Le procès de Moubarak ou le pari de la révolution égyptienne.

Abdelkader DEHBI

En dépit de nombreuses interrogations qui restent encore en suspens, quant à l’issue de ce procès, il ne fait plus aucun doute désormais, que le seul fait d’avoir traduit le criminel Moubarak et ses complices par devant un tribunal pénal égyptien, constitue en soi une grande victoire pour le peuple frère égyptien qui vient de signer là , une première historique et un précédent politique et psychologique aux conséquences les plus prometteuses pour la marche irrésistible de nos peuples, vers la liberté et la dignité, la démocratie et la justice.

En ce mercredi 3 Août 2011, correspondant au troisième jour du mois sacré de Ramadan - 1432 - vient de s'ouvrir au Caire, par devant une juridiction ordinaire, un procès qui, lui, est extraordinaire à plus d'un titre : Primo : de par la qualité des prévenus, puisqu'il s'agit rien moins que de juger l'ex dictateur égyptien en personne, Mohamed Hosni Moubarak et un certain nombre de personnages symbolisant la nomenklatura du régime : à commencer par ses deux fils, A'ala et Djamal Moubarak, ainsi que l'ex ministre de l'Intérieur Habib El-Adli, et plusieurs hauts responsables civils et militaires du régime aboli ; Secundo : de par la gravité des chefs d'accusations multiples retenus contre les prévenus accusés en particulier d'avoir commandité et ordonné des vagues de répression sanglante et massive ayant entraîné des centaines de morts, de blessés et de disparitions forcées, à l'encontre de populations civiles manifestant pacifiquement contre les abus du régime ; sans compter les dizaines d'affaires (...) Lire la suite »

Dernier conseil à M. Bouteflika, Chef de l’Etat algérien.

Abdelkader DEHBI
Dans ma « dernière lettre-ouverte » datée du 5 Janvier 2011 - c'est-à -dire juste une semaine avant la chute de votre homologue tunisien, le tyran Ben Ali - je vous exhortais à prendre les devants, pour épargner à notre pays, une nouvelle tragédie de la répression. Je concluais cette lettre en vous écrivant : « « « En ces moments graves pour notre pays, j'espère de tout coeur que les émeutes populaires - les émeutes du ras-le-bol contre la hogra et l'injustice sociale - qui se déroulent un peu partout à l'heure qu'il est dans le pays, ne serviront pas de prétexte aux ennemis du peuple algérien - planqués dans les arcanes de l'Etat - pour ordonner des répressions sanguinaires contre le peuple algérien, comme ce fut le cas en Octobre 1988 et au cours de la décennie noire des années 1990. Le moment semble venu pour vous, M. le Président, de prendre conscience de votre écrasante responsabilité, en faisant preuve d'un dernier sursaut d'honneur, pour sauver ce pays en entamant d'urgence, un processus (...) Lire la suite »

Dernière Lettre Ouverte dans l’Urgence, au Président Bouteflika,

Abdelkader DEHBI
Erigée en mode de gouvernement, la fausse quiétude et l'arrogante irresponsabilité de votre pouvoir - un pouvoir dont vous êtes le chef, au moins nominal - semble avoir fait son temps. A l'heure-même qu'il est - 05 Janvier 22h00 - de la Casbah à Bab-El-Oued, d'Oran à Bach-Djarrah, de Djelfa à Belcourt, en ces premiers jours de l'année 2011, et d'un peu partout de la terre d'Algérie, proviennent aux citoyens, les bruits d'émeutes populaires, précédées de sinistres craquements, annonçant la fin de ce monstre institutionnel hideux et mafieux, corrompu et anti national, qu'est devenu le pouvoir algérien au fil des années. Particulièrement depuis que vous en avez pris la tête en 1999, sous le parrainage de vos protecteurs, les généraux putschistes sanguinaires et leurs appendices des Services sécuritaires ainsi qu'avec la complicité de tout ce bric-à -brac de clientélisme opportuniste et prédateur, sévissant dans les allées du pouvoir et composé en grande partie de supplétifs pseudo démocrates, ci-devant (...) Lire la suite »

« DESERTEC », PLATZ AN DER SONNE FàœR DEUTSCHLAND ?

Abdelkader DEHBI
A travers le colossal projet de production d'énergie solaire, baptisé « Desertec » l'Allemagne, manifestement, cherche « une place au soleil ». C'est son droit. Et c'est surtout son affaire. Comme c'est le droit et l'affaire de l'Algérie, de décider de son implication ou non dans une telle aventure énergétique. Or, à en croire l'article d'El Watan daté de ce 12 Décembre 2010 et signé de Mokrane Aït Ouarabi, - http://www.elwatan.com/actualite/le-rcd-denonce-le-parti-pris-de-boute... - il semble que ce ne soit pas tout à fait l'avis du Dr Saïd Sadi qui comme chacun sait, est accessoirement leader du RCD, positionné comme un « parti d'opposition » (sic) et qui ne prend même plus de gants aujourd'hui, pour se comporter et agir, en véritable proconsul de la nouvelle Gaule dans l'ancienne Numidie si on ose dire… Et c'est à peine de l'ironie, quand on sait - et depuis longtemps déjà - avec quels égards particuliers ledit leader du RCD est reçu - sinon perçu - en France. Et avec quel étalage dès sa descente (...) Lire la suite »