RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Eva GOLINGER
Enquête d’une journaliste, avocate et ex-conseillère d’Hugo Chavez

L’Etrange mort de Hugo Chavez (Counterpunch)

Eva GOLINGER

1. Croyez-vous qu’ Hugo Chávez a été assassiné et, si oui, qui, selon vous, aurait pu être impliqué dans cet assassinat ?

Je crois qu’il y a de fortes possibilités pour que le président Chávez ait été assassiné. Il y eut des tentatives notoires et attestées par de nombreuses sources d’assassinat contre lui pendant toute sa présidence.

La plus connue est celle du 11 avril, à l'occasion du coup d'Etat de 2002 pendant lequel Chávez a été enlevé et allait être assassiné s'il n'y avait pas eu le soulèvement sans précédent du peuple vénézuélien et des forces militaires loyales qui l'ont sauvé et l'ont ramené au pouvoir 48 heures plus tard. Moi-même, j'ai trouvé des preuves irréfutables, en utilisant la Loi d'Accès à l'Information aux Etats-Unis, que la CIA et d'autres agences étasuniennes étaient derrière ce coup d'Etat et ont soutenu économiquement, militairement et politiquement les putschistes. Ensuite, il y a eu d'autres attentats contre Chávez et son Gouvernement comme en 2004 quand des dizaines de paramilitaires colombiens ont été capturés dans une plantation dans les environs de Caracas qui appartenait à un activiste anti-chaviste, Robert Alonso, quelques jours avant qu'ils aillent attaquer le palais présidentiel et tuer Chávez. Il y a eu un autre attentat, moins connu, qui fut découvert dans la ville de New York, pendant sa visite à (...) Lire la suite »

La NSA a-t-elle assassiné Hugo Chavez ? (Matrizur)

Eva GOLINGER

En 2013, le Venezuela a connu un des moments les plus difficiles de son histoire avec le décès du Président Hugo Chavez, le 5 mars. Chavez, leader de grande envergure, fut victime d’un cancer agressif dont il mourut en moins de deux ans. Pendant ses quatorze années au pouvoir, ce Président charismatique (toujours élu démocratiquement et à la grande majorité) s’est confronté à de grands et puissants ennemis : coups d’état, sabotages économiques, interventions électorales, guerre psychologique, financement à coup de millions de dollars à l’opposition du pays par des agences américaines, et des attentats contre sa personne , furent quelques unes des méthodes et des stratégies de déstabilisation auxquelles il dût faire face pendant son mandat.

Il était en tête de liste de la CIA comme cible principale de leurs agressions et les États-Unis amplifièrent de façon significative (ouvertement ou secrètement) leur présence militaire autour du Venezuela durant sa Présidence. Tout cela fit que sa mort brutale et inattendue fit naître beaucoup de soupçons parmi ses partisans et tous ceux qui s’intéressaient à sa vision sociopolitique. Chavez défiait les intérêts des plus puissants et en même temps contrôlait les plus grandes réserves pétrolières de la planète. La mort de Chavez peut-elle avoir été un assassinat politique ? Il y a quelques années, cette question aurait fait sourire une grande partie des lecteurs, mais aujourd’hui, avec l’immense quantité de documents publiés par le lanceur d’alerte Wikileaks et l’ex agent de la NSA, Edward Snowden, nous informant sur les graves atteintes aux droits de l’homme et à la souveraineté des pays commises par le Gouvernement des États-Unis, ce ne sont plus seulement les « conspiranoïaques » et les connaisseurs de la (...) Lire la suite »
15 

Chávez... est "sorti" !

Eva GOLINGER

La première fois que j’ai rencontré Hugo Chávez, c’était à L’ONU à New York, en Janvier 2003. Il m’a demandé comment je m’appelais, comme si nous étions en train de bavarder entre amis qui se connaissent depuis peu. Quand je lui ai dit «  Eva », il m’a répondu «  Eva ? Vraiment ? ». «  Oui, Eva », lui dis-je. «  Sais-tu que mon frère s’appelle Adam ? » me dit-il et il continua : «  Ma maman aurait voulu que je sois une fille pour m’appeler Eva ! Et c’est moi qui suis sorti ! ». Il a ri de son rire si sincère et clair qu’il se communique toujours à ceux qui l’entendent.

Il est sorti ! Chávez allait jusqu'à se sous-estimer lui-même. Il est sorti un homme plus grand que la vie, au coeur immense, rempli du peuple, battant pour la patrie. Il est sorti un être humain qui a une immense capacité à persévérer et à rester debout en face des obstacles les plus puissants.. Hugo Chávez a rêvé de l'impossible et il y est arrivé. Il a assumé la responsabilité des tâches difficiles et de grande ampleur qui restaient depuis l'époque de l'indépendance, ce que Simon Bolivar n'avait pas pu faire à cause des forces adverses qui s'opposaient à lui. Chávez l'a accompli et l'a fait devenir réalité. La Revolución Bolivariana, la récupération de la dignité Vénézélienne, la justice sociale, la visibilité et le pouvoir du peuple, l'intégration latino-américaine, la souveraineté nationale et celle de cette région du monde, l'indépendance véritable, la réalisation du rêve de la « Patria Grande », et plus, bien plus encore.Tout cela, ce sont des réussites de Chávez. L'homme qui est sorti comme ça. Il y a (...) Lire la suite »

Le président Obama demande des fonds en faveur de l’opposition vénézuélienne pour 2012

Eva GOLINGER
Le gouvernement états-unien se prépare pour l'élection présidentielle vénézuélienne de 2012 en demandant des fonds pour soutenir les organisations anti-chavistes et pour aider à lancer un « candidat » qui se présentera contre Chávez. Les républicains, quant à eux, demandent un « embargo » contre le Venezuela. Le président Barack Obama a présenté au Congrès un budget de 3700 milliards pour 2012, le plus élevé de l'histoire des États-Unis. Il prévoit d'importantes baisses dans les programmes sociaux et dans les emplois publics fédéraux partout dans le pays, mais il prévoit une ligne budgétaire pour le financement des organisations anti-chavistes du Venezuela. Sur ces 3700 milliards, 670 milliards iront au Pentagone, dont le budget continue de croître, 75 milliards aux différents services d'intelligence et 55,7 milliards au département d'État et à l'Agence états-unienne pour le développement international (USAID). Pour la première fois dans l'histoire récente, le Foreign Operation Budget, qui relève du (...) Lire la suite »
11 

Quelques points sur les "i" à propos du Venezuela et de Hugo Chavez

Eva GOLINGER
Tant de désinformation est distillée dans les dépêches de tant de médias dans le monde au sujet du Venezuela et du Président Hugo Chavez, qu'il est temps de remettre les points sur les "i" . Le Venezuela n'est ni une dictature, ni le Président Chavez un dictateur. Hier soir le chef de l'État participait à une réunion avec un groupe de militants du droit au logement (photo ci-dessous). Non seulement ceux-ci ont critiqué - en direct, à la télévision - les politiques du gouvernement et son inaction sur les thèmes des loyers et du logement, mais ils ont aussi proposé des lois, des règlements et des projets reçus les bras ouverts par Chavez lui-même. La semaine dernière le Président vénézuélien a usé de son droit de veto sur la loi de l'éducation supérieure votée par l'assemblée majoritairement pro-Chavez de l'an dernier, et il a appelé à un débat plus "large et ouvert" sur ce thème, qui prenne en compte les critiques de ceux qui avaient manifesté leur opposition à la loi. Est-ce là l'attitude d'un (...) Lire la suite »

Wikileaks : Des documents confirment les plans de Washington contre le Venezuela

Eva GOLINGER

Des documents du Département d’Etat divulgués par Wikileaks mettent en évidence des plans de Washington pour isoler le Venezuela de la communauté internationale ainsi que la demande de l’ex-président de Colombie Alvaro Uribe pour user de la force militaire contre le Venezuela.

Parmi les plus de 1300 documents secrets et confidentiels du Département d'Etat divulgués par Wikileaks durant les deux dernières semaines, une quantité significative traite des efforts de fonctionnaires états-uniens pour isoler et contrecarrer le gouvernement du Venezuela. Depuis qu'Hugo Chavez a gagné la présidence du Venezuela en 1998, Washington a appuyé de multiples efforts pour le renverser, incluant un coup d'Etat qui a échoué en avril 2002, un arrête pétrolier à la fin de la même année, et de nombreuses interventions dans les processus électoraux dans le pays. Au travers des agences du Département d'Etat, comme l'Agence Internationale du Développement (USAID) et la National Endowment for Democracy (NED), Washington a versé des millions de dollars à des organisations, partis et médias d'opposition au Venezuela, dans le but de saper le gouvernement démocratique du Président Chavez et de le forcer à quitter le pouvoir. Et durant les dernières semaines, des congressistes états-uniens ont augmenté (...) Lire la suite »

Mercredi 17 Novembre à Washington : conspiration guerrière contre l’Amérique Latine.

Eva GOLINGER

Le Congrès des USA parraine un évènement contre les pays de l’ALBA

Seront présentes des personnes de l’extrême droite latino-américaine qui ont participé à des coups d’état et à des actes terroristes et de déstabilisation, avec des hauts représentants du pouvoir législatif des Etats-Unis. L’évènement met en évidence l’escalade des agressions impérialistes à l’égard de la région.

La nouvelle salle de conférences du Centre des Visiteurs du Congrès des Etats-Unis à Washington sera le siège mercredi prochain 17 Novembre d'un rencontre intitulée : "Danger dans les Andes : menaces à la démocratie, aux droits de l'homme et la sécurité interaméricaine." Les sujets principaux qui seront débattues au sein du Congrès américain mettent en évidence l'escalade des agressions contre des pays comme le Vénézuéla, cuba, la Bolivie, l'Equateur et le Nicaragua - tous membres de l'Alliance Bolivarienne des Peuples de Notre Amérique (ALBA) - et comprennent des "débats" fondés sur trois questions : Est-ce que la démocratie et les droits de l'homme sont mis en danger par le développement du 'Socialisme du XXI° Siècle' au Vénézuéla, en Equateur en Bolivie ? La ALBA de Cuba, du Vénézuéla, de la Bolivie, de l'Equateur et du Nicaragua constitue-t-elle une menace pour les intérêts américains et pour la sécurité interaméricaine ? La politique des Etats-Unis dans la région permet-elle de répondre à l'érosion (...) Lire la suite »

Detrás del Golpe en Ecuador La derecha al ataque contra ALBA

Eva GOLINGER
Organizaciones financiadas por USAID y NED piden la renuncia del Presidente Correa en apoyo al golpe de Estado promovido por sectores de la policà­a ecuatoriana, profundamente penetrada por Estados Unidos Un nuevo intento de golpe contra un paà­s de la Alianza Bolivariana para los pueblos de nuestra América (ALBA) atenta contra la integración latinoamericana y el avance de los procesos de revolución democrática. La derecha está al ataque. Su éxito en 2009 en Honduras contra el gobierno de Manuel Zelaya, les llenó de energà­a, fuerza y confianza para poder arremeter contra los pueblos y gobiernos de revolución en América Latina. Las elecciones del domingo 26 de septiembre en Venezuela, aunque resultaron victoriosas principalmente para el Partido Socialista Unida de Venezuela (PSUV), cedieron espacio a las más reaccionarias y peligrosas fuerzas de desestabilización que están al servicio de los intereses imperiales. Estados Unidos logró colocar sus piezas claves en la Asamblea Nacional de Venezuela, (...) Lire la suite »

Les civils assassinés dans une base de la CIA en Afghanistan travaillaient pour un "contractant" actif au Venezuela et à Cuba

Eva GOLINGER
Des huit civils américains tués en décembre dans une base de la CIA en Afghanistan on n'en sait très peu par les grands médias d'information, on ne sait pas par exemple que c'est le second incident de ce type au cours du mois de décembre. 5 autres civils américains ont été tués quinze jours auparavant, ils travaillaient en sous-traitance pour la DIA elle-même engagée par la CIA au travers de l'USAID. Bref, la CIA ne voulant plus apparaitre multiplie les faux-nez, ce qu'en langage gouvernemental on appelle "travailler avec plus de transparence". La stratégie américaine est la même partout, que ce soit en Orient, dans les ex-Pays de l'Est ou en Amérique Latine, seuls les groupes soutenus diffèrent, suivant la volonté politique de Washington. Au moins huit américains ont été assassinés dans une base d'opérations de la CIA en Afghanistan le mercredi 30 décembre. Le kamikaze a pénétré la base d'opérations avancées Chapman, dans la province orientale de Khost, qui servait comme centre d'opérations et (...) Lire la suite »

Honduras : la victoire du « Smart Power »

Eva GOLINGER
Henry Kissinger a dit que la diplomatie était « l'art de freiner le pouvoir ». A l'évidence, l'idéologue le plus influent sur la politique étrangère des Etats-Unis du 20eme siècle faisait référence à la nécessité de « freiner le pouvoir » des autres états et gouvernements afin de pouvoir maintenir la domination globale des Etats-Unis. Des présidents tels que George W. Bush ont eu recours au « Hard Power » (pouvoir brutal, force brute ou la méthode dure - NDT) pour atteindre cet objectif : armes, bombes, menaces et invasions militaires. D'autres, tels que Bill Clinton, ont eu recours au « Soft Power » (pouvoir doux, subtil ou la méthode douce - NDT) : guerre culturelle, Hollywood, idéaux, diplomatie, autorité morale et campagnes pour « gagner les coeurs et les esprits » des habitants des pays ennemis. L'administration Obama a choisi une mutation de ces deux concepts, en fusionnant la puissance militaire avec la diplomatie, l'influence politique et économique avec une pénétration culturelle et des manoeuvres (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10