RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Jean-Pierre PAGE

La CGT, l’Europe et l’Union Sacrée

Jean-Pierre PAGE
Le monde change, la multiplication d’évènements internationaux de première importance montre que le rapport des forces global tend à se modifier, l’initiative change de camp. L’unilatéralisme qui dominait dans les relations internationales rencontre des échecs, la situation n’est plus tout à fait la même et si les risques de conflits demeurent les opportunités grandissent. Il importe donc pour le mouvement syndical international et en France pour la CGT de se situer correctement en fonction de ces bouleversements auxquels contribue l’action des peuples et des travailleurs. Il est urgent de le faire avec audace et indépendance, en se dégageant « des prêts-à-porter » de la pensée unique, en sortant de la bulle de certitudes qui sont de plus en plus contredites par la réalité. L’ampleur de la crise d’efficacité et de légitimité des recettes néo libérales appliquées notamment au sein de l’Union européenne et aux EU, comme dans le reste du monde devrait favoriser cette prise de conscience. C’est dire si le (...) Lire la suite »

Sri Lanka, tension alarmante, les États-Unis à la manœuvre !

Jean-Pierre PAGE

Les évènements tragiques intervenus ces derniers jours à Ampara dans le sud-est du pays et surtout à Kandy, l’ancienne capitale historique de Ceylan, devenu en 1972 une République, puis la république Socialiste et Démocratique du Sri Lanka, sont alarmants à plus d’un titre.

Ils ont été marqués par des manifestations violentes anti musulmanes. Des magasins et des habitations ont été incendiés, on compte plusieurs morts, des blessés, des centaines d’arrestations, le pays est de nouveau sous tension.

Dans ces conditions le Président Sirisena et son gouvernement conservateur dirigé par Ranil Wickramasinghe un premier ministre discrédité, ultra libéral et aux ordres de Washington, ont décidé l’instauration de l’état d’urgence sur l’ensemble du pays, le couvre-feu dans de nombreuses villes. Les forces spéciales de l’armée et les réserves de la police sont mobilisées en force sur le terrain, l’usage des réseaux sociaux sur internet a depuis été bloqué, la censure de la presse rétabli, tous les rassemblements sociaux ou politiques sont interdits. C’est la première fois que de telles décisions sont prises depuis presque 10 ans et la fin d’une guerre de 30 ans contre le mouvement séparatiste des Tigres Tamouls, le LTTE. Il n’est pas inutile de rappeler que cette organisation terroriste longtemps considéré comme la mieux organisé et la plus dangereuse internationalement a bénéficié jusqu’au bout du soutien des puissances occidentales et dans une certaine mesure des dirigeants de l’Inde, dont l’alliance stratégique (...) Lire la suite »
Une contribution au débat des militants.

52e congrès de la CGT- Etre ou ne pas être ?

Jean-Pierre PAGE
« Celui qui n’a pas d’objectifs, ne risque pas de les atteindre ! » Sun Tzu (6e siècle av J-C) Le 52e congrès de la CGT va t’il (enfin ?) permettre de débattre des causes véritables de cette torpeur qui s’est abattue sur le syndicalisme français. Pourtant, un contexte national et international aux enjeux inédits impose à celui-ci le besoin de se hisser à la hauteur de ce qu’ils exigent. Cette nouvelle période qui n’est pas sans risques n’est pas non plus sans opportunités ! C’est ce que viennent de démontrer les métallos allemands ! Toute la CGT se doit de prendre la juste mesure de ces défis et assumer les responsabilités qui sont les siennes ! Le prochain congrès confédéral de 2019 à Dijon le permettra t’il ? Telle est la seule question qui vaille. ! 1-Faire un bilan ! Aujourd’hui à contre-courant des réalités, certains dirigeants syndicaux semblent vouloir se rassurer en se réfugiant dans un immobilisme fait d’incantations, de bonnes intentions parfois de compromission et de stratégies aléatoires. (...) Lire la suite »

Internationalement, où en est la CGT ?

Jean-Pierre PAGE
Depuis son congrès de Strasbourg en 2000, la CGT a rejoint les rangs de la Confédération Européenne des syndicats (CES) et ceux de la Confédération Syndicale Internationale (CSI). Cela a entraîné un « recentrage » de son activité internationale en particulier en Europe. C’est là un fait, qui depuis quelques années suscite des interrogations souvent des critiques, dans ses rangs et au-delà ! Pendant de nombreuses années l’argument officiel des dirigeants de la Confédération fut : adhérer à la CES c’est se donner les moyens d’influencer le syndicalisme européen et avec d’autres confédérations rendre celui-ci plus combatif, plus démocratique et indépendant. Toutefois, d’autres dirigeants ajoutaient que l’objectif était aussi, de rendre compatible la CGT avec la conception qui a leurs yeux dominait de manière irréversible le syndicalisme européen et international, c’est-à-dire une vision réformiste des rapports entre le capital et le travail afin de favoriser un prétendu « dialogue social » par la « concertation » la (...) Lire la suite »

Pourquoi je vais voter Jean-Luc Mélenchon

Jean-Pierre PAGE
La prochaine élection présidentielle se déroule dans un contexte inédit ! Depuis des dizaines d’années l’enjeu se résume à la répétition lancinante d’échéances électorales ou il faut choisir entre le candidat du parti socialiste, le candidat de droite ou d’extrême droite. La finalité demeure toujours la même, à savoir : qui va le mieux mettre en oeuvre le programme du Capital ? Cette impasse a engendré chez les travailleurs une perte de confiance, une lassitude, un découragement. La main du capital s’est faite plus lourde au point qu’on peut parler de régression sociale sans précèdent, de recul de civilisation. Ce partage des rôles entre « les élites au pouvoir de droite comme de gauche » a fonctionné jusqu’à présent dans une “consanguinité de classe”. Elle est aujourd’hui en question. Ce qui était vécu comme un horizon, un mur indépassable, mondialisation oblige, a commencé à se lézarder ! La conscience se fraye son chemin, une conviction largement partagée est que “ça ne marche plus”, le système est à bout de (...) Lire la suite »

Le grand Gramsci : un projet alternatif de gauche à imaginer (Global-e)

Dayan JAYATILLEKA, Jean-Pierre PAGE

LGS présente ici un article de Dayan Jayatilleka suivie d’une réaction de Jean-Pierre Page.

Dans la construction d'un nouvel imaginaire public, comme dans toute autre forme d'activité humaine, vous êtes pris entre deux réalités : vous devez rebrousser chemin jusqu'au point où vous vous êtes trompé, mais vous ne pouvez pas rentrer chez vous. La crise politique actuelle nécessite des réponses aux réalités de notre temps, l'ordre mondial actuel à la fois dans ses dimensions politiques et économiques, que certains marxistes pourraient définir comme l'impérialisme néolibéral. « Notre temps » ici se réfère à l'histoire du monde après la chute du socialisme mondial. A gauche ou au centre-gauche progressiste, il y a une absence d'imaginaire public global. Ou plutôt, il n'est plus « global ». Ce que nous avons, ce sont des blocs d'opinions concurrents, chacun contenant des éléments légitimes et justifiables. Mais ces blocs d'opinion concurrents et intérieurement contradictoires s'entrechoquent et se confondent, pour former des ensembles complexes, hétérodoxes et fluides sans précédent. Entretemps, au (...) Lire la suite »

Au sujet de la déclaration de Thierry Lepaon (CGT) sur Gaza

Jean-Pierre PAGE
Au sujet de la déclaration de Thierry Lepaon, certains pourraient croire que celle-ci est mieux que rien. En fait il faut en prendre connaissance attentivement ! Que peut on lire dans cette prise de positions : 1- Elle constate la gravité des bombardements israéliens mais a aucun moment elle condamne la politique, raciste et annexionniste d'Israël 2- Elle renvoie dos a dos agresseurs et agressés dans les responsabilités. Alors qu'i s'agit d' une guerre d'annexion contre la terre de tout un peuple à qui l'on impose un blocus inhumain dans la plus grande indifférence internationale. Gaza n'est rien d'autre qu'une vaste prison ! 3- On parle d'une situation "terrifiante pour les Palestiniens et aussi pour les Israéliens" comme si leur vécu était de même nature. D'un côté plus de 600 morts de l'autre 2, d'un côté des destructions sans nom y compris la résidence du consul de France bombardé et détruite de l'autre côté un garage endommagé ! 4- Lepaon se déclare "opposé à toutes formes de violence (...) Lire la suite »

Thierry Lepaon se moque du monde !

Jean-Pierre PAGE
Confronté à une avalanche de protestations d’organisations et de militants de la CGT Thierry Lepaon dans un courrier adressé au Président du CRIF cherche bien maladroitement à se justifier. Après le compte rendu de la rencontre qui en a été fait par le CRIF, il cherche à noyer le poisson ! 1- Si s’agissant de la campagne BDS il est un fait que la CGT ne condamne pas, faut il rappeler qu’elle ne la soutient pas. La CGT est aussi en désaccord avec la directive Alliot Marie, mais que fait elle devant les risques de condamnation et singulièrement de militants de la CGT en application de cette disposition : rien ! Pour une raison simple, elle désapprouve le boycott d’Israël ce que souligne Lepaon dans sa lettre, mais approuve celui vis à vis des colonies. Mais qui incite à la colonisation, la justifie et l’encourage si ce n’est la politique du gouvernement Israélien ! Faut il rappeler à ce sujet les multiples condamnations y compris des USA sur la poursuite de la colonisation comme obstacle principal à la (...) Lire la suite »

50e congrès CGT : Etre nous-mêmes ! Europe et indépendance de la CGT

Jean-Pierre PAGE

Contribution au 50ème congrès de la CGT de Jean-Pierre Page

B.Thibault et la direction de la CGT se refusent à faire le bilan de leur travail depuis le précédent congrès !

Le bilan Sans doute parce que celui-ci est catastrophique et qu'il a fragilisé un peu plus ce qui restait de la crédibilité des dirigeants confédéraux ! Avoir le sens des responsabilités c'est prévoir et puisque B.Thibault doit partir, il devrait faire en sorte de laisser la CGT "en ordre de marche" pour ceux qui auront la charge de l'animer dans les années qui viennent ! Ce n'est pas le cas à travers les orientations et les décisions qu'il cherche à imposer y compris au mépris de la démocratie ! Comme il l'a souvent montré, la démocratie n'a jamais été son point fort, pas plus celle d'ailleurs d'un Bureau confédéral tout au délice de la bataille de succession sans aucune vision en revanche sur l'avenir et la réponse à apporter à la crise du capitalisme en cours. Encore moins celle de la Commission exécutive ! Il est vrai comme l'admettent nombre de ses membres, que celle-ci a fonctionné plus comme une chambre d'enregistrement, mise souvent devant le fait accompli et tenue dans l'ignorance des secrets (...) Lire la suite »

Mali : gauche proguerre et recolonisation (Réponse à Samir Amin)

Bruno DRWESKI, Jean-Pierre PAGE
La gauche anti-guerre dans le camp de la guerre ? Alors que le monde capitaliste s'enfonce dans une crise systémique sans précédent et que le monde arabe est traversé par des tentatives de déstabilisation qui sont dues aux décennies de pillage et de dictature mais qui ne sont pas toutes, loin de là , le résultat de facteurs locaux, que l'Afrique vit à l'heure du pillage et de conflits non réglés, du Congo à la Cote d'Ivoire, du Sud-Soudan à la Libye, la France s'est engagée de nouveau dans un conflit armé dans une de ses anciennes colonies, le Mali. La "gauche antiguerre" est globalement passée entretemps de la condamnation du bout des lèvres des bombardements en Yougoslavie et en Afghanistan au soutien déclaré à l'ingérence en Libye, en Syrie et au Mali. On doit essayer de comprendre pourquoi ? Et pourquoi il peut être difficile de naviguer entre les réseaux occidentaux de la gauche ex-antiguerre à la gauche anti-impérialiste des pays du Sud ? L'inaction coupable, voire l'aquiescement aux thèses (...) Lire la suite »
60